Généalogie de la famille Coudray

LA BRANCHE COUDRAY

Ma grand'mère maternelle, Marie-Louise-Augustine COUDRAY (Sosa 7), est née le 7 juillet 1884 à Lyon, avenue du Doyenné, 5ème arrondissement.


acte de naissance de Marie-Louise-Augustine Coudray


Lyon: avenue du Doyenné, où est née
Marie-Louise-Augustine Coudray

Comme l'indique son acte de naissance, elle est la fille de Joseph-Antoine COUDRAY (Sosa 14) et de Marie VAGINET(Sosa 15), a épousé mon grand-père Etienne SIMON (Sosa 6) à Paris (10ème arrondissement) le 22 septembre 1903 et est décédée à Laxou, près de Nancy, le 19 mars 1975 à l'âge de 90 ans.

ma grand'mère en 1926, dans sa maison de Chalon-sur-Saône

Nous allons à présent remonter les arbres de ses ancêtres. Pour vous guider, vous pouvez afficher ces arbres (au format .pdf et il faudra zoomer pour le lire). Pour la commodité de la consultation, je me suis limité à 20 générations car, vous allez le voir par la suite, l'ascendance de ma grand-mère va nous conduire beaucoup plus loin. Vous trouverez donc:
- l'arbre d'ascendance de son père Joseph Antoine COUDRAY, sous ce lien
- l'arbre d'ascendance de sa mère Marie VAGINET, sous ce lien


À la 4ème génération:

Sosa 6 - le père de Marie-Louise-Augustine COUDRAY, Joseph-Antoine COUDRAY est né le 13 septembre 1856 à Saint-Jean-d'Avelanne (Isère), une toute petite commune, encore de nos jours. Il était l'aîné d'une nombreuse fratrie que nous verrons un peu plus loin.


naissance de Joseph-Antoine Coudray


Saint-Jean-d'Avelanne: l'église où a été très probablement baptisé Joseph-Antoine Coudray

Joseph-Antoine COUDRAY était, lors de la naissance de sa fille, employé de commerce à Lyon; j'ignore dans quelle branche mais je ne serais pas supris d'apprendre que ce soit dans le domaine de la boisson. Peut-être même était-il représentant de la distillerie Simon Aîné, dont mon arrière-grand-père était le directeur.
Toujours est il que nous le retrouvons quelques années plus tard à Paris, où il tient un café au 55 boulevard Saint-Martin.


Joseph-Antoine Coudray et Marie Vaginet dans leur café
(au mur une plaque publicitaire pour le Suc Simon)


le café tel qu'il est actuellement (café Botelli)
face à la porte et au théâtre Saint-Martin (vue Google Street)

Malheureusement, Joseph-Antoine COUDRAY n'a pas vécu bien longtemps. Il est décédé le 5 août 1899 à son domicile, à l'âge de 42 ans et était donc déjà mort en 1903, lorsque mes grands-parents se sont mariés.


 décès de Joseph-Antoine Coudray

Sosa 7 - La mère de ma grand'mère Marie-Louise-Augustine COUDRAY est Marie VAGINET, employée de commerce, dont je sais peu de choses, bien que j'en ai de très nombreuses photos car, contrairement à son mari, elle a vécu très longtemps.


Marie-Vaginet

Elle est née dans le Beaujolais, à Beaujeu, le 1er juin 1857, de Françoise VAGINET repasseuse (et de père inconnu... ce qui règle en partie la question de son arbre généalogique).


naissance de Marie Vaginet


une vue aérienne de Beaujeu

Joseph-Antoine COUDRAY et Marie VAGINET se sont épousés à Lyon le 24 avril 1882.




le n° 52 de la rue de la république à Lyon, où habitait Joseph-Antoine Coudray lors de son mariage (source Google Street)


le début de la rue Mercière à Lyon, où vivait Marie Vaginet lors de son mariage (source Google Street)

Outre ma grand'mère Marie-Louise Augustine COUDRAY ils auraient eu, m'a on dit, un petit Marius COUDRAY, qui n'a pas vécu. Restée veuve en 1899, Marie VAGINET a encore tenu quelque temps le café du 55 boulevard Saint-Martin, avant de le céder à un certain François BURVINGE (qui sera témoin du mariage de mes grands-parents) et se retirer non loin de là, rue de Lancry.


Paris: la rue de Lancry (source Google Street)

Elle s'est ensuite remariée le 4 octobre 1906 à Paris 3è, avec Monsieur ROMPTEAU dont je ne sais rien, sinon qu'il avait certainement une passion pour les belles voitures que l'on voit sur de nombreuses photographies de lui.


À la 5ème génération:

Sosa 14 - Joseph-Antoine COUDRAY est le fils de Joseph-François COUDRAY sosa 28, employé des douanes, né le 3 février 1830 à Saint-Egrève (Isère), une petite ville proche de Grenoble, au pied du Néron, et décédé le 3 mars 1906 à Pont-de-Beauvoisin, âgé de 76 ans, et de...


acte de naissance de Joseph-François Coudray


Saint-Egreve et le Néron

... Rosalie DURET sosa 29, née le 29 octobre 1836 à Romagnieu (Isère) et décédée le 19 janvier 1895, également à Romagnieu, âgée de 58 ans.


naissance de Rosalie Duret


Romagnieu (source Google-Street)

Ils se sont épousés à Romagnieu le 26 septembre 1855 et ont eu une nombreuse descendance:

- Notre Joseph-Antoine COUDRAY en 1856
- Marie COUDRAY (1858)
- Adèle-Marie COUDRAY (Romagnieu, Aoste, Avaux 1860 - Pont-de-Beauvoisin 18 décembre 1949), épouse de Jean GIRARD (1853 - 1940), parents de:
• Louis GIRARD (1883 - 1963)
• Marie-Louise GIRARD (1888 - 1960)
• Clémence GIRARD (1902 - 1946)
- Auguste-François COUDRAY douanier (Allonzier-Lacaille, Haute-Savoir 23 septembre 1862 - Annecy 13 mars 1913), époux de Honorine PLANCHE (1887 - 1893), dont il aura:
• Honoré COUDRAY (1889 - 1967)
... puis d'un second mariage avec Joséphine DUPUIS (1894 - 1944):
• Auguste COUDRAY (1896)
• André COUDRAY (1899)
• Juliette COUDRAY (1907)
- Eugène COUDRAY (1864)
- Rosalie COUDRAY (1864)
- Victor COUDRAY (1866 - 1953)
- Jean COUDRAY, préposé des douanes (Cercier, Haute-Savoie 12 juin 1867)
- Jules COUDRAY (1868)
- Henri COUDRAY (1873), qui avec son épouse Marie sera père de:
• Louis COUDRAY (1880)
- Joséphine COUDRAY (Thorens Gilière, Haute-Savoie 27 novembre 1874), qui épouse Jean-Claude JACQUET en 1902 à Romagnieu.


mariage de Joseph François Coudray et Rosalie Duret, avec leurs signatures


la famille Coudray-Girard en 1933

Sosa 15 - Marie VAGINET est la fille de Françoise VAGINET sosa 31, repasseuse à Paris en 1882 (109 rue du Faubourg du Temple) née à Beaujeu le 1er mai 1831.


Paris: 109 rue du Faubourg du Temple (là où se trouve "la boîte à mugh",
  où habitait Françoise Vaginet lors du mariage de sa fille Marie, mon arrière-grand-mère



naissance de Françoise Vaginet

Et comme nous l'avons vu, le père de Marie VAGINET est inconnu.

À la 6ème génération:
En Bretagne

Sosa 28 - Joseph-François COUDRAY est le fils de Jean-François COUDRAYsosa 56, préposé des douanes royales, né le 9 ventôse an IV (26 septembre 1795) à Saint-Broladre (Ille-et-Vilaine). Et ceci nous conduit donc en Bretagne nord, à la frontière de la Normandie, dans le plat pays des marais de Dol. Cette photographie aérienne, issue du site Geoportail, situe bien l'endroit, à mi chemin entre Cancale et le Mont-Saint-Michel.



Sous l'ancien régime, une grande partie de la paroisse de Saint-Broladre se trouvait en dessous du niveau des plus fortes marées et, régulièrement, lors des tempêtes d'équinoxe, se trouvait sous les eaux, malgré la très relative protection de digues. On trouve la trace et le récit de ces catastrophes dans les registres paroissiaux. Depuis l'époque napoléonienne, sous la conduite d'ingénieurs venus des Pays-Bas, des polders onté ét aménagés et seuls subsistent les herbus côtiers, que les travaux actuels au Mont-Saint-Michel tentent, sinon de faire disparaître, au moins de limiter (mais qui produisent les fameux moutons de prés-salés!)

On sait qu'en cet endroit la mer n'a cessé de gagner sur la terre. Ainsi existait-il au moyen-âge la paroisse de Bourgneuf, séparant celle de Saint-Broladre de la mer, qui a été petit à petit envahie par les eaux. On à peine à le croire mais cela est connu par des textes, tels que celui du pape Boniface VIII (1294 - 1303) confirmant le Chapitre de Dol dans la possession de l'église Saint-Nicolas de Bourgneuf.

Les ressources agricole de la commune étant assez rares, c'est tout naturellement que mon ancêtre s'est tourné vers les douanes. Envoyé à la frontière séparant la France de la Savoie, il y a fait souche. Il est fort probable que ce fut un grand changement pour lui, qui ne connaissait que des étendues plates et humides, la douceur des hivers bretons, et la pêche aux huitres, moules, praires et autres palourdes. Sans parler de la gabelle (rétablie en 1806 par Napoléon Ier), qu'il eut à percevoir et à payer, lui qui était né les pieds dans les marais salants!


En Dauphiné

Et Joseph François COUDRAY est fils de Françoise FOSSE sosa 57, née le 2 vandémiaire an XII, soit 24 septembre 1804 à Goncelin (Isère) et décédée le 26 juillet 1873 à Saint-Maximin (Isère).


naissance de Françoise Fosse


Goncelin


décès de Françoise Fosse


Jean François COUDRAY et Françoise FOSSE se sont épousés à Goncelin le 16 mai 1827 et sont, eux aussi, parents d'une nombreuse progéniture:

- Françoise COUDRAY (1828)
- Cyrille COUDRAY (1829)
- notre Joseph-François COUDRAY en 1830
- Louis-François COUDRAY (1844)
- Julienne COUDRAY
- et 4 autres enfants dont la famille garde le souvenir mais dont les noms n'ont pas été retrouvés


le (très long) acte de mariage de Jean-François Coudray et de Françoise FOSSE

Sosa 29 - Rosalie DURET (également appelée Joséphine) est la fille de Sieur Jean DURET sosa 58, propriétaire cultivateur né à Romagnieu le 8 mai 1786...


baptême de Jean Duret
 
... et de Demoiselle Rose HUMBERTsosa 59, née à Fitilieu le 24 ventôse an IX, soit 15 mars 1801 et qui décédera le 13 octobre 1849 à Romagnieu


naissance de Rose Humbert


Romagnieu: le lac

Ils se marient à Fitilieu le 9 février 1820 et auront comme enfants connus:
- Joseph DURET (1833)
- notre Rosalie DURET


mariage de Jean Duret et Rose Humbert, avec leurs signatures

En Bourgogne et en Beaujolais

Sosa 31 - Françoise VAGINET est la fille de Claude-Marie VAGINAYsosa 62, couvreur, né le 7 mars 1787 à Saint-Martin-de-Lixy, Saône-et-Loire...


baptême de Claude-Marie Vaginay


la vénérable petite église de Saint-Martin-de-Lixy, où a été baptisé Claude-Marie Vaginay

... et de Marie-Anne DUMOULIN sosa 63, née à Beaujeu en mars 1803 (d'après son acte de mariage, car je n'ai pas trouvé d'acte de naissance à Beaujeu pour cette période (ventôse/germinal an 11). Ils se sont épousés à Beaujeu le 7 février 1819; elle n'avait que 15 ans!


mariage de Claude-Marie Vaginay et de Marie-Anne Dumoulin, avec leurs signatures et celle de Jean Vaginay, père


Beaujeu: église Saint-Nicolas, où se sont mariés Claude-Marie Vaginay et Marie-Anne Dumoulin


À la 7ème génération:
En Bretagne

Sosa 56 - Jean-François COUDRAY est le fils de Mathurin-François-Malo COUDRAY sosa 112, tisserand né le 2 août 1763 à Saint-Broladre et décédé au même lieu le 19 décembre 1836...


baptême de Mathurin-François-Malo Coudray


décès de
Mathurin-François-Malo Coudray


chapelle Saint-Jean-des-Grèves (1684) à Saint-Broladre

... et de Anne-Perrine JAN sosa 113, née le 14 avril 1762 à Saint-Broladre.


baptême de Anne-Perrine Jan

Ils se sont épousés le 17 janvier 1785 à Saint-Broladre et ont été parents de 4 enfants, tous nés à Saint-Broladre:
- Joseph-Jean COUDRAY (4 novembre 1787)
- Malo-François COUDRAY (17 avril 1790)
- François-Jean COUDRAY (1792)
- notre Jean-François COUDRAY ( 1795)


mariage de Mathurin-François-Malo Coudray et Anne-Perrine Jan


Saint-Broladre aujourd'hui (source Google-Street)

En Bourgogne

Sosa 62 - Claude-Marie VAGINAY est le fils de Jean VAGINAY sosa 124, propriétaire à Châteauneuf (71)...


le village de Châteauneuf

... et de Antoinette CONSTANTIN sosa 125, née le 15 août 1764 à Saint-Martin-de-Lixy (71).


baptême de Antoinette Constantin


le chœur de la petite église de Saint-Martin-de-Lixy où a été baptisée Antoinette Constantin
et où elle a épousé Jean Vaginay

Ils se sont mariés à Saint-Martin-de-Lixy le 15 juin 1784. Dont au moins, à Saint-Martin-de-Lixy:
- Anonyme VAGINAY (né et mort le même jour le 30 novermbre 1785)
- Notre Claude-Marie VAGINAY en 1787
- Denis VAGINAY, tissier (tisserand) à Châteauneuf (vers 1794)
- François VAGINAY, couvreur à Villefranche


mariage de Jean Vaginay et de Antoinette Constantin


En Beaujolais

Sosa 63 - Marie-Anne DUMOULIN est la fille de Jacques-François DUMOULIN sosa 126, né le 19 février 1761 à Beaujeu, dans la paroisse des Étoux, cabaretier à Beaujeu (que de verres de Beaujolais nouveau a t-il dû vendre!)...


baptême de Jacques-François Dumoulin


Beaujeu: les Étoux

... et de Marie NESME sosa 127, blanchisseuse à Beaujeu, née vers 1772. Je n'ai pu retrouver son acte de naissance, ni à Lantignié, ni à Saint-Didier-sur-Beaujeu d'où sont originaires ses parents. Ils se sont épousés le 11 prairial an IX à Beaujeu (31 mai 1801).


mariage de Jacques-François Dumoulin et de Marie Nesme


À la 8ème génération:
En Bretagne

Sosa 112 - Mathurin-François-Malo COUDRAY est le fils de Mathurin COUDRAY sosa 224, tisserand, né le 24 mai 1727, dans la paroisse voisine de Sains, qui était sans doute l'unique paroisse au monde ne dépendant d'aucun évêché, mais directement de Rome! Il décède à Saint-Broladre le 5 février 1769.


baptême de Mathurin Coudray


Sains: l'église où a été baptisé Mathurin Coudray


décès de Mathurin Coudray

... et de Marguerite ASSE sosa 225, née le 21 mai 1718 à Saint-Broladre et décédé au même lieu le 17 janvier 1785.


baptême de Marguerite Asse


décès de Marguerite Asse

Ils se sont épousés à Saint-Broladre le 12 juin 1753.


mariage de Mathurin Coudray et Marguerite Asse

Ils ont été parents de 7 enfants au moins, tous nés à Saint-Broladre:
- Jan-Mathurin COUDRAY (17 mai 1754)
- Guy-Joseph-COUDRAY (30 octobre 1755)
- Julien-Mathurin COUDRAY (24 février 1757)
- Laurent-François COUDRAY (25 février 1757)
- Marguerite-Françoise-Gillette COUDRAY (5 janvier 1759)
- Gilles-Mathurin-Gabriel COUDRAY (19 février 1762)
- notre Mathurin-François-Malo (1763 - 1836)

Sosa 113 - Anne-Perrine JAN est la fille de Pierre JAN sosa 226, né le 25 mai 1715 à Saint-Broladre...


baptême de Pierre Jan

... et de Julienne-Janne SÉBILLE sosa 227, née le 16 avril 1731 à Saint-Broladre et décédée au même lieu le 7 août 1770.


baptême de Julienne-Janne-Sébille


décès de Julienne Sébille

Ils se sont épousés le 6 juin 1752 à Saint-Broladre


mariage de Pierre Jan et Julienne Sébille

Ils ont été parents de 6 enfants, nés à Saint-Broladre:
- Raoul JAN (9 mai 1753)
- Scholastique-Thérèse JAN (21 janvier 1758)
- notre Anne-Perrine JAN (1762)
- Thérèse JAN (11 janvier 1765)
- Julienne-Jeanne JAN (6 février 1766)
- François-Pierre JAN (8 octobre 1767)

Pierre JAN était veuf de Laurence GOUPIL († Saint-Broladre 17 novembre 1751), qu'il avait épousée à Saint-Marcan le 29 octobre 1743. Dont à Saint-broladre, la Ville Arthur:
- François JAN (8 septembre 1746)
- Pierre Mathurin Jan JAN (7 février 1749)
- un enfant anonyme (mort-né 3 novembre 1751 - sa mère décède peu après des suites de l'accouchement)

Sur le tard Pierre JAN épouse en 3èmes noces, à 56 ans, Jeanne Jacquemine PACARIN (Pleine-Fougère 7 mars 1741) le 27 janvier 1772 à Pleine-Fougères; dont à Saint-Broladre:
- Raoul JAN (20 novembre 1772)




Saint-Broladre: situation et vue actuelle (Google) de la Ville Arthur

En Bourgogne - Loire

Sosa 124 - Jean VAGINAY est le fils de Claude VAGINAY sosa 248, tixier (tisserand) à Saint-Jean-la-Bussière (Rhône), né à Ecoche (Loire) le 1er avril 1728 et décédé à Tancon (Saône-et-Loire)...


baptême de Claude Vaginay


Ecoche: Claude Vaginay a été baptisé dans cette église

... et de Claudine DESCHIZELLE sosa 249
 Ils se sont épousés à Tancon (Saône-et-Loire) le 9 février 1751. Dont à Tancon:
- Antoinette VAGINAY (4 mars 1754 - 2 mai 1841) qui épouse, à Tancon le 9 février 1779, Claude-Marie CHOLLIER (1746 - 1814) dont:
• Françoise CHOLLIER
- notre Jean VAGINAY
- Benoît VAGINAY (cité sur un acte)


 mariage de Claude Vaginay et de Claudine Deschizelle


l'église de Tancon où se sont épousés
Claude Vaginay et Claudine Deschizelle

Sosa 125 - Antoinette CONSTANTIN est la fille de Denis CONSTANTIN sosa 250, né le 2 mai 1721 à Saint-Martin-de-Lixy (71)...


baptême de Denis Constantin

... et de Claudine POYET sosa 251, née le 26 octobre 1731 à Saint-Martin-de-Lixy


baptême de Claudine Poyet

Ils se sont épousés à Saint-Martin-de-Lixy le 1er février 1752, dont à Saint-Martin-de-Lixy:
- Benoît CONSTANTIN (28 février 1756)
- notre Antoinette CONSTANTIN


mariage de Denis Constantin et de Claudine Poyet, avec la signature de son père

En Beaujolais

Sosa 126 - Jacques-François DUMOULIN sosa 126 est le fils de Nicolas DUMOULIN sosa 252, vigneron à Beaujeu-les-Étoux et qui serait né vers 1731, probablement à Saint-Étienne-la-Varenne (d'après son acte de mariage)...


Saint-Etienne-la-Varenne

... et de Anne DELPHIN sosa 253, née à Beaujeu-les-Étoux le 8 janvier 1737 et décédée au même lieu le 13 février 1763, âgée de seulement 26 ans.


baptême de Anne Delphin


décès de Anne Delphin

Ils se sont épousés à Beaujeu-les-Étoux le 1 janvier 1759 et outre notre Jacques-François DUMOULIN ont d'abord été parents d'un premier:
- Jacques-François DUMOULIN (21 octobre 1759) qui n'a pas vécu.


mariage de Nicolas Dumoulin et Anne Delphin

Sosa 127 - Marie NESME est la file de André NESME, sosa 254, vigneron à Lantignié (on est en plein dans le "Beaujolais-village"), né le 15 novembre 1741 à Lantignié...


Lantignié


baptême de André Nesme

... et de Marguerite BLAIN sosa 255, née non loin de là le 8 octobre 1739 à Saint-Didier-sur-Beaujeu et domestique à Quincié lors de son mariage.


Saint-Didier-sur-Beaujeu autrefois


baptême de Marguerite Blain

Ils se sont épousés à Lantignié le 14 juillet 1767, avec l'autorisation du curé de Quincié et ont eu probablement des enfants dans une paroisse que je n'ai pu localiser (mais les NESME sont particulièrement nombreux à Chénelette); dont:
- notre Marie NESME vers 1772
Puis à Lantignié on trouve:
- Catherine NESME (23 juin 1775)
- André NESME (30 mars 1778)


mariage de André Nesme et Marguerite Blain


le bourg de Lantignié

Resté veuf, André NESME épouse en secondes noces Benoite LAISSU (fille de Claude LAISSU et Marie LARGE)  le 1er mars 1791 à Beaujeu-les-Étoux

À la 9ème génération:
En Bretagne

Sosa 224 - Mathurin COUDRAY est le fils de Jacques COUDRAY sosa 448 et de Perrine HAMELIN sosa 449, née à Sains le 22 juillet 1691.


baptême de Perrine Hamelin

Ils se sont épousés à Dol-de-Bretagne le 27 janvier 1718. L'acte précise que Jacques COUDRAY est originaire de Normandie, sans autre précision et qu'il demeure à Dol-de-Bretagne depuis longtemps. Mais les patronyme COUDRAY est si courant en Normandie que l'on n'a guère d'espoir de retrouver ses origines exactes. Les plus proches COUDRAY que j'ai repérés à cette époque sont à Céaux (50220)


mariage de Jacques Coudray et Perrine Hamelin


c'est dans la belle cathédrale de Dol que se sont épousés Jacques Coudray et Perrine Hamelin

Sosa 225 - Marguerite ASSE est fille de Jan ASSE sosa 450, né le 17 mars 1683 à Saint-Broladre et décédé le 14 juin 1727 à Saint-Broladre, âgé de 44 ans...


baptême de Jan Asse


décès de Jan Asse

... et de Laurence SALMON sosa 451. Ils se sont épousés le 22 novembre 1714 à Saint-Broladre. Laurence étant mineure (moins de 25 ans) un décrêt de justice a été nécessaire.


mariage de Jan Asse et Laurence Salmon

Ils ont été parents de:
- Pierre-Louis ASSE (Saint-Broladre 28 août 1715)
- notre Marguerite ASSE (1718)
- Jan ASSE (Saint-Broladre 23 mai 1725)

Sosa 226 - Pierre JAN est le fils de Robert JAN sosa 452, né le 20 avril 1667 à Saint-Broladre et décédé à Saint-Broladre le 4 décembre 1720, à l'âge de 53 ans...


naissance de Robert Jan


décès de Robert Jan

... et de Georgine DUCLOS sosa 453, née le 1er janvier 1677 à Saint-Broladre et décédée à Saint-Broladre le 27 avril 1729, âgée de 52 ans, au village de Rougé (au sud de la paroisse)


baptême de Georgine Duclos


décès de Georgine Duclos, au village de Rougé


Saint-Broladre: village de Rougé actuellement (source Google-Street)

Ils se sont épousés le 19 juillet 1696 à Saint-Broladre. De ce couple naîtront, à Saint-Broladre:
- Janne JAN (30 juillet 1697)
- Jan JAN (17 novembre 1698)
- Guillemette JAN (6 février 1700)
- Mathurine JAN (17 février 1703)
- Joseph JAN (21 aout 1704 - 12 février 1773) épouse le 11 février 1734 à Saint-Broladre Julienne GOUPIL, dont il aura:
• Joseph JAN (1er janvier 1734)
• Gilles JAN
- Gilles JAN (15 novembre 1707)
- Françoise JAN (27 février 1712 - 1er mars 1712)
- notre Pierre JAN (1715)


mariage de Robert Jan et Georgine Duclos

Sosa 227 - Julienne-Janne SÉBILLE est la fille de Gilles SÉBILLE sosa 454, né le 15 décembre 1701 à Saint-Broladre et décédé le 2 septembre 1770 à Saint-Broladre...


baptême de Gilles Sébille. On notera le parrain: Gilles Barbot, seigneur de la Croix Pinçon, et la marraine: Janne Rondin


décès de Gilles Sébille

... et de Jeanne DOUDÉ sosa 455, née le 26 mars 1702 à Saint-Broladre et décédée le 31 mai 1773 à Saint-Broladre, à 71 ans.


baptême de Jeanne Doudé, qui a la même marraine que son époux, sa tante Janne Rondin


décès de Janne Doudé

Ils se sont mariés le 18 novembre 1727 à Saint-Broladre et ont été parents de:
- Jean SÉBILLE (Saint-Broladre 28 octobre 1728)
- notre Julienne-Jeanne SÉBILLE (1731)
- Marie-Jeanne SÉBILLE (1er février 1734)
- Scholastique SÉBILLE (vers 1743 - 16 septembre 1794) qui épouse Gabriel BARBE, le 21 février 1764 à Saint-Broladre; dont:
• Raoul-François BARBE (27 décembre 1769) qui épouse Jeanee-Gilette-Françoise-Claire TIREL le 7 juillet 1789 à Saint-Broladre: dont:
-- Raoul-François-Jean BARBE, cultivateur-journalier (St Broladre 20 septembre 1789 - Mont-Dol 27 mars 1871) qui épouse Perrine-Rose PAUMIER le 17 février 1821 à Mont-Dol; dont:
--- Anne-Françoise BARBE (Mont-Dol 26 pars 1829 - Baguer-Pican 25 septembre 1865) qui épouse Joseph MAILLARD en 1849 à St Broladre; dont:
* Joseph-François-Jean MAILLARD, couvreur (Baguer-Pican 17 juillet 1851) qui épouse Rose-Françoise-Julienne PEINGUEN le 3 février 1877 à Epiniac; dont une descendance de couvreurs qui va jusqu'à nos jours, consultable sur Généanet.
-- Julien BARBE (18 mars 1798 à Saint-Broladre - 30 octobre 1848 à La Fresnais)


mariage de Gilles Sébille et Janne Doudé

C'est que nos ancêtres à Saint-Broladre, en ce début du 18ème siècle, sont des notables. Les familles Doudé, Sébille, Couapel, Duclos, Rondin, qui se retrouvent presque à chaque page du tout petit registre paroissial de Saint-Broladre (une quinzaine de pages chaque année, à peine 10 pages au 17ème siècle) y sont assez généralement inscrites comme "honorable personne" ou "honnête homme". Elles sont souvent alliées à la noblesse locale. Il est toutefois difficile de se faire une idée précise de leur état; d'autant plus que les actes paroissiaux de Saint-Broladre sont assez laconiques et (contrairement à ceux d'autres paroisses bretonnes) avares en titres. C'est probablement l'influence de la Normandie toute proche ou le titre de Noble Homme, très galvaudé et couramment donné à des roturiers en Bretagne, est rare et considéré comme preuve de noblesse (un arrêt du Conseil Royal du 15 mai 1703 (article 4) précise que "Celle (la qualification) de "Noble Homme" est pareillement qualification "Noble", mais pour la Normandie seulement". En conséquence, cet arrêt "ordonne aux généalogistes des ordres de Sa Majesté d'admettre comme titres probants de noblesse tous les actes où ces qualifications étaient mentionnées, ainsi qu'il est porté audit arrêt").

On peut les imaginer habitant dans une de ces "malouinières", nombreuses dans la région de Cancale et vivant de l'exploitation de moulins (à vent ou à marée) et de salines qui caractérisent la région; ou encore comme armateurs. Ils vivent entre eux et ne se mélangent guère aux autres familles de Saint-Broladre (très peu de mariages hors du petit groupe). Ils semblent fréquenter d'assez près les familles nobles de Saint-Broladre (de Saint Pair, du Breil et de Saint Genys), souvent sollicitées comme parrains, marraines ou témoins, mais je n'ai guère trouvé trouvé d'alliances non plus avec eux. Disons qu'ils forment la classe moyenne aisée de Saint-Broladre.

J'ai également noté que le curé de Saint-Broladre avait un technique particulière pour faire avouer aux filles le nom des enfants illégitimes (anormalement nombreux à Saint-Broladre: au 17ème siècle au moins une naissance sur 5! peut-être du fait d'une population de marins, dont les hommes étaient longtemps absents). Il lui suffisait de donner des instructions à la sage-femme, complice, et la mère avouait systématiquement le nom du père pendant ses douleurs (cela est régulièrement précisé sur les actes de baptêmes). Je suppose que la menace de risquer la mort en état de péché (les décès de femmes en couches étant fréquents) était un argument assez fort pour arracher les aveux... et tant pis pour le secret de la confession, si c'est pour la bonne cause. Une fois sur deux, le père s'avérait être le fils d'un seigneur du coin, qui se gardait bien toutefois d'épouser, par crainte de mésalliance; au mieux la grand-mère acceptait d'être marraine. Les français ont certainement plus d'ancêtres nobles qu'ils ne l'imaginent, du moins ceux qui sont originaires de Saint-Broladre...

Et cependant, la vie à Saint-Broladre n'est pas "un long fleuve tranquille". À preuve cette mention du registre paroissial de 1728 que je ne puis résister au plaisir de vous transcrire:

Nous Jean de Lourmel, prêtre, licencié en droit canon et Crüel, chanoine de l'Eglise Cathédrale de Dol et Grand-Vicaire de Monseigneur l'Illustrissime et Révérendissime Jean-Louis de Bouchet de Lourche, Evêque-Comte de Dol, ayant été avertis que dimanche 18 de ce mois il se serait passé querelle dans le cimetière de St Broladre, laquelle ensuite été suivie d'une batterie, à la sortie de la Grand-messe et au grand scandale de tous les fidèles qui venaient d'assister à nos divins ministère, qu'il y auroit en plus coups déchargés et ce jusqu'à effusion de sang, de tout quoi nous étant dûment informés de gens prudents et dignes de foi avons enjoint au recteur et prêtres de ladite paroisse de ne faire aucune fonction ecclésiastique dans ledit cimetière comme étant en lieu pollué et interdit et d'avertir le peuple que nous acquérions instamment à la réconciliation dudit cimetière, comme porte la lettre que nous lui avons adressé à cet effet. Et avenant le dimanche du présent, nous nous sommes transporté au bourg de ladite paroisse de St Broladre accompagné par Messire Michel Joseph Detrieux recteur de la paroisse de Chérueix et promoteur de ce diocèse, avons entré dans l'église où nous avons trouvé tout le peuple assemblé pour assister à la Grand-messe, et avant de commencer la cérémonie de la réconciliation, avons monté en chaire pour expliquer en peu de mots le respect qui est du aux St Lieux. Ensuite avons réconcilié ledit cimetière suivant ce qui est porté au pontifical Romain, estant pour la notoriété publique du fait de la connaissance qu'on doit en avoir dans la suite, pour éviter de tels malheurs que pour authoriser Mr le Recteur est les prestres dans la continuation de leurs fonctions, avons dressé acte de tout ce que dessus, l'avons fait inscrire en notre présence sur le livre du registre des inhumations, ce que nous avons signé avec Mr le Promoteur, Mr le Recteur en ce 25 janvier 1728.


En Bourgogne-Loire

Sosa 248 - J'ai retrouvé la trace de Claude VAGINAYen épluchant les lieux où vivaient les parrains, marraines et témoins cités dans les actes concernant sa famille et l'ai formellement autentifié grâce à son demi frère, Jean BRETON, cité à son mariage. Il est le fils de François VAGINAY sosa 496, décédé à Écoche le 2 octobre 1728...


décès de François Vaginay

... et de Claudine DECLAS sosa 497, dont je ne connais pas l'origine. Le patronyme DECLAS ou DECLAT semble être originaire de la paroisse voisine d'Écoche: Belmont-de-la-Loire. Mais je n'y ai rien trouvé.

Ils ont été parents, à Écoche, de:
- Marie VAGINAY (29 mai 1720)
- Louis VAGINAY (28 février 1723)
- Claude VAGINAY (30 décembre 1725)
- notre Claude VAGINAY en 1728

Restée veuve peu après la naissance de Claude, Claudine DESCLAS se remarie avec Antoine LE BRETON, apothicaire d'Écoche, également veuf (de Claudine BOISSEAUX) et ayant déjà de nombreux enfants. C'est un beau mariage. Ils auront à Écoche un dernier enfant:
- Jean BRETON (25 mai 1730), qui sera précisément le témoin de son demi-frère Claude VAGINAY lors de son mariage


mariage d'Antoine Le Breton et de Claudine Desclas

Sosa 249 - Claudine DESCHIZELLE est la fille de Joseph-Nicolas DESCHIZELLE sosa 498, tixier à Saint-Maurice-lès-Châteauneuf, né vers 1692 et décédé à Tancon le 16 août 1772 le nom de sa mère est inconnu.


c'est tout ce qui subsiste de l'église de Saint-Maurice-lès-Chateauneuf


décès de Joseph-Nicolas Deschizelle

Certains généalogistes disent que ce Joseph-Nicolas DESCHIZELLE serait la même personne que Maître Nicolas-Joseph DESCHIZELLE greffier de la châtellenie royale de Charlieu (Loire) et fils de Jacques DESCHIZELLE, ayant la même charge, et de Marie-Françoise CONSTANTIN, qui épouse à Charlieu le 27 novembre 1714 Christine ROUILLET, fille de Benoît ROUILLET et de Antoinette LAGUERON. Bien que Charlieu soit très proche de Saint-Maurice-lès-Châteauneuf et que je n'ai rien trouvé d'autre, cette filiation me semble doûteuse; ne serait-ce que pour la raison qu'un greffier, fils de greffier, n'est guère susceptible de devenir tisserand du jour au lendemain et sans que cela ne soit mentionné dans les actes d'état-civil.

Sosa 250 - Denis CONSTANTIN est fils de Charles CONSTANTIN sosa 500, né vers 1681 et décédé le 16 mai 1768 à Saint-Martin-de-Lixy...


décès de Charles Constantin

... et de Claudine BUTET sosa 501, née vers 1693 et décédée à Saint-Martin-de-Lixy le 3 mars 1793


décès de Claudine Butet

Ils se sont épousés à Saint-Martin-de-Lixy le 20 janvier 1711 dont Saint-Martin-de-Lixy:
- Antoinette CONSTANTIN (16 septembre 1715 - 7 mars 1786) qui épouse à Saint-Martin-de-Lixy Antoine ANVOLAT, dont:
• Barthélémy ANVOLAT, décédé à Saint-Martin-de-Lixy
- notre Denis CONSTANTIN en 1721
- Claude CONSTANTIN
- Benoît CONSTANTIN


mariage de Charles Constantin et Claudine Butet

Sosa 251 - Claudine POYET est fille de François POYET sosa 502, né à Saint-Maurice-lès-Châteauneuf (71) le 7 octobre 1698...


baptême de François Poyet

... et de Pierrette LEPONT (ou DUPONT ou DUPON, les orthographes varient suivant les actes de baptême de ses enfants) sosa 503, née le 17 mars 1707 à Saint-Martin-de-Lixy


baptême de Pierrette Dupon

Dont à Saint-Martin-de-Lixy:
- Charles POYET (7 avril 1730)
- notre Claudine POYET (en 1731)
- Denis POYET (1733 - 25 mai 1736)
- Jean POYET (27 mai 1734)
- Claudine POYET (8 mars 1736) en principe ce serait d'elle que nous descendons, puisqu'elle porte le même prénom qu'une soeur plus âgée, mais à 16 ans n'était-elle pas un peu jeune pour se marier? Quoique... De toutes façons, cela n'affecte pas la filiation.
- Jean POYET (27 mai 1737)
- Benoît et Blaise POYET jumeaux (6 janvier 1738)
- Jean POYET (31 juillet 1739)
- Françoise POYET (28 octobre 1740 - 10 juin 1741)
- Jean-Baptiste POYET et son jumeau Benoît POYET (2 février 1743)
- Denis POYET (17 février 1744)

En Beaujolais

Sosa 252 - Nicolas DUMOULIN est le fils de Claude DUMOULIN sosa 504, et de Étiennette NICOLAS sosa 505, sur lesquels personne n'a rien trouvé

Sosa 253 - Anne DELPHIN est la fille de Jean DARPHIN (dans cette région, on trouve écrit DARPHIN, DALPHIN ou DELPHIN suivant les actes. Il s'agit probablement de familles originaires du Dauphiné), vigneron et de Marie PERRON, née à Beaujeu-les-Étoux le 30 avril 1706.


baptême de Marie Perron

Ils ont été parents à Beaujeu-le-Étoux de:
- Antoinette DELPHIN (3 - 11 février 1733)
- Claude DARPHIN (8 mars 1734)
- notre Anne DELPHIN en 1737

On imagine souvent le Beaujolais comme une terre bénie des dieux mais la réalité est parfois plus dure. En témoigne cette note écrite par le curé de Beaujeu-les-Étoux à la fin du registre d'état-civil de l'année 1709:

"La présente année 1709 le bled noir a valu dix francs, la mesure d'orge douze francs, le froment et le bled se perdirent en terre et il falloir estre attrouppé de plusieurs hommes armés pour aller acheter le grain qui coutoient huit à neuf francs, le froment et le seigle sept francs, l'avoine jusqu'à la récolte a valu jusqu'à cinq francs. Les vignes et les noyers gelèrent de sorte qu'il n'y eut point de noix. Il y eu quelque peu de raisins qui furent mangés avant leur maturité aussi bien que tous les fruits. L'on ensemença les terres de grains vieux qu'on semoit en lune vieille. Il y eut quantité d'orge et de sarrasin."

Il est difficile d'établir une comparaison entre les francs (or) de l'époque et notre monnaie actuelle mais pour fixer les idées on fixe généralement la valeur du franc "germinal" (un siècle plus tard, mais dont la valeur n'avait probablement guère évolué) à un peu moins de 10 euro. Les prix donnés ci-dessus, quelle que soit la valeur de la "mesure" en Beaujolais sont donc assez élevés. D'après ce site, la "mesure de Beaujeu" pour les grains valait 22,3255 litres.

Sosa 254 - André NESME est le fils de Jean NESME, vigneron à Odenas, né le 20 avril 1703 à Saint-Didier-sur-Beaujeu...


baptême de Jean Nesme


Odenas

... et deMarie GUY, dont je n'ai pas retrouvé l'acte de baptême.

Ils se sont épousés à Quincié-en-Beaujolais le 12 mars 1726. dont à Quincié-en-Beaujolais:
- Benoît NESME (10 février 1727)
- Antoinette NESME (24 mai 1729)
Puis à Lantignié:
- Guillemette-Simone NESME (23 août 1735)
- Antoine NESME (15 novembre 1737)
- Marie-Françoise NESME (30 juillet 1739)
- notre André NESME en 1741
- Antoine NESME (8 septembre 1746)


Mariage de Jean Nesme et de Marie Guy


le château de Quincié-en-Beaujolais autrefois

Sosa 255 - Marguerite BLAIN est la fille de Pierre BLAIN, laboureur né à Saint-Didier-sur-Beaujeu le 16 juin 1709...


baptême de Pierre Blain

... et de Marie GIRON (Saint-Didier-sur-Beaujeu 12 juin 1708 - 25 avril 1755).


baptême de Marie Giron

Dont à Saint-Didier-sur-Beaujeu:
- Jacqueline BLAIN (14 octobre 1730)
- François BLAIN (19 février 1737) qui épouse Antoinette BEROUJON le 7 janvier 1755 à Saint-Didier-sur-Beaujeu; dont à Saint-Didier-sur-Beaujeu:
• Claudine BLAIN (25 octobre 1758)
• Pierre BLAIN (2 mars 1760)
• Jacqueline BLAIN (25 décembre 1761)
• Benoîte BLAIN (25 mars 1763 - 5 décembre 1764)
• Benoît BLAIN (2 janvier 1767)
• Marie Antoinette BLAIN (14 décembre 1768)
• Jean BLAIN (15 août 1770)
• Jeanne BLAIN (décédée le 26 décembre 1757)
- notre Marguerite BLAIN en 1739
- Benoît BLAIN (avril 1742)
- Jeanne BLAIN (16 avril - 24 avril 1748)
- une seconde Jeanne BLAIN (18 septembre 1749)

En secondes noces Pierre BLAIN épouse Anne SANLAVILLE (fille de Etienne et Jeanne JOBERT) dont il aura une:
- Claudine BLAIN (26 décembre 1770)


À la 10ème génération:
En Bretagne

Sosa 448 - on ne connaît pas les parents de Jacques COUDRAY dont on sait seulement qu'il était originaire de la Normandie, toute proche.

Sosa 449 - Perrine HAMELIN est la fille de Julien HAMELIN, né vers 1664 et de Guillemette REGNAUD, née vers 1665. Ils se sonts épousés à Sains le 2 février 1690; dont à Sains:
- notre Perrine HAMELIN en 1691
- Anne-Marie HAMELIN (27 mars 1694)
- Sébastien HAMELIN (23 décembre 1695)
- René HAMELIN (30 août - 25 décembre 1697)
- Janne HAMELIN (10 mars 1702)
- Magdeleine HAMELIN (23 mars 1705)
- Michelle HAMELIN (12 avril 1708)


mariage de Julien Hamelin et Guillemette Regnaud

Sosa 450 - Jan ASSE est le fils de Philippe ASSE, né le 1er janvier 1637 à Saint-Broladre et décédé le 5 février 1705 à Saint-Broladre...


baptême de Philippe Asse


décès de Philippe Asse

... et de Anne FROGER. Ils auront comme enfants, tous nés à Saint-Broladre:

- Marguerite ASSE (6 avril 1674)
- Pierre ASSE (21 février 1676)
- Georges ASSE (1er janvier 1677)
- Janne ASSE (30 mars 1680 - 21 avril 1697)
- Guillemette ASSE (mars 1683)
- notre Jan ASSE, jumeau de Guillemette
- Jan-Julien ASSE (1er juillet 1684)
- Joseph ASSE (26 septembre 1687)
- Pierre ASSE (26 juillet 1692)
- Scholastique ASSE (4 mai 1695)

Sosa 451 - Laurence SALMON est la fille de Gilles SALMON, laboureur, né vers 1642 et de Gilette DUBOIS sur lesquels personne n'a rien trouvé

Sosa 452 - Robert JAN est fils de Gilles JAN né le 3 décembre 1621 à Saint-Broladre...


baptême de Gilles Jan

... et de Nouelle DEMEEL (ou DEMIEL; les orthographes varient d'acte en acte), née à Saint-Broladre le 15 août 1624.


baptême de Nouelle Demeel

Ils seront parents de:
- Georgine JAN (18 avril 1650)
- Françoise JAN (26 août 1656)
- Perronnelle JAN (16 avril 1660)
- Orphraize JAN (un prénom rare! mais qui semble local, 6 janvier 1664)
- Raoul JAN (1er septembre 1665)
- notre Robert JAN (1667 - 1720)

Sosa 453 - Georgine DUCLOS (parfois orthographié du Clos) est la fille de Georges DUCLOS, né vers 1649 et décédé le 20 mars 1709 à Saint-Broladre...


décès de Georges Duclos

... et de Georgine ROUX décédée à Saint-Broladre le 2 février 1680.


décès de Georgine Roux

Ils se sont épousés à Saint-Marcan le 8 octobre 1675, le même jour que leurs frère et soeur respectifs, Jean ROUX et Georgine DUCLOS.


double mariage
Georges Duclos - Georgine Roux et Jean Roux - Georgine Duclos


Saint-Marcan: l'église où se sont épousés Georges Duclos et Georgine Roux

D'un second mariage avec Jeanne DOUDÉ, Georges DUCLOS aura également:
- Estienne DUCLOS (15 septembre 1681)

Sosa 454 - Gilles SÉBILLE est le fils de Honorable Homme Estienne SÉBILLE né le 11 février 1671 à Saint-Broladre et décédé à Saint-Broladre le 6 octobre 1702, âgé de seulement 31 ans...


naissance de Estienne Sébille


décès d'Estienne Sébille

... et de Anne GIGORY, née le 1er mai 1668 et décédée le 27 avril 1734 à Saint-Broladre.


baptême de Anne Gigory

Ils se marieront le 16 novembre 1694 à Saint-Broladre et auront, à Saint-Broladre:
- Jan SÉBILLE (9 septembre 1695)
- Guillaume SÉBILLE (10 octobre 1696)
- Georges-Jan SÉBILLE (27 avril 1698)
- Bonaventure SÉBILLE (29 septembre 1700)
- notre Gilles SÉBILLE (1701 - 1720)


mariage de Estienne Sébille et Anne Gigory.
Sont témoins deux membres de la famille de Saint Pair qui habitent respectivement les manoirs de Callac et de la Jugandière (sur la route de Cherrueix) en St Broladre

Anne GIGORY restée veuve se remarie ave Guillaume CARRÉ le 21 octobre 1704 à Saint-Broladre

Sosa 455 - Jeanne DOUDÉ est la fille de Julien DOUDÉ est probablement celui, dit ROUYANT, qui est né le 22 octobre 1668 à Saint-Broladre.


baptème de Julien Doudé en 1668

 J'avais au départ retenu un autre Julien DOUDÉ, né le 18 janvier 1677 à Saint-Broladre mais une étude très poussée d'une lointaine cousine, qui a recherché et analysé les noms de tous les parrains, marraines et témoins des enfants de Julien DOUDÉ semble prouver que je m'étais trompé, bien qu'il s'agisse probablement d'une seule famille)...


baptême de Julien Doudé en 1677

... et de Louize ROUDIN (aussi orthographié RONDIN) née le 20 mai 1676 à Saint-Broladre.


baptême de Louize Roudin
la marraine est dame Louize-Marie des Hommeaux, seigneur en titre de la baronnie de Saint-Broladre
 
Ils se sont épousés le 1er février 1701 à Saint-Broladre et ont été parents, à Saint-Broladre, de:
- notre Janne DOUDÉ (1702 - 1773)
- Perronnelle DOUDÉ (3 avril 1704 - 10 juin 1707)
- Julien DOUDÉ (18 novembre 1705)
- Marguerite DOUDÉ (14 juillet 1708)
- Scolastique DOUDÉ (28 octobre 1709)
- Laurence DOUDÉ (21 février - 28 mai 1713)
- Marguerite DOUDÉ (24 avril 1714 - 8 mai 1717)
- Simonne DOUDÉ (9 février 1717)
- Laurence DOUDÉ (12 mai 1720)


mariage de Julien Doudé et Louize Rondin
étant mineure un décrêt de justice a été nécessaire, par la juridiction de Malestroit-Dol



À partir de là, il devient très difficile de remonter dans le temps car les registres paroissiaux, si bien tenus et lisibles à partir de 1660, deviennent très délicats à déchiffrer (le curé de l'époque ayant une petite écriture nerveuse, presque illisible et ne laissant aucun blanc entre les actes) et de plus en plus incomplets. Pour le plaisir, voici les belles couvertures de ceux de 1660.


registre de baptêmes

registre de mariages


registre des décès

En Bourgogne - Loire à présent:

Sosa 496 - Je n'ai pas retrouvé l'acte de naissance de François VAGINAY. Il semble être le fils de Louis VAGINAY, marchand, né vers 1660 (d'après son acte de décès) et décédé à Écoche le 19 décembre 1727. C'est en effet un Louis VAGINAY qui est parrain de deux enfants de François VAGINAY pour lesquels les actes disent qu'il est leur grand-père (Louis en 1723 et Marie en 1720) or c'est le seul Louis VAGINAY à Écoche à cette époque...


décès de Louis Vaginay

... et de, soit une première épouse dont je n'ai pas trouvé mention (ce que semble indiquer l'époque de la naissance de notre François VAGINAY en 1683), mais les âges sur les actes de décès sont souvent très approximatifs: les gens ne savaient en général ni écrire, ni compter! Cette hypothèse est peu probable.

 Soit Adrienne LACROIX, née vers 1668 à Belmont-de-la-Loire, de Barthélémy LACROIX et Pierrette BARRICAUD, et décédée à Écoche le 31 décembre 1692. Ils se sont épousés le 23 janvier 1691 (ce qui semble exclure une naissance de notre François VAGINAY en 1683), mais sait-on jamais...


mariage de Louis Vaginay et Adrienne Lacroix (il n'est pas dit que Louis soit veuf)
on notera la signature de Benoist Accary, futur beau-père de Louis Vaginay

 Soit encore Claudine ACCARY, née à Arcinges (Loire) le 15 février 1675 et décédée à Écoche le 28 février 1696


baptême de Claudine Accary


Arcinges


décès de Claudine Accary

Ils se sont épousés à Écoche le 28 février 1696 et leurs enfants connus, nés à Écoche, sont:
- Anne VAGINAY (25 juin 1706, décédée à Mussy-sous-Dun - Saône-et-Loire le 22 juillet 1771), qui épouse Anthoine TROUILLET, le 11 février 1738 à Mussy-sous-Dun
- Claude VAGINAY (8 octobre 1707 - 16 juillet 1711)
- son jumeau Jean VAGINAY (8 octobre 1707 - 2 mars 1714)
- Benoit VAGINAY (25 juin 1712), habite Saint-Igny-de-Roche (71)
- Benoiste VAGINAY (qui épouse Benoist MAGIN, le 16 janvier 1723 à Vauban - Saône-et-Loire)
- probablement notre François VAGINAYdécédé en 1728


mariage de Louis Vaginay et de Claudine Accary

Que s'est-il passé entre le mariage (1696) et la première naissance trouvée (1706)? Il y a largement la place pour la naissance de notre François VAGINAY (et sans doute d'autres enfants, dans une autre paroisse). Le premier enfant connu de François VAGINAY étant né en 1720, il pourrait très bien être le fils de Claudine ACCARY; on se serait un peu trompé sur son âge, à son décès. C'est à ce jour l'hypothèse la plus plausible.

Sosa 497 - Claudine DECLAS est la fille de Claude DECLAS sur lesquels personne n'a rien trouvé. On ne connaît pas le nom de sa mère

Sosa 498 - on ne connaît pas les parents de Joseph Nicolas DESCHIZELLE

Sosa 500 - Charles CONSTANTIN est le fils de Benoît CONSTANTIN et de Benoîte DESROCHES sur lesquels personne n'a rien trouvé

Sosa 501 - Claudine BUTET est fille de Denis BUTET, tixier de toile, né à Saint-Martin-de-Lixy vers 1656, et décédé dans cette paroisse le 6 mai 1728...


décès de Denis Butet

... et de Antoinette FOREST, qui serait décédée le 10 septembre 1733 à Saint-Martin-de-Lixy. Je n'ai pas retrouvé l'acte, signalé par d'autres généalogistes, les registres étant reliés en désordre.

Sosa 502 - François POYET est fils de Antoine POYET, couvreur et marchand (Châteauneuf 1er avril 1670)...


baptême de Antoine Poyet

... et de Gabrielle AUBOYER, née le 20 avril 1676 à Saint-Maurice-lès-Châteauneuf, fille de François AUBOYER (Saint-Maurice_Lès_Châteauneuf 8 janvier 1674) et de Françoise AUCLER.


baptême de Gabrielle Auboyer

Ils se sont épousés à Saint-Maurice-lès-Châteauneuf le 22 janvier 1698. Dont à Saint-Maurice-lès-Châteauneuf:
- notre François POYET en 1698
- Anne POYET (1er mars 1700)
- Catherine POYET (17 mai 1701 - 9 avril 1736)  qui épouse Denis LEPONT; dont:
• Antoine LEPONT
- Claudine POYET (22 mai 1703)
- Etiennette POYET (7 septembre 1704 - Saint-Martin-de-Lixy 31 décembre 1733) qui épouse Denis BUTET; dont
• Jean BUTET (1727)
- Catherine POYET (vers 1706 - 9 avril 1736 à Saint-Martin-de-Lixy) qui épouse Denis LEPONT; dont:
• Antoine LEPONT
- Jean Claude POYET (28 avril 1706)
- Claudine Françoise POYET (12 octobre 1717)
- Louise POYET (4 avril 1709)
- François POYET (16 août 1711)
- Jean Claude POYET (25 avril 1713)
- Jean POYET (16 mars 1715 - Saint-Martin-de-Lixy 11mars 1755) qui épouse Claudine BUTTY le 16 février 1745 à Saint-Martin-de-Lixy


mariage de Antoine Poyet et Gabrielle Auboyer

Sosa 503 - Pierrette LEPONT est fille de Antoine LEPONT ou DUPONT, tisserand et de Pierrette DEMONCORGÉ, née vers 1686, décédée le 13 octobre 1751 à Saint-Martin-de-Lixy. Dont:
- Notre Perrine LEPONT
- Benoît LEPONT (5 octobre 1714)
- Françoise LEPONT (mars 1718 - 30 avril 1718)
- Denis LEPONT qui épouse Catherine POYET, comme nous venons de le voir



décès de Pierrette Demoncorgé

En Beaujolais

Sosa 504 et 505 - on ne connaît pas les parents de Claude DUMOULIN ni ceux de son épouse Etiennette NICOLAS

Sosa  506 - Je n'ai pas retrouvé le nom du père de Jean DARPHIN, mais celui d'un de ses frères, Étienne DARPHIN, témoin au mariage de Nicolas DUMOULIN

Sosa 507 - Marie PERRON pourrait être la fille de Anthoine PERRON la boureur, sosa 10145 (Beaujeu-les-Étoux 2 mai 1671)...


baptême d'Anthoine Perron

... et de Antoinette TIMON sosa 1015, qui se sont mariés le 22 novembre 1695 à Beaujeu-les-Etoux et ont été parents à Beaujeu-les-Étoux de:
- Marie PERRON (19 - 29 novembre 1696)
- Marie PERRON (19 novembre 1697)
- Catheline PERRON (1698)
- Françoise PERRON (10 novembre 1700)
- Pierre PERRON (4 octobre 1704)
- notre Marie PERRON en 1706
- Agathe PERRON (19 décembre 1707)


mariage de Antoine Perron et Antoinette Timon

Il existe toutefois à Beaujeu-le-Étoux, pour la même période, une autre Marie PERRON, née le 2 avril 1699, de Thomas PERRON vigneron et Claudine VEYVOLET qui ont eu belle descendance à Beaujeu-les-Étoux:
- Françoise PERRON (vers 1696 - 9 novembre 1718)
- Marie PERRON (26 avril 1699)
- Anonyme PERRON (né et mort 18 septembre 1702)
- Anne PERRON qui épouse Benoît MERA le 26 octobre 1734
- Claude PERRON qui épouse ... TIRAN, dont:
• Claude PERRON (1733 - 1733)
- Thomas PERRON qui épouse Benoîte GAUDET le 12 février 1720 à Villiers-Morgon, dont:
• Françoise PERRON (Beaujeu-les-Étoux 19 décembre 1720)


baptême d'une Marie Perron en 1699

Bien difficile de dire quelle est la bonne Marie PERRON, dont rien ne prouve d'ailleurs qu'elle soit née à Beaujeu-les-Étoux...

Sosa 508 - Jean NESME est le fils de Antoine NESME sosa 1016, dit "le jeune" vigneron au Etoux, né à Chenelette le 27 juin 1660. On trouve plusieurs Antoine NESME À Chenelette à cette époque mais deux Antoine NESME dits respectivement "le jeune" et "l'ancien" se marient le même jour avec deux soeurs FARJA. On peut penser qu'il s'agit de deux frères (ce genre de mariage était courant) et il y a effectivement deux frères NESME prénommés Antoine; ce qui permet sans trop de risques de dire que le cadet est le notre...


baptême d'Antoine Nesme "le jeune"


Chenelette autrefois

... et de Etiennette FARJA (ou FARJAT) sosa 1017, née le 20 mai 1670 aux Ardillats (Rhône)


baptême de Etienette Farja


l'église des Ardillats où a été baptisée Etienette Farja

Ils se sont mariés le 1er mars 1685 à Chenelette. Dont à Chénelette:
- Claudine NESME (5 septembre 1689)
- Pierre NESME (13 janvier 1692)
- Marcellin NESME (22 octobre 1696 - 27 avril 1709)
- Claudine NESME (5 septembre1700)
Puis à Saint-Didier-sur-Beaujeu:
- notre Jean NESME en 1703
- Claude NESME (3 janvier 1705)
- Jeanne NESME (4 août 1706)
- un second Claude NESME (23 mars 1708)
- Marguerite NESME (13 août 1711)


mariage de Nesme "le jeune" et Etienette Farjat
l'acte de mariage de Nesme "l'ancien" et Claudine Farjat se trouve immédiatement avant, sur la page précédente

Sosa 509 - Marie GUY est la fille de Benoit GUY sosa 1018, vigneron à Quincié-en-Beaujolais, dont je n'ai pas l'acte de baptême, l'état-civil ne remontant pas assez loin et de Jeanne LAFONT sosa 1019, sur laquelle on ne sait rien.

Dont à Quincié-en-Beaujolais:
- Claudine GUY (11 juin 1693)
- Antoine GUY (25 décembre 1698)
- Jean GUY (2 mars 1696)
- notre Marie GUY dont je n'ai pas retrouvé l'acte de baptême, mais dont la filiation est donnée par son acte de mariage

Sosa 510 - Pierre BLAIN est le fils de Jean BLAIN sosa 1020, probablement originaire de Saint-Didier-sur-Beaujeu et de Jacqueline AULAS sosa 1021, probablement originaire de Propières vers 1674 - Décédée à Saint-Didier-sur-Beaujeu le 12 mai 1746


décès de Jacqueline Aulas


Propières

Je n'ai pas la date du mariage car l'état civil de Propières a été perdu de 1695 à 1721). Dont à Saint-Didier-sur-Beaujeu:
- Anne BLAIN (1704 - 1742) qui épouse Simon NESME le 9 mai 1724 à Saint-Didier-sur-Beaujeu; dont à Saint-Didier-sur-Beaujeu;:
• Simon NESME (15 mars 1725)
• Pierrette NESME (4 mai 1726)
• un second Simon NESME (24 janvier 1731)
• Elisabeth NESME (26 janvier 1732)
• Claude NESME (26 novembre 1734)
• un second Claude NESME (2 décembre 1735)
• un troisième Claude NESME (23 décembre 1739)
• une Barthélémie NESME (12 mars 1742)
• Espérance NESME (14 avri1745)
• Pierre NESME (3 décembre 1747)
• Claudine NESME (21 juin1750)
• Benoit NESME qui épouse Claudine COLLONGE le 16 janvier 1743 à Saint-Didier-sur-Beaujeu
- Claude BLAIN (né et mort le 3 mai1706)
- Guillaume BLAIN (5 - 9  février 1708)
- notre Pierre BLAIN en 1709
- Etienne BLAIN (28 février 1712)
- Marie BLAIN (1714 - 1749) qui épouse Claude CLAITTE

Sosa 511 - Marie GIRON est la fille de Antoine GIRON sosa 1022, laboureur - affaneur (c'est à dire "journalier") né vers 1680, peut-être à Poule-les-Écharmeaux et décédé le 5 mars 1743 à Saint-Didier-sur-Beaujeu...


décès de Antoine Giron

... et de Elisabeth SANLAVILLE née vers 1678, probablement à Saint-Didier-sur-Beaujeu et décédé au même endroit le 28 mars 1735


décès de Elisabeth Sanlaville

Ils se sont épousés le 21 juin 1707 à Saint-Didier-sur-Beaujeu; dont à Saint-Didier-sur-Beaujeu:
- notre Marie GIRON en 1708
- Benoîte GIRON (30 septembre 1709)
- Françoise GIRON (26 mai 1712)
- Barthélémie GIRON (2 septembre 1714)
- Claudine GIRON (27 février 1717 - 23 janvier 1785) qui épouse Benoit BRANCHE (1715 - 1797) le 16 février 1740 à Saint-Didier-sur-Beaujeu
- Jeanne GIRON (9 décembre 1717)
- Pierrette GIRON (23 novembre 1720)


mariage de Antoine Giron et Elisabeth Sanlaville

Antoine GIRON était veuf de Jeanne PERRIN († 17 mai 1707) qu'il avait épousée à Saint-Didier-sur-Beaujeu le 19 février 1702; dont à Saint-Didier-sur-Beaujeu:
- Antoinette GIRON (9 décembre 1703)


À la 11ème génération:
En Bretagne

Sosa 898 et 899 - on ne connaît pas les parents de Julien HAMELIN ni ceux de son épouse Guillemette REGNAUD

Sosa 900 - Philippe ASSE  est fils de Maître Mathurin ASSE sosa 1800, né le 1er janvier 1607 à Roz-sur-Couesnon - décédé le 18 mai 1669 à Saint-Broladre...


baptême de Mathurin Asse


Roz-sur-Couesnon: corps de garde
sa construction doit remonter aux dernières années de Mathurin Asse


décès de Mathurin Asse

... et de Jacquemine SYMON sosa 1801 (Saint-Broladre 6 juin 1610)


baptême de Jacquemine Symon

Ils se sont mariés à Roz-sur-Couesnon le 5 mars 1628 et ont été parents, à Saint-Broladre, de:
- Perronnelle ASSE (23 janvier 1631)
- Marguerite ASSE (25 mars 1634)
- notre Philippe ASSE (1637 - 1705)
- Catherine ASSE (5 mai 1639)
- Julienne ASSE (6 avril 1642)


mariage de Mathurin Asse et Jacquemine Symon

Sosa 901 - Anne FROGER est la fille de Maître Pasquier FROGER sosa 1802, né le 7 mars1599 à Saint-Broladre...


le bel acte de baptême de Pasquier Froger

... et de Noëlle TIREL née le 26 novembre 1613 à Saint-Broladre


baptême de Julienne Tirel

Ils se sont épousés le 11 février 1641 à Saint-Broladre (il avait 41 ans et elle 27) et ont été parents, à Saint-Broladre,  de:
- Jan FROGER (3 janvier 1643)
- Anthyne-Denis FROGER (1644), qui épouse, le 28 novembre 1669 à Saint-Broladre, Perrine SALMON (1643), dont il aura une:
• Gilles FROGER (6 juillet 1673)
• Louize-Janne FROGER (8 juillet 1676 à Saint-Broladre)
- Julienne FROGER (25 janvier 1652)
- notre Anne FROGER


mariage de Pasquier Froger et Anne Tirel

Sosa 902 - Gilles SALMON est fils de Jean SALMON sosa 1804 et de Jacquemine DELAMARCHE sosa 1805, née le 10 mai 1611 à Saint-Broladre.


baptême de Jacqemine Delamarche

Ils se sont épousés le 10 octobre 1634 à Saint-Broladre, dont à Saint-Broladre:
- Notre Gilles SALMON
- Georgine SALMON (1 février 1652 - 11 octobre 1682)
- Perrine SALMON qui épouse, le 28 novembre 1669 à Saint-Broladre, Anthyme-Denis FROGER, laboureur né en 1644; dont à Saint-Broladre:
• Gilles FROGER (6 juillet 1673)
• Louize-Janne FROGER (8 juillet 1676)


mariage de Jan Salmon et Jacquemine Delamarche

Sosa 903 - on ne connaît pas les parents de Gillette DUBOIS

Sosa 904 - Gilles JAN est le fils de Pierre JAN sosa 1808 et de Jeanne PUNELLE sosa 1809, décédée à Saint-Broladre le 15 mars 1664


décès de Jeanne Punelle

Ils se sont épousés le 18 juillet 1606 à Saint-Broladre.


mariage de Pierre Jan et de Jeanne Punelle

Dont à Saint-Broladre:
- Mathurinne JAN (29 octobre 1618)
- Guillemette JAN (22 novembre 1619)
- notre Gilles JAn en 1621
- Thomasse JAN (21 septembre 1624)
- Mathurin JAN (1er octobre 1630)

Sosa 905 - Nouëlle DEMEEL est la fille de Bertrand DEMIEL sosa 1810 (Saint-Broladre 14 juin 1592 - mars 1627...


baptême de Bertrand Demiel

... et de Noëlle PERIER sosa 1811 (Saint-Broladre 20 janvier 1602 - 1er décembre 1669)


baptême de Noëlle Perier

Dont à Saint-Broladre
- Jean DEMIEL (13 mars 1623)
- notre Nouëlle DEMMEL en 1624
- Noël DEMIEL (5 janvier 1626)
- Robert DEMEEL (29 décembre 1626)

Sosa 906 - Georges DUCLOS est le fils de Jean DUCLOS sosa 1812, également père de:
- Georgine DUCLOS
On ne connaît pas le nom de sa mère.

Sosa 907 - Georgine ROUX est la fille de Jean ROUX sosa 1814 (d'après son acte de mariage qui précise qu'elle habite à Saint-Marcan). Or on ne trouve dans l'état-civil de Saint-Marcan à l'époque où elle a pu naître, qu'un seul Jean ROUX qui a épousé Guillemette BOTHELIN le 17 septembre 1640 à Saint-Marcan.


mariage de Jean Roux et de Guillemette Bothelin

On y trouve également les actes de baptême de leurs enfants:
- Pierre ROUX (19 juillet 1641)
- Julien ROUX (20 mars 1642)
- Jean ROUX (12 août 1643)
- Jeanne ROUX (18 février 1650)
- Robert ROUX (23 mars 1653)

Mais aucune trace de la naissance d'une Georgine ROUX. Il n'est pas impossible que'elle soit née dans une autre paroisse, entre 1644 et 1649 ou après 1653. Les cultivateurs, au gré des fermages, changeaient souvent de domicile à l'époque.

Sosa 908 - Estienne SÉBILLE sosa 1816 est fils de Bonaventure SÉBILLE, né le 12 avril 1642 à Saint-Broladre et décédé le 13 avril 1695 à Saint-Broladre..


baptême de Bonaventure Sébille


décès de Bonaventure Sébille

... et de Janne BERTE (aussi orthographié BERTHÉ) décédée le 4 mai 1694 à Saint-Broladre.


décès de Janne Berthe

 Ils se sont épousés le 5 mars 1669 à Saint-Broladre et ont été parents de:
- Estienne SÉBILLE (11 février 1671)
- Guillaume SÉBILLE (29 août 1677)
- Julien SÉBILLE et notre Guillaume SÉBILLE, jumeaux, (30 novembre 1681)


mariage de Bonaventure Sébille et Janne Berte

Sosa 909 - Anne GIGORY est la fille de Guillaume GIGORY sosa 1818, sieur des Rivières, né le 28 mars 1632 à Saint-Broladre..


naissance de Guillaume Gigory

... et de Honorable Femme Janne LEPRESTRE sosa 1819. Ils se sont épousés à Saint-Broladre le 26 juin 1663 et ont été parents, à Saint-Broladre, de:
- Pierre GIGORY(2 septembre 1664)
- Jan GIGORY (30 septembre 1665)
- notre Anne GIGORY en 1668
- Jacquemine GIGORY (19 août 1673 - 18 avril 1705)


mariage de Guillaume Gigory et de Janne Leprestre, prononcé par Robert Leprestre, curé de Saint-Broladre

 
Sosa 910 - Julien DOUDÉ semble donc être le fils de Jan DOUDÉ sosa 1820, né le 9 juin 1626 à Saint-Broladre...


baptême de Jan Doudé

... et deJanne JACOB sosa 1821, née le 3 juin 1627 à Saint-Broladre et décédée au même lieu le 5 décembre 1692



Ils se sont épousés le 26 novembre 1661 à Saint-Broladre, dont à Saint-Broladre:
- Jan DOUDÉ (5 août 1663)
- Pierre DOUDÉ (28 octobre 1665) qui épouse à La Boussac le 13 juillet 1686, Perrine LEMARÉCHAL; dont à Saint-Broladre:
• Laurent DOUDÉ (vers 1688 - 29 juin 1713)
• Julien DOUDÉ (25 août 1690)
• Charles DOUDÉ (7 février 1692)
• Marguerite DOUDÉ (2 juin 1693)
• Anne DOUDÉ (7 décembre 1694)
• Perrine DOUDÉ (8 octobre 1696)
• Louise DOUDÉ (2 novembre 1698)
• Janne DOUDÉ (19 mars 1701)
• Marguerite-Cécile DOUDÉ (18 mars 1703)
• Jan-Pierre DOUDÉ (24 janvier 1706)
- notre Julien DOUDÉ


mariage de Jan Doudé et Janne Jacob

Sosa 911 - Louize ROUDIN est la fille de Jan RONDIN sosa 1822 et de Marguerite COUASPEL sosa 1823 (la soeur de Georgine, comme l'atteste la signature de leur père sur divers actes les concernant), née vers 1633 et décédée le 10 novembre 1708 à Saint-Broladre.


décès de Marguerite Couaspel

Ils ont eu:
- Guillemette ROUDIN (Saint-Broladre 2 mai 1665)
- Laurence ROUDIN (13 mars 1667)
- Janne ROUDIN (17 avril 1669)
- Michel ROUDIN (Saint-Broladre 19 mai 1673) qui épouse Catherine ESTIENNE le17 février 1697, dont il aura:
• Mathurin ROUDIN (11 juillet 1698)
• Laurence ROUDIN (16 janvier 1701)
• Janne ROUDIN (29 janvier 1703)
• Estiennette ROUDIN (5 mars 1706)
- notre Louize ROUDIN (1676)


En Bourgogne et dans la Loire

Si l'on retient l'hypothèse selon laquelle François VAGINAY est le fils de Louis VAGINAY et de Claudine ACCARY:

Sosa 992 - Louis VAGINAY est le fils de Sieur François VAGINAY, honneste homme, marchand, qui aurait fait son testament le 17 bovembre 1691 à Ecoche, château Dubut auprès de Maître THIVENT, notaire (source 1107 - AD Notaires)..


signature de François Vaginay

... et de Antoinette FLEURY (vers 1638). Dont à Écoche:
- Claude VAGINAY (avant 1658), marchand, bourgeois des Coches (ancienne graphie de Écoche), qui épouse Benoiste DESPORTE (fille de Toussaint et Pierrette DUPERRON), dont:
• Claude-Marie VAGINAY (29 novembre 1699)
• Christophe VAGINAY (11 octobre 1704)
- Notre Louis VAGINAY (vers 1660)
- Claude VAGINAY, dit "le jeune", prêtre, curé de Saint-Denis-de-Cabanne en 1709
- Jean VAGINAY
- Marie VAGINAY, qui épouse Benoist CRESTIN le 13 novembre 1673 à Sévelinges

Sosa 993 - Claudine ACCARY est la fille de Sieur Benoist ACCARY sosa 1986, dit Fouilloux, marchand d'Arcinges, sur lequel on ne trouve rien, sinon sa signature...


signature de Benoist Accary

... et de Françoise CHAPPON, née vers 1645 et décédée à Arcinges le 26 janvier 1723.


décès de Françoise Chappon

Ils se seraient épousés à Arcinges (?) le 28 juin 1670 (mais on ne trouve pas d'acte); dont à Arcinges:
- Antoinette ACCARY (28 avril 1672) qui épouse André POISAT le 17 février 1688 à Arcinges
- notre Claudine ACCARY en 1675
- Benoît ACCARY, dit "le jeune" (4 mars 1680 - 22 septembre 1719) qui épouse Jeanne ALEXANDRE le 12 février 170 à Arcinges
- Anne ACCARY (31 janvier 1684 - 11 avril 173 à Jarnosse) qui épouse Benoît BARDIN
- Louis ACCARY (23 novembre 1686 - 14 février 1741) qui épouse Claudine TROSSART le 17 avril 1714 à Arcinges
- Pierrette ACCARY

Sosa 994 - on ne connaît pas les parents de Claude DECLAS

...

Sosa 1000 et 1001- on ne connaît pas les parents de Benoît CONSTANTIN ni ceux de son épouse Benoîte DESROCHES

Sosa 1002 et 1003 -  on ne connaît pas les parents de Denis BUTET ni ceux de son épouse Antoinette FOREST

Sosa 1004 - Antoine POYET est le fils de Claude POYET sosa 2008, couvreur et de Antoinette PERRET sosa 2009
Dont à Châteauneuf:
- Claude POYET (23 janvier 1668)
- notre Antoine POYET en 1670
- Jeanne POYET (16 novembre 1671)
- Jeanne POYET (8 - 15 mai 1674)
- Michel POYET Maître couvreur, Marchand, Couvreur d'ardoise (9 février 1677 - Tancon 7 novembre 1743) qui épouse Françoise SOTTIER le 11 juin 1697 à Châteauneuf; dont à Châteauneuf:
• Nicolas Joseph POYET (13 avril - 8 mai 1698)
• un garçon anonyme POYET (né et mort 6 décembre 1699)
• Jean POYET (9 mai 1701 - 9 avril 1709)
• Jacqueline POYET (25 août 1703 - 18 juillet 1706) qui épouse Michel DESGRANGES le 5 février 1727 à TANCON; dont à Tancon:
-- Jeanne Catherine DESGRANGES (20 décembre 17247)
-- Michel DESGRANGES (30 novembre 1729)
-- Claudine DESGRANGES (17 janvier 1732)
• Marie POYET (15 décembre 1704 - Tancon 25 septembre 1733)
• Jean POYET Maître architecte et entrepreneur de la ville de Lyon, certainement un personnage important (11 septembre 1706)
• Claudine POYET (22 juillet 1708) qui épouse Claude LATU
• Blaise POYET marchand (11 janvier 1710 - Tancon 11 février 1765) qui épouse Benoîte MONTADRE; puis en secondes noces Anne DUCARRE, le 29 janvier 1743; dont à Tancon:
-- Catherine POYET (25 mars 1743)
-- Michelle POYET (18 juin 1745)
-- Claudine POYET (17 février 1747) qui épouse Claude THÉVENET le 12 septembre 1775 à Tancon
-- Benoît POYET marchand (10 février 1749) qui épouse Jacqueline AULAS; dont à Tancon:
* Anne Joséphine POYET (25 août 1775)
* Benoît François POYET (25 décembre 1776)
* Pierre Marie POYET (27 décembre 1777)
• Antoine POYET (28 décembre 1713)
• Catherine POYET (19 juillet 1723)
- Jean Baptiste POYET architecte comme son neveu, profession rare à l'époque (vers 1685 - Tancon 25 mars 1743)

Sosa 1005 - Gabrielle AUBOYER est la fille de François AUBOYER sosa 2010 et de Françoise AUCLER sosa 2011; dont à Saint-Maurice-lès-Châteauneuf:
- Estienne AUBOYER (3 avril 1672)
- notre Gabrielle AUBOYER en 1676
- Denis AUBOYER (10 juillet 1678)
- Jeanne AUBOYER (1er décembre 1680)
- Estiennette AUBOYER qui épouse François AUCOURT le 13 février 1703 à Saint-Maurice-lès-Châteauneuf

Dans le Beaujolais

Sosa 1006 et 1007 - on ne connaît pas les parents de Antoine LEPONT ni ceux de son épouse Pierrette DEMONCORGÉ

...

Sosa 1014 - Antoine PERRON est le fils de Pierre PERRON sosa 2028 et de Claudine GONIN sosa 2029, sur lesquels personne n'a rien trouvé

Sosa 1015 - on ne connaît pas les parents de Antoinette TIMON
 
Sosa 1016 - Antoine NESME est le fils de Benoît NESME sosa 2032 et de Philiberte DEPARDON sosa 2033

Dont à Chenelette:
- Claudine NESME (8 mars 1654)
- Antoine NESME (7 mai 1756)
- Catherin NESME (13 mars 1658 - 24 décembre 1726)
- notre Antoine NESME en 1660
- Pierre NESME, grangier du Mont (4 mai 1662)
- Philibert NESME (7 septembre 1664)
- Claude NESME (12 novembre 1665)
- Nicolas NESME (11 juin 1668)
- Claudine NESME (les Ardillats 6 mars 1671)
- Benoît NESME (11 juin 1674)
- Pierre NESME qui épouse Anne CABOUD le 1er septembre 1682 à Poule-les-Écharmeaux

Sosa 1017 - Etiennette FARJA est la fille de Hugues FARJA, (les Ardillats 21 mai1634 - 30 octobre 1694)...


baptême de Hugues Farja


décès de Hugues Farja


les Ardillats

... et de Michelette CINQUIN dite CHEREZE, sosa 2035 (les Ardillats 9 novembre 1640-  20 août 1680.


baptême de Michelette Cinquin


décès de Michelle Cinquin

Dont aux Ardillats:
- Claudine FARJA 1664 qui épouse Antoine NESME "l'ancien" le même jour que son frère Antoine NESME "le jeune" le 1er mars 1685 à Chénelette (voir ci-dessus)
- Michel FARJA (1667 - 1676)
- François FARJA (1668)
- notre Etiennette FARJA en 1670
- Philiberte FARJA (1671)
- Philipine FARJA (1673)
- Pierre FARJA (1674)
- Claudine FARJA (1676)
- Antoinette FARJA (1678)
- Isabeau FARJA

Resté veuf, Hugues FARJA épouse en secondes noces Claudine LADOUZE (1628 - 1687) le 17 février 1681

Puis en troisième mariage Toussainte GOUTERIS le 23 février 1688 aux Ardillats; dont:
- Antoine FARJA
- Philibert FARJA
- Marie FARJA

Sosa 1018 et 1019 - on ne connaît pas les parents de Benoît GUY ni ceux de son épouse Jeanne LAFONT

Sosa 1020 - Jean BLAIN est le fils de  Jean BLAIN sosa 2040 (Saint-Didier-sur-Beaujeu 29 décembre 1643 - 1er janvier 1713)...


baptême de Jean Blain


décès de Jean Blain


Saint-Didier-sur-Beaujeu aujourd'hui (GoogleStreet)

... et de Benoîte ANDRÉ sosa 2041
On ne possède pas l'acte de mariage mais le contrat de mariage a fait l'objet, le 12 janvier 1671, d'un enregistrement aux Insinuations du Beaujolais (greffe du Tribunal Royal) qui, bien qu'étant difficile à lire, apporte de précieux renseignements sur les biens des époux, la dot et les noms de leurs parents,  frrêres et soeurs respectifs.


contrat de mariage de Jean Blain et Benoîte André

Dont à Saint-Didier-sur-Beaujeu:
- Blaise BLAIN (6 août 1694)
- notre Jean BLAIN
- Guillaume BLAIN qui épouse Jeanne AUCOUR le 26 juillet 1718 à Saint-Didier-sur-Beaujeu

Sosa 1021 - on ne connaît pas les parents de Jacqueline AULAS, faute d'état-civil assez ancien à Propières

Sosa 1022 - Antoine GIRON est le fils de Mathieu GIRON sosa 2044, laboureur, probablement originaire de Poule-les-Écharmeaux...


Poule-les-Écharmeaux

... et de Pierrette BERTHELON sosa 2045

Sosa 1023 - Élisabeth SANLAVILLE est la fille de François SANLAVILLE sosa 2046, affaneur originaire de Saint-Didier-sur-Beaujeu et de Jeanne COILLARD sosa 2047
dont à Saint-Didier-sur-Beaujeu:
- notre Elisabeth SANLAVILLE vers 1678
- Benoite SANLAVILLE vers 1680 qui épouse Benoit CALOT le 1er juin 1702 à Saint-Didier-sur-Beaujeu
- Claudine SANLAVILLE qui épouse Claude VIVIER en juin 1685 à Saint-Didier-sur-Beaujeu


À la 12ème génération:
En Bretagne

Sosa 1800 - Mathurin ASSE est le fils de  Pierre ASSE dit "les Vergers" et de Gillette LERENETEL († Roz-sur-Couesnon, la Poultière 25 avril 1639)


décès de Gillette Lerenetel




Roz-sur-Couesnon, situation (Google) et vue actuelle de la Poultière, en bordure des polders


Mont-Saint-Michel vu depuis Roz-sur-Couesnon et ses polders

Dont à Roz-sur-Couesnon:
- Georges ASSE (12 novembre 1597)
- Gilles ASSE (2 janvier 1600)
- René ASSE (15 octobre 1601)
- notre Mathurin ASSE en 1607
- Julien ASSE (5 novembre 1609)
- Vincende ASSE (14 octobre 1612)
- Perrine ASSE (15 août 1615 - 7 avril 1616)
- Michel ASSE (14 avril 1618)
- Janne ASSE (16 juillet 1621)

Sosa 1801 - Jacquemine SYMON est la fille de Maître Nicollas SYMON sosa 3602, sieur des Tourelles...


Saint-Broladre: situation de l'impasse des Tourelles (le manoir n'existe plus)

... et de Nicolle TALVATZ sosa 3603

Dont à Saint-Broladre:
- Françoise SYMON (23 janvier 1602)
- Françoise SYMON (2 mars 1603)
- Roullette SYMON (28 août 1605)
- Guillaume SYMON (26 avril 1607)
- Nicolle SYMON (25 décembre 1608)
- notre Jacquemine SYMON en 1610
- Peronnelle SYMON (4 mars 1613) qui épouse Julien GIGORY le 27 janvier 1635 à Saint-Broladre
- Marguerite SYMON (27 juillet 1615)
- Euphrasie SYMON (1er décembre 1616)
- Maître Georges SYMON sieur des Tourelles (28 mars 1618) qui épouse Jeanne DURAND († 1676) le 21 juillet 1643 à Saint-Broladre
- Jeanne SYMON (5 octobre 1620)
- Maury SYMON (30 octobre 1624)
- Guillaume SYMON (7 août 1628)

Sosa 1802 - Pasquier FROGER est le fils de Guillaume FROGER sosa 3604 et de Gillette DUGUÉ sosa 3605

Ils ont été parents à Saint-Broladre de:
- Mathurin FROGER (22juin 1590)
- Gillette (FROGER (27 avril 1595)
- notre Pasqueir FROGER (1599)
- Janne FROGER (1604)
- Guionne FROGER (1607)
- Jan FROGER (24 septembre 1615)
- Marie FROGER

Sosa 1803 - Noëlle TIREL est la fille de Pasquier TIREL 3606 et de Jeanne JAGU sosa 3607

Ils se sont mariés le 1er juin 1599 à Saint-Broladre


mariage de Pasquier Tirel et Jeanne Jagu

Les enfants de ce couple sont, à Saint-Broladre:
- Mathurin TIREL (19 juin 1600)
- Jeanne TIREL (1er janvier 1603)
- Perrine TIREL (26 juin 1605)
- notre Noëlle TIREL et sa jumelle Julienne TIREL (26 novembre 1613)

Sosa 1804 - on ne connaît pas les parents de Jean SALMON

Sosa 1805 - Jacquemine DELAMARCHE est la fille de Josselin DELAMARCHE et de Jeanne ROUL sur lesquels personne n'a rien trouvé

...

Sosa 1808 et 1809 -  on ne connaît pas les parents de  Pierre JAN ni ceux de son épouse Jeanne PUNELLE

Sosa 1810 - Bertrand DEMIEL est le fils de Guillaume DEMEEL sosa 3620 et de Eonne JACOB sosa 3621
Ils se sont mariés à Saint-Broladre le 22 février 1588
Dont à Saint-Broladre:
- notre Bertrand DEMIEL en 1592
- Mathurin DEMEEL (29 mai 1595)
- notre Guillemette DEMEEL (25 juillet 1604) qui épouse Mathurin JACOB (1600) le 19 février 1623 à Saint-Broladre; dont
• notre Janne JACOB (3 juin 1627 - 5 décembre 1692) épouse de Jean DOUDÉ


mariage de Guillaume Demeel et Eonne Jacob

Marie-Louise COUDRAY descend donc deux fois de ce couple

Sosa 1811 - Noëlle PERIER est la fille de Gilles PERIER sosa 3622 et de Julienne LEPELLETIER sosa 3623
Ils se sont mariés à Saint-Broladre le 18 janvier 1601


mariage de Gilles Perier et Julienne Lepelletier

Sosa 1812 - on ne connaît pas les parents de Jean DUCLOS

...

Sosa 1814 et 1815 - on ne connaît pas les parents de Jean ROUX ni ceux de son épouse Guillemette BOTHELIN

Sosa 1816 - Bonaventure SÉBILLE est le fils de Vincent SÉBILLE sosa 3632, décédé le 11 février 1669 à Saint-Broladre...


décès de Vincent Sébille

... et de Gillette GOBLÉ sosa 3633; dont à Saint-Broladre:
- Guillaume SÉBILLE (28 août 1636)
- notre Bonaventure SÉBILLE en 1642`
- Perronnelle SÉBILLE († 6 février 1669)

Vincente SÉBILLE était veuf de Noëlle LEPELTIER qu'il avait épousée à Cherrueix le 23 avril 1624; dont à Saint-Broladre:
- Catherine SÉBILLE (13 décembre 1632 - 9 novembre 1680) qui épouse Guillaume PESTEL le 2 février 1651 à Saint-Broladre

D'un troisième mariage avec Françoise GOBLÉ (la soeur de Gillette?) il avait eu une:
- Mathurine SÉBILLE (20 septembre 1651 à Saint-Broladre)
- François SÉBILLE qui épouse Guillemette ROUX le 26 novembre 1669 à Saint-Broladre
- Julienne SÉBILLE présente au mariage de son frère François


Sosa 1817 - Janne BERTHÉ est la fille de Guillaume BERTHÉ sosa 3634 et de Julienne DUCLOS sosa 2635 (Saint-Broladre 18 janvier 1612).


baptême de Julienne Duclos

Ils se sont épousés à Saint-Broladre le 16 novembre 1634. Dont à Saint-Broladre:
- Estienette BERTHÉ (29 février 1640) qui épouse, à Saint-Broladre le 16 mai 1669, Julien SÉBILLE, dont:
• Jacquemine SÉBILLE (19 juin 1673)
- Georges BERTHÉ (1643 - 16 mai 1679) qui épouse Rollande SÉBILLE le 30 octobre 1669 à Saint-Broladre
- Guillaume BERTHÉ 19 janvier 1644)
- notre Janne BERTHÉ


mariage de Guillaume Berthé et de Julienne Duclos

Sosa 1818 - Guillaume GIGORY est le fils de Pierre GIGORY sosa 3636 et de Jacquemine BUSNEL sosa 3637. Ils ont été parents à Saint-Broladre de:
- notre Guillaume GIGORY (1623)
- Bertrande GIGORY (30 novembre 1643)
- Gillette GIGORY (9 avril 1645)

Sosa 1819 - Janne LEPRESTRE est la fille de Maître René LEPRESTRE sosa 3638 et de Laurence TALUATZ sosa 3639 sur lesquels personne n'a rien trouvé

Sosa 1820 - Jan DOUDÉ est le fils de Messire Jan DOUDÉ sosa 3640 et de Nicolle BOYVIN sosa 3641
Les enfants de ce couple sont, à Saint-Broladre:
- notre Jan DOUDÉ en 1625
- Henry DOUDÉ (8 mai 1628)
- Georgine DOUDÉ (27 janvier 1630)

Sosa 1821 - Janne JACOB est la fille de Mathurin JACOB sosa 3642, né le 9 juin 1600 à Saint-Broladre...


baptême de Mathurin Jacob

... et de Guillemette DEMEEL sosa 3643, née à Saint-Broladre le 25 juillet 1604


baptême de Guillemette Demeel

Ils se sont épousés à Saint-Broladre le 19 février 1623


mariage de Mathurin Jacob et Guillemette Demeel

Dont à Saint-Broladre:
- Noëlle JACOB (30 avril 1624)
- Jan JACOB (17 novembre 1625)
- notre Jeanne JACOB en 1627
- Mathurin JACOB (18 mars 1630 - 28 janvier 1681) qui épouse Perronnelle COUASPEL le 12 janvier 1666 à Saint-Broladre
- Louize JACOB (20 juillet 1632) qui, nous l'avons vu, épouse Guillaume SÉBILLE, fil de Vincent SÉBILLE sosa 3632 et Gillette GOBELÉ le 25 novembre 1666 à Saint-Broladre
- Julien JACOB (9 avril 1635)
- Jean JACOB (28 février 1638)
- Pierre JACOB (25 avril 1644)

Sosa 1822 - on ne connaît pas les parents de Jean RONDIN

Sosa 1823 - Marguerite COUASPEL est la filles de Jean COUASPEL sosa 3646 et de Honneste femme Vincente MARÉ sosa 3647, décédée le 27 novembre 1667 à Saint-Broladre


décès de Vincente Maré
Ils ont été parents, à Saint-Broladre, de:
- François COUASPEL (9 avril 1622)
- Jullien COUASPEL (18 octobre 1624)
- Mathurin COUASPEL (3 avril 1629)
- Guillaume COUASPEL (2 décembre 1631), époux de Gillette DUFRESNE, dont il a:
• Jan COUASPEL (4 janvier 1662)
• François COUASPEL (1et août 1664)
- notre Marguerite COUASPEL (vers 1633 - 1708)
- Georgine COUASPEL (1er juin 1700) qui épouse René ROUXEL (Saint-Broladre 2 février 1669) le 30 octobre 1661; dont à Saint-Broladre:
• Julien ROUXEL (28 février 1664)
• René ROUXEL (31 décembre 1665)
• Michel ROUXEL (8 août 1668)
puis en secondes noces René DOUDÉ; dont à Saint-Broladre:
• Gillette DOUDÉ (14 septembre 1673)
• Servanne DOUDÉ (3 mai 1675)
• Charles Jan DOUDÉ (31 décembre 1678)
• Julienne DOUDÉ (12 juillet 1683)
• Laurent DOUDÉ (23 janvier 1685)
• Catherine et Georgine DOUDÉ jumelles (18 février 1686)

Dans la Loire

Sosa 1984 et 1985 - on ne connaît pas les parents de François VAGINAY ni ceux de son épouse Antoinette FLEURY

Sosa 1986 - d'après plusieurs généalogistes (mais sous toutes réserves car ils ne fournissent aucune source), Benoist ACCARY pourrait être le fils de Benoît ACCARY-PERNIN sosa 3972, né vers 1590 et de  Catherine SOUCHON sosa 7945. Dont:
- notre Benoist ACCARY vers 1628
- Benoiste ACCARY (vers 1630 - Cours-la-Ville 10 février 1710) qui épouse Michel CLAIRET (1635 - 1686)
- Jean ACCARY qui épouse Catherine RABBU
Ce Benoît ACCARY-PERNIN serait le fils de Philipppe d'ACARY sosa 7944, (vers 1560) Ecuyer, Sieur de Conteval, Sieur d'Oeuf , Sieur de La Suze, Administrateur des biens et revenus de l'abbaye de Samer (22 avril 1576) puis passé à la religion réformée et Louise du SAULTOIR sosa 7945
Philippe d'ACARY est le fils de Jean d'ACARY sosa 15888, écuyer et de Jeanne WASSELIN sosa 15889
Jean d'ACARY est le fils de Jean d'ACARY sosa 31776 et de Antoinette CAMOISSON sosa 31777


blason de la famille d'Acary (au cas où...)

Sosa 1987 - Françoise CHAPPON est la fille de Antoine CHAPPON et de Claudine VACHERON sur lesquels personne n'a rien trouvé

...

Sosa 2008 - Claude POYET est le fils de Claude POYET sur lesquels personne n'a rien trouvé. on ne connaît pas le nom de sa mère

Sosa 2009 - on ne connaît pas les parents de Antoinette PERRET

Sosa 2010 et 2011 - on ne connaît pas les parents de  François AUBOYER ni ceux de son épouse Françoise AUCLER

Dans le Beaujolais

Sosa 2028 et 2029 - on ne connaît pas les parents de Pierre PERRON ni ceux de son épouse Claudine GONIN

...

Sosa 2032 et 2033 - on ne connaît pas les parents de Benoît NESME ni ceux de son épouse Philiberte DEPARDON

Sosa 2034 - Hugues FARJA est le fils de Claude FARJA dit BARJOT sosa 4068 et de Philiberte DUPRÉ sosa 4069
D'où aux Ardillats:
- Benoit FARJA (15 mai 1626)
- Louise FARJA (10 mai 1630)
- Marie FARJA (4 avril 1632)
- notre Hugues FARJA en 1634
- Philibert FARJA (8 février 1637)
- Antoinette FARJA (24 novembre 1638)
 
Sosa 2035 - Michelle CINQUIN est la fille de Claude CINQUIN sosa 4070 et de Benoîte AUGRIS sosa 4071
D'où:
- Michel CINQUIN (1637 - Vernay 5 décembre 1717) qui épouse Claudine FARJA (1645 - 1701), fille de Pierre JARJA et Claudine ROCHARD, le 19 janvier 1674 à Vernay
- notre Michelle CINQUIN

...

Sosa 2040 - Jean BLAIN est, d'après son contrat de mariage, le fils de Benoît BLAIN sosa 4080, tixier à Saint-Didier-sur-Beaujeu et de Scibille? DELAFONT
Ils se sont mariés à Saint-Didier-sur-Beaujeu le 25 avril 1638


mariage de Benoît Blain et Scibille Delafont

Dont,  à Saint-Didier-sur-Beaujeu:
- Pierrerre BLAIN (14 octobre 1640)
- notre Jean BLAIN en 1643
- Guillaume BLAIN (21 février 1646)

Sosa 2041- Benoîte ANDRÉ est la fille de Benoît ANDRÉ sosa 4082 et de Françoise DESBROSSES sosa 4083
Dont, probablement à Saint-Didier-sur-Beaujeu:
- notre Benoîte ANDRÉ
- Claude, Antoine, Louise, Vincente et Antoinette ANDRÉ
...

Sosa 2044 et 2045 - on ne connaît pas les parents de Mathieu GIRON ni ceux de son épouse Pierrette BERTHELON

Sosa 2046 et 2047 - on ne connaît pas les parents de François SANLAVILLE ni ceux de son épouse Jeanne COILLARD

À la 13ème génération:

Les individus dont on ne connaît pas l'ascendance ont été omis de cette liste

En Bretagne

Sosa 3632 - Vincent SÉBILLE est le fils de Olivier SÉBILLE sosa 7264 († Saint-Brolade 22 juin 1620)  on ne connaît pas le nom de sa mère.


décès de Olivier Sébille

Sosa 3634 - Guillaume BERTHÉ est le fils de Jean ou Gilles BERTHÉ sosa 7268, sur lesquels personne n'a rien trouvé

Sosa 3635 - Julienne DUCLOS est la fille de Marcan DUCLOS sosa 7270 (vers 1580) et de Perrine GUILLEMOT sosa 7271 (Saint-Broladre 20 mai 1584 - 24 juin 1632), elle-même fille de Guillaume GUILLEMOT et de Guillemette DEMEEL


baptême de Perrine Guillemot

Ils se sont épousés à Saint- Broladre le 26 février 1609; dont à Saint-Broladre:
- Allain DUCLOS (30 novembre 1609)
- notre Julienne DUCLOS en 1612
- Laurent DUCLOS (22 janvier 1614)
- Julienne DUCLOS (13 février 1618)


mariage de Marcan Duclos et Perrine Guillemot

Sosa 3642 - Mathurin JACOB est le fils de Guillaume JACOB sosa 7284 qui a du naître vers 15500, sous le règne de François IIou de Charles IX, et de Georgine LEFEUBVRE sosa 7285. Cela nous a entraîné bien loin...


François II et Charles IX


Sosa 3643 - Guillemette DEMEEL est la fille de Guillaume DEMEEL sosa 3680 et de Eonne JACOB sosa 3681 elle est donc la sœur  de notre Bertrand DEMIEL, même si cela se passe à une génération d'écart.

En Beaujolais

Sosa 4080 - Benoît BLAIN est treès probablement le fils de Benoît BLAIN sosa 8160 et de Jeanne MONCHANIN sosa 8161. Ce sont en effet les seuls à porter le patronyme de BLAIN dans la très petite paroisse de Saint-Didier-sur-Beaujeu, dont l'état-civil ne remonte pas plus loin que 1613.
Dont à Saint-Didier-sur-Beaujeu:
- probablement notre Benoît BLAIN avant 1613
- Claude BLAIN (15 octobre 1613)
- Claude BLAIN (23 septembre 1615)
- Huguette BLAIN (14 septembre 1618)


Et voilà pour la branche COUDRAY-VAGINET. Pour mieux vous repérer j'ai reporté sur la carte ci-dessus les lieux où ont vécus nos ancêtres VAGINET (ou Vaginay). On pense que l'origine du nom pourrait venir d'un lieudit de la commune de Sévelinges (Loire), qui s'appelle précisément Vaginay. Je l'ai marqué en italiques. Il est amusant de constater que mes deux parents ont eu des ancêtres dans les départements de la Loire (du côté paternel à Usson-en-Forez, du côté maternel à Arcinges et à Ecoche: aux deux extrémités de ce département) et en Ille-et-Vilaine (du côté paternel dans toute la vallée de la Vilaine et du côté maternel dans la baie du Mont-Saint-Michel)




Il manque, bien entendu, nos bretons de Saint-Broladre et des communes voisines (Sains et Saint-Marcan), mais ils sont faciles à situer sur la carte aérienne se trouvant au début de cette page, à peu près à mi-chemin entre Cancale et le Mont-Saint-Michel.

* * * * * * *
* * * * *
  * * *
*

LES FAMILLES DURET ET FOSSE

Après avoir donné, dans la première partie de cette page, la généalogie bretonne de la branche COUDRAY et les ascendances beaujolaises et bourguignonnes de la branche VAGINET, c'est à présent les branches dauphinoises (parfois savoyardes) de Marie Louise COUDRAY que nous allons remonter. Nous nous souvenons de Joseph François COUDRAY sosa 28 qui avait épousé Rosalie DURET sosa 29. C'est précisément aux ancêtres non bretons de ce Joseph François COUDRAY que nous allons nous intéresser à présent


À la 4ème génération

Sosa 28 - Joseph François COUDRAY est, comme nous l'avons déjà vu le fils de Jean François COUDRAY sosa 56 (Saint-Broladre 9 ventôse an IV) et de Françoise FOSSE sosa 57.
Il avait épousé Rosalie (dite Joséphine) DURET sosa 29, née à Romagnieu le 29 octobre 1836...


naissance de Rosalie Duret

... et décédée au même lieu le 19 janvier 1895. Ils se sont mariés le 26 septembre 1855 à Romagnieu


naissance de Joseph-François Coudray


mariage de Joseph-François Coudray et de Rosalie Duret

Ce sont les grands-parents paternels de ma grand-mère Marie-Louise COUDRAY.

Sosa 29 - Rosalie DURET et la fille de Sieur Jean DURET sosa 58, propriétaire-cultivateur, né à Romagnieu le 8 mai1785...


baptême de Jean Duret

... et de Rose HUMBERT sosa 59, née à Fitilieu le 24 ventôse an IX et décédée à Romagnieu le 13 octobre 1849.


naissance de Rose Humbert

Ils se sont épousés à Fitilieu le 9 février 1820 et, outre Rosalie, ils ont également été parents de Joseph DURET, né en 1833.


mariage de Jean Duret et de Rose Humbert
on notera les nombreuses signatures: les familles Duret et Humbert semblent être aisées et instruites


À la 5ème génération:

Sosa 56 - Nous avons déjà étudié l'ascendance bretonne de Jean François COUDRAY

Sosa 57 - Françoise FOSSE est est la fille de Laurent FOSSE sosa 114, Maître menuisier, né vers 1760 peut-être à Pontcharra et décédé le 21 mai 1826 à Goncelin. Bien qu'il ait vécu à une époque relativement récente, j'ai eu beaucoup de mal à retrouver sa trace et, pendant longtemps, il a été le gros trou de cet arbre généalogique ...


décès de Laurent Fosse

... et de Françoise CAILLAT-GONGARD sosa 115, née le 15 octobre 1757 à Theys et décédée le 5 août 1820 à Goncelin.


baptême de Françoise Caillat


l'église de Theys


décès de Françoise Caillat

Ils se sont épousés à Pontcharra le 12 juin 1787


mariage de Laurent Fosse et Françoise Caillat

Dont à Goncelin:
- François FOSSE, tourneur, (25 mai 1793)
- Elisabeth FOSSE (6 ventôse an III  soit 24 février 1795)
- Laurent FOSSE (7 prairial an V soit 26 mai 1797)
- Jean-Pierre FOSSE (24 thermidor an VIII soit 12 août 1800)
- notre Françoise FOSSE en 1873

Sosa 58 - Jean DURET et fils de Sieur Pierre DURET sosa 116, propriétaire à Romagnieu, né à Romagnieu vers 1748 et décédé au même lieu le 7 octobre 1824...


décès de Pierre Duret

... et de Marie LANET sosa 117, née le 14 mars 1757 à Saint-Albin-de-Vaulserre et décéde à Romagnieu le 23 janvier 1817.


baptême de Marie Lanet


Saint-Albin-de-Vaulserre: grand-rue

Ils se sont épousés à Saint-Albin-de-Vaulserre le 11 juin 1776 et ont eu, à Romagnieu, une nombreuse progéniture (12 enfants connus!):
- Jeanne-Marie DURET (5 décembre 1782 - 15 février 1826) qui épouse à Romagnieu le 22 septembre 1813 Emilien Trillat (1783-1845) dont à Romagnieu:
• Pierre TRILLAT (mai 1814 - 13 avril 1818)
• Marie TRILLAT, meunière (novembre 1816) qui épouse le 5 février 1840 à Pont-de-Beauvoisin, François BERLIOZ
• Jean TRILLAT (11 août 1818)
• Adélaïde TRILLAT (10 août 1820)
• Françoise TRILLAT (17 mai 1822 - 6 novembre 1888) qui épouse Pierre RAVIER-PIQUET le 11 mai 1842 à Romagnieu, dont:
-- Joseph RAVIER-TRILLAT
-- Jean-François RAVIER-TRILLAT
- notre Jean DURET (1785)
- Joseph DURET (26 février 1787) qui épouse successivement Marguerite LEYRAUD, puis Antoinette BLANDIN (née en 1796), dont à Romagnieu:
• Anne-Marie DURET (22 novembre 1814)
• Marguerite DURET (13 juin 1817) qui épouse le 10 février 1836 à Romagnieu, Benoît DURET (1812)
- François DURET (Romagnieu 17 février 1788 - 11 août 1847) qui épouse, le 10 novembre 1813 à Romagnieu, Marie TRILLAT (Romagnieu 31 mai 1789 - 13 août 1847), dont:
• Marie DURET (8 février 1817 - Saint-Grégoire-en-Valdaine 12 décembre 1857) qui épouse Joseph MONIN, douanier (Aoste 19 novembre 1818 - Châtillon-en-Maichaille 11 octobre 1870), dont:
-- Séraphie MONIN (Voissant 27 mai 1852 - Chamfronier 20 mai 1929) qui épouse, à Champfronier le 12 avril 1875, Martin DUCRET, cultivaterr-tisseur (Champfronier 17 avril 1848 - 22 mars 1945)
- Antoine DURET (25 septembre 1794 - 14 mai 1819)
- Pierre DURET (20 décembre 1797)
- Pierre DURET (12 frimaire an VII)
- Marie-Antoinette DURET (4 brumaire an X)
- Damien DURET
- Félix DURET
- Brigitte DURET
- Denise DURET


mariage de Pierre Duret (avec sa signature) et de Marie Lanet

Sosa 59 - Rose HUMBERT est la fille de Joseph HUMBERT sosa 118, cultivateur-propriétaire né à Fitilieu le 18 mars 1766 et décédé à Fitilieu (hameau de la Combe Noire) le 12 mars 1844...


baptême de Joseph Humbert


décès de Joseph Humbert


Fitilieu, hameau de la Combe-Noire

... et de Marguerite GAY née vers 1766 et décédée à Fitilieu le 23 mai 1842.


décès de Marguerite Gay

Ils se sont épousés le 23 novembre 1790 à Fitilieu, dont à Fitilieu:
- Louise-Marie HUM BERT (7 novembre 1791)
- François HUMBERT (26 octobre 1793)
- André HUMBERT (10 fructidor an VI - 10 novembre 1860)
- notre Rose HUMBERT (an IX - 1849)
- Joseph HUMBERT (10 février 1807)
- Jean-François HUMBERT (13 février 1812)
- Marie-Magdeleine HUMBERT
- Pierre HUMBERT


mariage de Joseph Humbert et Marguerite Gay

À la 6ème génération:

Sosa 114 - Laurent FOSSE est le fils de André FAUSSE, sosa 228 menuisier, habitant et peut-être originaire de la paroisse de Villard-Benoît en Pontcharra et de Thérèse MORET sosa 229, une savoyarde. Ils se sont épousés le 26 août 1754 à la Chapelle-Blanche (Savoie). Ce n'était pas bien loin: Pontcharra et la Chapelle-Blanche sont distants d'environ 4 kilomètre et Villard-Benoît, où vivaient les FAUSSE, n'est qu'à 2 kilomètres à vol d'oiseau du centre de la Chapelle-Blanche. Mais à cette époque Pontcharra était en France et Villard-Benoît en Savoie. Lors de la réunion de la Savoie et de la France les communes de Pontcharra et de Villard-Benoît ont fusionnées et Villard-Benoît a été rattaché à l'Isère. Les familles FREPAZ et MORET vivaient donc hors des frontières nationales de l'époque.


 mariage de André Fausse et de Thérèse Moret
(notez la signature du marié, qui se dégradera avec le temps: sur un autre acte elle est presque illisible)


la Chapelle-Blanche

Sosa 115 -  Françoise CAILLAT est la fille de Honnête Homme Jean CAILLAT sosa 230 et de Anne MARET-PRINCE sosa 231, qui se sont mariés à Theys le 17 août 1756.


mariage de Jean Caillat et de Anne Maret-Prince


le centre de Theys autrefois

Sosa 116 - Pierre DURET est le fils de René DURET sosa 232, né vers 1717 et décédé à Romagnieu, Avaux le 8 nivôse an III...


décès de René Duret


Romagnieu, situation d'Avaux


Romagnieu, chapelle d'Avaux. Avaux était une paroisse jusqu'à la Révolution

... et de Jeanne PILLAUD-TIRARD sosa 233.

Ils se sont épousés à Pont-de-Beauvoisin le 9 juin 1744; dont à Romagnieu:
- Marie DURET (vers 1746)
- notre Pierre DURET vers 1747
- Catherine DURET (29 mai 1748)
- Félix DURET


mariage de René Duret et de Jeanne Pillaud-Tirard


Pont-de-Beauvoisin (Isère): l'église où se sont épousés René Duret et Jeanne Pillaud-Tirard

Sosa 117 - Marie LANET est la fille de Hugues LANET sosa 234, né vers 1727 et décédé le 21 nivôse an V soit le 10 janvier 1797, à Saint-Albin-de-Vaulserre...


décès de Hugues Lanet

... et de Gasparde FREPAZ sosa 235, née ainsi que son jumeau Benoît FREPAZ, à Domessin (Savoie et donc hors de France) le 2 avril 1725 et décédée le 4 prairial an IV (23 mai 1797- à Saint-Albin-de-Vaulserre).


baptême de Gasparde Frepaz


Domessin: l'église (source Google Street)


décès de Gasparde Frepaz

Ils se sont épousés à Domessin (Savoie), le 23 avril 1751 et ont été parents, à Saint-Albin-de-Vaulserre, de:
- Antoinette LANET (21 février 1752) qui épouse successivement François BERNAIX (le 17 janvier 1775 à Saint-Albin-de-Vaulserre) et Claude BERGER-BIT (le 24 mai 1791 à Saint-Albin-de-Vaulserre)
- Louis-Joseph LANET (6 janvier 1754)
- notre Marie-LANET (1757)
- Élisabeth LANET (5 octobre 1759) qui épouse Pierre BILLION
- Jean-Baptiste LANET (22 décembre 1761)
- Antoinette LANET (13 mars 1766)


mariage de Hugues lanet et Gasparde Frepaz


situations respectives de Saint-Albin-de-Vaulserre (Isère) et Domessin (Savoie)
la petite rivière du Guiers faisait la frontière entre la France et la Savoie
(c'est toujours la limite départementale, partageant la ville de Pont-de-Beauvoisin en deux communes distinctes)

Sosa 118 - Joseph HUMBERT est fils de Sieur François HUMBERT sosa 236 et de Laurence SALAVIN sosa 237.
Ils se sont épousés à Fitilieu le 27 juin 1764


mariage de François Humbert et Laurence Salavin

Dont, à Fitilieu:
- notre Joseph HUMBERT (1766 - 1844)
- Sébastien HUMBERT (13 juin 1767 - 29 nivôse an IX)
- Jean HUMBERT, cultivateur et cordonnier (30 août 1768) qui épouse Louise SALAVIN le 17 floréal an II à Fitilieu
- Pierre HUMBERT (10 novembre 1770)

Sosa 119 - Marguerite GAY est fille de Claude GAY siosa 238, marchand et de Anne-Marie BOUVIER sosa 239, née à la Bâtie-Mongascon. le 25 février 1711.


baptême de Anne-Marie Bouvier


La Bâtie-Mongascon


 Ils se sont épousés à Fitilieu le 5 février 1756, dont:
- Marie GAY(28 novembre 1756)
- Élisabeth GAY (vers 1761) qui épouse Antoine GARIN (1752-an IV), le 13 février 1787 à Fitilieu
- notre Marguerite GAY
- André GAY, qui épouse Marie SALAVIN (décédée en1809) le 23 novembre 1784 à Fitilieu. Dont, à Fitilieu:
• Anne-Marie GAY (22 décembre 1793)
• Jean GAY, géomètre, Maire de Fitilieu (20 octobre 1797 - 7 février 1865) qui épouse Euphrosine-Téolis GRATEL- DUPRÉ le 3 février 1819 à la Bâtie-Mongascon. Dont:
-- André-François GAY (Fitilieu 14 décembre 1819) qui épouse Gabrielle-Claudine GAY à Lyon le 11 mai1859
-- François-Augustin-Léon-Alexandre GAY (Fitilieu 25 mars 1821) qui épouse Jeanne-Marie CHEVROT le 8 août 1868 à Vezeronce


mariage de Claude Gay et Anne-Marie Bouvier

D'un premier mariage avec Élisabeth ROSSET, le 6 juillet 1745, Claude  GAY avait eu:
- Jean GAY, qui épouse Marguerite CHARVET le 21 février 1775 à FITILIEU, dont:
• Jean GAY (Fitilieu 14 janvier 1798)


À la 7ème génération:

Sosa 228 - André  FAUSSE est le fils de Claude FAUSSE (ou LAFOSSE ou encore DELAFOSSE) sosa 456 menuisier (Saint-Amand-Montrond, Cher 9 octobre 1694)...


baptême de Claude Delafosse


Saint-Amand-Montrond, église

... et de Benoîte CHAPELAT sosa 457. Ils se sont épousés au mois de décembre 1727 à Grignon. À cette époque, bien que les deux paroisses soient très proches, celle de Grignon était en Savoie, alors que Pontcharra faisait partie du royaume de France. Lors du rattachement de la Savoie et de la France quelques rectifications de la frontière départementale ont eu lieu, pour regrouper des agglomérations (à l'exception notable de Pont-de-Beauvoisin qui est resté à cheval sur deux départements). C'est ainsi que Grignon et Pontcharra sont devenus une seule commune, en Isère.


Pontcharra au milieu du 19è siècle
ce pont était sur la frontière entre la France et les états de Savoie

L'acte de mariage précise que Claude LAFOSSE est menuisier à Grenoble, paroisse Saint-Laurens, ville où réside également Benoîte CHAPELAT native de Grignon (mais je n'ai pas retrouvé son acte de naissance.


Grenoble: rue Saint-Laurent

Il dit que l'époux est originaire du "Viel château St amand monrond". Il faut probablement lire Saint-Amand-Montrond, actuellement dans le département du Cher, où se trouvent les ruines d'un des plus grands châteaux médiéval de France. Je n'ai pu me faire une idée de ce qui avait pu pousser notre menuisier à traverser une partie de la France, pour se fixer à Grenoble: un tour de France de compagnon?


Saint-Amand-Montrond, ruines du vieux château


mariage de Claude Lafosse et Benoîte Chapelat

Le couple n'est pas resté à la même place. Je leur ai trouvé:

À Grignon:
- Laurence LAFOSSE (29 mars 1729)
À Pontcharra:
- Une fillle anonyme morte à la naissance le 17 octobre 1731
- Anne LAFOSSE (4 janvier 1734)
- notre ANDRÉ FAUSSE, dont je n'ai pas retrouvé l'acte naissance mais dont la filiation est attestée par son acte de mariage.


Sosa 229 - Thérèse MORET est la fille de Marc MORET dit BATON sosa 458, né vers 1684 et décédé à la Chapelle-Blanche le 24 juin 1734 et de Anthoinette CHARVET sosa 459, née le 30 avril 1685 à la Chapelle-Blanche et décédée au même lieu le 4 décembre 1731. Ils se sont épousés à la Chapelle-Blanche le 12 avril 1712, dont à la Chapelle-Blanche:
- Marie MORET-BATON 14 février 1713
- Laurence MORET, 7 mars 1715
- François MORET-BATON, 23 janvier 1716 - 7 septembre 1717
- François MORET, 12 janvier 1719 - 30 mars 1759, qui épouse Catherine COINDOZ le 15 février 1735 à la Chapelle-Blanche
- Charlotte MORET, 28 avril1721 - 3 décembre 1724
- Jeanne MORET, 9 avril - 6 décembre 1724 (deux filles décédées en 3 jours! probablement une épidémie)
- Nicolas MORET, 24 septembre 172R5 - 10 mai 1726
- Maurice MORET, 30 janvier 1728
- Marie MORET, 2 juin 1731
- notre Thérèse MORET, probablement le dernier enfant du couple.

Je tiens ces renseignements d'un autre généalogiste, qui a probablement pu consulter des documents sur place car l'état-civil en ligne de la Savoie, bien que sa consultation soit payante, est très lacunaire et ne comporte pas ces années, pour la paroisse de la Chapelle-Blanche.

Sosa 230 - Jean CAILLAT est le fils de Guillaume CAILLAT-NION sosa 460, dont nous savons qu'il était déjà décédé lors du mariage de son fils en aout 1756, et de Marie SERVIOZ-GAVIN sosa 461, qui était également décédée en 1756. Ils se sont épousés le 9 février 14706 à Theys et, outre Jean CAILLAT ils ont été parents d'une
- Marguerite CAILLAT


 mariage de Guillaume Caillat-Nion et de Marie Servoz-Gavin

Sosa 231 - Anne MARET-PRINCE est la fille de Maxime MARET-PRINCE sosa 462 (La Ferrière 24 novembre 1688)...


baptême de Maxime Maret-Prince

... et de Marie CAILLAT sosa 463.
Ils se sont mariés à Theys le 12 juin 1714; dont:
- notre Anne MARET-PRINCE
- Louise MARET-PRINCE qui épouse Vincent PAPET
- Marie MARET-PRINCE qui épouse Joseph de L'HÔPITAL le 21 février 1786 à Theys
- Joseph MARET-PRINCE qui épouse Claudine CORDRIN le 13 février 1747 à Theys


mariage de Maxime Maret-Prince et Marie Caillat

Maxime MARET-PRINCE épousera en secondes noces Marguerite BEROUD, le 17 février 1738 à Theys

Sosa 232 - René DURET est fils de Jean DURET sosa 464 et de Catherine MOREL sosa 465; dont à Romagnieu, les Avaux:

- notre René DURET vers 1717
- Denise Brigitte DURET (1er mai 1723) qui épouse Jean CHOLLAT-TRILLET le 23 juillet 1737 aux Avaux
- Damien DURET (13 mai 1728)
- Félix DURET qui épouse Anne TOURNIER le 25 juillet 1754 à Granieu (Isère)

Sosa 233 - Jeanne PILLAUD-TIRARD est la fille de Jean PILLAUD-TIRARD sosa 466, maître charron (Pont-de-Beauvoisin 6 août 1695)...


baptême de Jean Pillaud-Tirard

... et de Antoinette PASCAL ou PASCHAL sosa 467. Ils se sont épousés à Saint-Jean-d'Avelanne le 20 février 1719


mariage de Jean Pillaud-Tirard et Antoinette Paschal

Dont, à Pont-de-Beauvoisin:
- Claude PILLAUD-TIRARD (19 avril 1720)
- Pierre PILLAUD-TIRARD (29 septembre 1724)
- notre Jeanne PILLAUD-TIRARD vers 1726
- Marie PILLAUD-TIRARD (11 janvier 1728 - Saint-Jean-d'Avelanne 8 juillet 1777) qui épouse François GAUDET-TRAFFIT le 24 septembre 1754 à Pont-de-Beauvoisin
- Michel PILLAUD-TIRARD (3 août 1731)

Sosa 234 - Hugues LANET est le fils de Louis LANET sosa 468, bourgeois de Saint-Martin-de-Vaulserre et de Marie FAURE sosa 469, née le 16 septembre 1700 à Seyssuel-et-Chasse.


Saint-Martin-de-Vaulserre


baptême de Marie Faure

Ils se sont épousés en 1719, selon contrat de mariage aux Echelles devant Me Crettet; folio 256 (Archives Départementales de Savoie - registre 2C692, vue 145)


mention du mariage de Louis Lanet et Marie Faure, dans le registre des tabellions des Echelles

Dont:
- notre Hugues LANET
- Lucrèce LANET qui épouse Jean MUSY, le 1er juilet 1747 à Saint-Martin-de-Vaulserre, dont:
• Jean MUSY (vers 1748)

Resté veuf, Louis LANET épouse en secondes noces Antoinette RAVET le 17 juin 1738 à Voisant (Isère)

Sosa 235 - Gasparde FREPAZ est fille de Louis FREPAZ sosa 470 (probablement originaire de Saint-Albin-de-Vaulserre) et de Marie REVILLET sosa 471. L'état-civil de la Savoie est assez lacunaire et ne remonte pas aussi loin que celui des provinces françaises; je n'ai pu trouver ni acte de mariage ni actes de naissance à Domessin, dont les archives s'arrêtent avant, non plus qu'au Pont-de-Beauvoisin dont divers habitants figurent comme parrains de leurs enfants. Ils ont été parents à Domessin de:
- Anne FREPAZ (21 septembre 1718)
- Désiré FREPAZ (18 octobre 1721)
- notre Gasparde FREPAZ et son jumeau Benoît FREPAZ (2 avril 1725)

Sosa 236 - François HUMBERT est fils de Sébastien HUMBERT sosa 472, né vers 1700 aux Abrets et de Anne GERMAIN sosa 473 (Cessieu 30 janvier 1713 - 1er janvier 1764)


baptême de Anne Germain

  
Les Abrets                                                                                                                                    Cessieu

Ils se sont épousés le 9 février 1732 à la Verpillère.


mariage de Sébastien Humbert et de Anne Germain


une ancienne photo de l'intérieur de l'église de la Verpillère, où se sont épousés
Sébastien Humbert et Anne Germain

Dont à Fitilieu:
- Antoine HUMBERT (19 novembre 1732)
- André HUMBERT (6 septembre 1740)
- Clémence HUMBERT (5 décembre 1743 - 8 novembre 1791) qui épouse Antoine GUINET (1743) le 6 février 1769 à Fitilieu
- Louis Pierre HUMBERT (31 juillet 1745)
- Sébastien HUMBERT (21 juin 1748)
- notre François HUMBERT

Sébastien HUMBERT
était veuf de Marguerite MIGNOT, qu'il avait épousée à Fitilieu le 19 juin 1725


mariage de Sébastien Humbert (avec sa signature et celle de son père) et Marguerite Mignot

Dont à Fitilieu:
- Anne HUMBERT (7 janvier 1727)
- Françoise HUMBERT (14 octobre 1729)

Sosa 237 - Laurence SALAVIN est la fille de Benoît SALAVIN sosa 474 et de Laurence ROSSET ou ROUSSET sosa 475. Ils se sont épousés à Fitilieu le 16 janvier 1738.


 mariage de Benoît Salavin et Laurence Rosset


Fitilieu (source Google Street)

Laurence ROSSET était veuve de René GINET qu'elle avait épousé le 15 février 1735 à Fitilieu


mariage de René Ginet et Laurence Rosset

Sosa 238 - Claude GAY est le fils de Benoît GAY sosa 476 et de Jeanne THONIEL sosa 477 (Fitilieu 26 octobre 1696).


baptême de Jeanne Thoniel

Ils se sont épousés le 30 juin 1711 à Fitilieu.


mariage de Benoît Gay et de Jeanne Thoniel

Dont à Fitilieu:
- Marie GAY (vers 1716 - 21 décembre 1766) qui épouse André MAGNIN (1720) le 23 novembre 1745 à Fitilieu
- Clémence GAY (20 décembre 1724 - 29 avril 1753) qui épouse Jean MOREL BARBIER (1719 - 1779) le 28 novembre 1741 à Fitilieu
- notre Claude GAY

Sosa 239 - Anne-Marie BOUVIER est la fille de Sieur Louis BOUVIER-LAPIERRE sosa 478, bourgeois de Fitilieu, né probablement à Fitilieu vers 1676 et décédé le 23 novembre 1746 à Fitilieu...



décès de Louis Bouvier

... et de Demoiselle Marie COTTIN sosa 479, née vers 1680 et décédée le 12 avril 1757 à la Chapelle-de-la-Tour.


La Chapelle-de-la-Tour


décès de Marie Cottin

Ils se sont épousés à la Bâtie-Mongascon et ont été parents, à Fitilieu, de:
- Élisabeth BOUVIER (3 mars 1702)
- François BOUVIER (23 juin 1703)
- Gaspard BOUVIER (18 septembre 1704)
puis à la Bâtie-Montgascon, de:
- Antoine BOUVIER-LAPIERRE (18 janvier 1706)
- Joseph BOUVIER (9 avril 1707)
- Marie BOUVIER (11 septembre 1708)
- notre Anne-Marie BOUVIER (25 février 1711)
- Marie BOUVIER (31 mars 1712, décédée à Saint-André-de-Gaz le 7 décembre 1779), qui épouse François CHAMARD (1709-1787) dont:
• Marguerite LE GAZ (Saint-André-le-Gaz 27 septembre 1744 - la Chapelle-de-la-Tour 23 janvier 1796) qui épouse successivement Jacques ULLARD et Jean VALLIN
- Philippe BOUVIER (14 août 1713)
- Claude BOUVIER (14 octobre 1714)
- Louis LAPIERRE-BOUVIER (16 janvier 1716)
- Marguerite BOUVIER-LAPIERRE qui épouse André PLATEL le 14 février 1747 à Fitilieu. dont:
• Angélique PLATEL



À la 8ème génération:

Sosa 456 - Claude LAFOSSE est le fils de Jacques DELAFOSSE sosa 912, maître coutelier qui pourrait être ce Jacques FAUSSE né vers 1654 et décédé à Pontcharra le 27 mars 1729, âgé d'environ 75 ans. Cette famille est la seule à porter ce patronyme à Saint-Amand-Montrond ce qui, avec la précision apportée sur l'acte de mariage de Claude LAFOSSE, l'identifie formellement. Ainsi ce serait toute la famille qui serait venue de Saint-Amand-Montrond en Isère...


décès de Jacques Fausse

...et de Anne TAND ou TEMPS (le nom est difficile à lire sur tous les actes de baptême de ses enfants et comporte presque à chaque fois un accent, circonflexe ou tréma) sosa 913 dont je n'ai pas trouvé trace de baptême à Saint-Amand-Montrond.
Dont à Saint-Amand-Montrond:
- notre Claude LAFOSSE en 1694
- Marie DELAFOSSE (19 mars 1697)
- Marguerite DELAFOSSE (21 mai 1698)
- Jacques LAFOSSE (23 novembre 1699)

J'ai par contre trouvé l'acte de mariage, le 24 avril 1663 à Saint-Amand-Montrond, d'un certain Antoine DON avec Jeanne LARRACESGUE (le nom de la mère est illisible sur l'acte mais on le devine à peu près aux signatures). Il s'agit là d'un nom est très proche de TAND. Cet acte de mariage dit que Antoine DON est "marchand natif du Dauphiné, diocèse de Grenoble, qui vend sa marchandise depuis 10 ans en cette ville" (de Saint-Amant-Montrond). Il y avait donc bien à cette époque des relations commerciales entre les deux provinces, peut-être précisément de la coutellerie et cet Antoine DON pourrait bien être le père de Anne TAND, qui sait.


Saint-Amand-Montrond: hôtel de ville

Sosa 457 - nous avons vu que Benoîte CHAPELAT était, d'après son acte de mariage, la fille de Jacques CHAPELAT sosa 914 (peut-être Grignon 29 août 1661 car c'est le seul de ce nom, mais selon certains qui aurait habité Morêtel-de-Mailles lors de son mariage)...


baptême de Jacques Chapelat

... et de Marguerite ou Marie CHABOT (probablement Grignon 20 janvier 1659; le prénom sur l'acte est Marie)


baptême de Marie Chabot

Ils se seraient épousés selon un contrat de mariage conclu à Pontcharra le 4 février 1687, que je n'ai pu consulter.
Dont à Grignon:
- un enfant anonyme (12 janvier 1693)
- Michel CHAPELAT (4 mars 1695)
- Laurence CHAPELAT (20 septembre 1697)
- Dimanche CHAPELAT (25 septembre 1700)
- notre Benoîte CHAPELAT


Sosa 458 - Marc MORET est le fils de Sébastien MORET sosa 916, né vers 1655 et qui serait décédé le 27 janvier 1725 à la Chapelle-Blanche et de Benoîte RIGAUD, • Sosa 917, née vers 1660 et décédée le 19 décembre 1730 à la Chapelle-Blanche(mais l'état-civil pour ces dates n'est pas encore en ligne). Dont à la Chapelle-Blanche:
- notre Marc MORET vers 1684
- Anthelme MORET (30 septembre - 9 octobre 1695)
- Marie MORET BATON (vers 1703 - 25 janvier 1766) qui épouse François DAVID le 1er février 1718 à la Chapelle-Blanche
- Claudine MORET qui épouse Sébastien CHAPPUYS en 1707 à la Chapelle-Blanche

Sosa 459 - Anthoinette CHARVET est la fille de Benoît CHARVET, sosa 918 la Chapelle-Blanche 24 octobre 1660 - 6 avril 1742...


baptême de Benoît Charvet


décès de Benoît Charvet

... et de Andréanne CHAPPUYS, sosa 919,  née vers 1663 et décédée à la Chapelle-Blanche le 21 octobre 1723. Ils se sont épousés à la Chapelle-Blanche le 7 février 1684. Dont, à la Chapelle-Blanche:
- notre Anthoinette CHARVET en 1685
- Jean CHARVET, 9 février 1687
- Christophle CHARVET, 4 mars 1688 - 22 septembre 1764, qui épouse en 1718 Françoise GENIN, dont à la Chapelle-Blanche:
• Marie CHARVET, 29 novembre 1718
• Claudaz (ou Claudine) CHARVET, 3 août 1720 - 14 décembre 1724
• Guillaume CHARVET, 3 mai 1722, qui épouse à Détrier (Savoie) le 25 novembre 1749, Anne-Françoise EVRARD
- Claude CHARVET, 23 septembre - 20 octobre 1690
- Louyse CHARVET, 25 février 1692
- Jeanne CHARVET, 9 janvier 1695 - 6 mars 1699
- Claudine CHARVET, vers 1696 - 19 octobre 1756, qui épouse à la Chapelle-Blanche, le 4 mars 1715, Georges ROSSET-FACIO (11 janvier 1692 - 22 avril 1722), dont à la Chapelle-Blanche:
• Catherine ROSSET FASCIO, 3 décembre 1716
• Magdeleine FASCIO, 10 mars 1719
• Virginie ROSSET FACIOZ, 13 mai 1722 (les savoyards avaient beaucoup de fantaisie dans l'attribution des noms de famille...)
- Laurence CHARVET 18 mars 1697, qui épouse François BERTIER le 4 mars 1715 à la Chapelle-Blanche
- Catherine CHARVET, 4 mars 1699, qui épouse à la Chapelle-Blanche le 26 janvier 1717, Etienne DURAND, dont à la Chapelle-Blanche:
• Henry DURAND, 6 juillet 1721 - 22 novembre 1724
• Laurent DURAND, 25 décembre 1723 - 7 janvier 1724
• Thérèse DURAND PUPIL, 10 octobre 1726
• André DURAND, 28 avril 1729 - 2 octobre 1795, qui épouse le 16 février 1728 à la Chapelle-Blanche, Marie NEYRET
• Guillaume DURAND
• Hélène DURAND
• Christophle DURAND
- Jeanne CHARVET, 28 avril 1702 - 8 octobre 1706
- Jean-Baptiste CHARVET, 13 février 1705
- Thérèse CHARVET, 12 septembre 1706 - 3 avril 1782, qui épouse à la Chapelle-Blanche le 7 février 1730, Jacques NEIRET (1704 - 1772), dont
• Françoise NEIRET
• Suzanne NEIRET
• Marguerite NEIRET
• Louise NEIRET
•Antoine NEIRET
• Etienne NEIRET
• Catherine NEIRET
• Suzanne NEIRET
• Jean-Baptiste NEIRET
- Nicolas CHARVET, 28 novembre 1709 - 16 avril 1728

sosa 460 - Guillaume CALLIAT-NION est le fils de Pierre CAILLAT sosa 920 et de Sébastienne BEROUD sosa 921, qui se sont épousés à Theys le 26 juillet 1679 (selon contrat du 9 avril 1679 devant Maître Moréon à Goncelin)


mariage de Guillaume Caillat et de Sébastienne Beroud (acte en latin)

sosa 461 - Marie SERVOZ-GAVIN est la fille de Claude SERVOZ-GAVIN sosa 922 et de Claudaz LANFREY sosa 923 sur lesquels on ne trouve plus rien.


sosa 462 - Maxime MARET-PRINCE est le fils de Claude MARET-PRINCE sosa 924, cordonnier et marchands aux Marets et à Montarmand, né en janvier 1647 et décédé le 14 mars 1709 à la Ferrière...


décès de Claude Maret-Prince

... et de Marie VAUCENAT (ou VAUXENAT, ou VAUSSENAT), née le 20 octobre 1649 à Laval (Isère) et décédée le 3 juin 1720.


baptême de Marie Vaucenat (acte en latin)


Laval


fresque ancienne à Laval (38)

Ils se sont épousés le 8 juillet 1670 à La Ferrière (l'état-civil n'existe plus mais il y aurait un contrat du 18 juin 1670 à Allevard) et ont eu, à La Ferrière puis à Allevard:
- Dimanche MARET-PRINCE (14 avril 1674) qui épouse Hugues JIULLIN le 31 mars 1696 à La Ferrière
- Antoine MARET-PRINCE, journalier (1er février 1676 - 1er octobre 1709) qui épouse Louise GUERRE le 22 août 1701 à La Ferrière
- Joseph MARET-PRINCE (13 octobre 1678 - 27 octobre 1748) qui épouse Madeleine BLANC-COQUAND le 3 février 1701 à Pinsot
- Jean MARET-PRINCE (24 janvier 1682 - 13 mai 1682)
- Claude MARET-PRINCE, laboureur des Marets, hameau de la Ferrière (14 avril 1683) qui épouse Maxima PEYSSELIER à Morêtel-de-Mailles
- Jean MARET-PRINCE (Allevard 5 août 1687 - 12 mars 1756) qui épouse Anne BAFFERT le 13 janvier 1711 à Allevard
- notre Maxime MARET-PRINCE en 1688
- François MARET-PRINCE
- Pierre MARET-PRINCE
- Guigues MARET-PRINCE

sosa 463 - Marie CAILLAT est la fille de Jean CAILLAT-NION sosa 926 et de Dimanche PERRET sosa 927
Ils se sont mariés à Theys le 3 juillet 1690


mariage de Jean Caillat Nion et Dimanche Perret (acte en latin)

sosa 464 et 465 - on ne connaît pas les parents de Jean DURET ni ceux de son épouse Catherine MOREL

sosa 466 - Jean PILLAUD-TIRARD est le fils de Antoine PILLAUD-TIRARD sosa 932 (vers 1658 probablement à Pressins, selon son acte de mariage, mais l'état-civil d'avant 1723 a été perdu - Pont-de-Beauvoisin 9 novembre 1718)...


décès de Antoine Pillaud-Tirard

...  et de Claude REYNIER-TROLLIET sosa 933. Ils se sont épousés à Pont-de-Beauvoisin le 4 juillet 1683.


mariage de Antoine Pillaud-Tirard et Claude Reynier-Trolliet

Dont à Pont-de-Beauvoisin:
- Benoît PILLAUD-TIRARD (22 mars 1684)
- Anne PILLAUD-TIRARD (2 mai 1688)
- Pierre PILLAUD-TIRARD (17 mars 1692)
- notre Jean PILLAUD-TIRARD en 1695

sosa 467 - on ne connaît pas les parents de Antoinette PASCAL

sosa 468 - Louis LANET est le fils de Pierre LANET sosa 936 (Saint-Martin de Vaulserre 1648 - 18 janvier 1696 mais je n'ai pu localiser l'acte dans un état-civil très en désordre) et de Justine BERNARD sosa 937.

La famille Lanet est l'une des principales familles de commerçants de l'avant-pays savoyard. A ce titre, elle tient le haut du pavé au Pont-de-Beauvoisin et sera mêlée de très près à l'épopée de Mandrin.

Ils se sont épousé à Pont-de-Beauvoisin le 27 novembre 1677 (certains disent le 27 février 1680). La descendance de ce couple sera nombreuse et a bien été étudiée. On trouvera l'arbre de descendance sous ce lien.
Ils ont eu ont eu:
- notre Louis LANET
- Françoise LANET, qui a épousé Louis DALMAIS, le 9 juillet 1709 à Saint-Albin-de-Vaulserre
- René LANET
- Claude LANET, marchand qui épouse Anne BERLIOZ le 23 janvier 1714 à Pont-de-Beauvoisin; dont à Pont-de-Beauvoisin:
• Joseph LANET
• François LANET
• Jacques LANET
- Sieur Jan LANET, bourgeois (Saint-Martin-de-Vaulserre - Pont-de-Beauvoisin) qui épouse Marie Anne BOYRON (fille de Hélène THONIEL) le 14 février 1708 à Saint-Martin-de-Vaulserre; dont à Saint-Martin-de-Vaulserre:
• Louis LANET (1713) qui épouse Marie Anne BUSCOZ
• Sieur Joseph LANET Marchand, clerc tonsuré, employé dans les brigades à cheval (1714) qui épouse à Pont-de-Beauvoisin Adrianne  PICHAT le 22 septembre 1735, puis Marie SADIN le 16 octobre 1758
• Sieur Benoît LANET, son jumeau, Bourgeois, négociant (1714) qui épouse à Pont-de-Beauvoisin Catherine BERTHET le 2 juin 1744, puis Suzanne REGNIER le 4 octobre 1746
• François LANET dit "le Gros", bourgeois, aubergiste. Il possède la plus grosse auberge aux alentours de Pont-de-Beauvoisin. Membre de la bande à Mandrin avec son beau-frère Henry Besson (compris dans le mémoire du 24 septembre 1754 qui dresse la liste des contrebandiers les plus recherchés). "Ils marchent ordinairement ensemble et sont en société pour le commerce et l'introduction des marchandises prohibées dans le Comtat Venaissin". Il fut arrêté vers 1750 à Villeneuve-lès-Avignon. Il épouse toutefois Marguerite CLEYET le 8 juin 1756 à Saint-Grégoire-en-Valdane (Isère)... ce qui prouve qu'il n'a pas été trop inquiété, contrairement à Mandrin. On garde encore dans la famille COUDRAY le souvenir d'un fameux contrebandier, sans trop savoir de qui il s'agit; c'est peut-être ce François LANET.


• Pierre LANET, maître chapelier (1726 - Virieu 25 septembre 1791) qui épouse Anne TERMET le 24 octobre 1752 à Virieu
•  Sieur Joseph LANET, Bourgeois de La Tour-du-Pin, marchand-aubergiste, Membre du conseil municipal de La Tour-du-Pin (Pont-de-Beauvoisin 1733 - La Tour-du-Pin 13 janvier 1812) qui épouse Marguerite CONDAMIN le 3 février 1768 à Pont-de-Beauvoisin



mariage de Pierre Lanet et de Justine Bernard
on notera les signatures des deux époux et du père de l'épouse: c'est rare à cette époque


Pont-de-Beauvoisin, le Guiers qui formait la frontière entre France et Savoie

En secondes noces, Pierre LANET a épousé Claudine MIAZ le 21 juin 1695 à Saint-Martin-de-Vaulserre. On ne leur connaît pas d'enfants.


mariage de Pierre Lanet et Claudine Miaz

sosa 469 - Marie FAURE est la fille de Pierre FAURE, dit PELLIOT sosa 938, né le 12 janvier 1666 à Seyssuel-et-Chasse, dans l'église Saint-Martin de Seyssuel...


baptême de Pierre Faure


Seyssuel: place de l'église

.... et de Jacquelma PALUD sosa 939 (peut-être Seyssuel-et-Chasse, paroisse Saint-Martin 3 mars 1669; c'est la seule qui conviendrait, mais sur l'acte le prénom est Jacquaine).


baptême probable de Jacquelma Palud

Dont, à Seyssuel-et-Chasse:
- Jacques FAURE (1 mars 1693)
- Jean FAURE (29 avril - 24 août 1694)
- Mathéa FAURE (14 octobre 1695 - 21 août 1696)
- Pierre FAURE (4 mai 1698)
- notre Marie FAURE en 1700

sosa 470 et 471 - on ne connaît pas les parents de Louis FREPAZ ni ceux de son épouse Marie REVILLET

sosa 472 - Sébastien HUMBERT est le fils de Sieur Jacques HUMBERT sosa 944 et de Benoîte CUAZ-PEROLIN sosa 945, née le 4 février 1674 à la Bâtie-Divisin.


baptême de Benoîte Cuaz-Perolin


La Bâtie-Divisin, devant le massif de la Chartreuse

Ils ont été parents de:
- notre Sébastien HUMBERT
- Charles HUMBERT
- Gaspard HUMBERT

sosa 473 - Anne GERMAIN est la fille de André GERMAIN sosa 946 et de Françoise GUILLERMARD sur lesquels personne n'a rien trouvé

sosa 474 - Benoît SALAVIN est le fils de Claude SALAVIN dit "Cardinal" sosa 948, marchand, né le 25 juillet 1684 à Fitilieu et décédé le 27 novembre 1743 à Fitilieu...


baptême de Claude Salavin


décès de Claude Salavin

... et de Françoise MAGNIN sosa 949. Ils se sont épousés le 9 février 1712 à Pont-de-Beauvoisin et ont été parents de:
- Joseph SALAVIN (Fitilieu 11 décembre 1728 -La Bâtie-Montgascon 9 juin 1795) épouse Jeanne TRILLIAT le 24 février 1756 à Chimilin
- Marguerite SALAVIN, épouse de Claude BERLIOZ
- notre Benoît SALAVIN
- Claude SALAVIN qui épouse Marguerite VARNET
- Louis SALAVIN qui épouse Marguerite VALLIN
- Sébastien SALAVIN qui épouse Louise BRACHET
- Antoine SALAVIN qui épouse Benoite ROSSET


mariage de Claude Salavin et de Françoise Magnin


Pont-de-Beauvoisin: le pont sur le Guiers, séparant l'Isère de la Savoie

sosa 475 - Laurence ROSSET est la fille de Sieur Pierre ROSSET sosa 950, marchand de Rochetoirin († Fitilieu 27 mars 1734)...


décès de Pierre Rosset; l'acte mentionne la présence de ses parents, il faut probablement comprendre sa famille
car à cette date ses parents étaient décédés

...  et de Hélène NOMBRET sosa 951.
Ils se sont épousés à Rochetoirin le 19 février 1715; dont:
- Benoîte ROSSET, qui épouse Antoine SALAVIN
- notre Laurence ROSSET
- Élisabeth ROSSET, qui épouse Claude GAY le 6 juillet 1745 à Fitilieu, dont
• Jean GAY
- Claudine ROSSET


mariage de Pierre Rosset et Hélène Nombret


Rochetoirin: autrefois et de nos jours

Pierre ROSSET était veuf de Anne THONIEL sœur de notre Jeanne THONIEL sosa 477 et donc fille de Pierre THONIEL sosa 954 et Benoîte GARAPON sosa 955; dont:
- Claudine ROUSSET

Restée veuve, Hélène NOMBRET épouse en secondes noces Jean MARTIN le 28 janvier 1737 à Morestel, Isère

sosa 476 - Benoît GAY est le fils de Hugues ou Guigues GAY sosa 925, décédé à 90 ans le 19 janvier 1746, à Fitilieu...


décès de Hugues Gay

... et de Anne BOUVIER née le 4 septembre 1654 à Fitilieu.


baptême de Anne Bouvier

Ils se sont épousés le 14 mai 1685 à Fitilieu. Dont à Fitilieu:
- Marie GAY (5 octobre 1690 - 30 décembre 1709)
- Benoîte GAY (vers 1694 - 31 mars 1760) qui épouse Antoine BOEUFVAN le 17 juin 1732 à Fitilieu
- Notre Benoît GAY


mariage de Hugues Gay et de Anne Bouvier

sosa 477 - Jeanne THONIEL est la fille de Pierre THONIEL sosa 954, marchand et de Benoîte GARAPON sosa 955 (Fitilieu 2 octobre 1663 - 29 novembre 1737).


baptême de Benoîte Garapon

Ils se sont épousés le 2 décembre 1694 à Fitilieu.


mariage de Pierre Thoniel et Benoîte Garapon

Dont à Fitilieu:
- Anne THONIEL (26 juillet 1695) qui épouse notre Pierre ROSSET sosa 950 le 18 octobre 1712 à Fitilieu
- notre Jeanne THONIEL en 1696
- Marguerite THONIEL (11 avril 1698)
- Jean-François THONIEL (21 juillet 1700) qui épouse Marguerite COTTAZ le 24 avril 1724 à Pont-dre-Beauvoisin, puis Claudine VACHIER le 4 septembre 1748 à Corbelin
- Benoîte THONIEL (8 janvier 1702) qui épouse Vincent COLOMB le 9 juin 1722 à Fitilieu
- Antoinette THONIEL (31 décembre 1703) qui épouse Antoine BEUFFEVANT le 10 juillet 1725 à Fitilieu
- Élisabeth THONIEL qui épouse Claude APPRIN le 1 juillet 1732 à Fitilieu

sosa 478 - Louis BOUVIER-LAPIERRE est le fils de Jean BOUVIER-LAPIERRE sosa 956 dont le nom est mentionné, comme grand-père, sur un acte de baptême d'un des enfants de Louis et Jeanne GALLIEN-RIVAZ sosa 957 qui ont été parents à Saint-André-le Gaz de:
- François BOUVIER-LAPIERRE, bourgeois (vers 1665 - 22 avril 1691) qui épouse Louis MAGNIN (1669 - 1707)
- notre Louis BOUVIER-LAPIERRE en 1676

sosa 479 - on ne connaît pas les parents de Demoiselle Marie COTTIN

À la 9ème génération:

sosa 912 - on ne sait rien de plus sur la généalogie LAFOSSE sinon que Jacques DELAFOSSE avait un frère Claude FAUSSE qui assiste à ses obsèques à Pontcharra.

sosa 913 - sous toutes réserves, ainsi que nous l'avons vu à la génération précédente, Anne TAND pourrait être la fille de Antoine DON sosa 1826, commerçant natif du Dauphiné et de Jeanne LARRACESGUE. On ne trouve en effet à Saint-Amand-Montrond aucun TAND ou TEMPS alors qu'il y a à cette époque deux ménages DON dont un, celui d'Antoine, ayant son origine en Dauphiné (l'autre ménage: Hugues DON et Anthoinette THUILLIER, mariés à Saint-Amand-Montrond le 30 janvier 1657 et dont on connaît 3 enfants, est plus modeste et ne semble pas avoir de rapports avec notre famille d'atisans-commerçants)
Ils se sont épousés à Saint-Amand-Morond le 24 avril 1663 et ont également été parents, à Saint-Amand-Monrond de:
- Pierre DON (26 décembre 1667)


mariage de Antoine DON et Jeanne Larrecesgue

sosa 914 - Jacques CHAPELAT pourrait être le fils de Guigues CHAPELATsosa 1828 et de Marguerite CHABOT sosa 1829 (c'est en effet le seul de ce nom à Grignon, à cette époque); dont à Grignon:
- François CHAPELAT (27 janvier 1657)
- Maria CHAPELAT (6 septembre 1659)
- notre Jacques CHAPELAT en 1661
- Dominique CHAPELAT (16 juillet 1665)
- Georges CHAPELAT (18 août 1669) qui épouse Louise JOURDAN le 9 janvier 1694 au Cheylas

sosa 915 - Marguerite ou Marie CHABOT semble être la fille de Michel CHABOT-CHABERT sosa 1830 (qui serait originaire de Saint-Bonnet-en-Champsaur, Hautes-Alpes)...


vue de Saint-Bonnet-en-Champsaur (site de la mairie)

... et de Dimanche PAPET sosa 1831 (mais sur l'acte de baptême le prénom est Marie). Ils se sont épousés à Grignon le 13 zoût 1656.


mariage de Michel Chabot-Chabert et Dimanche Papet

Dont à Grignon:
- notre Marguerite ou Marie CHABOT en 1659
- Laurence CHABOT (1er novembre 1669)
- Françoise CHABOT (20 janvier 1672)

sosa 916 et 917 - on ne connaît pas les parents de Sébastien MORET, ni ceux de son épouse Benoîte RIGAUD

sosa 918 - Benoît CHARVET est le fils de Guigues CHARVET sosa 1836, la Chapelle-Blanche 13 octobre 1629 - 3 mai 1703...


 décès de Guigues Charvet

... et de Pernetta COMBRET sosa 1837. Selon un acte notarié à la Chapelle-Blanche, signalé par une autre généalogiste qui a scanné les archives de la mairie de la Chapelle-Blanche, ils se sont épousés le 15 octobre 1659.
Dont à la Chapelle-Blanche:
- notre Benoît CHARVET en 1660
- Jeanne CHARVET, 17 février 1663 - 17 octobre 1702, qui épouse François ROCHAS, le 22 janvier 1687 à la Chapelle-Blanche
- Marguerite CHARVET, 27 avril 1666
- Françoise CHARVET, 20 novembre 1667
- Claude CHARVET, 29 mars 1671 - 13 décembre 1736
- Marianne CHARVET, 16 octobre 1674 - 22 juillet 1705
- Anthoyne CHARVET, 20 octobre 1677 - 15 octobre 1761

sosa 919 - Andréanne CHAPPUYS est la fille de Jean CHAPPUYS sosa 1838 († la Chapelle Blanche 20 janvier 1680) et de Gasparde BIGOT-PIZAINE sosa 1839 († la Chapelle-Blanche 26 janvier 1672)


décès de Gasparde Bigot-Pizaine

Dont à la Chapelle-Blanche:
- Claude CHAPPUYS (12 septembre 1645 - 31 janvier 1703) qui épouse Antoinette MALLIET (vers 1646 - 1726) le 27 avril 1670 à la Chapelle-Blanche; dont:
• Pierre CHAPPUYS
• Sébastien CHAPPUYS
- Claudia CHAPPUYS (22 mars 1648) qui épouse Jean ROCHAT (1642) le 25 août 1668 à la Chapelle-Blanche
- notre Andréanne CHAPPUYS

sosa 920 -  Pierre CAILLAT est le fils de Hugues CAILLAT-NION sosa 1840 et Jeanne BRUN sosa 1841. Ils ont également été parents d'un
- Jean CAILLAT-NION qui épouse, le 9 décembre 1701 à Theys, Marguerite DAVID, dont:
• Michèle CAILLAT-NION qui épouse, le 24 février 1727 à Theys, Pierre JANOLIN-GACILLOT, dont:
-- Marguerite JANOLIN-GACILLOT, qui épouse, le 19 janvier 1774 à Theys, Jacques PAYERNE-RUYBI et on trouve la suite de cette descendance sur généanet.

On trouve la naissance d'un Hugues CAILLAT, en novembre 1639 à Millery (69), de Pierre CAILLAT et Philiberte MONTFOUILLOUX, mais je ne pense pas qu'il s'agisse du même Hugues CAILLAT, Millery étant relativement éloigné de Theys.

sosa 921 - Sébastienne BEROUD semble être la fille de Alexandre BEROUD sosa 1842, présent à son mariage et (probablement vu la chronologie) de sa première épouse Marguerite DAVID-GRIGNOT sosa 1843. Ils se sont épousés à Theys selon contrat du 1er septembre 1652 et ont également été parents de:
- Jean BEROUD qui épouse Marguerite POUCHOT-LAFRETTE selon contrat du 19 août 1677 à Theys
- Sébastien BEROUD qui épouse Catherine COPPON le 22 juin 1688 à Goncelin
- Félize BEROUD qui épouse  Jean BRUN-COMES le 6 août 1675 à Theys

Alexandre BEROUD a épousé en secondes noces Dimanche BRUN COSME (vers 1635 - 1693) selon contrat du 6 novembre 1664; dont à Theys:
- Dimanche BEROUD (23 janvier 1674 - 23 février 1706) qui épouse François PAPET (1672) le 19 février 1691 à Theys
- Maxime BEROUD qui épouse Louise POUCHOT-LAFRETTE le 29 septembre 1693 à Theys
- Louis BEROUD qui épouse Françoise CAILLAT-NION le 16 février 1694 à Goncelin
- Félix BEROUD qui épouse Marguerite BELLIN (1676 - 1730) le 2 janvier 1696 à Theys

sosa 922 et 923 - on ne connaît pas les parents de Claude SERVOZ-GAVIN ni ceux de son épouse Claudaz LANFREY

sosa 924 -  Claude MARET-PRINCE dit Le Prince, est le fils de Pierre MARET dit "le prince" sosa 1848, marchand, maître gantier, ferrier à Montarmand-La Ferrière, décédé à Pontcharra le 30 octobre 1683 et de Aimaz MORARD-LONCLE sosa 1849, née à Pinsot vers 1606 et décédée à La Ferrière le 29 novembre 1686.


La Ferrière actuellement; c'était à l'époque une paroisse beaucoup plus peuplée que de nos jours
(plus de 1000 habitants, contre 231)


Pinsot, où est née Aimaz Morard-Loncle et où elle a épousé Pierre Maret (photo Panoramio)


décès de Aimaz Morard-Loncle

Ils se sont épousés le 23 avril 1646 à Pinsot et ont été parents de:
- notre Claude MARET-PRINCE (1647)
- Jeanne MARET
- Françoise MARET, qui épouse Nicolas DIDIER le 26 novembre 1674 à La Ferrière


mariage de Pierre Maret et de Aimaz Morard-Loncle

D'un second mariage avec Françoise MARET-SARGET, Claude MARET-PRINCE naîtra:
- Maximaz MARET († Presle, Savoie 11 juillet 1679) qui épouse Jean TAVEL le 20 janvier 1651 à la Ferrière

Aimaz MORARD-LONCLE avait épousé en premières noces Aimé DAVID-SAYTOU dont:
- Antoinie DAVID-SAYTOU
- Marie DAVID

Elle avait épousé en secondes noces Pierre RAMUS-DETACOU

sosa 925 - Marie VAUCENAT est la fille de Jean VAUCENAT sosa 1850, marchand à Theys, décédé à Theys en 1700 et de Jeanne GERVASON sosa 1851, née à Pinsot vers 1606 et décédée à Theys le 29 novembre 1696


décès de Jeanne Gervason

Ils se seraient épousés à Theys (mais l'état-civil de Theys manque pour cette période). Le contrat de mariage, passé à Theys chez Maître FRIER est du 19 octobre 1645 et ont été parents de:
- notre Marie VAUCENAT en 1649
- Gabrielle VAUCENAt, qui épouse Jean BRETTE
- Hélène VAUCENAT qui épouse Pierre DIDIER (1693), dont:
• Jeanne DIDIER
- Hugonne VAUCENAT, qui épouse Antoine EYMIN-BON
- Claude VAUCENAT, qui épouse Anne JOURAN
- Honoré VAUCENAT, qui épouse Antoinie BERT le 8 juin 1688 à Theys, dont:
• Guigonne VAUCENAT

Note: l'Association Généalogique d'Isère a procédé à un relevé complet de ces contrats de mariage, qui sont consultables par leurs membres; ce qui explique certaines références, fournies par des généalogistes locaux qui ont eu accès à ces données, que je ne puis vérifier personnellement.


sosa 926 - Jean CAILLAT-NION est le fils de Firmin CAILLAT-NION sosa 1852 et de Antoinie EYMEN-PETOT sosa 1853
Ils se seraient épousés le 30 mai 1655 à Theys (l'état-civil de Theys manque pour cette période, mais le contrat de mariage est attesté)

sosa 927 - Dimanche PERRET est la fille de Jean PERRET sosa 1854. On ne connaît pas le nom de sa mère.

...

sosa 932 - on ne connaît pas les parents de Antoine PILLAUD-TIRARD mais on sait qu'il a eu un frère, Michel PILLAUD-TIRARD, témoin à son mariage.

...

sosa 936 - Pierre LANET est le fils de Pierre LANET sosa 1872(vers 1614 - Saint-Martin-de-Vaulserre 1er janvier 1696)...


décès de Pierre Lanet

... et de Marguerite PASCAL sosa 1873 (Saint-Bueil 28 janvier 1628)


baptême de Marguerite Pascal

Ils se sont mariés à  Saint-Bueil le 6 février 1646


mariage de Pierre Lanet et Marguerite Pascal


vue aérienne de Saint-Bueil
 
sosa 937 - Justine BERNARD est la fille de Sieur Antoine BERNARD sosa 1874; on ne connaît pas le nom de sa mère.

sosa 938 - Pierre FAURE est le fils de Pierre FAURE sosa 1876 et de Mathéa SIMEAN sosa 1877 (Seyssuel-et-Chasse vers 1630). Ils se sont épousés le 20 juin 1656 à Seyssuel-et-Chasse, dont, à Seyssuel-et-Chasse:
- Louise (?) FAURE (25 janvier 1660)
- Olimpe FAURE (19 février 1663)
- notre Pierre FAURE en 1666
- Enemond FAURE (3 mars 1669)
- Pernette FAURE (vers 1674 - 17 juin 1699)


mariage de Pierre Faure et de Mathéa Siméan

sosa 939 -  Jacquelma PALUD est probablement la fille de Etienne PALUD sosa 1878 et de Claudine MERCIER sosa 1879 (vers 1637 - Seyssuel-et-Chasse octobre 1697)
Dont à Seyssuel-et-Chasse, paroisse Saint-Martin:
- Jacques PALUD (5 août 1658)
- Georges PALUD (18 avril 1660)
- Balthazard PALUD (29 juin 1662)
- Benoît PALUD (18 mai 1664)
- Jacques PALUD (8 octobre 1666)
- notre Jacquelma ou Jacquaine PALUD en 1669
...

sosa 944 - on ne connaît pas les parents de Jacques HUMBERT

sosa 945 -
Benoîte CUAZ-PEROLIN est la fille de Claude CUAZ-PEROLIN sosa 1890, marchand et maréchal (ferrant), décédé 10 ans apès son mariage, le 15 mai 1676 à la Bâtie-Divisin (paroisse de Recoin)...


décès de Claude Cuaz-Perolin

... et de Jeanne THONIEL sosa 1891, décédée le 20 octobre 1724 à la Bâtie-Divisin (paroisse de Recoin).


décès de Jeanne Thoniel


la Bâtie-Divisin: carrefour de Recoin

Ils se sont épousés le 26 avril 1667 à Pont-de-Beauvoisin. Dont, à la Bâtie-Divisin:
- Joseph CUAZ-PEROLIN (23 mars 1668)
- Jean CUAZ-PEROLIN, menuisier et marchand du Recoin (7 septembre 01670 - 18 janvier 1738) qui épouse Élisabeth JAYET
- notre Benoite CUAZ-PEROLIN
- Virginie CUAZ-PEROLIN (20 mai 1676 - 10 octobre 1676).


mariage de Claude Cuaz-Perolin et de Jeanne Thoniel

sosa 946 et 947 - on ne connaît pas les parents de André GERMAIN ni ceux de son épouse Françoise GUILLERMAS

sosa 948 -
Claude SALAVIN est le fils de Jean SALAVIN sosa 1896, marchand (originaire de Fitilieu, décédé à Fililieu le 20 février 1701)...


décès de Jean Salavin

... et de Fleurie RONGI sosa 1897 (Fitilieu 6 octobre 1647).


baptême de Fleurie Rongi

On leur connaît comme enfants:
- Dimanche (Dominique) SALAVIN (vers 1676) qui épouse Louis COUSTAS le 8 avril 1712 à Pont-de-Beauvoisin
- Benoît SALAVIN qui épouse Agathe FRETON le 29 juin 1692 à Saint-André-le-Gaz
- Charlotte SALAVIN qui épouse Jean RACLET le 8 novembre 1701 à Fitilieu
- Antoinette SALAVIN qui épouse Benoît COLLIAT le 5 novembre 1709 à Fitilieu
- notre Claude SALAVIN en 1684

sosa 949 - Françoise MAGNIN est la fille de Antoine MAGNIN sosa 1898, Chimilin (27 février 1672)...


baptême de Antoine Magnin

... et de Clauda COSTAS sosa 1899. Ils se sont épousés le 24 juillet 1691 à Pont-de-Beauvoisin et ont également été parents de:
- Benoîte MAGNIN qui épouse Louis MICHAL le 27 avril 1717 à Pont-de-Beauvoisin


mariage de Antoine Magnin et de Clauda Costas

sosa 950 - Pierre ROSSET est le fils de Michel ROSSET sosa 1900, et de Benoîte VARCET sosa 1901, décédée à Fitilieu le 25 septembre 1709


décès de Benoîte Varcet

sosa 951 - Hélène NOMBRET est la fille de Jacques NOMBRETsosa 1902, marchand de "Thoyrin" (ancienne graphie de Rochetoirin), né le 7 février 1666 à Rochetoirin...


 baptême de Jacques Nombret. Notez que les parrain et marraine sont des notables de Rochetoirin

... et de Marie VALLIN.
 Dont à Rochetoirin:
- Marguerite NOMBRET (3 février 1694)
- Isabeau NOMBRET (14 janvier 1696)
- Jacques NOMBRET (6 février 1708)
- Jean NOMBRET (18 août 1711)
- notre Hélène NOMBRET
- François NOMBRET, praticien et notaire royal (décédé le 8 novembre 1735 à Morestel) qui épouse le 20 juillet 1718 à Morestel Louise BERLIOZ, dont:
• Louise NOMBRET (1720 - 177) qui épouse à Morestel le 18 janvier 1742 François BUCHICHERD

sosa 952 - on ne connaît pas les parents de Hugues GAY

sosa 953 - Anne BOUVIER est la fille de Jean BOUVIER sosa 1906, dit Savoyard, né à Fitilieu le 22 mars 1622...


baptême de Jean Bouvier

... et de Suzanne BERTHON sosa 1907 dite MULATON (contrairement à ce qu'on peut penser, ce surnom ne provient pas de "mulâtre" mais de "muletier"). Dont à Fitilieu:
- Joseph BOUVIER (16 mars 1649)
- Clauda BOUVIER (11 février 1652)
- notre Anne BOUVIER en 1654
- François BOUVIER, affaneur c'est à dire journalier (3 février 1657 - 3 février 1692) qui épouse Gabrielle RUF (1656 - 1700) le 19 juin 1680 à Fitilieu

sosa 954 - Pierre THONIEL est le fils de Benoît THONIEL sosa 1908 et de Benoîte GONET sosa 1909 (vers 1641 - Fitilieu 3 novembre 1691 selon certains, mais il n'y a plus d'état-civil pour cette année)

sosa 955 - Benoîte (peut-être Marguerite) GARAPON est la fille de Maître Jean GARAPON sosa 1910, Maître Chapelier (Fitilieu, où les GARAP(P)ON sont particulièrement nombreux, 24 juin 1635 - 26 octobre 1678)...


baptême de Jean Garapon


décès de Jean Garapon

... et de Louyse BERGIER sosa 1911. Ils se sont épousés le 9 octobre 1657 à Saint-André-le-Gaz; dont à Fitilieu:
- Clément GARAPON (7 janvier 1670)
- Marie GARAPON (28 février 1672)
- Thomas GARAPON (26 septembre 1674 - 26 décembre 1732) qui épouse Pierrette BATAILLON le 28  octobre 1704 à Vasselin; dont  à Vasselin:
• Marguerite GARAPON (5 mars 1706) qui épouse Pierre BIGALET le 18 juin 1720 à Vignieu
• Sieur François GARAPON bourgeois et marchand de Vignieu (5 août 1708 - Vignieu 8 mars 1752) qui épouse Catherine THEVENET (1708 - 1768) le 15 juin 1728 à Dolomieu
- Claude GARAPON (9 avril 1677)
- notre Benoîte GARAPON


mariage de Jean Garapon (avec sa signature)et et de Louyse Bergier


Saint-André-le-Gaz
Au XVIIè siècle, les vallées alpines étaient beaucoup plus peuplées qu'elles ne le sont de nos jours (4 ou 5 fois plus) et ce qui n'est actuellement que de minuscules villages étaient alors de vraies petites villes, avec des commerçants que la proximité de la frontière rendait assez prospères. Une bonne partie du commerce entre la France et ce qui deviendra l'Italie passait en effet par ces vallées qui, de fait, étaient plutôt riches. Cela explique la présence de ces chapeliers, gantiers et autres, qui peut nous sembler étrange maintenant.

sosa 956 - Jean BOUVIER-LAPIERRE est le fils de François BOUVIER-LAPIERRE sosa 1912, né à Saint-André-le-Gaz le 2 décembre 1601 et décédé à Chimilin le 24 avril 1675...


baptême de François Bouvier. Il s'agit d'un notable: son parrain est le châtelain de la Pallud et sa marraine a le titre de Demoiselle


décès de François Bouvier-Lapierre

... et de Benoîte GUEYSTAT ou GUETAT (Chimilin 16 mai 1602 - 23 février 1674).


baptême de Benoite Gueystat


décès de Benoite Gueystat


Chimilin autrefois

Dont à Chimilin:
- Lucrèce BOUVIER-LAPIERRE (1630 - 1er juillet 1704) qui épouse Pierre TROLLIER
- Léonard BOUVIER-LAPIERRE (vers 1642 - 4 juin 1687) qui épouse Jeanne OLLAGNIER (1656 - 1710)
- notre Jean BOUVIER-LAPIERRE
- Gabriel BOUVIER-LAPIERRE

sosa 957 - on ne connaît pas les parents de Jeanne GALLIEN-RIVAZ


À la 10ème génération:

sosa 1830 - Michel CHABOT-CHABERT est, selon certains mais rien ne le confirme le fils de Esprit CHABOT-CHABERT sosa 3660 et de Marie VIGNE sosa 3661. L'état-civil antérieur au XVIIIè siécle de Saint-Bonnet-en-Champsaur est perd et son acte de mariage ne donne aucune indication sur son ascendance, ni même son lieu d'origine.

sosa 1831 - Dimanche PAPET est, selon son acte de mariage, la fille de Sébastien PAPET sosa 3662 et peut-être de Pontianne RIGAUD sosa 3663 (ce que semble confirmer un contrat de mariage signalé, du 21 février 1658 à Pontcharra, mais 2 ans après le mariage!)

sosa 1836 - Guigues CHARVET est le fils de Jehan CHARVET sosa 3672, né vers 1600 et de Barbe MOLLARD PERRIN sosa 3673, née avant 1610 et décédée à la Chapelle-Blanche le 21 mars 1678.


décès de Barbe-Mollard-Perrin

Ils se seraient épousés à la Chapelle-Blanche le 12 avril 1625 et ont également été parents de:
- Clauda CHARVET († la Chapelle-Blanche 7 septembre 1682) qui épouse Jean JANET le 16 septembre 1657 à la Chapelle-Blanche

Le cas de la Chapelle-Blanche est assez particulier. Paroisse du Dauphiné à l'origine (et donc française à l'époque du couple Charvet - Mollard Pellerin) elle a été cédée par la France à la Savoie le 24 mars 1760, par la Convention de Turin, avant de re-devenir française en 1860, par le traité de Turin.

sosa 1837 - Pernetta COMBET est la fille de Jean Claude COMBET sosa 3674 (originaire du tout petit village Moignard, Savoie) et de Aymaz ou Aimée CAILLET sosa 3675, également parents de:
- Benoît COMBET


Mognard actuellement

Ils se seraient épousés à Etable, Savoie le 7 octobre 1632 (l'état-civil pour cette année n'est pas en ligne).


Etable actuellement

sosa 1838 - on ne connaît pas les parents de Jean CHAPPUYS

sosa 1839 - Gasparde BIGOT-PIZAINE est la fille de François BIGOT-PIZAINE sosa 3678 sur lequel on ne trouve plus rien.

sosa 1840 et 1841 - on en connaît pas les parents de Hugues CAILLAT-NION ni ceux de son épouse Jeanne BRUN

sosa 1842 - Alexandre BEROUD est, selon son contrat de mariage, le fils de Gabriel BEROUD sosa 3684 et de Guigonne DAVID-GURLET sosa 3685. Ils se sont épousés à Theys selon un contrat passé devant Maître DRIER, le 1er février 1622

sosa 1843 - On ne connaît pas les parents deMarguerite DAVID-GRIGNOT
...

sosa 1848 - Pierre MARET-PRINCE et le fils de Claude MARET-FABVRE, sosa 3696 maître ferrier et marchand à Montarmand-La Ferrière, dont le testament est du 24 août 1646 à Saint-Pierre-d'Alevard (Il serait décédé à la Ferrière, mais l'état-civil de cette paroisse ne remonte pas aussi loin) et de Claudaz VAUXENAT-FAYEN sosa 3697.
Ils ont été parents de:
- Maxime MARET
- notre Pierre MARET
- Jeanne MARET
- Jeanne MARET

sosa 1849 - Aimaz MORARD-LONCLE est la fille de Michel MORARD-LONCLE sosa 3698, marchand à Gleyzin-Pinsot et de Jeanne de GENTON sosa 3699, née vers 1590.

D'après un autre généalogiste qui sa soigneusement étudié cette branche de notre famille, Laurent LAMOTTE, nous connaissons cette union par un contrat de mariage. Ce contrat est actuellement disparu, mais mentionné dans une sommation de Michel MORARD-LONCLE, le 18 février 1632 à Theys, dans la maison de Maître Vincent DRIER, notaire dont les archives, apparemment, ont été bien conservées et "épluchées" par le Centre Généalogique de l'Isère. Cet acte, somme Charles et Gabrielle de GENTON, frère et soeur de de sa femme Jeanne, héritière universelle de leur père, de lui payer les sommes dues suite au contrat de mariage passé par leur père Didier de GENTON devant maître Louis MONCENIX notaire, le 09 juin1609 en la paroisse de Theys.

Par cette union, Aimaz MORARD-LONCLE s'alliait avec une famille noble du Dauphiné, dont la généalogie a été bien étudiée par des érudits et qui va nous amener loin dans le temps.


blason de la famille de Genton de Barsac (probablement une autre branche de la même famille)

Dont à Theys:
- notre Aimaz MORARD-LONCLE vers 1606
- Anthoinie MORARD-LONCLE († Pinsot 22 novembre 1677) qui épouse Lucca LUCCA-ROUX
- Guigonne MORARD-LONCLE qui épouse Pierre GUERRAZ; dont
• Madeleine GUERRE (1639 - 1699)
- Benoîte MORARD-LONCLE qui épouse Augustin PAGANON; dont
• Olivier PAGANON
puis en secondes noces André REVERDY, le 17 février 1642 à Pinsot; d'où
• Olivier REVERDY
• Félize REVERDY
• Jeanne REVERDY
• Pierre REVERDY
- Claudaz MORARD-LONCLE qui épouse Jean CHASSANDRE; dont
• Guigonne CHASSANDRE

sosa 1850 - Jean VAUCENAT est fils d'Étienne VAUCENAT sosa 3700 et de Jeanne ROBOUD ou PERRIER-REBOUD sosa 3701. Ils se seraient mariés à Theys le 18 juillet 1612 (de très nombreux généalogistes donnent cette date qui est confirmée par le Centre Génalogique du Dauphiné, mais aucun acte d'état-civil ne semble correspondre) et outre Jean, ils ont aussi été parents d'un:
- Philippe VAUCENAT (décédé en octobre 1645 à Theys).
Etienne VAUCENAT était veuf de Jeanne BORIN qu'il avait épousée à Theys le 3 juillet 1607


mariage de Étienne Vaucenat et de Jeanne Borin

sosa 1851 - Jeanne GERVASON est la fille d'Antoine GERVASON sosa 3702. On ne connaît pas le nom de sa mère.

sosa 1852 - Firmin CAILLAT-NION est le fils de Jacques CAILLAT-NION sosa 3704 et de Gabrielle PAPET sosa 3705. Leur contrat de mariage, à Theys, est du 20 janvier 1626.

sosa 1853 - Antoinie EYMEN-PETOT est la fille de Benoît EYMEN-PETOT sosa 3706 et de Antoinie FERRIER sosa 3707. Leur contrat de mariage, à Theys, est du 15 mai 1615.

sosa 1854 - on ne connaît pas les parents de Jean PERRET

...

sosa 1872 - on ne connaît pas les parents de Pierre LANET

sosa 1873 - Marguerite PASCAL est la fille de François PASCAL sosa 3746 et de Jeanne PERRIER sosa 3747, sur lesquels personne n'a rien trouvé

sosa 1874 - on ne connaît pas les parents de Antoine BERNARD

sosa 1876 et 1877 - on ne connaît pas les parents de Pierre FAURE ni ceux de son épouse Mathéa SIMEAN

sosa 1890 - Claude CUAZ-PEROLIN est le fils de Louis CUAZ-PEROLIN sosa 3780, marchand du Recoin, né en 1652 à la Bâtie-Divisin et de Benoîte FAUCHYsosa 3781. Dont, à  la Bâtie-Divisin:
- Claudaz CUAZ-PEROLIN (vers 1633 - Paladru 12 février 1723) qui épouse David GRIN le 18 septembre 1668 à Paladru
- Pierre CUAZ-PEROLIN (21 septembre 1645)
- Sébastien CUAZ-PEROLIN (vesr 1671 - 7 septembre 1731)
- notre Claude CUAZ-PEROLIN
- Benoîte CUAZ-PEROLIN qui épouse Geoffrey FAVIER

sosa 1896 - Jean SALAVIN est le fils de Jean SALAVIN-LEVESQUE sosa 3792 († Fitilieu 27 janvier 1686)...


décès de Jean Salavin-Levesque

...  et de Antoinette PERRIN sosa 3793 († Fitilieu 7 avril 1677)


décès de Antoinette Perrin

Ils se sont épousés à Saint-Geoire-en-Valdaine le 7 juillet 1637


mariage de Jean Salavin-Levesque et Antoinette Perrin


Saint-Geoire-en-Valdaine: l'église où a eu lieu le mariage, avec son clocher désaxé

Dont à Fitilieu:
- Claudaz SALAVIN-LEVESQUE (25 septembre 1636)
- Suzanne SALAVIN-LEVESQUE (13 avril 1645)
- Joseph SALAVIN-LEVESQUE (20 avril 1648)
- notre Jean SALAVIN-LEVESQUE

sosa 1897 - Fleurie RONGI est la fille de Pierre RONGI sosa 3794 et de Marianne VENON sosa 3795

sosa 1898 - Antoine MAGNIN est le fils de Jean MAGNIN sosa 3796 et de Claudaz MAGAUD sosa 3797

sosa 1902 - Jacques NOMBRET est le fils de Pierre NOMBRET sosa 3804 et de Marie GUDAT sosa 3805 qui ont également été parents de:
- Pierre NOMBRET († Rochetoirin 8 mars 1668)

sosa 1906 - Jean BOUVIER est le fils de Claude BOUVIER sosa 3812 et de Anne SOURD sosa 3813; dont à Fitilieu:
- notre Jean BOUVIER en 1622
- Isabeau BOUVIER (23 octobre 1624)
- Pernette BOUVIER (15 février 1630)
- Claudine BOUVIER (3 juillet 1632)
- Benoît BOUVIER (17 janvier 1635)
- Pierre BOUVIER (15 mars 1637)
- François BOUVIER (21 janvier 1639)

sosa 1910 - Jean GARAPON est le fils de Charles GARAPON-LAVIGNE sosa 3820 et de Anne LAROCHE (?) sosa 3821; dont à Fitilieu:
- notre Jean GARAPON en 1635
- Jérôme GARAPON (27 mai 1637)
- Louis GARAPON (13 juin 1639)
- Pierre GARAPON (9 mars 1642)
- Claude GARAPON (30 juin 1644)
- Benoîte GARAPON (9 avril 1647)
- Jeanne GARAPON (24 octobre 1649)
- Marie Anne GARAPON (18 novembre 1651)
- Jeanne GARAPON (26 janvier 1655)

La légende veut que la commune de Fitilieu fut baptisée par Napoléon qui, lors de son périple, fit une chute de cheval et déclara alors : « Quel foutu lieu ! ». Le village prendra ainsi son nom de Fitilieu. On peut cependant facilement vérifier que le village existait sous le nom de Fitillieu sous l'ancien régime, comme en témoigne son état-civil, qui est très ancien; ce qui n'exclu d'ailleurs pas le mauvais jeu de mot de Napoléon.

sosa 1911 - Louise BERGIER est la fille de Antoine BERGIER sosa 3822. On ne connaît pas le nom de sa mère.

sosa 1912 - François BOUVIER-LAPIERRE est le fils de Jehan BOUVIER-LAPIERRE sosa 3824 et de Jacquiniaz GALLIEN (c'est du moins ce que je crois lire sur les actes de baptême) sosa 3825. Dont à Saint-André-le-Gaz:
- notre François BOUVIER-LAPIERRE en 1601
- Madeleine BOUVIER (2 septembre 1609)
- Guillaumaz BOUVIER (8 mars 1616)


médaille de Saint-André-le-Gaz

sosa 1913 -  Benoîte GUEYSTAT est la fille de Michand GUEYSTAT sosa 3825 et de Claudina CLAVEL sosa 3826 sur lesquels on nsosa 7344e trouve plus rien.

À la 11ème génération:

À partir de là il n'y a pratiquement plus rien qui soit vérifiable, faute d'un état-civil aussi ancien ou, s'il existe, très incomplet. Certains généalogistes remontent assez loin, mais ne donnent jamais leurs sources. Il y aurait toutefois quelques actes notériés, en particulier des contrats de mariage ou des testaments, qui seraient consultables à Grenoble, aux archives départementales de l'Isère mais, à l'exc petion des archives de la famille de GENTON, à Theys, on ne trouve pratiquement plus rien en ligne. Sous toutes réserves, par conséquent:

sosa 3672 - Jean CHARVET serait le fils de Pierre CHARVET sosa 7344 (peut-être la Chapelle-Blanche 6 juillet 1540) et peut-être de Guigonne ROCHARD sosa 7345, qui ont également été parents d'une:
- Marie Charlotte CHARVET qui épouse Pierre DIEU-FILS

Le seul généalogiste qui donne ces renseignements ne fournit pas ses sources, masque des informations on ne sait pourquoi et ne semble pas très fiable.

sosa 3673 - Barbe MOLLARD-PERRIN serait la fille de Michel MOLARD-PERRIN sosa 7346

sosa 3674 - Jean Claude COMBET serait le fils de Jean COMBET sosa 7348

sosa 3675 - Aymaz CAILLET serait la fille de Catherin CAILLET sosa 7350

...

sosa 3678 - on ne connaît pas les parents de François BIGOT-PIZAINE

sosa 3684 - Gabriel BEROUD est, selon son contrat de mariage, le fils de Pierre BEROUD sosa 7368 (vers 1573 - Theys mars 1627) et de Claudaz FOURNIER sosa 7369 († Theys mars 1627).I ls se sont épousés à Theys, par contrat de vant Maître DRIER, le 24 juin 1588. Dont à Theys:
- Felize BEROUD (Theys vers 1590 - 4 février 1670) qui épouse David DAVID-GURLET par contrat de mariage de Maître Vincent DRIER du 1er février 1622, puis Christophe  DALBAN devant le même notaire, le 14 novembre 1632
- Guigonne BEROUD qui épouse Claude André JANARD MOUTON le 27 juin 1616 à Theys
- notre Gabriel BEROUD
- Françoise BEROUD qui épouse Guigues BARBAS-TABUY le 15 mars 1627 à Theys
Ils seraient tous deux morts à Theys en mars 1627, mais rien ne permet de le confirmer, l'état-civil de cette année ayant été perdu.


sosa 3686 - Guigonne DAVID-GURLET est la fille de Crespin DAVID-GURLET sosa 7370 (vers 1570) On ne connaît pas le nom de sa mère
...

sosa 3696 - Claude MARET-FABVRE est fils de Maxime MARET-FABVRE sosa 7392

sosa 3697 - on ne connaît pas les parents de Claudaz VAUXENAT-FAYEN

sosa 3698 - Michel MORARD-LONCLE est fils de Pierre MORARD-LONCLE sosa 7396

3699 - Jeanne de GENTON est fille de Didier de GENTON sosa 7398, écuyer (il est donc noble); demeurant à Malbuisson-Theys, né vers 1550 et de Jeanne GORRIN-REVEL sosa 7399.


Theys: Malbuisson (source Google Street)

Je cite Laurent Lamotte:
évenement: Partage des biens de Jeanne GORRIN REVEL [19 janvier 1619] Theys, 38570, Isère, Rhône-Alpes, FRANCE (source: Acte notarié)
Acte rédigé sur la place publique de Theys.
Suite au décés de Jeanne GORRIN REVEL, femme de feu Didier de GENTON, et à la réquisition de Michel MORARD (LONCLE), époux de Jeanne de GENTON, désirant retirer les biens et héritages de sa femme, ce dernier engage une procédure administrative devant notaire pour que le partage des biens de Jeanne GORRIN REVEL s'effectue entre les enfants de cette dernière : Jeanne, Charles, Elizabeth, et Gabrielle de GENTON. L'important dans cet acte et que Jeanne de GENTON, bien qu'absente, est représentée par son époux Michel MORARD, que la dite Elizabeth agit de son prope chef, et que Charles et Gabrielle sont sous le tutorat de Jean Blanc clerc à Theys. Aussi, les biens et héritages de Jeanne GORRIN REVEL étaient juqu'à présent en jouissance commune au profit de ses quatres enfants et que le partage s'est effectué avec l'aide de Claude GUIET et Félix GORRIN MANDARIN, tous deux laboureur à Theys, et ici veillant à l'équité du partage.

Dont à Theys:
- Catherine de GENTON (8janvier 1589)
- notre Jeanne de GENTON (vers 1590)
- Isabelle de GENTON (5 janvier 1592)
- Pierre de GENTON (28 juin 1594)
- Clauda de GENTON (17 mars 1596)
- Béatrice de GENTON (8 mars 1598)
- Charles de GENTON (1604)
- Gabrielle de GENTON (1606)
- Anthoinie de GENTON qui épouse Félix LANFREY le 23 octobre 1609 à Theys et qui a également été l'épouse de Anthoine MICAUD
- Élisabeth de GENTON qui épouse Simon DUFOUR le 6 février 1619 à Theys

Nous connaissons également Didier de GENTON et plusieurs membres de sa famille, par son testament rédigé à Theys le 29 juin 1586.


testament de Didier de Genton (lecture réservée au paléographes confirmés...). Cet acte précise, à deux reprises, qu'il est le fils de défunt Jacques de Genton

Soa 3700 - Etienne VAUCENAT est fils d'Antoine VAUCENAT sosa 7400, décédé à Theys en juin 1607 et de Béatrice POLLET sosa 7401

sosa 3701 - Jeanne ROBOUD est fille de Jacques ou Guigues ROBOUD sosa 7402

sosa 3702 - on ne connaît pas les parents de Antoine GERVASON

...

sosa 3704 - Jacques CAILLAT-NION est le fils de Félix CAILLAT-NION sosa 7408 et de Jeanne FAURE-MANGOURNET sosa 7409
Ils se seraient mariés à Theys le 10 janvier 1599 et ont également été parents d'un:
- François CAILLAT-NION (Theys 13 janvier 1605) qui épouse Félixe GORUT-MARAUDIN le 17 février 1632 à Theys; dont:
• Paul CAILLAT, charpentier qui épouse Françoise DUPRÉ le 16 novembre 1661 à Grenoble; dont à Theys:
-- Anne CAILLAT qui épouse Maurice BLANC; dont:
--- Mathias BLANC dit "Mury" qui épouse Louise COUSSARD le 30 avril 1735 à Theys; dont:
* Nicolas BLANC dit "Mury" (1742 - 29 novembre 1790) qui épouse Élisabeth DAVID-GURLET le 6 février 1760 à Theys; dont:
** Marie BLANC
** Etienne BLANC
puis Jeanne PAPET le 19 août 1777 à Theys
puis Marie CHATISTIN le 12 février 1778 à Theys; dont à Theys:
** Louis BLANC dit "Mury" (1786 - 1786)
** Claude BLANC (27 avril 1788)
* Jean BLANC dit "Mury" (Theys 7 avril 1744 - 27 novembre 1805) qui épouse Marie BGRASMONT le 5 octobre 1774 à Laval (Isère); dont à Theys:
** Marie BLANC-MURY (8 novembre 1775) qui épouse Etienne BÉRANGER-FENOUILLET le 20 juin 1823 à Theys
** Jean BLANC-MURY charpentier à Malbuisson (18 novembre 1780 - 21 avril 1867) qui épouse Catherine DRIER-MARMOT le 8 octobre 1805 à Theys
** François BLANC-MURY (4 avril 1784 - 15 février 1826) qui épouse Marguerite DRIER le 31 mars 1823 à Theys et qui a également été marié à Marie BELLIN-ROBERT
** Antoine BLANC-MURY (1787) qui a été marié à Marie SAVIOZ et à Marie Marguerite DRIER
** Vincent BLANC-MURY (7 mai 1790)

sosa 3705 - Gabrielle PAPET est la fille de Claude PAPET et de Christine CAILLAT, qui se sont mariés à Theys le 13 décembre 1598

sosa 3706 et 3707 - on ne connaît pas les parents de Benoît EYMEN-PETOT ni ceux de son épouse Antoinie FERRIER

...

sosa 3746 et 3747 - on ne connaît pas les parents de François PASCAL ni ceux de son épouse Janne PERRIER

...

sosa 3780 - Louis CUAZ_PEROLIN est le fils de Claude CUAZ-PEROLIN sosa 7560 et peut-être de Catherine MOLLIET sosa 7561 qui ont également été parents de:
- Pierre CUAZ-PEROLIN qui épouse Catherine MOLLIET (retrouver 2 fois ce même nom incite à la prudence) le 14 novembre 1643 à Grenoble

sosa 3781 à 3827 - on ne trouve plus rien


À la 12ème génération:

À partir de là, nous ne disposons plus d'état-civil et les documents notariés se font rares. Heureusement, la famille de GENTON et les familles alliées à elle ont attiré l'intérêt de plusieurs chercheurs qui, à partir des rares documents retrouvés, ont tenté d'en établir la généalogie. Je m'en remets à eux, et à Wikipedia, auquel je fais de nombreux emprunts (textes et images) et vers lequel pointent la plupart de mes liens. On trouve toutefois en ligne, sur Généanet, la reproduction d'un document de plus de 600 pages concernant exclusivement la famille de GENTON à Theys et des familles alliées, pendant la première moitié du 16è siècle. C'est certainement une mine de renseignements mais, à moins d'être un paléographe confirmé, ces actes en latin sont parfaitement illisibles pour le commun des mortels, dont je suis. En voici une page prise au hasard; jugez-en vous même.
Pour le reste, il s'agit plus de suppositions que de faits vérifiables.



sosa 7344 - Pierre CHARVET serait le fils de Claude-Thomas CHARVET sosa 14688; on ne connaît pas le nom de sa mère.

sosa 7345 - Si Guigone ROCHARD est bien l'épouse de Pierre CHARVET, elle serait elle-même la fille de François ROCHARD sosa 14690

sosa 7346 - Michel MOLLARD PERRIN serait le fils de Pierre MOLLARD PERRIN sosa 14692 et de Guigonne COINDOZ NICOLLET sosa 14693

sosa 7368 - Pierre BEROUD serait, selon certains, le fils de Ennemond BEROUD sosa 14736 (vers 1525 - juin 1588) et de Marguerite POUCHOT sosa 14737

sosa 7369 - Claudaz FOURNIER serait la fille de Jacques FOURNIER sosa 14738 (vers 1558 - Froges 1588) et de Dominge RIBOT sosa 14739 (Froges juin 1558 -  1588)


la dent de Crolles, vue depuis Froges

sosa 7371 - Crespin DAVID-GURLET serait le fils de Martin DAVID-GURLET sosa 14740

...

sosa 7350 - on ne connaît pas les parents de Catherin CAILLET

...

sosa 7392 - on ne connaît pas les parents de Maxime MARET-FABVRE

...

sosa 7396 - on ne connaît pas les parents de Pierre MORARD-LONCLE


sosa 7398 - Didier de GENTON est le fils de Jacques de GENTON sosa 14796
mais nous ne sommes pas certain que sa mère soit Hélène HÉMON

D'un mariage avec Hélène HÉMON, Didier de GENTON a eu en effet, avec certitude:
- Maguelonne de GENTON
- Pierre de GENTON
- Jean de GENTON
- Gabriel de GENTON, commandant de Grenoble en 1572, qui épouse Marie ODDE de BONNIOT
- Antoinette de GENTON


écu de la famille de Genton

sosa 7399 - on ne connaît pas les parents de Jeanne GORIN-REVEL

sosa 7400 - on ne connaît pas les parents de Antoine VAUCENAT

...

sosa 7402 - on ne connaît pas les parents de Jacques ROBOUD

...

sosa 7408 - Félix CAILLAT-NION serait le fils de Jacques CAILLAT-NION sosa 14816

sosa 7409 - Jeanne FAURE-MANGOURNET serait la fille de Antoine FAURE-MANGOURNET sosa 14818

sosa 7410 et 7411 - on ne connaît pas les parents de Claude PAPET ni ceux de son épouse Christine CAILLAT

...

sosa 7560 - Claude CUAZ-PEROLIN serait le fils de Claude CUAZ sosa 15120 mollieton ne connaît pas le nom de sa mère

sosa 7561 - Catherine MOLLIET serait la fille de Claude MOLLIET sosa 15122 on ne connaît pas le nom de sa mère


À la 13ème génération:

Tout n'est plus que pures suppositions, sauf pour la famille de Genton, qui est la seule a nous avoir laissé des documents écrits et officiels;

sosa 14688 Claude-Thomas CHARVET est le fils de Pierre CHARVET sosa 29376 et de Janon ... sosa 29377

sosa 14692 - Pierre MOLLARD PERRIN est le fils de Jean MOLLARD PERRIN 29384 et de Thievenaz CHARVET sosa 29385

sosa 14693 - on ne connaît pas les parents de Guigonne COINDOZ-NICOLLET

sosa 14739 - Dominge RIBOT serait la fille de Pierre RIBOT sosa 29478
...

sosa 14796 - Jacques de GENTON, noble, qui habite aux Rouges (hameau de Theys) est très probablement le fils de Antoine de GENTON (vers 1490) et de Marguerite ALLEMAN (d'une grande famille noble du Dauphiné, dont les origines remontent très loin, comme nous le verrons ci-après)

Je cite à nouveau Laurent LAMOTTE:
Jacques est probablement le fils de Antoine de GENTON et Marguerite ALLEMAN (d'Allières) mais aucun document ne nous permet de le confirmer. Seules les corrélations de dates et de lieux nous amènent à établir ce lien qui paraitrait logique et l'on sait (par d'autres documents) que Antoine et Marguerite ont eu des enfants dont un Jacques.
Il faudrait consulter les archives de la famille Alleman et de Genton ainsi que d'éventuelles traces de ces personnages dans les textes juridiques et notariés..... de l'époque.
Voir aussi le document 2B302 aux archives départementales de l'Isère et le catalogue sur les fonds du "Cabinet des Titres" à la BNF (Ref  "26485 à 32262" sur Internet http://habitant.org/tools/cabinet.htm et http://www.bnf.fr/pages/catalog/mssoc-num2.htm).


Or, le Centre Généalogique du Dauphiné vient de rééditer un ouvrage devenu introuvable "Les ALLEMAND du Dauphiné et de Faucigny et maisons alliées" par Michel RIEUTORD qui confirmerait en tous points la généalogie de la famille ALLEMAN, telle que nous la donnons ci-après. J'ai commandé et exploité au mieux cet ouvrage, très précis et très complet.


blason de la famille Alleman; la présence des fleurs de lys indique tout de suite qu'il s'agit d'une famille importante en France

Également, un lointain cousin généalogiste, qui publie sur Généanet.org sous le pseudo "erromis38" me dit avoir étudié de près, autrefois, la famille de GENTON. Il va ressortir ses notes et m'en faire part. Je mettrai alors cette page à jour, si nécessaire.

Ces gens là sont décédés vers 1550 - 1560, à la Renaissance.

Pour mieux situer tout ce monde, voici une carte sur laquelle j'ai indiqué les lieux où ont vécus cette partie de mes ancêtres des branches FOSSE et DURET, en Isère et un peu en Savoie. Toute une série de petits villages regroupés dans les deux principales vallées du Dauphiné, de part et d'autre du massif de la Chartreuse.


mes ancêtres Fosse et Duret

* * * * * * *
* * * * *
  * * * *
* *

Une plongée dans l'Histoire du Moyen-âge

À la 14ème génération:


sosa 29592 - Antoine de GENTON est fils de Hector II de GENTON sosa 59184, seigneur de Barsac et de Claudine de la CHAPELLE sosa 59185
ils ont également été parents de:
- Ollivier, Guigonne et Isabelle de GENTON

Barsac est un village de la Drôme, non loin de Romans, sur les bords de l'Isère;


Barsac

sosa 29593 - Marguerite ALLEMAN est fille de Humbert ALLEMAN sosa 59186, chevalier, décédé le 23 juillet 1499 et de Marie ALLEMAN sosa 59187, décédée le 26 juillet 1506 à Beauvoir-en-Royans. C'est un beau mariage car la famille ALLEMAN est une grande famille noble du Dauphiné, avec des ancêtres prestigieux.

Ils se sont épousés le 15 avril 1488 à Uriage et ont été parents de:
- Humbert IV ALLEMAN, qui épouse Hélène ALLEMAN en 1506
- Jeanne ALLEMAN, qui épouse Antoine de CLAIX-MEYLAT
- notre Marguerite ALLEMAN
- Marguerite ALLEMAN (probablement la même) qui épouse Jacques de VEUREY de BÉRANGER
- Ennemonde ALLEMAN qui épouse successivement Guillaume de GRAS et Claude de MORGES


Uriage: le château

D'un second mariage, Humbert ALLEMAN a également:
- Guigonne ALLEMAN
- Humbert ALLEMAN


À la 15ème génération:

sosa 59184 - Hector II de GENTON est le fils de Hector I de GENTON sosa 118368 qui a également été père de:
- Achyle, Guillaume, Guiotte, Jacqueme, Marguerite, Pierre et Virginie de GENTON

sosa 59185 - Claudine de la CHAPELLE est la fille de Jean de la CHAPELLE sosa 118370 (vers 1440)

sosa 59186 - Humbert ALLEMAN est le fils du chevalier Humbert II ALLEMAN sosa 118372 et de Claudine ALLEMAN sosa 118373, Dame d'Allières. Ils se sont épousés à Beauvoir-en-Royans le 6 mars 1470


Beauvoir-en-Royans: ruines du château de Humbert II

dont:
- notre Humbert ALLEMAN
- Isabeau ALLEMAN, qui épouse Jean de LONGE-COMBE
- Marguerite ALLEMAN, qui épouse Boson ...

sosa 59187 - Marie ALLEMAN est la fille de Guigues V ALLEMAN sosa 118374, Chevalier, baron d'Uriage, seigneur de Revel, Montimont et du Mollard, Conseiller et Chambellan du roi Louis XI et de Marie GRINDE sosa 188375, Dame du Mollard, décédée en 1496

Louis XI, avant de devenir roi de France à la mort de son père Charles VII, avait administré le Dauphiné, de façon quasi autonome et avait épousé Charlotte de Savoie, fille du duc Louis 1er. Il était donc parfaitement logique qu'il se soit choisi comme chambellan un membre d'une grande famille noble dauphinoise, qui plus est dont la mère était de la famille de Savoie.

À la 16ème génération:

sosa 118368 - Hector I de GENTON est fils de Pierre de GENTON

sosa 118370 - on ne connaît pas les parents de Jean de la CHAPELLE

sosa 118372 -  Humbert II ALLEMAN est fils de Humbert ALLEMAN, Seigneur de Fontaine et de Ainarde de la BALME, également parents d'un:
- Jean II ALLEMAN

sosa 118373 - Claudine ALLEMAN est fille de Odon ALLEMAN, Damoiseau, décédé le 28 janvier 1475 et de Bonne FERLAY

sosa 118374 -  Guigues V ALLEMAN est de fils de Jean II ALLEMAN, dit "Le Bon", Seigneur d'Uriage, Revel et de Château neuf de l’Albenc, né le 16 janvier 1400, et de Catherine d'ARVILLARS de SAVOIE. Ils se sont épousés le 8 décembre 1422 à Château de l'Orme; dont:
- Hugues ALLEMAN
- notre Guigues V ALLEMAN
- Aymon ALLEMAN, co-seigneur d'Uriage et de Revel qui épouse Antoinette RICHARD de SAINT-PRIEST le 11 octobre 1452
- Françoise ALLEMAN qui a été mariée à François de CHEVRON-VILETTE et à Antoine de la FOREST. On la connapit paer son testament le 3 juillet 1715
- Guigonne ALLEMAN
- Siboud ALLEMAN de LAVAL, évèque de Grenoble de 1454 à 1457
- Guigues IV ALLEMAN, baron d'Uriage qui épouse Claudine de GRÔLÉE-VIRVILLE
d'un second mariage avec Bonne de CHALANT, fille de Boniface de CHALANT et de Françoise de ROUSSILLON-TULLINS, naîtront:
- Boniface ALLEMAN, baron d'Uriage qui épouse Claudine d'HOSTUN de la BAUME
• Bonne ALLEMAN
- Guigues ALLEMAN
- Soffrei ALLEMAN dit "Capitaine de 1000 lances" qui décédera à Mortara (Italie) et sera inhumé à Grenoble, en l'église des Cordeliers. Il épouse successivement Claudine GRINDE le 13 octobre 1438 et Claudine de BEAUVOIR; dont
• Louise ALLEMAN
• Charlotte ALLEMAN
- Jean ALLEMAN († 1424)


le château d'Arvillard, commencé en 1058


blason de la famille d'Arvillard

Et voici que nous rejoignons la haute noblesse, car Catherine d'ARVILLARS de SAVOIE est l'arrière-petite-fille de Aymon de SAVOIE, comte de Savoie, d'Aoste et de Maurienne. Elle appartient donc à une famille souveraine, dont les descendants seront rois d'Italie lorsque le royaume d'Italie sera constitué et qui a pour ancêtres à peu près tous les souverains européens du Haut-Moyen-Âge.

Jean II ALLEMAN participera à la fameuse bataille d'Azincourt du 25 octobre 1415.
Ce même Jean II ALLEMAN est le père d'un autre personnage moins connu mais tout aussi illustre: Soffrey ALLEMAN dit "capitaine MOLLARD" qui combatit aux côté de son cousin Bayard. Il participe à la bataille de Ravennes, où il meurt glorieusement le 14 avril 1512. Le fait est mentionné dans une lettre que Bayard écrivit après la bataille à son oncle, l'évêque Laurent Alleman ; il ajoute: "Si le Roy a gaigné la bataille, les pauvres gentiihommes l'ont bien perdue ». Il est relaté dans le détail par un contemporain (cf. Bord d'Hauterive, et Michaud et Poujulat, t. IV, p. 487-488) : «... Le matin de Pâques 1512. les lansquenets du Roi de France passèrent sur un pont de bateaux le canal qui séparait les deux camps. Le "gentil sieur de Molard" témoin de ce mouvement, se mit à crier à ses reitres: comment compagnons, nous sera-t-il reprouché que les lansquenets soient passés plus tost que nous du costé de l'enemy ? J'aimerais mieux, quant à moy perdre les deux yeulx de ma tête !" A ces mots il se jeta à l'eau jusqu'aux épaules, ses hommes après lui. Dans le plan de bataille il devait protéger l'artillerie; trois heures durant il se tint derrière les pièces, dirigeant le feu des arquebusiers avec le capitaine Jacob Fermulz qui commandait les lansquenets. Jusque là, l'artillerie ennemie n'avait porté que sur les gendarmes. Tout à coup les espagnols se levèrent et vinrent au pas de course contre l'artillerie. C'était le moment de charger avant d'ébranler leurs bataillons, Soffrey Alleman et Jacob Fermulz demandèrent à boire ; on leur apporta deux verres et, comme ils trinquaient, un boulet de canon les emporta tous les deux. Ils ne furent pas les seuls dont la vie fut le prix de cette fatale victoire. Depuis Azincourt on n'avait pas vu périr tant de noblesse en une seule journée». (extrait de l'ouvrage "les Alleman de Dauphiné et de Faucigny" par Michel Rieutord.

sosa 118375 - Marie GRINDE est la fille de Jean GRINDE, Seigneur du Mollard et de Château Bernard et de Polie de BRINE d'URRE; dont:
- notre Marie GRINDE
- Gabrielle GRINDE
- Claudine GRINDE que nous venons de voir comme épouse de Soffrey ALLEMAN, le écapitaine MOLLARD"


À la 17ème génération:

sosa 236736 - Pierre de GENTON est fils de Jean de GENTON, né en 1380 et décédé en 1424 à Verneuil-sur-Seine (Yvelines)

sosa 236744 - Humbert ALLEMAN est fils de Pierre ALLEMAN, seigneur de Beauvoir et de Aynarde de VALLIN. Ils ont également été parents de:
- Jean II ALLEMAN, décédé le 13 mars 1466 qui épouse Margarone DUMAS

sosa 236745 - nous ne connaissons pas les parents de Aimarde de la BALME

sosa 236746 - Odon ALLEMAN est fils de Henri ALLEMAN, Damoiseau, décédé le 28 janvier 1434 et de Marie PÉGÈNE. dont:
- Jean ALLEMAN
- Guy ALLEMAN
- notre Odon ALLEMAN
- Marguerite ALLEMAN
- Claudine ALLEMAN
- Antoinette ALLEMAN

sosa 236747 - nous ne connaissons pas les parents de Bonne de FERLAY

sosa 236748 - Jean II ALLEMAN "le Bon" est le fils du chevalier Guigues III ALLEMAN, seigneur d'Uriage, puis de Revel de 1377 à 1394 et de Anne de CHÂTEAUNEUF de L'ALBENC.
Ils se sont mariés le 4 juin 1388 et outre notre Jean II ALLEMAN, ont été parents de:
- Aymonette ALLEMAN, dame de Saint-Quentin qui épouse Ainard de BEAUMONT le  juin 1413 à Grenoble
puis en secondes noces Humbert IV ALLEMAN, en 1506

sosa 236749 - Catherine d'ARVILLARD de SAVOIE est la fille de Humbert II de SAVOIE, Seigneur d'Arvillard et des Molettes, gouverneur de Faucigny. Humbert de Savoie est le Seigneur le plus illustre d'Estavayer. Parti en croisade, sous la conduite du jeune comte de Nevers, à l'appel du roi Sigismond de Hongrie, il est fait prisonnier durant cette croisade. Il sera libéré grâce à une rançon versée par la Seigneurie de Cudrefin, et pour montrer sa reconnaissance, fera construire l'église St-Théodule de Montet à Cudrefin.


l'église St-Théodule de Montet à Cudrefin

Il décède en 1422. Il épouse Catherine des CLÉS, le 14 décembre 1401

blason de Humbert, bâtard de Savoie

sosa 236750 - nous ne connaissons pas les parents de Jean GRINDE

sosa 236751 - Polie de BRINE d'URRE est fille de Aymar d'URRE, Seigneur d'Urre


À la 18ème génération:

sosa 473472 - Jean de GENTON est fils de Guillaume de GENTON

sosa 473488 - Pierre ALLEMAN est de fils de Jean ALLEMAN et de Falconne BRIE, dont:
- Jeanne ALLEMAN
- Albert ALLEMAN
- notre Pierre ALLEMAN
- Coeffière ALLEMAN
- Marguerite ALLEMAN
- Alix ALLEMAN

sosa 473489 - on ne connaît pas les parents de Aynarde de VALLIN

sosa 473492 - Henri ALLEMAN est fils de Henri II ALLEMAN, Seigneur de Séchilienne de Laval et de Claix, décédé en 1375 et de Catherine de REVEL.
D'un autre mariage avec Briande de THEYS, Henri ALLEMAN aura également:
- Jean II ALLEMAN, décédé le 5 août 1420 qui épouse Sybille de BEAUMONT le 11 décembre 1385; dont entre autres:
-- Hélène ALLEMAN dame de Laval qui épouse en premières noces Aymon du TERAIL; dont:
--- le très célèbre Bayard du TERAIL Chevalier, seigneur de Bayard, lieutenant-général du Dauphiné, dit "Chevalier sans peur et sans reproche" (Pontcharra 1475 - Romagnono 1524)


• Henri II ALLEMAN co-seigneur de Laval qui épouse Jeanne de BEAUMONT de SAINT-QUENTIN dame des Adrets; dont
- Guicharde ALLEMAN de SÉCHILIENNE-LAVAL qui épouse en 1365 Guigues ALLEMAN seigneur de Champ et de Saint-Georges (fils de Henri II ALLEMAN et de Briande de THEYS); dont:
• Guy ALLEMAN seigneur de Champ qui épouse Marguerite AINARD; dont
-- Aimon ALLEMAN († 1493) Lieutenant général au Gouvernement du Dauphiné en 1463, seigneur de Champ, Gières, Taulignan, Rochepaviot, Bécone et Cigalier; chevalier qui épouse Claire de PENTHON le 17 septembre 1732; dont:
--- Guigues ALLEMAN
--- Henri ALLEMAN
--- Guy II ALLEMAN seigneur de Champ et de Tauligna (†1520) qui épouse Anne de TOURNON; dont:
* Marguerite ALLEMAN qui épouse Louis de TAULIGNAN
--- Reynaud III ALLEMAN seigneur de Saint-Georges et de Gières, chevalier qui épouse Anne de SAINT-GERMAIN d'APCHON; dont
* François ALLEMAN seigneur de Champ et de Taulignan, chevamier qui épouse Justine de TOURNON; dont:
** Philippe ALLEMAN, lieutenant du Roi en Dauphiné, seigneur de Champ, Gières, Saint-Geroges, etc. chevalier qui épouse Jeanne d'ANCEZUNE en 1560. On connaît son testament établi à Montélimar le 5 juin 1565. Dont:
*** Antoine ALLEMAN
** Françoise ALLEMAN qui épouse Laurent BÉRANGER de SASSENAGE
** Louise ALLEMAN dame de Taulignan qui épouse François de MONTAINARD; dont:
*** Charles de MONTAINARD
** Jeanne ALLEMAN qui épouse Claude ANDREVET
** Justine ALLEMAN qui épouse Charles du PUY le 26 juin 1555 à Taulignan (Drôme)
--- Claude ALLEMAN seigneur de la BALME, co-seigneur de Champ et de Taulignan, chevalier qui épouse Françoise CHIRIN, dont:
* Agnès ALLEMAN
--- Marie ou Marguerite ALLEMAN qui épouse Jean ARTAUD et Antoine de BRIANÇON
--- Antoinette ALLEMAN qui épouse Guillaume de BEAUMONT le 10 juin 1460
-- Philippinne ALLEMAN (†1478) qui épouse François BÉRANGER
• Antoine ALLEMAN

sosa 473493 - on ne connaît pas les parents de Marie PÉGÈNE

sosa 473496 - Guigues III ALLEMAN est le fils de Siboud II ALLEMAN, seigneur de Revel, puis d'Uriage, chevalier né en 1361 et de Jourdaine de MORGES; dont:
- notre Guigues III ALLEMAN
- Jean ALLEMAN seigneur de Revel qui épouse Arnaude de COMMIERS. Son testament est du 23 avril 1390
- François ALLEMAN, moine

sosa 473497 - Anne de CHÂTEAUNEUF de l'ALBENC est la fille de Bertrand de CHÂTEAUNEUF de l'ALBENC, seigneur de Châteauneuf et de Saint-Quentin et de Sybille(?) de CLERMONT

sosa 473498 - Humbert II de SAVOIE, est le fils de Humbert I de SAVOIE, dit "le bâtard de Savoie" seigneur d'Arvillard, de Molettes, de la vallée de Saint-Hugon, de l'orne, d'Escolose et de Planaise. Il est l'un des enfants, illégitime mais reconnu de Aymon de SAVOIE dit "le Magnifique". Nous ignorons le nom de sa mère. Humbert II de SAVOIE épouse Audise (ou Henriette) d'ARVILLARS; dont:
- notre Humbert II de SAVOIE
- Catherine de SAVOIE
- Hugonet de SAVOIE
- Amédée de SAVOIE

sosa 473499 - Catherine des CLÉS est la fille de Aldebert des CLÉS et de Nicolette de MONTFORT

sosa 473502 - Aymar d'URRE est le fils de Pierre d'URRE, seigneur de Pierrelate et d'Urre et de Alix de VILLARS


À la 19ème génération:

sosa 946944 - Guillaume de GENTON est le fils de Lantelme de GENTON

sosa 946976 - Jean ALLEMAN est le fils de Aymard ALLEMAN, Seigneur de Rochechinard, décédé en 1368 et de Marie PÉLISSIER. Dont:
- notre Jean ALLEMAN
- Pierre ALLEMAN
- Humbert de CHAMPRON-ALLEMAN


ruines du château de Rochechinard, où a vécu Aymard Alleman

sosa 946977 -  on ne connaît pas les parents de Falconne BRIE

sosa 946984 - Henri II ALLEMAN est le fils de Jean V ALLEMAN et de Béatrix d'ANDUZE. Dont:
- Siboud ALLEMAN
- notre Henri II ALLEMAN

d'une second mariage il aura également:
- Guillaume ALLEMAN
- Pierre ALLEMAN

sosa 946985 - on ne connaît pas les parents de Catherine de REVEL

sosa 946992 - Siboud II ALLEMAN est le fils de Jean ALLEMAN seigneur de Revel, qui héritera du château d'Uriage en 1326 et de ? ALLEMAN de SECHILIENNE; dont:
- Odon III ALLEMAN, seigneur d'Uriage (1334) qui épouse Humilie de GRÔLÉE; dont:
• Antoine ALLEMAN
- notre Siboud II ALLEMAN
- Alix ALLEMAN qui épouse Louis de la POYPE


parties anciennes du château d'Uriage

sosa 946993 - on ne connaît pas les parents de Jourdaine de MORGES

sosa 946994 et 946995- on ne connaît ni les parents de Bertrand de CHÂTEAUNEUF de l'ALBENC ni ceux de son épouse Sybille de CLERMONT

sosa 946996 - Humbert I de SAVOIE est donc un fils bâtard reconnu de Aymon de SAVOIE, dit "le Magnifique" qui reçoit une formation ecclésiastique et exerce la charge de chanoine du chapitre de Lyon sans être prêtre. Il se trouve à Avignon, auprès du pape Jean XXII lorsqu'il apprend sa nouvelle destinée. Il passe les premières années de son règne à combattre le dauphin Guigues VIII. À la mort de ce dernier, au château de La Perrière, il conclut avec le nouveau dauphin Humbert II, le traité de Chapareillan signé en 1334 dans lequel il reconnait le Rhône comme frontière entre la Savoie et le Dauphiné septentrional. Ce traité apporte une période de paix qui vaut à Aymon le surnom de Pacifique. Bien que morte jeune, sa seconde femme Yolande de MONTFERRAT ou Yolande PALÉOLOGUE (1318 - 1343)  lui donnera 5 enfants:

- Amédée VI (Chambery 4 janvier 1334 † Naples 1er mars 1383) dit "le comte vert" sera l'ancêtre d'un autre de nos cousins prestigieux. De son mariage avec Bonne de BOURBON il sera père, entre autre de:
• Amédée VII de Savoie, dit "le comte rouge", comte de Savoie, d'Aoste et de Maurienne (Avigliana 23 février 1360 - Ripaille 1er novembre 1391), qui épouse Bonne de BERRY; dont entre autre:
-- Amédée VIII de Savoie, comte de Savoie (1391-1416), comte d’Aoste et de Maurienne (1391-1439), duc de Savoie (1416-1439), prince de Piémont (1418-1439, puis anti-pape sous le nom de Félix V (1439-1449) né en 1363...


Amédée VII de Savoie, anti pape sous le nom de Félix V

... qui épouse Marie de Bourgogne; dont:
--- Louis Ier de Savoie, duc de Savoie, prince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne de 1439 à 1465 (21 février 1413 - 29 janvier 1465 à Lyon)...

 
Louis Ier de Savoie et Anne de Lusigan, de Chypre

... qui épouse Anne de LUSIGNAN; dont:
* Philippe II de SAVOIE, dit "de Chypre" (Chamberry 5 février 1438 - 7 novembre 1497) qui épouse, le 6 avril 1472 Marguerite de BOURBON; dont:
** Louise de SAVOIE (Pont-d'Ain 11 septembre 1476 - Grez-sur-Loing 22 septembre 1531)...


Louise de Savoie

... qui épouse Charles d'ANGOULÈME; dont:
**** François Ier, roi de France (12 septembre 1494 - Rambouillet 31 mars 1547).



François Ier

- Jean (1338 † 1345)
- Catherine (1341 - 1345 )
- Louis (1342 -1343) dont la naissance coute la vie à sa mère Yolande.

Aymon de SAVOIE eut egalement d'autres enfants, qu'il a reconnus:

- notre Humbert I de SAVOIE
- Jean de SAVOIE
- Marguerite de SAVOIE
- Roger de SAVOIE
- Amédée de SAVOIE


Aymon le Magnifique

sosa 946997 - Audise d'ARVILLARS est la fille de Pierre II d'ARVILLARS, chevalier et de Jacquemette TERNIER

sosa 946998 - nous ne connaisson pas le père de Aldebert des CLÉS mais il est le fils de Marguerite de CHEVRON-VILETTE

sosa 946999 - Nicolette de MONTFORT est la fille de Girard ou Simon de MONTFORT; nous ne connaissons pas le nom de sa mère

sosa 947004 - Pierre D'URRE est le fils de Guillaume d'URRE et de Aigline de VENTEROL

sosa 947005 - nous ne connaissons pas les parents d'Alix de VILARS


À la 20ème génération:

sosa 1893888 - Lantelme de GENTON est le fils de Guillemet de GENTON

sosa 1893952 - Aymard ALLEMAN est fils de Perronet ALLEMAN et de Guillemette ALLEMAN

sosa 1893953 - nous ne connaissons pas les parents de Marie PÉLISSIER

sosa 1893968 - Jean V ALLEMAN est le fils de Jean  I ALLEMAN, Bailli de Viennois et châtelain de Moirans en 1312, bailli de la Tour en 1322, bailli de Valbonne et châtelain de Montluel le 21 novembre 1336 et de Dame Jeanne de BÉRANGER († 1337)
Dont:
- notre Jean V ALLEMAN
- Siboud ALLEMAN
Avec une seconde épouse il a été père de:
- Pierre ALLEMAN
- Eléonore ALLEMAN


Moirans (Ain: environ 50 km au nord de Genève)

sosa 1893969 - nous ne connaissons pas les parents de Béatrix d'ANDUZE

sosa 1893984 - Jean ALLEMAN est le fils de Siboud ALLEMAN et de Isabelle ? également parents de:
- Alix ALLEMAN
- Bérangère ALLEMAN

sosa 1893985 - nous ne connaissons pas les parents de sa femme ? ALLEMAN de SÉCHILIENNE

sosa 1893992 -  Aymon de SAVOIE est le premier souverain régnant que nous rencontrons dans cette généalogie. La carte ci-dessous montre le comté de Savoie en 1300 et ses extensions ultérieures. La capitale en était Chambéry (elle a ensuite été déplacée à Turin)



Il est le fils de Amédée V de SAVOIE, dit « le Grand », né au château du Bourget (Savoie) en 1253 et mort à Avignon le 16 octobre 1323. Son règne est long et glorieux, quoique presque constamment troublé par la guerre avec ses voisins. Il épouse Sybille de BAUGÉ, Dame de Baugé.




le château du Bourget, près de Chambéry, où est né Amédée V de Savoie

Ils ont sept enfants :
- Jean de Savoie (1273-1284).
- Bonne de Savoie (1275-1300), mariée : en 1280 à Jean Ier (1264-1282), dauphin du Viennois ** puis en 1282 à Hugues de Bourgogne († 1324), seigneur de Montbauson
- Béatrice de Savoie (1278-1291)
- Éléonore de Savoie (1280-1324), mariée trois fois :
    en 1292 à Guillaume Ier de Châlon (1277 † 1304), comte d'Auxerre,
    en 1305 à Dreux IV de Mello († 1311),
    en 1311 à Jean Ier (1275 † 1334), comte de Forez
- Édouard de Savoie (1284-1329), dit le Libéral, né en 1284 dans le Baugé, mort à Paris le 4 novembre 1329, comte de Savoie, d'Aoste et de Maurienne 1323 à 1329.
- Agnès de Savoie (1286-1322) mariée à :
    le 31 août 1297 à Guillaume III (1286-1320), comte de Genève; Ils n'ont que 11 ans!
    en 1321, en secondes noces, à Jehan Beguin (1290-1365), capitaine-général des archers de Monseigneur l'évêque de Lausanne. Elle décède le 4 octobre 1322
- Notre Aymon de SAVOIE,.
- Marguerite de Savoie (1295-1339), mariée en 1296 à Jean Ier (1277 † 1305), marquis de Montferrat.

En secondes noces, Amédée V de SAVOIE épouse en avril 1297 Marie de BRABANT (1280-1340), fille de Jean Ier de BRABANT (1253-1294), duc de Brabant et de Marguerite de FLANDRE. Dont:
- Marie de Savoie (1298-1336), mariée en 1309 à Hugues de La Tour du Pin († 1329), baron de Faucigny, fils d'Humbert Ier du Viennois.
- Catherine de Savoie (1304-1336), mariée en 1315 à Léopold Ier d'Autriche (1290-1326), duc d'Autriche et de Styrie, troisième fils de l'empereur Albert Ier du Saint-Empire et d'Élisabeth de Carinthie, héritière de Görz-Tirol (ou Gorizia-Tyrol).
- Jeanne (1306-1359), mariée en 1326 à Andronic III Paléologue, empereur byzantin de 1328 à 1341.
- Béatrice de Savoie (1310-1331), mariée en 1328 à Henri de Görtz, (1270-1335) duc de Carinthie de 1295 à 1335 et roi de Bohême de 1307 à 1310.

sosa 1893994 - Pierre II d'ARVILLARS est le fils de Pierre I d'ARVILLARS († 1318) châtelain de Châtelard en Bauges; dont nous ne connaissons pas l'épouse.


le massif des Bauges

sosa 1893995 - Jacquemette TERNIER est la fille de Pierre TERNIER, chevalier, co-seigneur de Ternier


situation de Ternier (carte de Cassini)

sosa 1893997 - nous ne connaissons pas les parents de Marguerite de CHEVRON-VILETTE

sosa 1893998 - Girard ou Simon de MONTFORT est le fils de Ramus de MONTFORT et de Jordanne de ?

sosa 1894008 - Guillaume d'URRE est le fils de Albert d'URRE, seigneur de Teyssière et de Béatrice de LAY


Teyssière (Drôme)

1894009 - nous en connaissons pas les parents de Aigline de VENTEROL


À la 21ème génération:

sosa 3787776 - Guillemet de GENTON est fils de Arnaudus de GENTON

sosa 3787904 -  Perronet ALLEMAN est le fils de Aymar ALLEMAN et de Agathe...

sosa 3787905 - nous ne connaissons pas les parents de Guillemette ALLEMAN

sosa 3787936 - Jean I ALLEMAN est fils de Henri I ALLEMAN et de Denise de CHÂTEAUNEUF, dont:
- Alix ALLEMAN
- Marguerite ALLEMAN
- notre Jean I ALLEMAN
- Guillaume ALLEMAN
- Perronet ALLEMAN
- Catherine ALLEMAN
- Bérangère ALLEMAN

sosa 3787937 - Jeanne de BÉRANGER est la fille de Jean I de BÉRANGER, décédé le 25 avril 1356 et de Éléonore de SASSENAGE. Dont:
- Jean II de BÉRANGER
- notre Jeanne de BÉRANGER
- Catherine de BÉRANGER
- Pierre de BÉRANGER


vue de Sassenage (Isère)

sosa 3787968 -  Siboud ALLEMAN est le fils de Pierre dit Perron ALLEMAN, seigneur de Revel; dont on ne connaît pas l'épouse

sosa 3787984 - Amédée V de SAVOIE est le fils de Thomas II de SAVOIE, seigneur de Piémont et comte de Maurienne de 1233 à 1259, comte de Piémont en 1245, comte de Flandre et de Hainaut de 1237 à 1244, né en 1198 à Montmélian et décédé le 7 février 1259 à Chambéry. D'abord destiné à l'Église, il devient chanoine de Lausanne en 1224-1227, puis à Lyon où il quitte l'habit sacerdotal en 1233. En 1236, il vit à la cour de France auprès de sa nièce, Marguerite de Provence (1221-1295), reine de France (1234-1270), épouse de Louis IX. Le roi de France, l'ayant pris en singulière affection, le retient dès lors auprès de sa personne, l'emploie dans ses armées, lui confie d'importantes négociations et lui fait épouser après la mort de Fernand de Flandre, Jeanne de CONSTATINOPLE (1188 - 1244), comtesse de Flandre et de Hainaut, fille aînée et héritière de Baudouin IX, empereur latin de Constantinople et de Marie de Champagne. Ils se marient à Gand ler 2 avril 1237 mais n'auront pas d'enfants.


Jeanne de Constantinople

Le pape Innocent IV, dont il a épousé en secondes noces la nièce, Béatrice FIESCHI, lui confie la régence du patrimoine de l'Église et le nomme grand gonfalonnier. C'est donc un haut et puissant personnage que ce Thomas II, comte de Piémont, grand gonfalonnier du Saint-Siège, vicaire impérial en Lombardie et neveu du pape. Les souverains le prennent pour arbitre : le roi d'Angleterre et le roi de Navarre le consultent sur plusieurs différends et se soumettent à ses décisions. Thomas et Béatrix se sont épousés en 1245. Dont:
- Thomas III de SAVOIE (1252 - 1282)
- Alice de PIÉMONT sa jumelle (1252 - 1277)
- notre Amédée V de SAVOIE en 1253
- Louis de SAVOIE baron de Vaud (1254 - vers 1302) qui épouse Adeline de LORRAINE puis Jeanne de MONTFORT-CASTRES
- Éléonore de SAVOIE († 1296) qui épouse Louis de FOREZ (†1295) en 1270

sosa 3787985 - Sybille de BAUGÉ est la fille de Guy II de BAUGÉ et de Béatrice II de MONTFERRAT, née en 1210 et décédée en 1274

sosa 3787988 - Pierre I d'ARVILLARS est le fils de Jean I d'ARVILLARS dont on ne connaît pas le nom de l'épouse

sosa 3787990 - Pierre TERNIER est le fils du chevalier Girard TERNIER († 1288)

sosa 3787996 - Ramus de MONTFORT est le fils de Aymon de MONTFORT et de Jordanne de CHEDDE

sosa 3788016 - Albert d'URRE est le fils de Guillaume d'URRE

sosa 3788017 - nous ne connaissons pas les parents de Béatrice de LAY


À la 22ème génération::

sosa 7575552 - on ne connaît pas les parents de Arnaudus de GENTON. La généalogie de la famille de GENTON s'achève donc là

sosa 7575808 - Aymar ALLEMAN est fils de Jean ALLEMAN

sosa 7575872 - Henri I ALLEMAN est fils de Aymar ALLEMAN et de Marguerite... Dont
- Pierre ALLEMAN
- notre Henri I ALLEMAN
- Guigues ALLEMAN
- Béatrice ALLEMAN

sosa 7575873 - on ne connaît pas les parents de Denise de CHÂTEAUNEUF

sosa 7575874 - Jean I de BÉRANGER est le fils de Pierre I de BÉRANGER Seigneur de Morges et de Catherine de BÉRANGER. Dont:
- Alix de BÉRANGER
- notre Jean I de BÉRANGER
- Marguerite de BÉRANGER
- Raymond de BÉRANGER
- Rodolphe de BÉRANGER du GUA, dit l'Ancêtre


Morges, le château (Morges est un ville suisse du canton de Vaud, sur les bords du Léman, entre Genève et Lausanne)

 sosa 7575875 - on ne connaît pas les parents d'Éléonore de SASSENAGE

sosa 7575936 - Pierre (Pezrron) ALLEMAN est le fils de Odon II ALLEMAN, seigneur d'Uriage et de Agathe d'AIX; dont:
- notre Pierre ALLEMAN
- Guigues I ALLEMAN, seigneur d'Uriage, damoiseau, qui épouse Alix ?; dont:
• François ALLEMAN, seigneur d'Uriage, chevalier († 1237) qui épouse Laurette ADHÉMAR de MONTEIL en 1272; dont
-- Jacques ALLEMAN
• Jacques ALLEMAN dit "Jacquemet"
• Aymon ALLEMAN
• Pierre ALLEMAN
• Guigues ALLEMAN
• Catherine ALLEMAN
• Bérangère ALLEMAN
• Agnès ALLEMAN
• Anglise ALLEMAN
• Béatrix ALLEMAN

sosa 7575968 - Thomas II de SAVOIE est fils de Thomas I de SAVOIE, Comte de Maurienne et Savoie marquis en Italie, né le 20 mai 1178 à Aiguebelle (au château de Charbonnières) et décédé le 8 mars 1233 à Moncalieri (Italie). Comte de Savoie à onze ans, Thomas eut pour tuteur Boniface de Montferrat, qui l'amena dans l'alliance des Gibelins. Majeur, il soutint l'empereur Frédéric II contre la papauté : il reçut alors le titre de vicaire impérial. Il étendit ses domaines jusqu'au Bugey, pays de Vaud et au Piémont et prit le titre de seigneur de Piémont. En 1232, il choisit Chambéry pour capitale. Il ne sut pas conserver ses acquisitions territoriales, car elle furent divisées entre ses fils et ce n'est qu'en 1418 que son descendant Amédée VIII parviendra à les réunir à nouveau.


Aiguebelle: ruines du château de Charbonnière, lieu de naissance de Thomas I de Savoie


tombeau de Thomas I de Savoie

De son mariage avec Marguerite de GENÈVE (1180-1257 - il n'a que 17 ans et elle 16 -  Il a eu 16 enfants:
- Amédée IV (1197 † 1253), comte de Savoie, de Chablais et d'Aoste (1197 - 1253) qui épouse Cécile des BAUX (1230 - 1275) dont:
• Marguerite de SAVOIE
- Humbert de SAVOIE (1198 † 1223 en Hongrie)
- Béatrix de SAVOIE
- notre Thomas II de SAVOIE, (1199 † 1259), prince de Piémont.
- Pierre II de SAVOIE (1203 - 1268) dit "le Petit Charlemagne, comte de Savoie qui épouse Agnès de FAUCIGNY vers 1236
- Philippe Ier de SAVOIE(1207 † 1285), archevêque de Lyon et évêque de Valence (1246-1267), puis comte de Savoie, dit le Petit Charlemagne, (1203 † 1268), comte de Savoie.
- Boniface de SAVOIE (1207 † 1270), évêque de Belley (1232-1241), archevêque de Canterbury (1246-1270)
- Marguerite (1212 † 1270), mariée en 1218 à Hartmann Ier († 1250), comte de Kybourg, puis à Eberhard de Laufenbourg († 1284), comte de Kybourg
- Béatrix de SAVOIE
- Aimon de SAVOIE († 1242), seigneur de Chablais
- Guillaume de SAVOIE († 1239), évêque de Valence (1226-1238), puis évêque de Liège (1238-1239)
- Boniface de SAVOIE, prieur à Nantua
- Amédée de SAVOIE († 1268) évêque de Maurienne (1230-1268)
- Alice de SAVOIE, abbesse de Saint-Pierre à Lyon en 1250
- Agathe de SAVOIE, abbesse de Saint-Pierre à Lyon
- Avita de SAVOIE, peut-être illégitime, mariée en 1237 à Baudouin de Reviers († 1262), 7e comte de Devon

sosa 7575969 - Béatrice FIESHI est la fille de Tedisio III FIESCHI patrice de Gênes, conte di Lavagna, né vers 1200 et de Simona de VOLTA de CAPO-CORSO, née vers 1200.

sosa 7575970 - Guy II de BAUGÉ est le fils de Raynald IV de BAUGÉ et de Sibylle de BEAUJEU

sosa 7575971 - Béatrice de MONTFERRAT est fille de Guillaume IV de MONTFERRAT, Marquis de Montferrat et de Berth de CLAVASENA

sosa 7575976 - Jean I d'ARVILLARS est le fils de Hugues II d'ARVILLARS

sosa 7575980 - Pierre TERNIER est le fils de Girard TERNIER († 1288)

sosa 7575992 - Aymon de MONTFORT est le fils de Pierre de TERNIER

sosa 7575993 - Jordanne de CHEDDE est la fille de Pierre de CHEDDE

sosa 7576032 - Guillaume d'URRE est fils de Gention d'URRE


À la 23ème génération:
Renonçons aux numéros de Sosa, qui deviennent trop grands pour être lisibles.

Jean ALLEMAN est fils de Jean ALLEMAN, décédé en 1248

Aymar ALLEMAN est fils de Odon ALLEMAN, Chevalier,  seigneur d'Uriage, né en 1160 et de Bérangère de CHÂTEAUNEUF

Pierre I de BÉRANGER est le fils de Aymon de BÉRANGER, Seigneur de Pont-en-Royans, décédé le 17 août 1315 et de Alix de BRESSIEUX, décédée en 1290. Dont:
- Alix de BÉRANGER
- Raymond de BÉRANGER
- Hugues de BÉRANGER
- notre Pierre I de BÉRANGER
- Alix de BÉRANGER
- Raymond de BÉRANGER

D'un second mariage avec Béatrix de SASSENAGE il a:
- Henri de BÉRANGER de SASSENAGE
- Chabert de SASSENAGE


Pont-en-Royans (Isère)

Odon II ALLEMAN est le fils de Odon I ALLEMAN seigneur d'Uriage (1160) et de Bérangère de CHÂTEAUNEUF; dont:
- notre Aymar ALLEMAN dont nous avons déjà vu la descendance avec ? Marguerite
- Guigues I ALLEMAN, seigneur de Valbonnais qui épouse Marguerite de BEAUVOIR vers 1225; dont:
• notre Odon II ALLEMAN chevalier, seigneur de Champs et de Valbonnais qui épouse Catherine BÉRANGER en 1238; dont:
-- Guigues II ALLEMAN qui épouse Sibylle de CLARIEU en novembre 1282 puis Éléonore de ROUSSILLON en 1296
-- Gilet ALLEMAN qui épouse Béatrice de JOINVILLE-GEX; dont:
* Reynaud II ALLEMAN
* Annette ALLEMAN
-- Marguerite ALLEMAN qui épouse Guy de MONTLUEL puis Guillaume de CLAIX de THEYS
-- Philippa ALLEMAN qui épouse Amédée de CHEVRON-VILETTE en 1277 puis Guillaume de SEYSSEL d'AIX
• Guigues François ALLEMAN
• Alix ALLEMAN qui épouse Joffrey de MONTCHENU puis Guy de MONTCHENU
• Bérangère ALLEMAN
• Béatrice ALLEMAN
• Philippa ALLEMAN
- notre Odon II ALLEMAN
- Béatrix ALLEMAN
- Aujarde ALLEMAN qui épouse Didier de SASSENAGE; dont:
• François de SASSENAGE
• Odon de SASSENAGE
- Philippa ALLEMAN
- Catherine ALLEMAN († 25 octobre 1258 en Normandie), prieure de Prémol
- ? ALLEMAN qui épouse Pierre AURUCE en 1225
- ? ALLEMAN qui épouse Guigues de BRIANÇON

Agathe d'AIX est la fille de Pierre Isoard Arthayd de NOVALAISE, vicomte de Novalaise, seigneur d'Aix et de Saure, de Saure de Mévouillob dont on ne connaîtt pas l'épouse

6°  Thomas I de SAVOIE est fils de Hubert III de SAVOIE, dit le bienheureux, Comte de Maurienne et de Savoie, né le 4 août 1136 au château de Veillane, mort le 4 mars 1189 à Chambéry. Agé de douze ans à la mort de son père, il commença son règne sous la tutelle d'Amédée de Clermont, évêque de Lausanne. Il passa presque toute sa vie dans les monastères qu'il enrichit de ses dons, et principalement celui de Hauterive. Souverain pieux, il aurait voulu se faire moine, mais dut se marier quatre fois pour assurer sa descendance. Mort en tant que moine à l'abbaye d'Hautecombe.
En 1153, il battit le dauphin Guigues V d'Albon près de Montmélian. Il prit le parti du pape Alexandre III contre l'empereur Frédéric Barberousse, qui envahit ses États, incendiant Suse en 1174 (les archives du comté furent détruites à cette occasion). Il se vengea par la prise de Turin en 1175 ; mais Henri VI, le fils de Frédéric le mit au ban de l'Empire en 1187 et dévasta le Piémont.


Tombeau de Humbert III de Savoie

Il se maria quatre fois :
- en 1151 avec Faidiva de Toulouse (1135-1154) fille d'Alphonse Jourdain, comte de Toulouse et de Faidiva d'Uzès.
- en 1157 Gertrude de Lorraine († 1173), fille de Thierry d'Alsace, comte de Flandre et de Sibylle d'Anjou. Ils se séparèrent en 1163.
- en 1164 avec Clémence de Zähringen († 1167), fille de Conrad Ier, duc de Zähringen, et de Clémence de Namur. Deux ans plus tôt, elle s'était séparée de son premier époux Henri le Lion, duc de Bavière et de Saxe. Humbert et Clémence eurent trois filles :
• Sophie de SAVOIE (1165-1202), mariée à Azzo VI d'Este (1170 † 1212)
• Alice, Alix ou Agnès de SAVOIE (1166 † 1174), fut promise à Jean d'Angleterre, futur roi d'Angleterre
Éléonore de SAVOIE (1167-1204), mariée en 1197 à Boniface Ier de MONTFERRAT († 1207), marquis de Montferrat et roi de Thessalonique dont je descend également
- en 1177 avec Béatrice de MÂCON († 1230), fille de Gérard Ier, comte de Mâcon et de Vienne, et de Maurette de Salins
Thomas Ier (1178 † 1233), comte de Savoie, d'Aoste et de Maurienne.
• une fille, morte à l'âge de sept ans , décédée en 1230

Marguerite de GENÈVE est la fille de Guillaume I de GENÈVE, comte de Genève et de Vaud, né vers 1132, décédé le 25 juillet 1195 et de Béatrice de FAUCIGNY. Dont:
- notre Marguerite de GENÈVE
- Guillaume II de GENÈVE (vers 1185-25 novembre 1252) qui épouse Alice de la TOUR du PIN
- Humbert de GENÈVE

D'un autre mariage avec Agnès de SAVOIE il aura:
- Béatrix de GENÈVE
- une fille dont ne connaît pas le nom

Tedisio III FIESCHI est fils de Ugo FIESCHI, comte de Lavagna, (1178-1224) et de Grillo.... née en 1180

Raynald IV de BAUGÉ est le fils de Ulrich II de BAUGÉ, Seigneur de Baugé et de Bresse, décédé en1180, qui a également été père d'un:
- Guy de BAUGÉ  


blason de la famille de Baugé

Sibylle de BAUJEU est la fille de Guichard IV de BEAUJEU et de Sibylle de HAINAUT

Guillaume IV de MONTFERRAT est le fils de Boniface I de MONTFERRAT et de Hélène de BUSCA (1150 - 1200). En secondes noces Boniface I de MONTFERRAT épouse Éléonore de SAVOIE (1167 - 1204) en 1197

10° Berthe de CLAVESANA est la fille de Boniface de CLAVESANA

11° Hugues II d'ARVILLARS est le fils de Hugues I d'ARVILLARS

12° Girard TERNIER est le fils de Ramus TERNIER et de Guillaumaz ?

13° Pierre de TERNIER est le fils de Pierre de TERNIER né à Saint-Julien-en-Genevois (Haute-Savoie)

14° Gention d'URRE est le fils de Guy d'URRE.


À la 24ème génération:

Jean ALLEMAN est le fils de Guigues ALLEMAN, chevalier, châtelain du château de l'Argentière, décédé en 1193 et de Bonne de GROLÉE

Odon ALLEMAN est lui aussi le fils de Guigues ALLEMAN, chevalier, décédé en 1193 et de Bonne de GROLÉE. Je descend donc deux fois de ce couple. Dont:
- notre Odon ALLEMAN, chevalier, seigneur d'Uriage époux de Bérangère de CHÂTEAUNEUF
- notre Jean ALLEMAN (décédé en 1248 et père de Jean ALLEMAN). On ne connait pas le nom de son épouse.

Bérangère de CHÂTEAUNEUF est fille de Berlion de CHÂTEAUNEUF. On ne connait pas le nom de son épouse.

4° on ne connaît pas les parents de Pierre Isoard Arthayd de NOVALAISE

Humbert III de SAVOIE est le fils de Amédée III de SAVOIE, 7e comte de Savoie et de Maurienne (de 1103 à 1148) et marquis de Suze, (de 1095 à 30 août 1148). Habile, il aida à la renaissance de l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune, dans laquelle les rois des deux Bourgognes se faisaient couronner, il en était l'abbé laïc (1103 - 1147). Il fonda aussi l'abbaye de Saint-Sulpice en Bugey, l'abbaye de Tamié dans le massif des Bauges et l'abbaye d'Hautecombe, sur la rive escarpée du Lac du Bourget. C'est aussi lui qui remplace l'aigle par la croix blanche dans les armoiries de Savoie.
En 1128, Amédée III agrandit son domaine en ajoutant à son gouvernement – ce qu'on appelait le «  Vieux Chablais  » – la région s'étendant de l'Arve jusqu'à la Dranse d'Abondance, formant ainsi le «  Nouveau Chablais  », dont Saint-Maurice était la capitale.
Son mariage avec la sœur de Guigues IV d'Albon, surnommé Dauphin, ne l'empêcha pas d'aller guerroyer contre ce dernier pour des histoires de délimitations de frontière. C'est lors d'une bataille près de Montmélian que Guigues IV fut mortellement blessé. Suite à cet épisode, le roi Louis VI le Gros voulu lui confisquer ses États. Sa sœur, Adèle de Savoie (née vers 1092, morte en 1154), épouse de Louis VI, approuvait aussi cette mesure. Finalement il ne dut son salut, qu'à l'intercession de Pierre l'Ermite, après avoir fait la promesse de participer à la croisade en préparation.
En 1147, il partit donc aux côtés de son neveu, le roi Louis VII de France et d'Aliénor d'Aquitaine à la deuxième croisade, il finança son expédition, grâce à un prêt de l'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune. Dans cette aventure, il est accompagné par de nombreux chevaliers et nobles savoyards, dont le baron du Faucigny et son fils, les barons de Pierre de Seyssel, de La Chambre, de Miolans, de Montbel, les seigneurs de Thoire-Villars, de Montmayeur, de Vienne, de Viry, de La Palude, de Blonay, de Chevron Villette, de Chignin et de Châtillon. Le 30 août 1148, il mourut à Nicosie dans l'île de Chypre où il fut inhumé dans l'église Sainte-Croix.



Sa première femme Adélaïde, ne lui donna pas d'enfants. En 1123, il épousa Mahaut d'ALBON ou Mathilde, (vers 1110), sœur de Guigues IV d'Albon, laquelle lui donna quatre garçons et six filles, dont :
- Alix de SAVOIE ou Élise (n. v. 1123 - ?), épouse Humbert III de BEAUJEU (n. ap. 1107 - 1174).
- Mathilde de SAVOIE ou Mahaut (1125 - 1158), épouse Alphonse Ier de Portugal
- Agnès de SAVOIE (1125 - 1172), épouse du comte Guillaume Ier de Genève
- notre Humbert III de SAVOIE (1136 - 1188) dit « le Bienheureux »
- Jean de SAVOIE
- Pierre de SAVOIE
- Guillaume de SAVOIE
- Marguerite de SAVOIE (? - 1157)
- Isabelle de SAVOIE
- Julienne de SAVOIE (? - 1194), abbesse de Saint-André-le-Haut de Vienne.

Béatrice de MÂCON est la fille de Géraud I de MÂCON, comte de Mâcon de 1157 à 1184 et comte de Vienne (de 1157 à 1184), seigneur de Salins, né à Mâcon en 1225 et décédé en 1184, et de Maurette de SALINS. Dont:
- Gaucher IV de MÂCON (1153-1219), Seigneur de Salins, épouse en 1180 Mahaut de BOURBON puis en 1200 Alix de DREUX
- Le future comte Guillaume IV de MÂCON (1155-1224), épouse en 1175 Pontia de BEAUJEU puis en 1180 Scholastica de CHAMPAGNE
- Etienne de VIENNE (1157-1193) archevêque de Besançon
- notre Beatrix de MÂCON (1160-1230), épouse en 1177 le comte Humbert III de SAVOIE
- Ida de MÂCON (1162-1224), épouse épouse le seigneur Humbert de COLIGNY (Maison de Coligny) puis en 1190 le duc Simon II de LORRAINE
- Alexandrine de MÂCON (1164-1242)
- Géraud de MÂCON (1166-1211), Seigneur de Vadans
- Renaud de MÂCON (1168-1213)

Guillaume I de GENÈVE est le fils de Amédée I de GENÈVE (1098 - 1178) et de Mathilde de CUISEAUX.
Il avait épouséen premières noces Béatrix de DOMÈNE, dont:
- Marie de SAVOIE (1155-?), épouse Henri Ier FAUCIGNY, baron du Faucigny. Dont:
• Aymon II de FAUCIGNY, seigneur de Faucigny (1180) qui épouse Béatrix de BOURGOGNE; dont:
-- Agnès de FAUCIGNY qui épouse Pierre II de SAVOIE (fils de Thomas II et petit-fils de notre Humbert III de SAVOIE)
• Guillaume II de FAUCIGNY
- Amédée I de GEX (?-1210-11), fondateur de la baronnie de Gex


blason de Guillaume I de Genève

Béatrice de FAUCIGNY est la fille Aimon I de FAUCIGNY, Seigneur de Faucigny (1125 - 1192) qui épouse, en 1150, Clémence de BRIANÇON (elle n'a que 15 ans). Dont:
- notre Béatrice de FAUCIGNY
- Henri I de FAUCIGNY qui épouse Marie de SAVOIE, fille de Amédée I de GENÈVE (1098 - 1178) et de Mathilde de CUISEAUX que nous venons de voir, ainsi que leur descendance.

Hugo FIESCHI est fils de Tedisio II FIESCHI, patrice de Gênes, conte de Lavagna (1154 - 1184)

10° Ulrich II de BAUGÉ est fils de Raynald III de BAUGÉ, décédé en 1180

11° Gichard IV de BEAUJEU est le fils de Humbert IV de BEAUJEU et de Agnès de CHALON Dame de Montpensier

12° Sibylle de HAINAUT est la fille de Baudoin V de HAINAUT, dit le Courageux, Comte de Hainaut de 1171 à 1195) né vers 1150 et décédé le 17 décembre 1195 à Mons (Belgique). Il épouse en avril 1169 au Quesnoy la fille du puissant comte de Flandre Thierry d'ALSACE, Marguerite de HAUTE-LORRAINE (ou Marguerite d'ALSACE), comtesse de Flandres. Le mariage permet de régler le contentieux qui existait à propos de Douai ; la ville est gardée à la Flandre en échange d'une partie de la dot.
Le conflit qui éclate peu après entre le roi et le comte de Flandre met Baudouin dans une situation rapidement inconfortable. D'abord fidèle à l'alliance flamande (1180-1184), il se voit obligé de lutter contre le duc de Brabant Henri le Guerroyeur, allié du roi, puis doit préserver les intérêts de sa fille au bord de la répudiation. Le comte de Flandre refuse finalement de le soutenir contre Henri. C'est la rupture. D'autant que, subtilement, le roi l'a désigné (à son insu) exécuteur de la trêve qu'il a signée à Compiègne en 1185 avec le comte de Flandre, provoquant la fureur de celui-ci. La paix est finalement conclue en 1186 après une invasion du Hainaut, Philippe d'Alsace craignant désormais être à son tour pris en étau.
Entre temps, Baudouin était devenu comte de Flandre à la mort de Philippe d'Alsace (1191). Succession délicate parce que la veuve de Philippe, Mathilde de Portugal, déjà pourvue d'un douaire important, s'agite pour l'agrandir davantage, et que l'opération s'est déroulée en l'absence du roi de France alors en Orient. Finalement Mathilde est déboutée de ses prétentions et Philippe Auguste accepte l'hommage du nouveau comte de Flandre, prenant au passage un relief féodal de 5000 marcs d'argent.
De son mariage avec Marguerite de HAUTE-LORRAINE il eut 7 enfants :
- Isabelle de HAINAUT (°1170- †1190), mariée avec le roi Philippe II de France
- Baudouin IX de FLANDRE (°1171- †1205), comte de Flandre, de Hainaut et empereur latin de Constantinople
- Yolande (°1175- †1219), mariée avec Pierre II de Courtenay, empereur latin de Constantinople
- Philippe Ier le Noble, marquis de Namur (°1175- †1212)
- Henri (°1176- †1216), empereur latin de Constantinople
- Sibylle de HAINAUT (°1179- †1217) , mariée à Guichard IV sire de Beaujeu
- Eustache (†1219), régent du royaume de Thessalonique

13° Boniface I de MONTFERRAT est le fils de Guillaume V de MONTFERRAT dit "le Vieux" et de Judith de BABENBERG (1115 - 1168)

14° Hélène de BUSCA est la fille de Anselme de BUSCA

15° Boniface de CLAVESANA est le fils de Anselme de CLAVESANA

16° Hugues I d'ARVILLARS est le fils de Antelme d'ARVILLARS

17° Ramus TERNIER est le fils de Girard TERNIER


À la 25ème génération:

Guigues ALLEMAN est fils de Rodolphe de FAUCIGNY et de Emma AYNARD

Bonne de GROLÉE est fille de Jacques de GROLÉE

Berlion de CHÂTEAUNEUF est fils de Odebert de CHÂTEAUNEUF

Amédée III de SAVOIE est le fils de Humbert II de SAVOIE, dit le Renforcé (parce qu'il était très gros), né après 1065 - mort le 14 octobre 1103.
À son avènement, les terres de Humbert II étaient seulement constituées de la majeure partie de la vallée de la Maurienne, de la vallée de la Tarentaise (aux mains de l'archevêque), du duché de Turin, du Val d'Aoste, du marquisat de Suze, du Bugey, du gouvernement du Chablais, mais en ses veines coulaient le même sang que ses ancêtres Boson V de PROVENCE (avant 855 - 887), et Humbert Ier de SAVOIE (970/980 - 1047).
Héraclius, l'Archevêque de la Tarentaise, était un prélat particulièrement despotique et libertin, qui pratiquait la simonie et l'usure, et voulait asservir, à ses volontés spirituelles et temporelles, toutes les populations et même les petits barons de son immense diocèse. Le peuple de Moûtiers se révolta, et se rangea avec une grande partie des petits barons sous le commandement du baron Émeric de Briançon qui battit les troupes de l'archevêque. Ce dernier fit appel à Humbert II qui vint pacifier la vallée de la Tarentaise, mais le comte en profita pour faire valoir ses nouveaux droits de vicaire de l'empire qu'il venait d'obtenir de l'empereur Henri IV, celui-là même que son père Amédée II de SAVOIE avait aidé à monter sur le trône. Soulagé, le peuple dont le seul souhait était de voir réduire la puissance et la malfaisance de l'archevêque, acclama Humbert II et se rallia à lui. La puissance de l'archevêque fut finalement réduite à ses seuls pouvoirs spirituels et à la seule propriété de ses domaines ecclésiastiques et des serfs y vivant.
Vers 1094, il fonde l'abbaye d'Aulps dans le Chablais. En 1101, Humbert II part en pèlerinage à Rome auprès du pape. Il lève ensuite des troupes et part pour le Piémont défendre son héritage contesté par le marquis de Saluces, par Boniface, marquis de Savone, par Boniface, marquis de Montferrat et quelques autres grands seigneurs. Cependant, après de sanglants combats, il dut en partie démembrer son héritage piémontais.


Humbert II de Savoie

Il épousa Gisèle de BOURGOGNE-COMTÉ (ou Gilles, ou Wille) (1075 - après 1133) qui lui donna, six enfants :
- notre Amédée III de SAVOIE (1095 † 1149), comte de Savoie et de Maurienne
- Adèle de SAVOIE (v.1100 † 1154), épouse du roi de France Louis VI le Gros
- Agnès de MAURIENNE (1104 † ap.1180), mariée à Archambaud VI († 1171), sire de Bourbon
- Guillaume  de SAVOIE( † 1130), chanoine à Liège
- Humbert de SAVOIE († 1131)
- Guy de SAVOIE, abbé à Namur
- Rinaldo de SAVOIE, prévôt de Saint-Maurice d'Aguno

Mahaut d'ALBON est la fille de Guigues III d'ALBON, Comte d'Albon et de Grenoble
Son règne est marqué par la lutte continuelle qu'il livre au nouvel évêque de Grenoble, Saint Hugues de Châteauneuf, pour la suzeraineté des biens d'église qu'il détient, notamment en Grésivaudan. Saint Hugues accède à l’évêché en 1078 et est un fervent partisan de la réforme grégorienne. Il soutient que les possessions des comtes d'Albon ont été usurpées à l'Église, avec l'aide de l'évêque Mallen. Pour rentrer dans ce qu'il juge être son droit, le fougueux prélat n'hésite pas à affabuler sur la reconquête du diocèse de Grenoble les armes à la main par l'évêque Isarn contre les Sarrasins. C'est l'objet du préambule d'une série de documents destinés à établir l'état des biens d'église, connus sous le nom de Cartulaires de St Hugues. Finalement, un accord entre l'évêque et le comte est signé en 1099 : Guigues restitue les églises et dîmes qu'il s'était approprié mais Saint Hugues reconnait le partage des pouvoirs laïques et religieux sur Grenoble et sa région.
Il épousa une Mathilde, qui est probablement de Mathilde de SICILE (on a longtemps pensé qu'elle pouvait être fille d'Edgar Atheling d'ANGLETERRE, puis que sa mère était Adélaïde de SAVONE, mais ces hypothèses ont été abandonnées). Ils eurent cinq enfants :
- notre Guigone d'ALBON (1090 - 1150) qui épouse Raynaud de ROYANS (1085 - 1139); dont:
François Raymond de ROYANS (1110 - 1175); dont:
-- Raymonde de ROYANS (1135) qui épouse Raimond I de BÉRANGER dont nous verrons plus loin la descendance
-- Lambert François II de ROYANS
-- Gudelin de ROYANS
• Bérion de ROYANS
- Guigues IV d'ALBON († 1142), comte d'Albon
- Humbert d'ALBON († 1147), archevêque de Vienne
- Gersende d'ALBON, mariée à Guillaume III d'Urgel († 1129), comte de Forcalquier
- notre Mahaut d'ALBON
- Béatrice d'Albon, née vers 1100, mariée à Josserand de Die (° ca 1095 - † ca 1147)

Géraud I de MÂCON est le fils de Guillaume IV de MÂCON(1088-27 septembre 1157), comte de Mâcon (1102 - 1157 comte d'Auxonne (1127-1157), comte de Vienne (1148-1157) puis régent du comté de Bourgogne (1148-1157). Il tenta de spolier sa nièce Béatrice de Bourgogne, fille de Renaud III. L'empereur Frédéric Barberousse l'en empêcha et épousa cette dernière en 1156. En 1040 il épousa Poncette de TRAVES, Dame de Traves. Dont:
- notre Géraud I de MÂCON
- Etienne II de BOURGOGNE-COMTÉ

8°  Maurette de SALINS est la fille de Gaucher III de SALINS, décédé en 1175

Amédée I de GENÈVE est fils de Aymon de GENÈVE
Dans la lutte qui l'oppose aux évêques de Genève, il subit un revers lors du traité de Seyssel de 1124, où il abandonne ses prétentions temporelles sur la ville de Genève à l'évêque Humbert de Grammont. Il transfère la capitale du comté de Genève, à Annecy. Toutefois, lui et ses successeurs ne délaissent pas pour autant la ville. Il s'oppose à nouveau à l'évêché de Genève, avec le nouvel évêque Ardutius (Arducius) de Faucigny, devenu Prince de l'Empire, en 1155 qu'un nouveau traité de Seyssel réglera.
Il épouse Ida de FAUCIGNY, fille de Louis Ier, seigneur de Faucigny et de Glane en 1095, dont il aura trois enfants :
- Gérold III de GENÈVE (1095 - 1154)
- Lacérina de GENÈVE (1096 - 1140), qui épouse Guillaume-Hugues de Royans, seigneur de Monteil
- Amédée I de GENÈVE (1098 - 1178), futur comte

10° Mathilde de CUISEAUX est le fille de Hugues I de CIUSEAUX, seigneur de Clairvaux et de Adeline...

11° Aimon I de FAUCIGNY est fils de Rodolphe I de FAUCIGNY, Seigneur de Faucigny (1095 - 1132) et de Constance de BEAUVOIR, dont:
- notre Aymon I de FAUCIGNY
- Pons de FAUCIGNY décédé en 1178-
- Ardicius de FAUCIGNY
- notre Rodolphe de FAUCIGNY, époux de Emma AYNARD et père de Guigues ALLEMAN, à l'origine de la famille ALLEMAN
- Raymond de FAUCIGNY
- Guy de FAUCIGNY

12° Clémence de BRIANÇON est la fille de Émeric de BRIANÇON (1115 - 1138)

13° Tedisio III FIESCHI est le fils de Ugo FIESCHI, comte de Lavagna (1178 - 1214) et de Grillo...

14° Raynald III de BAUGÉ est le fils de Raynald II de BAUGÉ, Seigneur de Baugé et de Bresse

15° Humbert IV de BEAUJEU est fils de Humbert III de BEAUJEU et de Alix de SAVOIE (née vers 1123)

16° Agnès de CHALON est la fille de Guy II de CHALON, Seigneur de Montpensier

17° Baudoin V de HAINAUT est le fils Baudoin IV de HAINAUT, comte de Hainaut (1120-1171) né en 1109 et décédé en 1171.
Comme il était mineur à la mort de son père, la régence fut assurée par sa mère qui dirigea le pays avec prudence et fermeté. Elle négocia les fiançailles de son fils avec Alix de Namur, et assura par traité les droits de cette dernière au comté de Namur. Elle laissa son fils gouverner en 1127.
Peu après, le comte de Flandre Charles de Danemark fut assassiné et plusieurs prétendants, parmi lesquels figurait Baudouin, se manifestèrent. Le roi de France Louis VI le Gros choisit Guillaume Cliton. Irrité, Baudouin envahit le pays d'Alost, mais se rendit compte qu'il ne pouvait garder sa conquête et se retira en incendiant Audenarde. Après la mort de Guillaume (1128), il tenta à nouveau de conquérir la Flandre, mais fut repoussé par Thierry d'Alsace, le nouveau comte.
En 1147, il profita du départ de Thierry en croisade pour envahir à nouveau la Flandre, malgré le risque d'excommunication qu'il encourait pour s'attaquer aux biens d'un croisé. Sibylle d'Anjou, femme de Thierry, réussit à défendre ses terres, le temps que Thierry revînt en hâte de Constantinople. La guerre fit rage et ravagea les deux comtés. Finalement, les deux comtes, las de leur conflit, conclurent la paix en 1151 et fiancèrent leur enfants. Ce mariage conduisit quarante ans plus tard à la réunion des deux comtés.
Baudouin se consacra à soumettre ses vassaux les plus indociles, et réunit au comté plusieurs terres. Il acquit son surnom de bâtisseur en fortifiant la plupart des villes du Hainaut et en favorisant la construction d'églises et de cathédrales. En 1169, à l'occasion des noces de son fils avec Marguerite d'Alsace, il fit visiter son palais du Quesnoy en construction à plusieurs seigneurs. Ils eurent l'imprudence de monter sur des échafaudages mal étayés qui s'écroulèrent sous eux. Certains se relevèrent légèrement blessés, mais Baudouin eut les cuisses et les reins brisés. Il mourut deux ans plus tard.
De son mariage avec Alix-Elvide de NAMUR, il eut:
- Baudouin de HAINAUT, mort jeune, enterré à Binche,
- Godefroy de HAINAUT, comte d'Ostrevant, mort à Mons à 16 ans le 6 avril 1159 (ou 1161) sans postérité, marié à 15 ans avec Éléonore de Vermandois.
- Baudoin V de HAINAUT (1150 † 1195), comte de Hainaut.
- Guillaume de HAINAUT, seigneur de Château-Thierry au comté de Namur, marié en premières noces avec Mahaud de Lalaing et en secondes noces avec Avoye de Saint-Sauve,
- Henri de HAINAUT, seigneur de Sebourg, d'Angre et du Fay. Il gît à Sebourg où, sur sa tombe, il est écrit «oncle de Baudouin, empereur de Constantinople», marié avec Jeanne de Cysoing,
- Yolande de HAINAUT, mariée en premières noces avec Yves III, seigneur de Néelle et de Falvy, comte de Soissons, mort sans enfants en 1157, puis en secondes noces avec Hugues IV, comte de Saint-Pol,
- Agnès de HAINAUT, dite la Boîteuse, première femme de Raoul, sire de Coucy, de Marle, la Fere, Crécy, Vervins, Landousies et de Pinon, morte avant 1173,
- Laurence de HAINAUT, qui avec son second mari, fit beaucoup de biens à l'abbaye du Val, à l'ordre de Citeaux, au diocèse de Paris, où elle fut enterrée après sa mort survenue le 9 août 1181; mariée avec Thierry de Gand, dernier seigneur d'Alost et de Waes, avec lequel elle vivait encore en 1160 et qui mourut sans enfants en 1165 ; puis en secondes noces peu après 1171 avec Bouchard IV, seigneur de Montmorency.


blason des comtes de Hainaut

18° Guillaume V de MONTFERRAT est le fils de Rénier I de MONTFERRAT, marquis de Montferrat de 1100 environ à sa mort (vers 1084 - mai 1135) et de Gisèle de BOURGOGNE-COMTÉ (1075). Elle était veuve de Humbert II de SAVOIE, dont nous avons vu la descendance un peu plus haut.

19° Judith de BABENBERG est la fille de Léopold III de Babengerg dit "der Heilige, le Pieux" (1073 - 15 novembre 1136) margrave d'Autriche de 1095 à sa mort. Il introduisit le monachisme cistercien en Autriche et fonde notamment l'abbaye de Mariazell, un monastère cistercien. Il est inhumé dans l'abbaye de Klosterneuburg (Autriche)  Loué par le pape dès sa mort, il sera canonisé en 1484...


Miniature de saint Léopold, Trésor de l'Abbaye de Klosterneuburg

Marié à une demoiselle de PERG, il en a un fils,
- Adalbert de BABENBERG.
Remarié en 1106 à Agnès de FRANCONIE (1073-1143), fille d'Henri IV, roi des Romains, et de Berthe de Savoie, il en a 10 enfants :
- Henri II Jasomirgott de BABENBERG (1107-1177)
- Léopold IV de BABENBERG (1108-1141)
- Othon de BABENBERG (1109-1158), évêque de Freising
- Uta de BABENBERG (1110-1154), épouse Luitpold de PLAIN
- Agnès de BABENBERG (1111-1157), épouse Ladislas II de SILÉSIE, duc de Silésie et de Pologne
- Judith de BABENBERG (1115-1168), épouse le marquis Guillaume V de MONTFERRAT
- Élisabeth de BABENBERG (?-1143), épouse le comte Hermann II de WINZENBURG
- Konrad de BABENBERG (1120-1168)
- Gertrude de BABENBERG (1120-1151), épouse le roi Ladislas II de BOHÊME
- Berthe de BABENBERG (?-1120)

20° Antelme d'ARVILLARS est le fils de Humbert d'ARVILLARS


À la 26ème génération:

1°  Rodolphe de FAUCIGNY est le fils de Rodolphe de FAUCIGNY (1095 - 1132) et de Constance de BEAUVOIR. dont:
- notre Aimon I de FAUCIGNY (1125 - 1192) époux de Clémence de BRIANÇON
- notre Rodolphe de FAUCIGNY époux de Emma AYNARD
- Arducius de FAUCIGNY, évèque de Grenoble de 1135 à 1185
- le Bienheureux Pons de FAUCIGNY († 1178)
- Raymond de FAUCIGNY, seigneur de Thoire
- Guy de FAUCIGNY

Emma AYNARD est la fille de Guigues AYNARD, Seigneur de Domène, décédé en 1155 et de Audisia de BÉRANGER

Humbert II de SAVOIE est le fils de Amédée II de SAVOIE, Comte et Marquis de Savoie, Marquis de Turin (1049 - 26 janvier 1081)
Sous son règne eurent lieu les difficiles démêlés entre le pape Grégoire VII et le souverain du Saint-Empire, Henri IV de la maison de Franconie au sujet des investitures. Adélaïde et Amédée II servirent de médiateurs entre les deux puissances. Parents par alliance, ils aidèrent efficacement l'empereur qui les récompensa en donnant le Bugey à Amédée II et en reconnaissant les droits et l'inféodation du marquisat d'Ivrée à Adélaïde de Suse.
L'apport politique essentiel du comte Amédée II, réside dans le début de la prise de conscience par les princes de la maison de Savoie, de l'importance de leur position géographique, au carrefour du Saint-Empire, des États pontificaux, de Venise, du royaume de France, mais surtout en tant que gardiens des passages alpins.
En 1065, il épousa Jeanne de GENÈVE, fille du comte Gérold I de GENÈVE qui lui donna un fils et trois filles :
- Humbert II de SAVOIE, 6e comte de Savoie et de Maurienne
- Constance de SAVOIE, mariée à Otton II († 1084), marquis de Montferrat
- Adélaïde de SAVOIE († 1090), mariée à Manassès V seigneur de Coligny
- Auxilia de SAVOIE ou Alix de SAVOIE, mariée vers 1080 à Humbert II († 1101), sire de Beaujeu

Gisèle de BOURGOGNE-COMTÉ est la fille de Guillaume I de BOURGOGNE, dit le Pape, le Grand ou encore Tête Hardie
Guillaume Ier de BOURGOGNE et ses fils aînés Renaud II de Bourgogne puis Étienne Ier de Bourgogne, sont des comtes de Bourgogne très puissants, régnant sur des terres dépassant largement les limites du puissant et vaste comté de Bourgogne. Ils sont vassaux contre leur gré de l'empire germanique suite au testament du roi Rodolphe III de Bourgogne mort en 1032 et à la guerre de succession de Bourgogne (1032-1034).
En 1039 l'archevêque de Besançon, Hugues Ier de Salins, devient l'homme de confiance favori du nouvel empereur germanique, Henri III du Saint-Empire (neveu du précédent). L'empereur accorde alors une certaine autonomie franche et le droit de s'auto-administrer par son propre gouvernement au comté de Bourgogne dont il est nommé chancelier et récompensé très largement pour sa totale et très dévouée collaboration et pour ses services de vassal à son suzerain.

ancien blason de Bourgogne-Comté

Il se marie (en secondes noces ?) entre 1049 et 1057 avec Étiennette de VIENNE, Dont:
- Eudes de BOURGOGNE. Son père fait une donation à la cathédrale de Besançon en 1087 pour le repos de son âme.
- Renaud II de BOURGOGNE († 1097 en croisade), comte de Bourgogne.
- Guillaume de BOURGOGNE.
- Ermentrude de BOURGOGNEmariée en 1065 à Thierry Ier, comte de Montbéliard, d'Altkirch et de Ferrette.
- Gui ou Guy de BOURGOGNE, administrateur de l'Archevêché de Besançon puis élu 160 ème pape en 1119 sous le nom de Calixte II.
- Étienne Ier de BOURGOGNE (10 65 - †1102 à Ascalon) comte de Bourgogne époux de Béatrice de LORRAINE
- Sybille de BOURGOGNE(aussi appelée Mahaut), épouse en 1080 Eudes Ier de BOURGOGNE, duc de Bourgogne
- Raymond de BOURGOGNE († 1107 en Espagne) marié en 1090 à Urraque Ire, reine de Castille et de Léon.
- Hugues de BOURGOGNE(† 1103).
- Gisèle de BOURGOGNE-COMTÉ, mariée en 1090 à Humbert II de SAVOIE, comte de Savoie
- Clémence de BOURGOGNE (°1078 - †1129), mariée en 1092 à Robert II, comte de Flandre, puis vers 1125 à Godefroid Ier, duc de Brabant.
- Étiennette de BOURGOGNE, épouse Lambert François de ROYANS
- (peut être) Berthe († 1097), épouse en 1093 Alphonse VI (°1040 - †1109), roi de Castille et de Léon.
 

Guillaume le Grand
Peinture de la cathédrale Saint-Jean de l'archevêché de Besançon


Guigues III d'ALBON est le fils de Guigues II d'ALBON, dit le Gras, Comte de Grenoble (1025 - 1080) et de Pétronille de ROYANS (décédée le 15 septembre 1069), dont il a eu également:
- Adélaïde d'ALBON
D'un autre mariage avec Inès de BARCELONNE (descendante de Mahomet à la 18è génération), Guigues II d'ALBON a eu une:
- Guigues-Raymond d'ALBON

Mathilde de SICILE est la fille de Roger I de SICILE, comte de Sicile et de Pouille, dit "le Bosso" puis "le Grand Comte" (1031 - 1101) un aventurier normand du XIe siècle ; conquérant de la Sicile musulmane, il est à l'origine du futur royaume de Sicile.
Roger de Hauteville quitte le duché de Normandie pour le sud de l'Italie dans les années 1050 (conventionnellement en 1057), accompagné de ses frères Godefroi, Mauger et Guillaume, ainsi que par une petite troupe de parents et amis, dont Hugues de Grandmesnil, Raoul de Tosny et Robert Guitôt.
Après trente longues et difficiles années de guerre avec notamment les épisodes marquants de la prise de Messine (1061), le siège de Troina (1062), la bataille de Cerami (1063), la bataille de Misilmeri, et la prise de Palerme en 1072, il libère enfin la Sicile de l'occupation musulmane avec la prise de Noto (1091). Entretemps, la mort de son puissant frère en juillet 1085 le laisse totalement libre dans ses actes et il devient le seul véritable maître de la Sicile qu'il organise en comté en y introduisant notamment le système féodal, tout en gardant Mileto comme capitale de ses possessions ; c'est le début de la Sicile normande, une ère de prospérité faisant la continuité de l'époque musulmane. Une Sicile où Roger se montre tolérant, respectant les différentes identités, coutumes, et religions de l'île. En effet, une fois la guerre finie, Roger autorise les Musulmans qui le souhaitent, berbères ou arabes, à rester dans l'île. Les mosquées ne sont pas détruites, et Palerme, la capitale, en aurait paraît-il compté une quarantaine. Juifs, musulmans, et chrétiens orthodoxes ne subissent pas de persécutions.
Roger, le «Grand Comte», meurt de causes naturelles le 22 juin 1101 dans son fief de Mileto en Calabre où il est inhumé. Son tombeau sera détruit par un tremblement de terre.


De son premier mariage avec Judith d'ÉVREUX, il n'a que des filles :
- Une fille (Flandrine) mariée à Hugues de Gercé (Hugues de Jersey?), jeune chevalier peut-être originaire de Jarzé
- Mathilde de Hauteville, mariée au comte Robert d'Eu, puis répudiée, elle se remarie au comte Raymond IV de Toulouse
- Adelise (ou Adelicia), mariée en 1086 à Henri de Monte Sant'Angelo, puissant baron normand d'Apulie
- Emma († 1120), brièvement fiancée à Philippe Ier de France ; mariée d'abord au comte de Clermont puis à Rodulf, comte normand de Montescaglioso

En 1077, Roger se marie une seconde fois avec Eremburge de MORTAIN. Ils ont sept enfants, plus une fille possible selon Patrick Deret :
- Mauger, comte de Troina
- Murielle, mariée à Josbert de Lucy, un Normand originaire de Lucy en Seine-Maritime
- Constance, mariée à Conrad d'Italie
- Felicia, mariée au roi Coloman de Hongrie
- Violante, mariée à Robert de Bourgogne, fils de Robert Ier, duc de Bourgogne
- Flandrina, fiancée à Hugues de Jersey, mariée à Henri Del Vasto (noble d'Italie du Nord), fondateur de la famille Mazzarino
- Judith, mariée à Robert de Bassonville (un Normand dont la famille est originaire de Vassonville, près de Dieppe)
- Mathilde de SICILE, mariée à Guigues III d'Albon, selon Patrick Deret.

De sa troisième et dernière épouse, Adélaïde de Montferrat, ils ont quatre enfants :
- Simon
- Mathilde, mariée à Rainulf II d'Alife, puissant et influent noble italo-normand de la famille de Rainulf Drengot, qui deviendra le principal ennemi de son beau-frère Roger, roi de Sicile
- Roger
- Maximilla, mariée à Hildebrand VI (de la famille des Aldobrandeschi)

Roger eut également quelques concubines qui lui donneront plusieurs enfants dont:
- un certain Mauger, mort jeune,
- ou encore un certain Godefroi, comte de Raguse, qui devint lépreux.

Guillaume IV de MACON est le fils de Etienne I de BOURGOGNE dit "Tête Hardie", comte de Bourgogne, comte de Macon et de Vienne (1065 - assassiné en 1102 à Ascalon en Palestine) et de Béatrice de LORRAINE; dont:
- notre Guillaume IV de MACON en 1088
- Renaud III de Bourgogne
- Agnès de BOURGOGNE qui épouse Richard III de MONTFAUCON
- Isabelle de BOURGOGNE sui épouse Hugues I de CHAMPAGNE en 1110

8° Poncette de TRAVES est fille de Thiébaud de TRAVES, Connétable de Bourgogne, décédé en 1070 et d'une Alix ....

Gaucher III de SALINS est fils de Humbert III de SALINS et d'une Béatrice... Ils ont également eu une:
- Élisabeth de SALINS

10° Aymon de GENÈVE est le fils de Gélord II de GENÈVE, Comte de Genève (1020) et de Thietburge de SAVOIE, dont:
- notre Aymon de GENÈVE
D'un autre mariage avec Gisèle ... et née:
- notre Jeanne de GENÈVE, épouse d'Amédée II de SAVOIE vu ci-dessus
Mais Thietburge de RHEINFELDEN a également été mariée à un membre de la famille de FAUCIGNY, dont:
- Amédée de FAUCIGNY
- Guillaume de FAUCIGNY, Seigneur de Faucigny qui avec Utilie ? sera père de:
• Rodolphe I de FAUCIGNY (109 - 1131) qui épouse Constance de BEAUVOIR; d'où:
-- Aymon I de FAUCIGNY
-- Arducius de FAUCIGNY
-- Guy de FAUCIGNY
• Raymond de FAUCIGNY
• Girard de FAUCIGNY
• Amédée de FAUCIGNY
• Louis de FAUCIGNY
- Guy de FAUCIGNY

11° Ida de FAUCIGNY est la fille de Louis I de FAUCIGNY (1030 - 1080) et de Thetberge de SAVOIE. Ils seront parents de:
- notre Guillaume I de FAUCIGNY (1054 - 1124) qui épouse Létice N
- notre Ida de FAUCIGNY
- Guy de FAUCIGNY, évèque de Genève († 1119)
- Amédée de FAUCIGNY

12° Rodolphe I de FAUCIGNY est le fils de Guillaume I de FAUCIGNY, Seigneur de Faucigny (1054 - 1124) et d'une Létice ...

13° Émeric de BRIANÇON est le fils de Aimon II de BRIANÇON (1070 - 1117)

14° Ugo FIESCHI est le fils de Tedisio II FIESCHI, Comte de Lavagna (1154 - 1184)

15° Raynald II de BAUGÉ est fils de Ulric I de BAUGÉ et de Alix de SAVOIE

16° Humbert III de BEAUJEU est le fils de Guichard III de BEAUJEU et de Lucienne de MONTLHÉRY (décédée en 1137). Ils se sont épousés en 1107.

17° Guy II de CHALON est fils de Guy I de CHALON, Comte de Chalon (1080-1113)

18° Baudoin IV de HAINAUT est le fils de Baudoin III de HAINAUT, Comte de Hainaut 1087-1120 (1087 - 1120)
Son mariage avec Yolande de WASSEMBERG lui apporta l'espoir d'une aide pour conquérir la Flandre, comté dont son père avait été dépossédé par Robert le Frison. Il se forma une coalition autour de l'empereur Henri V contre Robert II de Jérusalem, le nouveau comte de Flandre. Ils l'attaquèrent en 1105, mais furent vaincus, et Baudouin dut lui abandonner Cambrai (1110). Après la mort de Baudouin VII à la Hache, Baudouin entra dans une coalition contre son successeur Charles de Danemark, mais qui n'eut pas plus de succès que la précédente. Il mourut peu après des suites d'une chasse.
Dont:
- Baudoin IV de HAINAUT le Bâtisseur (1108 † 1171), comte de Hainaut
- Gérard de HAINAUT († 1166), comte de Dale
- Gertrude de HAINAUT, mariée à Roger III de Tosny († 1162)
- Richilde de HAINAUT, mariée à Thierry d'Avesnes († 1106), puis à Everard II Radulf († 1160), burgrave de Doornic (Tournai).

19° Rénier I de MONTFERRAT est le fils de Guillaume IV de MONTFERRAT, marquis de Montferrat et de Otta d'AGLIÉ

20° Léopold III de BABENBERG est le fils de Léopold II de BABENBERG, margrave d'Autriche (1050 - 12 octobre 1095) et de Ida de CHAM;


Léopold II à la bataille de Mailberg (arbre généalogique des Babenberg, 1489-1492)

dont:
- Ida de BABENBERG
- Élisabeth de BABENBERG (morte en 1107), mariée à Ottokar, margrave de Styrie
- Gerberge de BABENBERG (morte en 1142), mariée en 1100 à Borzijov II, duc de Bohême
- notre Léopold III de BABENBERG (1073-1136)1
- Sophie de BABENBERG (morte en 1154), mariée à Henri III, duc de Carinthie (mort en 1122), puis en 1128 à Sighard, comte de Burghausen (mort en 1142)

21° Agnès de FRANCONIE est le fille de Henri IV de FRANCONIE (11 novembre 1050 - Liège 7 août 1106) et de Berthe de SAVOIE (1051 - 1087)


À la 27ème génération:

Rodolphe de FAUCIGNY est le fils de Guillaume I de FAUCIGNY, Seigneur de Faucigny (1054 - 1124) et de Létice ...

Guigues AYNARD est le fils de Pons AYNARD,  Seigneur de Domène; également père d'un:
- Pons AYNARD

Amédée II de SAVOIE est le fils de Othon I de SAVOIE, Comte de Savoie et en Maurienne Marquis en Italie (1023 - 19 janvier 1057)
À dater de son mariage avec Adélaïde de SUZE (décédée en 1091), les comtes de Savoie, habitèrent alternativement le château d'Aveillane près de Suze et le château de Charbonnières, près d'Aiguebelle. Les autres grands seigneurs du Piémont, avec lesquels la maison de Savoie allait devoir cohabiter, étaient les Advocati, les Bartarova, les Bertodano, les Bolero, les Langosco, les Palavicino et les Tissoni. Othon semble s’être plus intéressé à la vallée de Suse qu’à la Savoie.
En 1051, il hérite de la couronne à la mort de son frère le comte Amédée Ier de Savoie qui n'avait pas de descendance mâle, mais au préjudice de ses deux frères Berthold et Aymon, placés avant lui dans l'ordre généalogique, mais ne pouvant avoir de fonctions séculières en raisons de leur carrière religieuse.
De son épouse Adélaïde de SUZE de TURIN (1018 - 19 décembre 1091), il aura 5 enfants :
- Pierre de SAVOIE, 4e comte de Savoie, (1048-1078)époux de Agnès d'AQUITAINE, dont:
Alix de SAVOIE, épouse de Boniface I VASTO de SALUCES, dont
-- notre Anselme de CLAVESANA (vers 1110), dont:
--- notre Boniface de CLAVESANA, dont:
---- Berh de CLAVESANA, épouse de Guillaume de MONTFERRAT, dont
----- notre Béatrix de MONTFERRAT épouse de Guy de BAUGÉ
------ Sybille de BAUGÉ, épouse de AMÉDÉE V de SAVOIE (voir ci-dessus)
- Amédée II de SAVOIE : 5e comte de Savoie, (1050-1080).
- Othon ou Oddon de SAVOIE, évêque d’Asti (décédé vers 1088)
- Berthe de SAVOIE (ou Berthe de TURIN, Bertha de MAURINE) (1051-1087) épousa en 1066 Henri de FRANCONIE, futur empereur Henri IV, élu en 1084.
- Adélaïde de Savoie, (1052-1079), épouse de Guigues IV d'Albon, puis en 1067 de Rodolphe de Rheinfeld-Souabe, duc de Souabe. Dont:
• Berthe de RHIENFELDEN
• Adélaïde de RHIENFELDEN
Il commença à faire battre monnaie de Savoie au château d'Aiguebelle.

Jeanne de GENÈVE est la fille de Gélord II de GENÈVE, Comte de Genève (1020) et de Gisèle....
D'un autre mariage avec Thietburge de RHEINFELD, Gélord II de GENÈVE avait eu:
- notre Aymon I de GENÈVE époux de Ida de GLANES, dont notre:
Amédée I de GÉNÈVE (voir ci-dessus)

Guillaume I de BOURGOGNE est le fils de Renaud I de BOURGOGNE, 2e comte de Bourgogne (986 - 1057) 1er comte palatin de Bourgogne, de la Maison d'Ivrée au XIe siècle, et de Adélaïde de NORMANDIE.


Renaud Ier de Bourgogne, peinture de la cathédrale Saint-Jean de Besançon.

Dont:
- Guillaume I de BOURGOGNE dit le Grand ou Tête Hardie (1020-1087) qui lui succède comme comte de Bourgogne.
- Gui de Brionne ou Gui de BOURGOGNE (v 1025-1069), élevé à la cour de Normandie, qui voulut succéder au duché de Normandie contre son cousin Guillaume de Normandie (futur Guillaume le Conquérant). Il dut se séparer de ses comtés de Brionne et de Vernon en Normandie, après avoir été à la tête de la coalition des barons de Normandie, qui fut défaite lors de la bataille du Val-ès-Dunes en 1047. Gui de Brionne aurait trouvé refuge auprès de son oncle Geoffroy II Martel, comte d'Anjou. Au décès de Renaud Ier de Bourgogne, il tenta de ravir pendant une dizaine d'années le comté de Bourgogne à son frère Guillaume.
- Aubrée de BOURGOGNE (1032–1122) qui épouse en 1051 Robert GUISCARD (1020–1085)
- Sybille de BOURGOGNE (1035- v 1074), qui épouse en 1056 le duc Henri de BOURGOGNE, petit-fils du roi de France Robert II le Pieux.
- Hugues de BOURGOGNE, dit de Superalios (cité en 1037- v 1086), vicomte de Lons-le-Saunier, sire de Montmorot, de Navilly et de Scey, marié à Aldeberge de SCEY. Ils eurent pour fils Thibert I de Montmorot, vicomte de Lons-le-Saunier (maison de Montmorot, alias de Montmoret).
- Foulques de BOURGOGNE, alias Foulques de Joux de Grandson (cité en 1060-1114) (d'après le chroniqueur Herman de Laon), marié à Alix de Roucy (v 1055-?) (maison de Grandson).

Renaud Ier de BOURGOGNE éleva par ailleurs à sa cour Robert de NEVERS (1035-1098), dit "Le Bourguignon", fils de Renaud Ier de NEVERS (1000-1040), son neveu. Robert de NEVERS est à l'origine de la maison de Craon-Nevers. Son petit-fils Robert de CRAON, dit Le Bourguignon également, succéda à Hugues de PAYNS en tant que second Maître de l'Ordre du Temple.


comté de Bourgogne au 11ème siècle: il correspond, en gros, à l'actuelle Franche-Comté

Guigues II D'ALBON est fils de Guigues I D'ALBON, dit le Vieux, qui acheva sa vie comme religieux (1020 - 28 avril 1075 à Cluny) et de Adélaïde de SAVOIE (1000 - 1079). Dont:
- Notre Guigues II d'ALBON
- notre Adélaïde d'ALBON, épouse Aynard DOMÈNE
- Hugues d'ALBON
- Alix d'ALBON

Pétronille de ROYANS est le fille de Arnaud de ROYANS et de Pétronille de GRENOBLE

Roger I de SICILE, dit le Bosso puis le Grand Comte, comte de Sicile et de Pouille (1031 - 1101) est le fils de Tancrède de HAUTEVILLE, un  petit noble normand dont on ne sait pas grand chose.
Petit seigneur normand de la région de Coutances dans l'ouest du duché de Normandie, il possédait un fief de dix chevaliers, assis à Hauteville-la-Guichard (la Guiscart). Bon guerrier doté d'une force extraordinaire, Tancrède de HAUTEVILLE s'illustre notamment en tuant d'un seul coup d'épée enfoncée dans le front jusqu'à la garde, un gros sanglier qui avait chargé le duc Richard II de Normandie, lors d'une partie de chasse non loin de ses terres, en Cotentin. Pour le récompenser, le duc lui donne l'une de ses nombreuses filles (et peut-être aussi la sœur de cette dernière) et la direction de la garde ducale.

De sa première femme Murielle (Moriella), morte prématurément, il a d'abord au moins 5 fils [10] :
- Guillaume de HAUTEVILLE (Willelmus)
- Drogon de HAUTEVILLE (Drogo)
- Onfroi (de HAUTEVILLE Humfredus)
- Godefroi de HAUTEVILLE (Gaufredus)
- Serlon de HAUTEVILLE( Serlo)
Il aurait eu également une fille:
- Béatrice de HAUTEVILLE, mariée à un fils du comte Robert d'Eu.

De sa seconde épouse Frédésende (Fres(s)endis, Fredes(s)endis) il a au moins 7 fils [11] :
-  Robert de SICILE (Robertus)
- Mauger de HAUTEVILLE (Malgerius)
- Guillaume de HAUTEVILLE (Willelmus)
- Alfred de HAUTEVILLE (Alveredus)
- Hubert de HAUTEVILLE (Hubertus : signalé en Italie où il serait devenu comte de San Nicandro [12] et serait mort en 1071 [13] )
- Tancrède de HAUTEVILLE (Tancredus)
- Roger I de SICILE (Rogerius)
Il a également au moins une fille:
- Frédésende de HAUTEVILLE, mariée à un puissant prince normand d'Italie, Richard Drengot, comte d'Aversa (1049) et prince de Capoue (1058).

 C'est précisément à cause de cette nombreuse famille, que leur père était dans l'impossibilité de doter correctement, que Roger de SICILE a été poussé à tenter sa chance, avec succès, en terres musulmanes.

Etienne I de BOURGOGNE est le fils de Guillaume I de BOURGOGNE, "Tête-Hardie" et d'Étiennette de VIENNE, que nous avons déjà rencontrés ci-dessus. Il est en effet le frère de nos Gisèle de BOURGOGNE-COMTÉ et Étiennette de BOURGOGNE-COMTÉ

10° Béatrice I de LORRAINE est la fille de Gérard I de LORRAINE (vers 1030 - 11 août 10470 à Remiremont) et de Edwige de NAMUR. Dont:
- Thierry II (de LORRAINE v. 1055 † 1115), duc de Lorraine
- Gérard de LORRAINE (1057 † 1108), comte de Vaudémont
- notre Béatrice de LORRAINE
- Gisèle de LORRAINE, abbesse de Remiremont

11° Humbert III de SALINS est le fils de Gaucher II de SALINS et de Aremburge...

12° Gélord II de GENÈVE est le fils de Gélord I de GENÈVE (9960 - 1023) et de Berthe de FLANDRE

13° Thietburge de SAVOIE est la fille de Rodolphe II de RHEINFELDEN, duc de Souabe de 1057 à 1079 et antiroi des Romains de 1077 à 1080, (né à Merseburg vers 1025 et décédé en 1080 à Hohenmolsen) et de Adélaïde de SAVOIE Dont:
- Cunégonde de RHEINFELDEN
D'un autre mariage avec Mathilde de FRANCONIE naitra:
- Agnès de RHEINFELDEN
enfin d'un troisème mariage avec Adélaïde de SAVOIE naitront:
- Berthe de RHEINFELDEN
- Adélaïde de RHEINFELDEN
- notre Thietburge de SAVOIE


Rodolphe II de Rheinfelden

14° Louis I de FAUCIGNY est le fils de Sigefroid de FAUCIGNY (975) et de Michèle COLONNA (980). Ils ont également été parents de:
- Ermenrad de FAUCIGNY (1000)

15° Thetberge de SAVOIE est la fille de Amédée I de SAVOIE dit "la Queue" comte de Savoie et de Maurienne (1016 - 1051) et de Adelegilda ou Ancilla d'AOSTE; dont:
- notre Thetberge de SAVOIE
- Humbert de SAVOIE († 1051)
- Aimon de SAVOIE († 1060)

16° Guillaume de FAUCIGNY est le fils de Louis I de FAUCIGNY et de Thetberge de SAVOIE que nous venons de voir ci-dessus (il y a un décalage d'une génération, mais à cette époque les gens ne vivaient pas bien longtemps - 30 à 50 ans en moyenne - et les chevauchements de générations étaient donc plus courants qu'à présent).

17° Émeric de BRIANÇON est le fils de Aimon II de BRIANÇON

18° Tedisio II FIESCHI est le fils de Robaldo II FIESCHI (1128 - 1166), Comte de Lavagna

19° Ulric I de BAUGÉ est le fils de Gaulseran de BAUGÉ, Seigneur de Baugé et de Bresse

20° nous avons déjà vue que Alix de SAVOIE  était la fille de Amédée II de SAVOIE et de Jeanne de GENÈVE

21° Guichard III de BEAUJEU est le fils de Humbert II de BEAUJEU et de Waandelmode de THIERN

22° Guy I de CHALON est le fils de Guy II de THIERN Vicomte de Thiern & Comte de Chalon du chef de sa femme et de Adélaïde de CHALON

23° Baudoin III de HAINAUT est le fils de Baudoin II de HAINAUT, Comte de Hainaut et de Valenciennes (1056-1098)
En 1095, lors de l'appel d'Urbain II au concile de Clermont, il prit la croix pour partir à la première croisade après avoir assisté au Tournoi d'Anchin avec Manassés, évêque de Cambrai, Radbod, évêque de Noyon, Lambert, évêque d'Arras, les abbés d'Hasnon, de Crespin et d'Anchin.
L'antagonisme avec le comte de Flandre fit qu'il joignit l'armée de Godefroy de Bouillon plutôt que celle de Robert II de Flandre. Après la prise d'Antioche, il fut envoyé en ambassade à Constantinople avec Hugues Ier, comte de Vermandois. Il fut surpris, attaqué et tué dans une embuscade turque à proximité de Nicée.
Il épousa en 1084 Ide de LOUVAIN (1077 † 1139), fille d'Henri II, comte de Louvain et de Bruxelles et d'Adèle de BETUWE. Ils eurent :
- Baudoin III de HAINAUT (1088 † 1120), comte de Hainaut
- Louis de HAINAUT, vivant en 1096
- Simon de HAINAUT, chanoine à Liège
- Henri de HAINAUT, vivant en 1096
- Guillaume de HAINAUT, vivant en 1117
- Arnould de HAINAUT
- Ide de HAINAUT, mariée à Guy seigneur de Chièvres; puis vers 1100 à Thomas de Marle (1073 † 1130)
- Richilde de HAINAUT, mariée vers 1115 (séparés en 1118) à Amaury IV de Montfort (1063 † 1136), comte d'Évreux
- Alix de HAINAUT, mariée à Nicolas II de Rumigny (1085 † 1153)

24° Guillaume IV de MONTFERRAT est le fils de Otton II de MONTFERRAT, marquis de Montferrat (1015 - 20 novembre 1084) et de Constance de SAVOIE


paysage typique du marquisat de Montferrat (Piémont, Italie)

25° Léopold II de BABENBERG est le fils de Ernst II de BABENBERG "le Brave", margrave d'Autriche (1027 - tué à la bataille de Langensalza 1075)


Ernest II à Langensalza. Extrait de l'arbre généalogique des Babenberg, abbaye de Klosterneuburg (1489 - 1492)

26° Ida de CHAM est la fille de Rapoto IV de CHAM, comte de Cham

27° Berthe de SAVOIE est, comme nous l'avons vu la fille de Othon I de SAVOIE et Adélaïde de SUZE de TURIN et soeur de nos Amédée II de SAVOIE et Pierre I de SAVOIE

À la 28ème génération:
En éliminant les doublons

Guillaume I de FAUCIGNY est le fils de Louis I de FAUCIGNY, Seigneur de Faucigny (1030 - 1080) et de Thetberge de SAVOIE

Pons AYNARD est le fils de Pons Aynard AYNARD, chevalier, décédé en 1104 et de Béatrice...

Othon I de SAVOIE est le fils de Humbert I de SAVOIE, dit « Humbert aux Blanches Mains » Connétable du royaume de Bourgogne, avoué de la reine Hermengarde, comte d'Aoste et de Maurienne
Humbert I de SAVOIE, fidèle lieutenant de l’empereur Conrad II le Salique, fut nommé, lors de la succession de Bourgogne, commandant de la marche de Maurienne (marquis) en 1033 pour soumettre l’évêque rebelle de Maurienne, qui, soutenu par Eudes II, comte de Blois, de Troyes et de Meaux, voulait s’affranchir de l’autorité impériale. Avec quelques troupes qu’il avait levées en Piémont, Humbert, organisa un long siège de la ville de Saint-Jean-de-Maurienne, résidence de l’évêque, puis la prit d’assaut et la fit entièrement raser.
L’empereur Conrad, annexa l’évêché de Maurienne à celui de Turin, et le siège épiscopal de Saint-Jean-de-Maurienne fut interdit jusqu’en 1061. Il récompensa son fidèle lieutenant en le créant comte souverain de Savoie (comes in agro Savojensi), et le titra (dates non connues) comte de Maurienne, cependant cette première concession, ne s’étendait qu’à une partie de la Maurienne et à quelques-unes de ses petites vallées. Plus tard Humbert devint aussi comte de la Tarentaise, comte du Val d'Aoste, comte de Bugey, comte de Chablais et comte de Sermorens (1038).
Humbert s’installa au château-fort de Charbonnières, bâti vers le milieu du ixe siècle et qui dominait la ville d’Aiguebelle, la capitale du comté, et défendait la vallée de la Maurienne. Il était situé à un endroit stratégique, aux marches de la vallée de la Rochette et de ce qui est aujourd’hui la Savoie Propre et la Haute-Savoie. Ce castel féodal resta jusque vers le milieu du xiiie siècle la résidence ordinaire des premiers comtes de Savoie.


c'est tout ce qui reste du château de Carbonnières

Des interrogations existent sur l’identité réelle de son épouse :
- Ancilie d'AOSTE (ou Ancilia, Ancilla, Auxilia), fille du recteur laïc de l’abbaye de Saint-Maurice d'Agaune, qui semble la plus probable ;
- Ancilie de Lenzbourg (ou Ancillie de Lensbourg), (974-?), fille de Arnold Von Schannis, maître de cérémonie de la maison de Bourgogne ;
- Ancilie de Nyon, fille d’Anselme de Nyon.
Toujours est il que son épouse lui donna cinq enfants, dont :
- Amédée Ier de SAVOIE, surnommé la Queue (1016 - 1051), 2e comte de Savoie et de Maurienne ;
- Berthold de SAVOIE ou Bouchard ou Burckard (avant 1023 - 1065 ou 1068), coadjuteur d’Aoste, prieur de St-Maurice d’Agaune, archevêque de Lyon;
- Aymon de SAVOIE, abbé bénédictin de St-Maurice d’Agaune, évêque de Sion (avant 1023 - 1053 ou 1054) ;
- Othon Ier de SAVOIE (v. 1023-1078), marquis en Italie (v. 1045), 3e comte de Savoie et de Maurienne (1069) ;
- Adélaïde de TURIN (v. 1025), ép. de Guigues I d'ALBON le Vieux (1000 - 1070), comte d’Albon et de Grésivaudan.
Nous descendons donc trois fois de ce couple.


tombeau de Humbert I de Savoie

Adélaïde de SUZE de TURIN est la fille de Oldéric-Manfer II d'ORIATE et de Berthe de TOSCANE, dont:
- notre Adélaïde de SUZE
- Irmengarde de SUZE

Gélord II de GENÈVE est le fils de Gérold I de GENÈVE (990 - 1023) et de Berthe de FLANDRE

Renaud I de BOURGOGNE est le fils de Otte Guillaume de BOURGOGNE et de Adélaïde Ermentrude de REIMS

Adélaïde de NORMANDIE est la fille de Richard II de NORMANDIE dit "l'Irascible ou le Bon" duc de Normandie de 996 à 1026(927 - 1026)  et de Judith de BRETAGNE  (vers 982 - 1017)


Richard le Bon

Guigues I d'ALBON est le fils de Guigues III de VION, Sire de Vion (990 - 1035) et de Gotelenne de CLÉRIEU. Ils se sont épousés en 1023.

Adélaïde de SAVOIE est, comme nous venons de le voir la fille de Humbert I de SAVOIE Connétable du royaume de Bourgogne, avoué de la reine Hermengarde, comte d'Aoste et de Maurienne (980 - 1er juillet 1048) et de Anchille de NYON. Elle est donc soeur de notre Amédée I de SAVOIE, époux d'Adelegilda d'AOSTE et de  Othon I de SAVOIE, époux d'Adélaïde de SUZE de TURIN

10° Guillaume I de BOURGOGNE est le fils de Renaud I de BOURGOGNE et de Adélaïde de NORMANDIE, que nous avons déjà rencontrés dans la génération précédente.

11°  Plusieurs hypothèses ont été avancées quant à l'origine de Étiennette de VIENNE, sans que l'on sache vraiment quelles étaient ses origines. Cela montre combien la généalogie historique est une science fragile et parfois incertaine.

12° Gérard I de LORRAINE est fils de Gérard de BOURZONVILLE († 1045), comte de Metz, et de Gisèle ?, son épouse. Cette Gisèle est parfois donnée comme fille du duc Thierry Ier de LORRAINE, mais rien ne permet de l'affirmer.

12 °Edwige de NAMUR est fille d'Albert Ier de NAMUR, comte de Namur, et d'Ermengarde de BASSE-LOTHARINGIE. Dont:
- Robert II de NAMUR, comte de Namur.
- Albert II de NAMUR († 1063), comte de Namur
- notre Hedwige (Hadewide) de NAMUR, épouse de Gérard Ier de LORRAINE
- Luitgarde de NAMUR, mariée à Otton, premier comte de Looz.
- Oda ou Goda de NAMUR
- Ermengarde de NAMUR, que des auteurs ont voulu identifier, à tort, à l’épouse d’Otton Ier de CHINY.

13 ° Gaucher II de SALINS est le fils de Gaucher I de SALINS

14° Gerold II de GENÈVE est le fils de Albert de GENÈVE († 1001) et de Eldegarde ?

15° Berthe de FLANDRE est la fille de Baudoin III de FLANDRE dit "Baudoin le Jeune" (940 - † Bergues-Saint-Winoc 962) et de Mathilde de SAXE; dont:
- notre Arnulf II de FLANDRE
- notre Berthe de FLANDRE


le beffroi de Bergues-Saint-Winoc

16° Rodolphe II de RHEINFELDEN est le fils (tardif) de Cuno ou Kuno de RHEINFELDEN (980 - 1047) et de Richilde d'OEHNINGEN (975 - 1026)

17° Adélaïde de SAVOIE, épouse de Rodolphe II de RHEINFELDEN (à ne pas confondre avec son homonyme, épouse de Guigues I D'ALBON) est la fille de Othon I de SAVOIE et Adélaïde de SUZE de TURIN, que nous avons déjà rencontrés. Elle est donc la soeur de nos Amédée II de SAVOIE, Berthe de SAVOIE et Pierre I de SAVOIE

18° Amédée I de SAVOIE est le fils de Humbert I de SAVOIE et de Anchille de NYON que nous avons déjà vus comme parents de nos Adélaïde de SAVOIE (épouse de Guigues I D'ALBON) et Othon I de SAVOIE

19° Louis I de FAUCIGNY est le fils de Siegfroid de FAUCIGNY (975) et de Michèle COLONNA (980)

20° Thetberge de SAVOIE pourrait être la fille de Amédée I de SAVOIE, (décédé en 1051) dit "la Queue", comte de Savoie, comte de Maurienne et de Adelegilda ou Ancilla d'AOSTE. Mais des interrogations existent sur l’identité réelle de son épouse. Quoi qu'il en soit, on lui donne généralement comme enfants:
- notre Thetberge de SAVOIE
- Humbert de SAVOIE (décédé en 1051)
- Aimon de SAVOIE (décédé en 1060)

21° Aimon II de BRIANÇON est le fils de Aimon I de BRIANÇON (1030 - 1080)

22° Robaldo II FIESCHI est le fils de Tedisio I FIESCHI (1100 - 1128)

23° Gaulseran de BAUGÉ est le fils de Raynald de BAUGÉ

24° Humbert II de BEAUJEU est le fils de Guichard II de BEAUJEU et de Riconaire de SALORNAY

25° Wandelmode de THIERN est la fille de Guy II de THIERN Vicomte de Thiern & Comte de Chalon du chef de sa femme et de Adélaïde de CHALON, qui sont également les parents de notre Guy I de CHALON

26° Guy II de THIERN est le fils de Etienne II de THIERN, vicomte de THIERN et de Blanche ?

27° Adélaïde de CHALON est fille de Thibaud de SEMUR comte de CHALON et de Ermentrude d'AUTUN

28° Baudoin II de HAINAUT (ou de FLANDRE) est le fils de Baudoin VI de MONS de FLANDRE (1030 - 17 juillet 1070)
En 1045, il est investi momentanément par l'empereur Henri III de la marche d'Anvers. En 1051, son père lui fait épouser Richilde, veuve du comte Herman de Hainaut, et entre en possession de ce territoire où il devient Baudouin Ier de Hainaut. Pour consanguinité, les époux sont d’abord excommuniés, puis une dispense papale est accordée. Les deux enfants de Herman sont privés de la succession de leur père : son fils Roger, deviendra en 1066 évêque de Châlons-sur-Marne, sa fille entrera dans un monastère. De Richilde de HAINAUT (Mons 1027 - Messines 1087) il sera père de:
- notre BEAUDOIN II de HAINAUT
- Agnès de HAINAUT
- Arnoul III de HAINAUT, comte de Flandre et de Hainaut
D'un premier mariage avec Herman de HAINAUT, Richilde de HAINAUT avait eu:
- Roger de HAINAUT, évêque de Châlons sur Marne
- Gertrude de HAINAUT, religieuse


Richilde de Hainaut

29° Otton II de MONTFERRAT est le fils de Guillaume III de MONTFERRAT, marquis de Montferrat (970 - 1042) et de Waza ?

30° Ernst II de BABENBERG est le fils de Aldabert de BABENBERG "le Victorieux" né vers 985 et décédé à Melk, Autriche le 26 mai 1055 au cours d'un accident de chasse? Sa mère est peut-être une certaine Frowiza ORSEOLO


Aldabert le Victorieux


À la 29ème génération:

1° Nous avons déjà rencontrés à la génération précédente Louis I de FAUCIGNY fils de Sigefroid de FAUCIGNY (975) et de Michèle COLONNA (980)

2° Nous avons déjà rencontrés à la génération précédente Thetberge de SAVOIE fille de Amédée I de SAVOIE et Adelegilda d'AOSTE

3°  Pons Aynard AYNARD est le fils de Aynard I de DOMÈNE, Chevalier et Seigneur de Domène, Montynard, la Pierre et de Adélaïde d'ALBON

4° Humbert I de SAVOIE est fils de Amédée I de PROVENCE

5° Oldéric-Manfer II d'ORIATE est fils de Manfred I d'ORIATE et de Prangarde de MODÈNE-REGGIO

Gérold I de GENÈVE est le fils de Albert de GENÈVE (décédé en 1001) et de Eldegarde...

7° Nous avons déjà rencontrés à la génération précédente  Berthe de FLANDRE fille de Baudoin III de FLANDRE et de Mathilde de SAXE

Adélaïde Ermentrude de REIMS est la fille de Renaud de ROUCY et de Albérade de HAINAUT

Richard II de NORMANDIE est le fils de Richard I de NORMANDIE "sans peur", duc de Normandie (Fécamp vers 930 - 996) et de Emma de FRANCE, fille d'Hugues le GRAND est soeur d'Hugues CAPET


Statue de Richard Ier sur le socle de la statue du Conquérant à Falaise

Dont avec Emma de FRANCE:
- Richard II, son successeur ;
- Robert, comte d'Évreux et archevêque de Rouen ;
- Mauger, comte de Corbeil ;
- Emma, future reine des Anglo-Saxons (par son premier mariage avec Ethelred II), puis des Danois (par ses secondes noces avec Knut II) ;
- Havoise, épouse de Geoffroy, comte de Rennes ;
- Mathilde († 1004), épouse d'Eudes II de Blois, comte de Blois, première abbesse de l'abbaye aux Dames de Caen.

Il est probable que le duc Richard eut d'autres concubines, des « frilla » (concubine à la manière danoise), et de nombreux bâtards dont :
- Godefroi de Brionne († 1015), comte d'Eu et de Brionne (cf. famille De Clare) ;
- Guillaume de Brionne († 1058), comte d'Hiémois, qui succèdera à son neveu Gilbert de Brionne († 1040), à Eu.
- Robert, comte de l'Avranchin (ou comte de Mortain)
- Papie
- Béatrice, abbesse de Montivilliers.

10° Judith de BRETAGNE est la fille de Conan I de BRETAGNE dit "le Tort" comte de Rennes à partir de 970 et duc de Bretagne de 990 à 992, décédé le 27 juuin 992 et Ermengarde d'ANJOU.
Conan Ier était le fils de Juhel Bérenger. Après s’être débarrassé de la tutelle de Wicohen, l’archevêque de Dol-de-Bretagne, qui avait imposé sa suzeraineté à son père, Conan est mentionné pour la première fois comme « Conanus comes Britanniae » le 16 août 979 à la cour du comte Eudes de Chartres.
Conan prend ensuite le contrôle du Vannetais en s’alliant avec Orscand le Grand, évêque de Vannes (970-992). La première et victorieuse bataille de Conquereuil disputée contre Hoël de Nantes en 981 ne lui permet pas d’imposer sa suzeraineté sur le Nantais en raison d'une cruelle blessure qu'il y a reçu et qui l'oblige à retourner à Rennes, l'empêchant de pousser son avantage.
Après la disparition du comte Guérech de Nantes, il met la main sur le comté de Nantes en 990 après la mort de son jeune héritier le comte Alain et aurait été proclamé "duc de Bretagne". Lors de la confirmation d’une donation faite à l’abbaye du Mont-Saint-Michel, le 28 juillet 990 en présence de l’ensemble des évêques de Bretagne, Conan prend le titre de « Princeps Britannorum ». Raoul Glaber, moine franc contemporain déclarera qu'il se sera fait couronner à la manière des rois.
Le nouveau comte d'Anjou (Foulques Nerra) s’inquiétant de son ascension politique se proclame le défenseur des intérêts de la maison de Nantes et il lui livre combat. Conan Ier est tué dans la défaite, lors de la seconde bataille de Conquereuil le 27 juin 992.
Le château de Conan le Tort se trouvait à le'emplacement de l'actuelle place Bouffay à Nantes.
Conan Ier de Bretagne fut inhumé dans l’église abbatiale du Mont-Saint-Michel dont il était le bienfaiteur.

Ils ont également été parents de:
- Geoffroi I de BRETAGNE

Bien qu’aucune autre épouse ne lui soit connue, les trois fils suivants ne sont jamais considérés comme des enfants d’Ermengarde.
- Judicaël de Vannes, évêque de Vannes en 992/1008, mort le 13 juin 1037.
- Catualon abbé de l’Abbaye Saint-Sauveur de Redon de 1019 à 1040.
- Urvod mentionné en 1026 dans une charte d’Alain III de Bretagne.

11° Guigues III de VIONest le fils de Guigues II de VION, Seigneur de Vion (965 -1009) et de Frédéburge de VIENNE

12° Gotelenne de CLÉRIEU est la fille de Silvion de CLÉRIEU (955) et de Willa de VIENNE (940)

13° Albert I de NAMUR est le fils de Robert I de NAMUR, comte de Namur de 946 à sa mort

14° Ermengarde de BASSE-LOTHARINGIE est la fille de Charles de BASSE-LOTHARINGIE, duc de Basse-Lotharingie (Laon 953 - Orléans 12 juin 991).
Certains historiens placent la date de fondation de Bruxelles en 979, mais aucune source écrite, sinon ultérieure, ou archéologique n'a permis à ce jour de corroborer cette date. Une source assez tardive, notamment un poème en vers thiois du 14/15ème siècle, suggère que le duc Charles possédait (ou fréquentait) la chapelle de Saint-Géry. L'historien Jean-Baptiste Gramaye (1579 - 1635) a interprété cette phrase: selon lui, il y avait eu jadis à Bruxelles un castrum avec une chapelle castrale sur l'île de Saint-Géry. Parce qu'aucune source contemporaine ne mentionne ce castrum, et à défaut de fouilles archéologiques, cette interprétation doit être envisagée avec réserve.
En 1666 la sépulture de Charles est retrouvée dans la basilique Saint-Servais à Maastricht aux Pays-Bas. Il semble que sa dépouille y ait été inhumée seulement en 1001, ce qui conduit certains auteurs à considérer qu'il est mort à cette date.


Maastricht: la basilique Saint Servais où est enterré Charles de Basse-Lotharingie


Charles de France, duc de Basse-Lotharingie, avec la légende Fondateur de Bruxelles,
lithographie d'époque romantique, imprimée aux environs de 1850, qui concrétisait l'opinion de la plupart des historiens bruxellois.


15° Gaucher I de SALINS est le fils de Aramburge de CHALON

16° Albert de GENÈVE est le fils de Conrad I de GENÈVE († 963)

17° Baudoin VI de MONS de FLANDRE est fils de Baudoin V de FLANDRE, dit le Pieux, né à Arras en 1012, décédé à Lille le 1er septembre 1067 où il est inhumé dans le choeur de la collégiale Saint-Pierre), comte de Flandre (1012-1067).


Lille, représentation de l'ancienne collégiale Saint-Pierre (détruite au 19è siècle)

Baudouin fut régent de France (1060-1066) pour son neveu par alliance le roi Philippe Ier de France.
Le futur Baudouin V est d’abord un fils turbulent, en révolte contre son père. Après son prestigieux mariage avec Adéle de FRANCE, il n’hésite pas à se mettre à la tête des barons flamands révoltés qui chassent Baudouin IV. Ramené à la soumission après l’intervention du duc Robert de Normandie et le retour de son père, il devient, après la mort de ce dernier, l’un des plus puissants vassaux du roi de France.
En 1051, Richilde de Hainaut se retrouve veuve. Alléché par la perspective de placer le Hainaut dans l’escarcelle de sa famille, Baudouin V enlève Richilde pour la destiner à son fils aîné. L’évêque de Cambrai Lietbert fulmine naturellement l’excommunication pour consanguinité, mais le pape Léon IX accorde une dispense et lève la sanction après quelques années: l’aîné du comte de Flandre devient le comte Baudouin Ier de Hainaut, promettant l’unification des deux comtés.
En 1060, à la mort de son beau-frère Henri Ier, il devient tuteur du nouveau roi Philippe Ier, puis seul régent de France après le remariage de la reine Anne de Kiev. En tant que tel, il s’interdit d’accorder l’aide de la France à Guillaume le Bâtard, duc de Normandie, qui projette de conquérir l’Angleterre, mais lui accorde celle des Flamands, le futur Conquérant ayant épousé sa fille Mathilde.
Baudoin VI et Adéle de FRANCE, comtesse de Corbie ont eu 3 enfants:
- notre Baudoin VI de FLANDRE
- Mathilde de FLANDRE (1032 † 1083), mariée en 1053 à Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, neveu de Richard III.
- Robert Ier de FLANDRE, dit aussi Robert le Frison (1033-1093)

18° Mathilde de SAXE est la fille de Hermann I de SAXE margrave en 953, puis procurator regis du duché de Saxe en 962 (920 - 973) et de Hildegarde de WESTBURG

19° Cuno de RHEINFELDEN est le fils de Albert de RHEINFELDEN (950) et de Agnès de LEBARTEN

20° Raynald de BAUGÉ est le fils de Rodolphe de BAUGÉ

21° Guichard II de BEAUJEU est le fils de Humbert I de BEAUJEU et de Adélaïde ?

22° Guy II de  THIERN est le fils de Etienne II de THIERN et de Blanche ?

23° Adélaïde de CHALON est la fille de Thibaud de SEMUR, comte de Chalon et Ermentrude d'AUTUN

24° Aldabert de BABENBERG est le fils de Léopold I de BABENBERG "l'Illustre" (vers 940 - Wurzbourg 994, touché par une flèche lors d´une tentative d´assassinat de son cousin Henri de la lignée de Schweinfurt) premier margrave d'Autriche de la maison de Babenberg...


Le margrave Leopold Ier l'Illustre. Extrait de la généalogie des Babenberg, Abbaye de Klosterneuburg (1489 - 1492)

... et de Richarda d'EPPENSTEIN


Marquise Richwardis (Rikchard), épouse de Léopold Ier (Extrait de l´arbre généalogique des Babenberg, Abbaye de Klosterneuburg)

Dont:
- Henri Ier de BABENBERG, né vers 965, mort le 23 juin 1018, son successeur en tant que margrave d´Autriche (994-1018)
- Judith de BABENBERG
- Ernest de BABENBERG, né vers 970/984, mort le 31 mai 1015, duc de Souabe (1012-1015), époux de Gisèle, la fille du duc Hermann II de Souabe
- Poppon de BABENBERG, né vers 986, mort le 16 juin 1047, archevêque de Trèves (1016-1047)
- Adalbert de BABENBERG, né vers 985, mort le 26 mai 1055, margrave d´Autriche (1018-1055) et successeur de Henri Ier.
- Cunégonde de BABENBERG
- Hemma de BABENBERG, mariée au comte Rapoto de Dießen
- Christine de BABENBERG, nonne dans un cloître à Trèves
- Luitpold de BABENBERG ?, archevêque de Mayence (1051-1059)

À la 30ème génération:

Adélaïde d'ALBON est la fille de Guigues I d'ALBON, dit le Vieux, Comte d'albon, Sire de Vion et, probablement, de Adélaïde de SAVOIE. Elle est donc la soeur de notre Guigues II d'ALBON, déjà cité ci-dessus.

Manfred I d'ORIATE est fils de Audouin d'ORIATE

Prangarde de MODÈNE-REGGIO est la fille de Adalbert-Atto de MODÈNE-REGGIO, comte et de Ildegarde...

Albert de GENÈVE est fils de Conrad I de GENÈVE, décédé en 963, et de Gilde...

Baudoin III de FLANDRE est le fils de Arnulf I de FLANDRE, décédé en 964 et de Adèle de VERMANDOIS (910 - 960)

Mathilde de SAXE est la fille de Hermann I de SAXE margrave en 953, puis procurator regis du duché de Saxe en 962 (920 - 973) et Hildegarde de WESTBURG

Albérade de HAINAUT est le fille de Gilsbert de LOTHARINGIE et de Gerberge de SAXE (913 - 984); dont:
- notre Albérade de HAINAUT
- Henri de LOTHARINGIE Duc titulaire de Lotharingie († 944)
- Geberge de LOTHARINGIE

Richard I de NORMANDIE est le fils naturel de Guillaume I de NORMANDIE, dit "Longue épée", duc de Normandie (910 - 942)
Il est assez difficile de brosser un portrait du nouveau jarl des Normands de la Seine. En effet, le récit de Dudon de Saint-Quentin, notre principal informateur, tend parfois à l'hagiographie. Néanmoins, il est indiscutable que Guillaume fut un vrai chrétien à la différence de son père. Après 935, il épousa chrétiennement Liégarde, fille d'Herbert II, comte de Vermandois. Le jarl fit différentes donations aux chanoines du Mont-Saint-Michel et restaura l'abbaye de Jumièges dans laquelle il songea à se retirer.


ancienne vue de l'Abbaye de Jumiège (les clochers n'existent plus actuellement)

Le 17 décembre 942, Guillaume I de NORMANDIE est invité par Arnoul (Arnuf I) de FLANDRE à une entrevue, manigancée par les principaux princes francs, hostiles à la montée en puissance de la Normandie, au prétexte d'un accord, dans un lieu nommé Picquigny. À peine la paix signée par les deux princes, sur une île de la Somme, il est traîtreusement assassiné, vraisemblablement par Baudoin, fils du comte de Cambrai, sur ordre d'Arnoul Ier.
Ses fidèles récupérèrent son corps. On retrouva sur lui une clef, clef ouvrant un coffre renfermant une bure, la bure des moines. Son tombeau se trouve en la cathédrale de Rouen.


assassinat de Guillaume Longue Épée

Guillaume I de NORMANDIE a été marié deux fois:
- à Liégarde, fille Herbert II, comte de Vermandois. Mariage chrétien, sans descendance. Veuve, elle se remarie avec Thibaud le Tricheur, comte de Blois
à Sprota...  bretonne épousée more danico ("à la manière danoise"), mariée ensuite à Esperlenc, qui est la mère de Richard I de NORMANDIE


La statue funéraire de Guillaume Longue Épée, dans la cathédrale Notre-Dame de Rouen


Emma de FRANCE est le fille de Hugues de FRANCE "le Grand" (vers 898 - 16 juin 956 à Dourdan) comte de Paris, marquis de Neustrie de 923 à 956, puis duc des Francs à partir de 936, comte d'Auxerre de 954 à sa mort et de Edwige ou Mathilde de SAXE
De Raingarde sa concubine, il eut:
- Herbert ou Héribert (†996) qui fut évêque d'Auxerre.
Il se maria à une fille de Roger du Maine vers 914, puis vers 926 à Eadhilda de Wessex (ou Édith), fille d'Édouard l'Ancien, et enfin à Hedwige de SAXE
Dont:
- Béatrice de FRANCE, mariée à Frédéric Ier, comte de Bar et duc de Haute-Lotharingie
- Hugues CAPET, roi des Francs en 987,marié à Adélaïde de POITIERS le 3 juillet 987 à Noyon
- Emma de FRANCE, mariée à Richard Ier, duc de Normandie
- Otton de BOURGOGNE, duc de Bourgogne ;
- Eudes-Henri de BOURGOGNE, duc de Bourgogne

10° Conan I de BRETAGNE serait le fils de Juhel ou Judicaël-Béranger de RENNES, comte de Rennes vers 930 à 970 et de Gerberge de NANTES

11° Guigues II de VION est le fils de Guigues I de VION seigneur de Vion (940 - 996) et de Fredeburga ?


Vion (Ardèche) l'église

12° Charles de BASSE-LOTHARINGIE est le fils de Louis IV de FRANCE dit "d'outre-mer", roi de France de 936 à 954 (né 921 - † Péronne 10 septembre 954)
Après la déchéance en 922 de son père le roi Charles III le Simple, sa mère et le prince Louis, âgé de deux ans, se réfugient en Angleterre (d’où son surnom d’Outremer), à la cour de son grand-père maternel Édouard l'Ancien, puis à celle de son oncle Æthelstan, rois de Wessex. Devenu l'héritier carolingien par la mort en captivité de Charles III (929), il est rappelé d'Angleterre par le puissant marquis de Neustrie Hugues le Grand afin de succéder au roi Raoul mort au début de l'année 936, laquelle marque alors le retour de la dynastie carolingienne.
Son règne riche en rebondissements nous est avant tout connu par les Annales de Flodoard puis plus tardivement par les Histoires de Richer de Reims. Une fois au pouvoir, Louis d'Outremer souhaite s'éloigner de Hugues le Grand devenu duc des Francs et seconde personnalité du royaume après le roi. Dans un premier temps il se lance à la conquête de la Lotharingie (939). Cette expédition est un échec et son beau-frère Otton Ier ne tarde pas à le soumettre en assiégeant la cité de Reims (940). Dans un second temps, après la mort du comte des Normands Guillaume Longue Epée, Louis IV tente de prendre à son compte le gouvernement de Normandie mais il est kidnappé par les hommes de Hugues le Grand (945).
Le concile d'Ingelheim (948) permet l'excommunication du duc des Francs et la libération définitive de Louis IV. À partir des années 950, le roi s'impose progressivement dans le Nord-Est de son royaume en tissant de nombreuses fidélités (notamment avec les Vermandois) sous la nouvelle protection ottonienne. Il meurt accidentellement d'une chute de cheval entre Laon et Reims en 954....


couronnement  de louis IV

... et de Gerberge de SAXE (913 - 984) qui, remariée avec Gilsbert de LOTHARINGIE sera mère de:
- notre Albérade de HAINAUT épouse de Renaud de ROUCY
- Henri de LOTHARINGIE

13° Aramburge de CHALON est le fils de Adélaïde de BOURGOGNE (Orbe, canton de Vaud vers 931 - Seltz, Bas-Rhin 999)

14° Conrad I de GENÈVE  est le fils de Albitus de GENÈVE, Comte de Genève et de Odda...

15° Baudoin V de FLANDRE est le fils de Baudoin IV de FLANDRE Comte de Flandre (987 - 1035) dit le Barbu (décédé en 1035)
Baudouin se préoccupa particulièrement de l'est et du nord de son comté, laissant la partie méridionale dans les mains de ses vassaux, les comtes de Guines, de Hesdin, et de Saint-Pol.
En 1006, Baudouin IV s'empara de la ville de Valenciennes, en terre d'empire. En conséquence, il dut faire face à une coalition réunissant le roi de Germanie Henri II, le roi Robert le Pieux et le duc Richard II de Normandie. L'expédition fut un échec pour cette coalition.
Vers 1012, il épouse en premières noces Ogive de Luxembourg (v. 990 † 1030), fille de Frédéric de Luxembourg, comte en Moselgau, et a deux enfants:
- Baudouin V (1012 † 1067), comte de Flandre
- Ermengarde, mariée à Adalbert († 1032), comte de Gand
Veuf, il se remarie en avril 1031 avec Éléonore de Normandie (v. 1010 † v. 1071), fille de Richard II de NORMANDIE, et de Judith de BRETAGNE. Ils ont :
- Judith (1037 † 1094), mariée en 1058 à Tostig Godwinson († 1066), comte de Northumbrie, puis vers 1071 Welf IV († 1101), duc de Bavière
- Une fille, mariée avec Régnier de Louvain, châtelain à Ename en 1033/1034, fils du comte Lambert Ier de Louvain.

16° Adèle de FRANCE est la fille de Robert II de FRANCE "le Pieux"roi de France (972 - 20 juillet 1031) et de Constance D'ARLES
Robert II est né à Orléans vers 9721 et est mort au château de Melun le 20 juillet 1031. Fils d’Hugues Capet et de son épouse Adélaïde d'Aquitaine, il est le deuxième roi franc de la dynastie capétienne. Il règne de 996 à 1031 et est ainsi l'un des souverains de l’an mil.
Associé dès 987 à la royauté, il assiste son père sur les questions militaires (avec le siège par deux fois, en 988 et 991 de Laon). Sa solide instruction, assurée par Gerbert d'Aurillac à Reims, lui permet de s’occuper des questions religieuses dont il devient rapidement le garant (il dirige le concile de Verzy en 991 et celui de Chelles en 994). Poursuivant l’œuvre politique de son père, après 996, il parvient à maintenir l’alliance avec la Normandie et l’Anjou et à contenir les ambitions d'Eudes II de Blois.
Au prix d’une longue lutte débutée en avril 1003, il conquiert le duché de Bourgogne qui aurait dû lui revenir en héritage à la mort, sans descendance directe, de son oncle Henri Ier de Bourgogne, mais que ce dernier avait transmis à son beau-fils Otte-Guillaume.
Les déboires conjugaux de Robert le Pieux avec Rozala d'Italie et Berthe de Bourgogne (qui lui valent une menace d’excommunication), puis la mauvaise réputation de Constance d'Arles, contrastent étrangement avec l’aura pieuse, à la limite de la sainteté, que veut bien lui prêter son biographe Helgaud de Fleury dans la Vie du roi Robert le Pieux (Epitoma vitae regis Roberti pii). Sa vie est alors présentée comme un modèle à suivre, faite d’innombrables donations pieuses à divers établissements religieux, de charité envers les pauvres et surtout de gestes considérés comme sacrés, telle que la guérison de certains lépreux : Robert est le premier souverain considéré comme thaumaturge. La fin de son règne révèle la relative faiblesse du souverain qui doit faire face à la révolte de son épouse Constance d'Arles puis de ses propres fils (Henri et Robert) entre 1025 et 1031.


sceau de Robert II

17° Hermann I de SAXE est le fils de Billung IV de STUBENSKORN comte de Lunébourg (900 - 967) et de Ermengarde de NANTES (900). Dont:
- Wichman Billungen de SAXE (916- 944) qui épouse Frédérune de FRANCE (909  944) dont:
• Ludolf I de BRUNSWIJK (940 - 993)
- notre Hermann de SAXE I
- Amelung de BELLUNG évêque de Verdun en Lotharingie († 962)

18° Agnès de LEBARTEN est le fille de Othon III de LEBARTEN, Comte de Lebarten et de Lukharde de LINSELSTEIN

19°  Rodolphe de BAUGÉ est le fils de Hugues IV de BAUGÉ

20° Etienne II de THIERN est le fils de Orbert de THIERN

21° Thibaud de SEMUR est le fils de Geffroi II de SEMUR Seigneur de Semur en Brionnais & de Donzy (vers 955 - 990) et de Mathilde ou Mahaut de CHALON

22° Ermentrude d'AUTUN est le fille de Hugues I d'AUTUN Comte d'Auxerre

23° Baudoin V de FLANDRE est le fils de Baudoin IV de FLANDRE "le Barbu" Comte de Flandre (987 - 1035) décédé le 30 mai 1035. Son surnom est dû à sa brune et large barbe, merveilleusement belle et bien séante.
Après avoir fait épouser Adèle de France, fille du roi Robert II, à son fils le futur Baudouin V, il doit essuyer une révolte de ce dernier, qui s’est mis à la tête de barons mécontents. Baudouin IV est même chassé de son comté et doit se réfugier en Normandie. Avec le puissant appui de son protecteur, le duc Robert, il récupère néanmoins très rapidement ses possessions et en matant la rébellion et en soumettant son fils à Audenarde, 12 septembre 1028.
Sous son gouvernement, Dunkerque est fondée ; Bruges reçoit les premières libertés communales de Flandre et des murailles commencent à ceindre la ville de Lille. Baudouin IV a dû faire face au danger d’émiettement féodal, qui avait frappé à un niveau de maillage plus lâche tout l’empire carolingien au siècle précédent. Il a affirmé son autorité dans ses états de deux façons : d’une manière très ferme sur sa région de base, c’est-à-dire les pays de Gand, de Bruges, de Lille et de St-Omer ; d’une façon plus discrète sur le reste du territoire. On note ainsi l’émergence de plusieurs familles nobles (Aubigny, Béthune, Faucquembergue, Houdain, Lens, Lillers, Pas, Phalempin, Wavrin): vers 993-994, Baudouin IV a en effet institué les “comitati” ("comtés"), à l’origine quatre circonscriptions administratives, qui, en se fractionnant donneront naissance au onzième siècle aux châtellenies, dont les familles mentionnées ont la responsabilité, sans être seigneurs de la terre. Un moyen pour le comte de garder la mainmise sur l’ensemble de son territoire, sans devoir agir directement sur chacun de ses éléments.
Il imposa également la Trêve de Dieu dans les diocèses d'Arras et de Tournai. Baudouin IV est le véritable fondateur de la puissance flamande dans ses limites historiques....


Baudoin IV de Flandre

... et de Ogive de LUXEMBOURG; dont:
- Baudouin V de FLANDRE (1012 † 1067), comte de Flandre
- Ermengarde de FLANDRE, mariée à Adalbert († 1032), comte de Gand
Veuf, il se remarie en avril 1031 avec Éléonore de Normandie (v. 1010 † v. 1071), fille de Richard II de NORMANDIE, duc de Normandie, et de Judith de BRETAGNE. Ils ont :
- Judith de FLANDRE (1037 † 1094), mariée en 1058 à Tostig Godwinson († 1066), comte de Northumbrie, puis vers 1071 Welf IV († 1101), duc de Bavière
- Une fille, mariée avec Régnier de Louvain, châtelain à Ename en 1033/1034, fils du comte Lambert Ier de Louvain.

24° Léopold I de BABENBERG est le fils de Arnulf I de BAVIÈRE "le Mauvais" (892 - 937)  duc de Bavière de 909 à 914, puis de 919 à 937 et margrave de Nordgau et de Judith de SULICHGAU.
Sept enfants sont issus de cette union :
- Eberhard de BAVIÈRE (912-940), duc de Bavière de 937 à 938 date de sa destitution, en 935 il épousa Luitgarde von Methingau
- Arnulf II de BAVIÈRE mort en 954
- Hermann de BAVIÈRE (917)
- Henry de BAVIÈRE
- Judith de BAVIÈRE (919-978), elle épouse Henri Ier de Bavière (920-955)
- Louis de BAVIÈRE (930-974)
- Léopold Ier de BABENBERG, margrave d'Autriche de 976 à 994

25° Richarda d'EPPENSTEIN est la fille de Ernst IV du SUALAFELDGAU


À la 31ème génération:

Audouin d'ORIATE est le fils de Audoin I d'ORIATE

Adalbert de MODÈNE-REGGIO est le fils de Seigfried de LUCAS

Conrad I de GENÈVE est le fils de Albitus de GENÈVE, Comte de Genève et de Odda...

Arnulf I de FLANDRE est fils de Baudoin II de FLANDRE dit Baudouin le Chauve (863 - 918) Comte de Flandre de 879à 918
Mineur à son avènement, il voit ses états subir une attaque sans précédent des Vikings : les hommes du Nord détruisent Thérouanne, ravagent tout le pays et pillent les abbayes, semant mort et désolation sur leur passage. Ils passent l’hiver 880 à Gand. Au printemps 881 Tournai est pillée ; en 882, c’est le tour de Cambrai et d’Arras ; en 883, ils passent à Boulogne, Sithiu, Saint-Riquier, Furnes, à nouveau à Thérouanne, puis reviennent à Gand. Après un raid en Rhénanie, ils pillent Arras et se fortifient à Condé (885), puis à Courtrai (886). Le chef viking Rollon ravage la région de Saint-Bertin, à défaut de pouvoir s’emparer de la cité où les habitants résistent. En réaction, Baudouin II construit de nombreuses citadelles fortifiées, les bourgs ou “burchen”, confiés à des châtelains : ainsi en est-il d’Ypres, de Courtrai, de Bergues-Saint-Winoc, de Gand, de Bruges, de Saint-Omer. L'édification de ces bourgs caractérise le règne de Baudouin II, et marque le début de l’âge féodal dans la région. Cependant, comme dans le reste de la Neustrie, le problème viking ne trouvera sa solution que sous Charles le Simple qui, par le traité de Saint-Clair-sur-Epte permet à Rollon de s'établir sur la Normandie d'aujourd'hui.
Après la déposition de Charles le Gros, et l’élection d’Eudes (888) au trône de France, le comte de Flandre, d’ascendance carolingienne (il a été surnommé le Chauve non à cause d’une calvitie, mais en souvenir de son grand-père Charles1) soutient la cause de Charles le Simple, alors que le comte de Vermandois Herbert II trahit sa cause et reconnaît Eudes comme souverain. Le frère de Baudouin II, le comte de Cambrai Raoul (ou Rodolphe), pénètre alors en Vermandois, s’empare de Péronne et de Saint-Quentin, mais ces villes sont reprises par Herbert, et Raoul périt dans un guet-apens le 17 juin 896. Baudouin aurait alors commandité le meurtre d’Herbert, qui entre-temps, s’était rallié à la cause de Charles le Simple.
Malgré une réconciliation passagère (la fille d'Herbert, Alix ou Adèle de Vermandois, est fiancée au fils aîné de Baudouin, Arnoul), les hostilités reprennent, le comte de Flandre s’opposant cette fois au roi Charles, qui avait favorisé Herbert. Celui-ci reprend Péronne qui avait été occupée une nouvelle fois, et s’empare de Saint-Omer, du château de St-Vaast, et de son abbaye. Le roi en donne alors bénéfice à l’archevêque de Reims, Foulques le Vénérable, qui l’échange bientôt contre Saint-Médard près de Soissons. Ce qui n’empêche pas la rancœur de Baudouin qui  n’hésite pas à faire assassiner Foulques le Vénérable par Winemare, châtelain de Lillers, le 17 juin 900.


couronnement de Baudoin II

De sa femme Elstrude (ou Ælfthryth) d'ANGLETERRE (décédée en 929), fille du roi Alfred le Grand d'Angleterre, il avait eu deux fils qui se partagèrent ses possessions, et deux filles:
- notre Arnulf (ou Arnoul) I de FLANDRE
- Adalolphe de FLANDRE, comte de Boulogne
- Ealswid de FLANDRE
- Ermentrude de FLANDRE

Adèle de VERMANDOIS est la fille de Herbert II de VERMANDOIS comte de Vermandois, de Soissons et de Meaux (880 - 23 février 943) et Adèle de FRANCE; dont:
- Eudes de VERMANDOIS (v.915 † ap.946), comte d'Amiens ;
- notre Adèle de VERMANDOIS († 960), mariée en 934 à Arnoul Ier (890 † 964), comte de Flandre ;
- Hugues de VERMANDOIS (920 † 962), comte et évêque de Reims ;
- Liutgarde de VERMANDOIS, mariée vers 937 à Guillaume Ier  de NORMANDIE, dit Longue-épée († 942), duc de Normandie, puis vers 943 à Thibaud Ier le Tricheur († 975), comte de Blois ;
- Herbert III de VERMANDOIS dit le Vieux (v.927 † 982), comte d'Omois ;
- Robert Ier de VERMANDOIS (v. 932 † ap.966), comte de Meaux et de Troyes ;
- Albert Ier de VERMANDOIS (v. 934 † 987), comte de Vermandois

Selon Raoul Glaber et aussi Dom Le long qui rapporte une mémoire locale, Herbert II de VERMANDOIS aurait été pendu sur ordre de Louis IV d'Outremer

5°  Gerberge de SAXE est la fille de Henri I de GERMANIE, dit l'Oiseleur (876 - Roi de Germanie (919-936), Empereur de Saxe
Il est duc de Saxe depuis 912, roi de Francie orientale (Germanie) de 919 à sa mort en 936. Il se trouve donc être à l'origine des deux dynasties qui vont régner sur l'Allemagne et la France au cours d'une grande partie du IIe millénaire, puisqu'il est le père d'Otton Ier, premier empereur du Saint-Empire, et le grand-père de deux rois de France, Louis V et Hugues Capet, fondateur de la dynastie capétienne. Henri sera l’un des héros du Lohengrin de Richard Wagner (1850).


l'Empire à la fin du règne de Henri I de Germanie

Henri I de GERMANIE épouse en 906 Hateburge de ALSTADT, fille du comte Erwin de SAXE, qui lui donne un fils:
- Thankmar de GERMANIE, lequel est tué le 28 juillet 938 à la bataille d'Eresburg en luttant contre son frère Otton Ier du Saint-Empire. Il se sépare de sa première épouse en 909
Henri se remarie la même année au château de Wallhausen, près de Sangerhausen avec Mathilde de RINGELHEIM (Sainte Mathilde de Reingelheim) (890 - 14 mars 968), qui lui donne cinq enfants :
- notre Gerberge de SAXE, (913 - 5 mai 969 selon certaines sources, ou 984 selon d'autres), mariée à Gislebert de Lotharingie, puis à Louis IV d'Outremer, roi de France.
- Otton II de GERMANIE, (23 novembre 912 - 7  mai 973), qui devient empereur sous le nom d'Otton Ier le Grand.
- Hedwige de SAXE, (920 - 10 mai 965), épouse d'Hugues le Grand, a pour fils Hugues Capet, futur roi de France, Otton de Bourgogne et Henri Ier de Bourgogne, qui deviendront ducs de Bourgogne et Emma de FRANCE
- Henri Ier de BAVIÈRE, (v. 920 - 1er novembre 956), duc de Bavière et de Lotharingie.
- Brunon de GERMANIE (v. 928 - 965), archevêque de Cologne et duc de Lotharingie.


Mathilde de Saxe (représentation moderne)


Sceau d’Henri Ier de Germanie

6°  Guillaume I de NORMANDIE est le fils de Rollon de NORMANDIE (vers 860 - 931) chef viking à l'origine du duché de Normandie. En 911, en contrepartie de l'arrêt de ses pillages, il reçoit du roi Charles le Simple un territoire autour de Rouen. Environ cent ans plus tard, cette concession deviendra le duché de Normandie. L’une de ses frilla (épouse à la manière danoise) les plus connues fut Poppa de BAYEUX, fille du comte franc Bérenger de Bayeux, tué en personne par Rollon lors de la prise de la ville, après son siège par ses Vikings. Elle est probablement la mère de Guillaume I de NORMANDIE


Statue de Rollon, à Rouen (jardins de l'Hôtel de Ville)

Après son baptême, Rollon reçoit une épouse officielle, Gisèle, fille du roi Charles le Simple, princesse capétienne âgée au plus de quatre ans

Hugues de FRANCE est la fille de Robert I de FRANCE, Roi de Francie occidentale, Comte de Paris (vers 860 - 15 janvier 923). et de Béatrice de VERMANDOIS. Il fut couronné roi des Francs à Reims par l'archevêque de Sens, Gautier, le dimanche 30 juin 922. Charles III le Simple rassembla une armée et marcha contre Robert, et le 15 juin 923, Robert fut tué par Fulbert, Faubert, Foubert au cours de la bataille de Soissons.
dont:
- Emma de FRANCE, mariée vers 918 avec Raoul, duc de Bourgogne, puis roi de France.
- Hugues le Grand, duc des Francs, qui fut le père d'Hugues Capet.
- Richilde


Robert I de France

d'un premier mariage avecAélis ou Adèle du MAINE était issue:
- Adèle de FRANCE, épouse de Herbert II de VERMANDOIS

Edwige de SAXE est la fille de Henri I  de GERMANIE "l'oiseleur" Roi de Germanie (919-936), Empereur de Saxe (876 - 936) et de Mathilde de RINGDLHEIM que nous avons vu un peu plus haut. Elle est donc la soeur de Gerberge de SAXE

Juhel de RENNES est le fils de Béranger de RENNES

10° Gerberge de NANTES est la fille de Alain II de BRETAGNE "Barbetorte" duc de Bretagne et de Roscille d'ANJOU

11° Guigues II de VION est le fils de Guigues I de VION (920 - 957) Seigneur de Vion et de Frédéburga... née en 945

12° Louis IV de FRANCE  est le fils de Charles III de FRANCE, dit le Simple, Roi de France de 877 à 879.
Ce fils posthume et légitime du roi de Francie Louis II le Bègue († le 10 avril 879) et de sa seconde épouse Adélaïde n'est qu'un prince héritier de cinq ans après la disparition des ses frères issus du premier lit royal, Louis III mort en 882 et Carloman II en 884. Il est ainsi facilement écarté du trône par les grands de Francie occidentale. Sa jeunesse ne convient pas aux impératifs de défense en cette période troublée, sous la triple menace nordique, sarrazine et magyare. Le jeune Charles est placé en 885 sous la tutelle de l'empereur Charles III le Gros. Après la destitution et l'abdication de ce dernier, le robertien Eudes, vaillant défenseur face aux Normands de Paris assiégé durant l'hiver 885-886, se fait élire roi en février 888.
Sacré roi des Francs occidentaux le 28 janvier 893 par l'archevêque de Reims Foulques, le jeune Charles ne peut régner sur l'ensemble du royaume qu'à partir de la mort d'Eudes survenue le 3 janvier 898. Il est aussi roi de Lotharingie de 911 à 923. Sous son règne, de puissantes principautés en Flandre, Bourgogne, Aquitaine et France robertienne, adaptées à l'époque troublée, se rendent de plus en plus incontournables et indépendantes. Le pouvoir régalien éprouve d'énormes difficultés à s'imposer en raison des multiples rivalités de pouvoir.
La fin du règne, qui voit la prédominance d'un conseil régalien d'origine lotharingienne, est catastrophique :
Charles est déposé par les grands du royaume le 30 juin 922.
La bataille de Soissons, 15 juin 923, sans vainqueur décisif, ouvre la voie à des rixes et querelles innombrables qui amène la ruine du parti royal et valorise le champ des ambitions des conjurés.
La bonne volonté pacificatrice de Charles abandonné est trompée. Attiré dans une réunion de médiation en fin d'été 923, le souverain est capturé par un guet-apens organisé par Herbert II de Vermandois, qui le laisse végéter en captivité à Péronne jusqu'à sa mort en 929, même si son geôlier, un temps en conflit avec Raoul de Bourgogne, fait mine de chercher à le rétablir sur son trône, en 927.


Portrait de Charles III le simple figurant dans le Recueil des rois de France de Jean du Tillet (Bibliothèque nationale de France)

Il épouse Hedwige de WESSEX (904 - 951) Princesse anglo-saxonne et reine de la dynastie franque des Carolingiens. Fille d'Édouard l'Ancien, roi de Wessex et d'Angleterre, et de la noble Elfleda, elle épouse le roi de Francie occidentale Charles III de FRANCE entre 917 et 919. Elle lui donne un héritier, le futur Louis IV de FRANCE.
Lorsque son mari est capturé et fait prisonnier par le comte de Vermandois Herbert II en juillet 923, Edwige s'enfuit chez son père et fait élever son fils Louis dans sa propre famille.
En 936, elle revient en Francie lorsque son fils est rappelé pour être couronné sous le nom de Louis IV de FRANCE dit d'Outremer. Elle se retire ensuite comme abbesse laïque à l'abbaye royale Notre-Dame de Laon jusqu'en 951, année au cours de laquelle elle se remarie, ironie du sort, avec le comte d'Omois Herbert le Vieux (910/926 - † 983/985), fils de Herbert II de Vermandois, l'ancien geôlier de son premier mari.

13° Gerberge de SAXE est la fille de Henri I de GERMANIE, dit l'Oiseleur (876 - Roi de Germanie (919-936), Empereur de Saxe, que nous venons de voir et donc la soeur de Hedwige de SAXE, (920 - 10 mai 965), épouse d'Hugues le Grand

14° Adélaïde de BOURGOGNE est la fille de Rodolphe II de BOURGOGNE, Roi de Bourgogne Transjurane (Bruges - Belgique 888 - 11 juillet 937)
Après son accession au trône en 912, il se lie par un pacte d'amitié en 922 à Henri Ier de Germanie qui lui cède une partie du duché de Souabe en échange de la Sainte Lance, qui deviendra plus tard l'un des insignes impériaux. La même année, plusieurs nobles italiens demandent en 922 à Rodolphe II d'intervenir en Italie dans le conflit qui les opposent à l'empereur Bérenger Ier de Frioul. Après être entré en Italie, il est couronné roi d'Italie à Pavie. En 923, il vainc Bérenger à Piacenza. Bérenger est assassiné l'année suivante, meurtre peut-être commandité par Rodolphe. Rodolphe II dirige alors la Haute-Bourgogne et l'Italie, résidant alternativement dans chaque royaume.
Cependant, en 925, la noblesse italienne se retourne contre lui et demande à Hugues d'Arles, qui dirigeait la Provence en lieu et place du véritable roi Louis III l'Aveugle, de prendre sa place sur le trône d'Italie. Rodolphe revient en Haute-Bourgogne pour se protéger, ce qui permet à Hugues d'être couronné roi d'Italie. Les Italiens changent une nouvelle fois d'avis et demandent à Rodolphe de récupérer le trône. Afin de mettre fin à la dispute, Hugues et Rodolphe signent un traité en 933, garantissant à Rodolphe la Basse-Bourgogne en échange de sa renonciation au trône d'Italie. Les deux royaumes bourguignons sont ainsi réunifiés. À sa mort en 937, son fils Conrad III dit le Pacifique, lui succède.
Marié avec Berthe de SOUABE, dite la Filandière (907 - 966), ils ont les enfants suivants:
- Conrad III de BOURGOGNE dit le Pacifique.
- Adélaïde de Bourgogne ; veuve en 950 du roi d'Italie, Lothaire d'Arles, elle épouse l'empereur Otton Ier du Saint-Empire.


Berthe de Souabe, par Albert Anker, 1888

Berthe de SOUABE fut inhumée au monastère de Payerne situé aujourd'hui en Suisse, qui fut fondé grâce aux dons qu'elle fit à sa fille l'impératrice Adélaïde de Bourgogne.
Elle laissa un très bon souvenir dans la région du Pays de Vaud où elle vécut et où elle fut assimilée à une sainte. Un dicton du xviie siècle fait référence au «temps que la reine Berthe filait». Son sceau, la représentant en train de filer, fait référence aux fées qui filent la trame des destins et protègent de leur bienveillance le petit peuple.


abbaye de Payerne, où est enterrée Berthe de Souabe

15° Albitus de GENÈVE est le fils de Ratbert de GENÈVE comte de Genève et de Richilde?

16° Baudoin IV de FLANDRE est le fils de Arnulf II de FLANDRE (960 - 987) et de Rozella d'ITALIE, comtesse de Flandre par mariage, reine de France (vers 955 - 7 février 1003). Dont:
- notre Baudouin IV de FLANDRE
- Eudes de CAMBRAI
- Mathilde de FLANDRE
Par un autre mariage, Rozella d'ITALIE a également épousé Robert II de FRANCE, dit le Pieux, roi de France

17° Ogive de LUXEMBOURG est la fille de Frédéric de LUXEMBOURG (965 - 6 octobre 1019), dont on ignore le nom de son épouse, mais qui eut comme enfants:
- Henri II († 1047), comte de Luxembourg et duc de Bavière
- Frederic (1003 † 1065), duc de Basse-Lotharingie
- Giselbert (1007 † 1059), comte de Longwy, de Salm et de Luxembourg
- Adalbéron III († 1072), évêque de Metz
- Thierry, père de :
• Thierry († 1075)
• Henri († 1095), comte palatin de Lorraine
• Poppon († 1103), évêque de Metz
- notre Ogive de LUXEMBOURG (v. 990 † 1036), mariée en 1012 à Baudouin IV (980 † 1035), comte de Flandre
- Ermengarde (1000 † 1057), mariée à Welf II d'Altdorf, comte en Lechrain († 1030)
- Oda, chanoinesse à Remiremont, puis abbesse de Saint-Rémy à Lunéville
- Gisèle (1019 † ap.1058), mariée à Radulfe, seigneur d'Alost († ap.1038)

18° Robert II de FRANCE est le fils de Hugues I CAPET et de Adélaïde de POITIERS
Hugues CAPET, (né vers 939-941 probablement à Dourdan1, mort le 24 octobre 996 probablement au lieu-dit « Les Juifs », près de Prasville2), duc des Francs (960-987), puis roi des Francs (987-996), fut le premier souverain de la dynastie capétienne. Ce surnom de "capet" est peut-être une référence à la cappa ou cape de saint Martin. Hugues était en effet abbé laïc de la collégiale Saint-Martin de Tours. Il semble que ce soit Adémar de Chabannes qui, le premier, ait parlé de « roi à la chape » dans sa chronique vers 1030


Hugues Ier Capet


le royaume de Hugues Capet


19° Constance d'ARLES est la fille de Guillaume de PROVENCE et de Adélaïde d'ANJOU (vers 947 - Avignon 1026)

20° Billung IV de STUBENSKORN est le fils de Brno III Billung de SAXE (870 - 947)

21° Ermengarde de NANTES est la fille de Wipert de NANTES et de Adeltrude...

22° Othon III de LEBARTEN est le fils de Ebberhatdt III de LEBARTEN, comte de Laurenbourg (898 - 927) et de ... de EILZ.

23° IV de BAUGÉ est fils de Lambert de BAUGÉ, Seigneur de Baugé, décédé en 980

24° Orbert de THIERN est le fils de Etienne I de THIERN et de Ermengarde...

25° Geffroi II de SEMUR est le fils de Geoffroi I (ou Arlebaud) de SEMUR

26° Mathilde de CHALON est la fille de Adélaïde de BOURGOGNE que nous avons déjà rencontrée. Elle est donc égalemnt la soeur de Aramburge de CHALON

27° Hugues I d'AUTUN est le fils de Lambert de CHALON comte de Chalon (vers 930 - 979) et Adélaïde de CHALON (vers 928 - vers 987)

28° Arnulf I de  BAVIÈRE est le fils de Léopold de BAVIÈRE, comte de Carinthie (860 - 9047) et de Cunégonde de SOUABE (862 - 919)

29° Judith de SULICHGAU est la fille du comte Evrard de SULICHGAU


À la 32ème génération:

Audouin I d'ORIATE est le fils de Roger I d'ORIATE, comte (décédé en 915)

Abitus de GENÈVE est le fils de Ratbert de GENÈVE et de Richilde...

Baudoin II de FLANDRE est le fils de Baudoin I de FLANDRE (823 - 879 Saint-Omer, abbaye de Saint-Bertin) et de Judith de FRANCE (vers 843 - †870), reine de Wessex puis comtesse de Flandre.
Elle épouse successivement :
- Æthelwulf (°795 - †858), roi de Wessex, le 1er octobre 856 à Verberie.
- Æthelbald (°829 - †860), roi de Wessex en 858, fils du précédent. De cette deuxième union elle eut un fils :
• Archibald le Jeune
- Baudouin I de FLANDRE, dit Bras de fer (837 - 879), comte de Flandre. Bien qu'elle eût été enlevée de son plein gré par Baudouin Bras de fer, elle fut, à la demande du roi de France, excommuniée avec son ravisseur par un concile d'évêques. Intercédant tous les deux auprès du pape Nicolas Ier, celui-ci donna son accord à leur mariage qui eut lieu à Auxerre le 13 décembre 862 ou 863 selon les sources. Ils eurent trois enfants :
• Charles de FLANDRE mort à 12 ans
• notre Baudouin II de FLANDRE dit le Chauve (°862 - †918 à Gand).
• Raoul de FLANDRE (°865 - †900)


L'investiture de Baudoin Bras de Fer, Ier comte de Flandre, par Charles le Chauve

Elstrude (ou Ælfthryth) d'ANGLETERRE est le fille de Saint Alfred I d'ANGLETERRE, dit "le Grand", considéré comme saint par l'Église catholique et fêté localement le 12 décembre, Roi de Wessex de 871 à 878 (849 - 899)


Saint Alfred-le-Grand

Quatrième fils du roi Ethelwulf de WESSEX et très probablement de la première femme de ce dernier, Osburga, il succède à son frère Ethelred en tant que roi du Wessex et de Mercie en 871.
Alfred est célèbre pour avoir organisé la défense du royaume contre les Danois (les Vikings), et obtenu en conséquence l'épithète « le Grand » : il est le seul monarque anglais à être connu comme tel. Des détails de sa vie nous sont connus grâce aux travaux d’un ecclésiastique gallois de l’époque, Asser, évêque de Sherborne. En homme instruit, Alfred soutient l'éducation et améliore le système judiciaire du royaume.


l'Angleterre en 871

 Il épouse Ealhswith ou Aethelswithade GAINSBOROUGH (également connue sous le nom de Ethelbrite de Guines), reine de Wessex, (décédée le 5 décembre 905). Il seront parents de:
- notre Édouard I d'ANGLETERRE, dit l'Ancien 870 - 924
- notre Elstrude d'ANGLETTERRE (décédée en 929)
- Athelflaed de WESSEX (décédé en 918)


Monnaie d'argent d'Alfred d'angleterre

Rodolphe II de BOURGOGNE est le fils de Rodolphe I BOURGOGNE, roi de Bourgogne (Haute-Bourgogne ou Bourgogne Transjurane) de son élection en 888 à sa mort et de Willa de PROVENCE. Dont:
- Rodolphe II de BOURGOGNE (†937), qui lui succéda.
- Louis de BOURGOGNE († ap. 937), comte en Thurgau
- Willa de BOURGOGNE († ap. 936), qui épousa Boson d'Arles (° 885 - † 936), comte de Vaison, fils de Théobald d'Arles et de Berthe (fille de Lothaire II de LOTHARINGIE)
- Waldrade de BOURGOGNE qui épouse Boniface († ap. 953), fils du comte Hucbald de Bologne, marquis et duc de Spolète

Berthe de SOUABE est la fille de Burchard II de SOUABE, (883 ou 884; † 29 avril 926) duc de Souabe et Rhétie de 917 jusqu'à sa mort en 926.
Burchard prit part aux premières guerres de Souabe. Sa famille étant de Franconie, il fonda le monastère de Saint-Margarethen à Waldkirch afin d'étendre l'influence de sa famille en Rhénanie. Au moment de l'arrestation de son père et son exécution pour haute trahison en 911, lui et sa femme, Regelinda, fille du comte Eberhard Ier de Zürich, partirent pour l'Italie: soit bannis par le Comte Erchanger Ier ou volontairement exilés de leur propre gré par-delà les Alpes. Aux alentours de 913, Bourchard revint de son exil et prit contrôle sur la propriété de son père. En 915, il se joignit aux rangs d'Erchanger et Arnulf Ier de Bavière dans la bataille contre les Magyars. Ensuite Bourchard et Erchanger se retournèrent contre le roi Conrad Ier et, à la bataille de Wahlwies dans le Hegau, le vainquit. Erchanger se proclama duc.
Après qu'Erchanger fut exécuté le 21 janvier 917, Bourchard récupéra alors toutes ses terres et était reconnu légitimement comme duc. En 919, le roi Rodolphe II de Haute-Bourgogne s'empara de Zürich et envahit la région de Constance qui était alors le centre et la capitale du duché de Souabe. À Winterthour cependant Rodolphe fut battu par Burchard qui consolida le duché et força le roi à revendiquer ses propres terres. La même année, il reconnut le nouveau roi des Romains, Henri Ier, également duc de Saxe. Henri donna alternativement pour Burchard le droit de taxation et d'investiture des évêques et abbés au sein de son duché.

 Marié avec Regelinda UNRUOCHINGER (890 - 958),  elle lui donna cinq enfants :
- Gisela de SOUABE (905; † 26 octobre 923 ou 925), abbesse de Waldkirch
- Hicha (de SOUABE 905; † 950)
- Bouchard III de SOUABE (915; † 11 novembre 973), plus tard duc de Souabe
- notre Berthe de SOUABE (907; 2 janvier 961 ou 966), mariée à Rodolphe II de Bourgogne (Maison des Welf), puis avec Hugues d'Arles
- Adalric de SOUABE (973), moine à l'abbaye d'Einsieden

Regelinda UNRUOCHINGER resté veuve se remarie au successeur de Burchard, Hermann Ier de SOUABE

Arnulf II de FLANDRE est le fils de Baudoin III de FLANDRE dit Baudouin le Jeune (° v. 940 - † Bergues-St-Winoc, 962) et de Mathilde de SAXE que nous avons déjà rencontrés. Il est également le frère de Berthe de FLANDRE, l'épouse de Gérold I de GENÈVE.

Rozella D'ITALIE, comtesse de Flandre par mariage, puis reine de France est la fille de Béranger II d'ITALIE (vers 900 - † Bamberg 6 juillet 966) marquis (margrave) d'Ivrée. Proclamé roi d'Italie en 950, il est destitué l'année suivante par le roi de Germanie Otton Ier. Essayant en vain de reprendre le pouvoir, Otton le fait enfermer à Bamberg où il meurt en 966. Il est l'ancêtre des comtes palatins de Bourgogne...


Otton Ier du Saint-Empire reçoit la soumission de Bérenger II d'Italie en 961

... et de Willa d'ARLES

Frédéric de LUXEMBOURG est le fils de Sigefroy I de LUXEMBOURG, comte de Luxembourg. Il fut le premier comte d'un territoire qui allait devenir le comté de Luxembourg. Il était probablement le fils de Wigéric, comte de Bigdau, puis comte palatin de Lotharingie, et de Cunégonde, petite-fille du carolingien, Louis II le Bègue.
Il épousa vers 950 Hedwige de NORGAU et d'EGISHEIM (937 - 992), dont:
- Henri Ier de LUXEMBOURG dit le Vieux († 1026), comte à Luxembourg
- Sigefroid de LUXEMBOURG, cité en 985
- notre Frédéric de LUXEMBOURG († 1019), comte en Moselgau
- Thierry II de LUXEMBOURG († 1047), évêque de Metz
- Adalbéron de LUXEMBOURG († 1037), chanoine puis élu en 1008 archevêque de Trêves
- Gislebert de LUXEMBOURG († 1004), comte en Moselgau
- Cunégonde de LUXEMBOURG, mariée à Henri II, empereur romain germanique
- Ève de LUXEMBOURG, mariée à Gérard III, comte de Metz
- Ermentrude de LUXEMBOURG, abbesse
- Luitgarde de LUXEMBOURG, mariée à Arnould Ier, comte de Hollande
- une fille, mariée à Thietmar (margrave de la Marche de l’Est saxonne)

10° Hugues CAPET, frère de Adèle de FRANCE est donc également le fils de Robert I de FRANCE et Béatrice de VERMANDOIS, que nous avons déjà rencontrés

11° Adélaïde d'ANJOU dite Blanche, soeur de Geoffroy I d'ANJOU est la fille de FOULQUES II d'ANJOU "le Bon"comte d'Anjou au xe siècle, comte de Nantes et régent de Bretagne entre 958 et 960 et de Gerberge... Dont:
- Geoffroy Ier Grisegonelle d'ANJOU († 987), comte d'Anjou.
- Guy d'ANJOU († 994) évêque du Puy-en-Velay.
- Adélaïde d'ANJOU 940-50 † 1026), dite Blanche
- Probablement Adèle d'ANJOU, mariée à Gautier Ier, comte de Vexin, de Valois et d'Amiens. L'identification de cette Adèle comme fille de Foulques II est motivée par l'apparition des prénoms de Foulques, de Geoffroy et de Guy parmi les fils de Gautier et d'Adèle.
Veuf, Foulques se remaria en 954 avec Roscille de Blois, veuve d'Alain II Barbetorte, duc de Bretagne et comte de Nantes, laquelle veuve était sœur de Thibaut Ier le Tricheur, comte de Blois


Foulques II d'Anjou

12° Brno III Billung de SAXE est le fils de Billung III de SAXE (840 - 888) dont l'ascendance est tellement incertaine que je m'en tiens là.

13° Wipert de NANTES est le fils de Lambert III de NANTES, comte de Nantes

14° Ebberhatdt III de LEBARTEN est le fils de Ebberhardt II de LEBARTEN, comte de Lebarten (875 - 906) et de Amalgarde de RINGELHEIM

15° Lambert de BAUGÉ est le fils de Hugues III de BAUGÉ Seigneur de Baugé († 970)

16° Etienne I de THIERN est le fils de Orbert de THIERN

17° Geoffroi I (ou Arlebaud) de SEMUR est le fils de Jocerand de SEMUR et de Ricoaire ...

18° Lambert de CHALON est le fils de Robert de CHALON (vers 905) et de Ingeltrude...

19° Adélaïde de CHALON est la fille de Gilbert de CHALON et de Ermengarde...

20° Léopold de BAVIÈRE est le fils de Henri I de BAVIÈRE vicomte de Babenberg (835 - 886)

21° Cunégonde de SOUABE est le fils de Berthold de SOUABE pfalzgraf de Souabe (819 - 897) et de Gisèle... (833 - 894)

22° Evrard de SULICHGAU est le fils de Unroch III de FRIOUL (vers 840 - 874) et de Eve de TOURS
 
À la 33ème génération:

Roger I d'ORIATE est le fils de Arduin d'ORIATE chevalier

Baudoin I de FLANDRE est le fils de Odacre ou Odakar des MORINS, Roi des Morins Margrave de Flandes (824), décédé en 837 et de Anséline de FLANDRE, Héritière de Thérouanne

Judith de FRANCE est la fille de Charles II de FRANCE dit "le Chauve" (Francfort 13 juin 823 - Avrieux 5 octobre 877), roi de Francie occidentale de 843 à 877, et empereur d'Occident de 875 à 877.
Petit-fils de Charlemagne, il est le fils de l'empereur Louis le Pieux et de sa troisième épouse Judith de Bavière. Il est surnommé le Chauve, non en raison d’une calvitie, mais parce que le 5 mai 877, jour de la consécration par le pape Jean VIII de la collégiale Sainte-Marie, future abbaye Saint-Corneille à Compiègne, il se serait fait raser le crâne en signe de soumission à l’Église, et ce, malgré la coutume franque exigeant qu’un roi ait les cheveux longs.
À l'âge de sept ans, Charles est confié à un précepteur de renom, Walafrid Strabon (v. 808/809-849), moine au monastère de Reichenau, en Alémanie, esprit cultivé attaché au mythe impérial, poète, auteur d'une glose qui contient des commentaires de la Bible, sur lesquels se fondent, des siècles durant, les interprétations du livre sacré. Pendant neuf ans, Strabon assure l'éducation du jeune prince, convaincu de la grande destinée qui attend son élève.
Le mercredi 6 juin 8484 à Sainte-Croix d'Orléans, Charles le Chauve, élu puis acclamé par les grands aristocrates du royaume, reçoit l’onction du sacre par Wénilon (Ganelon), l’archevêque de Sens : «Et, dans la ville d’Orléans, presque tous les grands, réunis aux évêques et aux abbés, élisent Charles pour leur roi et le consacrent par l’onction du saint chrême et par la bénédiction épiscopale».
En conflit avec ses demi-frères pour le partage de l'immense empire de leur grand-père, maintenu par leur père, Charles doit attendre la fin de sa vie pour ceindre la couronne impériale.

Il épouse de Ermentrude d'ORLÉANS (vers 845 - 910). Dont:
- Judith de FRANCE (v. 843-870) qui épouse 1) ép. en 856 Æthelwulf de Wessex (795-† 858), roi de Wessex (856-858), 2) ép. en 858 Æthelbald de Wessex (829-† 860), fils de son précédent époux, 3) ép. Baudouin Ier dit Bras de Fer (cf. Maison de Flandre)
- Louis II dit le Bègue (846-879), roi des Francs (877-879). qui épouse en 862 Ansgarde de Bourgogne et en 878 Adélaïde de Frioul
- Charles de FRANCE dit l'Enfant (?-866).
- Carloman de FRANCE (fils de Charles le Chauve) (v.847-†876).
- Ermentrude de FRANCE (?-?).
- Hildegarde de FRANCE (?-?).
- Rotrude de FRANCE (?-?).
- Lothaire le Boiteux de FRANCE (v.850-†866), abbé de Saint-Germain d'Auxerre.


Ermentrude d'Orléans

Charles épouse ensuite Richilde de PROVENCE aussi connue sous le nom Richilde d'ARDENNES  dont il a une fille :
- Rothilde de FRANCE (v.871-v.928). ép. Roger du MAINE


Richilde d'Ardennes


Sceau de Charles le chauve, empereur des romains

Alfred I d'ANGLETERRE est le fils de Aethelwulf d'ANGLETERRE, Roi de Wessex & de Kent de 839 à 858, décédé en 858 et de Osburga...

Ealhswith ou Aethelswithade GAINSBOROUGH est la fille de Hethered Munci II de GAINSBOROUG, ealdorman du Gaini, né en 820 et de Edburga...

Rodolphe I BOURGOGNE est le fils de Conrad II de BOURGOGNE, comte d'Auxerre et duc de Bourgogne Transjurane de 859 à 864  date à laquelle il fut destitué, (835 - Nancy 881) et de Walrade de WORMSGAU

Willa I de PROVENCE est la fille de Bozon V de PROVENCE (844 - 887) et de Ermengarde d'ITALIE (852 - 896)


Le roi Boson V et saint Étienne, fragment des fresques de l'abbaye de Charlieu, xiie siècle.

Bouchard II de SOUABE est le fils de Burchard I de SOUABE, duc de Souabe de 909 jusqu'à sa mort et margrave de Rhétie, aussi bien que comte de Thurgovie, (855) et de Liutgarde de SAXE

Béranger II d'ITALIE est le fils d'Aldabert I d'IVRÉE et de Gisèle de FRIOUL (880 - 910)

10° Willa d'ARLES est la fille de Boson d'ARLES comte de Vaison (885 - 936) de Wilha de BOURGOGNE

11° Sigefroy I de LUXEMBOURG est le fils de Wigeric de BIDGAU et de Cunégonde de FRANCE

12° FOULQUES II d'ANJOU est le fils de Foulques I d'ANJOU "le Roux" premier comte d'Anjou de 930 à 942, ayant d'abord été vicomte d'Angers (avant 898-930) et de Tours (898-909), et comte de Nantes (909-919) et de Roscille de LOCHES; d'où:
- Ingelger d'ANJOU, mort avant 929 et probablement tué en 927 lors d'un engagement contre les vikings.
- Gui (Widdo) d'ANJOU, chanoine de Saint-Martin-de-Tours, puis évêque de Soissons de 937 à 973
- Foulques II d'ANJOU le Bon, comte d'Anjou.
- Roscille d'ANJOU, mariée à Alain II Barbetorte, duc de Bretagne. ils auront une fille:
Gerberge de NANTES épouse de Juhel de BRETAGNE, parents de:
-- Conan I de BRETAGNE

13° Lambert III de NANTES est le fils de Lambert II de NANTES (795 - 8542) et de Rotrude de FRANCIE; dont:
- un fils (829 - 878) qui épouse Adalgise de BÉNÉVENT
- notre Lambert III de NANTES
- Lisois de CRAON

14° Ebberhardt II de LEBARTEN est le fils de Othon II de LEBARTEN (850 - 886)

15° Amalgarde de RINGELHEIM est la fille de Thierry II de SAXE, comte de Ringelheim en Saxe, évêque de Paderborn ( 860 - 916), aussi connu sous le nom de Dietrich II, comte de Ringelheim en Saxe, Thierry de Ringelheim, Dietrich de Saxe, Théodoric de Saxe et Théodoric de Rheingelheim. Il épouse en 882 Reginhilde de FRISE, née vers 860. Dont:
- notre Amalgarde de RINGELHEIM, (vers 882 - 924) épouse de Ebberhart II de LEBARTEN
- Férone de RINGELHEIM (885 - 917), épouse du roi Charles III de FRANCE
- notre Mathilde de RINGELHEIM épouse de Henri I de GERMANIE "l'oiseleur"
- Fréférune de RINGELHEIM

16° Hugues III de BAUGÉ est le fils de Fromond de BAUGÉ (†867)

17° Orbert de THIERN est le fils de Etienne I de THIERN (925) et de Ermengarde...


À la 34ème génération:

Charles II de FRANCE est fils de Louis I de FRANCIE dit le Pieux ou le Débonnaire, roi d'Aquitaine, Empereur d'Occident 11 septembre 813,  (Chasseneuil-du-Poitou 16 avril 778 - Ingelheim 20 juin 804 et de Judith de BAVIÈRE. Ils se sont épousés en février 819 à Aix-la-Chapelle (elle n'a que 14 ans!). Ils seront parents de:
- notre Gisèle de FRANCE, épouse de Ebberhart de FRIOUL
- notre Charles II de FRANCE
 Une rivalité ne cesse d'exister entre Judith et ses beaux-enfants amène la crise de 833 : Louis le Pieux est déposé par ses fils. Lothaire s'empare du pouvoir souverain ; une nouvelle répartition du territoire écarte les prétentions de Charles. L'impératrice Judith est quant à elle exilée dans un couvent en Italie, à Tortona. Elle en revint en avril 834, après la fuite de Lothaire et la restauration de Louis le Pieux

Judith, dans la chronique des Welfs

D'un autre mariage avec Ermengarde de HESBAYE. (vers 778 - Angers 3 octobre 818) naîtront:
-  notre Lothaire Ier de GERMANIE (795 - † 855) , époux d'Ermengarde de TOURS
- Pépin Ier d'AQUITAINE (v. 797 - † 838) ;
- notre Hildegarde de FRANCE (v. 803 - † 857), abbesse de l'Abbaye Saint-Jean de Laon , épouse de Gérard I d'AUVERGNE
- Louis II de FRANCE, dit le Germanique (v. 806 - † 876)



Miniature contemporaine de l'école de Fulda datant de 826 représentant Louis le Pieux


Louis I de FRANCIE a également été marié à Theudelinde de SENS

2°  Ermentrude d'ORLÉANS est la fille de Eudes d'ORLÉANS comte d'Orléans († 834) et de Engeltrude de FÉZENSAC

Richilde de PROVENCE ou Richilde d'ARDENNES est peut-être la fille de Bivin de VIENNE comte d'Ardennes, abbé laïc de Gorze et peut-être comte de Metz (842-864)

Aethelwulf d'ANGLETERRE, est le fils de Egbert de WESSEX (760 - 839), Roi de Wessex & Anglo-Saxons de 802 à 839 et de Redburga...


Portrait d'Egbert dans un manuscrit du XIIIe siècle

Egbert meurt en 839 et est enterré dans la cathédrale de Wincester. Son testament, d'après le résumé qui en est fait dans celui de son petit-fils Alfred le Grand, ne laisse de terres qu'aux hommes de sa famille, afin que la maison royale ne les perde pas par mariage.


Châsse mortuaire de la cathédrale de Winchester censée contenir les restes d'Egbert.

Conrad I de BOURGOGNE est le fils de Welf d'ALTDORF (775 - 824), seigneur d'Altdorf et de Ravensburg en Bavière du IXe siècle et de Heilwich de SAXE (vers 775 - 838)


Welf Ier d'Altdorf

Boson V de PROVENCE est le fils de Bivin de METZ (825) peut-être comte de Metz, comte de Vienne.
C'est un personnage très mal connu et dont l'ascendance reste obscure, malgré plusieurs hypothèses. D'après René Poupardin il est nommé abbé laïc de Gorze par Lothaire II, entre le 28 septembre 855 et le 8 juillet 8567. En 857, il apparaît dans deux chartes avec le titre de « comte et abbé de Gorze »8. Mais ayant semble-t-il laissé péricliter cette abbaye et toléré le relâchement de la discipline, il doit la céder en 863, à l'initiative de l'archevêque de Metz Advence, à un clerc du nom de Betton. Cette charte est la dernière que l'on possède sur lui.
Certains indiquent qu'il est encore en vie en 865 et d'après l'évêque Hincmar de Reims, son contemporain, il était décédé en 86910. Bivin serait donc mort entre 865 et 869.
 et peut-être de Richilde de BOURGOGNE (825) ou en tous cas à une fille de Boson de BOURGOGNE.
Certains historiens, comme Pierre Riché, s'accordent à en faire le père de :
- Richard II de BOURGOGNE dit Richard le Justicier, fondateur de la première maison des ducs de Bourgogne.
- Boson V de PROVENCE, roi de Burgondie restaurée
- Richilde d'ARDENNES, concubine et seconde épouse (870) du roi de France Charles II le Chauve.

Ermengarde d'ITALIE est la fille de Louis II d'ITALIE "le Jeune" (822 - Milan 12 août 875) roi d'Italie en 844, Empereur d'occident en 850, Roi de Provence et de Bourgogne en 863 et de Engelberge  Impératrice d'Occident, Reine d'Italie (830 - † entre 896 et 901) dont les origines n'ont pu être établies clairement.
Veuve, elle devient religieuse en rejoignant l'abbaye Saint-Sauveur de Brescia en 86812, où elle succède à sa fille Gisèle. En 880, son gendre Boson se proclame roi en Provence et l'empereur Charles le Gros soupçonne Engelberge de le soutenir, aussi la fait-il enfermer dans un couvent en Alémanie, pour lui permettre de revenir en Italie en 882, après la défaite de Boson. Elle favorise l'accession de son petit-fils Louis à la royauté, avant de se retirer dans l'abbaye Saint-Sixte de Plaisance en 896


Détail de la gaine de l'épée impériale représentant Louis le Jeune

Burchard I de SOUABE est le fils de Albert II de THURGOVIE, comte de Thurgovie

Gisèle de FRIOUL est la fille de Béranger I d'ITALIE, marquis et roi d'Italie

10° Boson d'ARLES est le fils de Thibaud I d'ARLES (860 - 887), comte de Vaison et de Berthe de LOTHARINGIE (886 - 925)

11° Wilha de BOURGOGNE est la fille de Rodolphe I de BOURGOGNE Comte d'Auxerre, roi de Bourgogne (871 - 912) et de Willa I de PROVENCE; dont:
- notre Rodolphe I de BOURGOGNE
- notre Wilha de BOURGOGNE épouse de Boson d'ARLES
- Louis de BOURGOGNE
- Walrade de BOURGOGNE

12° Cunégonde de FRANCE est la fille de Louis II de FRANCE dit le Bègue né le 1er novembre 846, mort le 11 avril 879 à Compiègne, à 32 ans. Roi des Francs (877-879)


Louis II le Bègue

Après avoir été roi d'Aquitaine, nommé par son père en 867, il devient roi des Francs après la mort de ce dernier survenue le 6 octobre 877. Son accession au trône est contestée par plusieurs seigneurs et même par l'impératrice Richilde, seconde épouse de son père. Afin de se rallier des partisans, Louis prodigue alors de nombreux cadeaux et promesses, et finalement Richilde elle même consent à sa succession. Le 8 décembre 8774, il est couronné et sacré par l'archevêque Hincmar de Reims dans la chapelle palatine de l'abbaye Saint-Corneille de Compiègne. Son autorité va cependant rester très faible.
Bien que sacré une deuxième fois par le pape Jean VIII, lors du concile de Troyes en septembre 8785, il demeure un roi sans pouvoir, dominé par la puissance de l'aristocratie. Le Ier novembre de cette même année à Fouron près de Liège, il a cependant la sagesse de conclure avec son cousin Louis de Saxe un accord qui confirme le partage de la Lotharingie effectué par leurs pères en 870 au Traité de Meerssen.
De santé fragile, Louis meurt le 11 avril 879 alors qu'il s'apprétait à lancer une expédition pour soumettre Bernard Plantevelue, comte d'Autun et de Mâcon, qui s'était déclaré rebelle.
 Marié à Adélaïde de FRIOUL (ou de PARIS) (855 - 901), il est père de:
- Louis III de FRANCE, mort en 882, roi de Francie occidentale (879-882)
- Gisèle de FRANCE qui épouse Robert de TROYES, dit Porte Carquois
- Carloman II, décédé en 884, roi de Francie occidentale (879-884)
- Hildegarde de FRANCE
- Ermentrude de FRANCE (v.875-† ap.890)
- notre Charles III de FRANCE
- Cunégonde de FRANCE
Le mariage d'Adélaïde est attaqué par Ansgarde de Bourgogne et ses deux fils, qui n'hésitent pas à l'accuser d'adultère. Au terme d'un long et difficile procès, Adélaïde finit par l'emporter et son fils Charles le Simple, né en 879, est reconnu comme enfant légitime et seul héritier de la couronne de France, d'autant plus que Louis III (882) et Carloman II (884) meurent tous deux sans postérité. Charles le Simple étant trop jeune pour régner, le royaume est alors confié à l'empereur Charles III le Gros, puis au comte Eudes Ier de Paris.
En 898, Adélaïde assiste à l'avénement de son fils Charles III le Simple et meurt à Laon un 18 novembre d'une année autour de 901.

Du premier mariage de Louis II de FRANCE avec Ansgarde de BOURGOGNE, épousée secrètement en 862, puis répudiée, nous ne connaissons pas d'enfants.


Louis II et Adélaïde de Paris

13° Foulques I d'ANJOU est le fils de Ingelger...

14° Lambert II de NANTES est le fils de Lambert I de NANTES comte de Nantes, Duc de Spolète (775 - 837) et de Théodrate d'ITALIE

15° Rotrude de FRANCIE est la fille de Lothaire I de GERMANIE et d'Ermengarde de TOURS, que l'on retrouve à pluseiurs reprises car ils sont également parents de Louis II d'ITALIE et de Lothaire II de LOTHARINGIE

16° Thierry II de SAXE est le fils de Immed de SAXE (830 - 891), aussi connu sous le nom de Théodoric Ier de RINGELHEIM comte de Saxe, et de Mathilde de SAXE (840 - 915)

17° Fromond de BAUGÉ est le fils de Hugues de BAUGÉ

18° Etienne I de THIERN est le fils de Jean CHEVRIER écuyer, seigneur de Couday et de Laleu


À la 35ème génération:

1°  Louis I de FRANCIE est le fils de Charles I de FRANCE, dit Charlemagne, Roi de Francs (768 -814) Empereur d'Occident (1000-814) né un 2 avril 742 ou 747 et décédé le 28 janvier 814 à Aix-la-Chapelle.


Aix-la-Chapelle: trône de Charlemagne

Après la mort de Pépin le Bref, le 24 septembre 768, ses deux fils Charles (futur Charlemagne) et Carloman sont élus rois le 9 octobre 768 par une assemblée populaire. Charles se voit attribuer la partie de territoire que possédait son père, et Carloman le royaume de leur oncle Carloman, frère de Pépin le Bref. En 770, son frère refusant de l'aider, Charles est seul à combattre et à remporter une victoire complète sur les peuples d'Aquitaine aux velléités d'indépendance. En 771, soit après un peu plus de trois années de règne et de paix relative entre les deux frères, Carloman meurt au palais carolingien de Samoussy, tout près de Laon. Dès le lendemain de sa mort, Charles s'empare du royaume de son frère en usurpant l'héritage de ses neveux. Gerberge, la veuve de Carloman, se réfugie en Italie, avec ses fils et quelques partisans. À l'âge de vingt-neuf ans, Charles est alors élu souverain de tout le royaume franc.
Pendant tout son règne, il tente de les fidéliser par tous les moyens ses vassaux: en leur faisant prêter serment, en leur allouant des terres (seule richesse de l'époque) qu'ils doivent lui restituer à leur mort, en envoyant des missi dominici pour les contrôler et pour surveiller ce qui se trame à travers son empire. Pour pérenniser son empire naissant, il doit chaque année convoquer son armée (les historiens l'estimant de 10 000 à 40 000 hommes) lors du champ de mai et la lancer vers de nouvelles conquêtes, chaque vassal devant apporter son équipement et ses vivres pour trois mois
Une fois seul maître du royaume franc, il agrandit son royaume vers le nord et l’est (Bavière, Saxe, Frise), vers l’ouest (Bretagne) et vers le sud (nord de l’Èbre en Espagne en 778, établissant des marches). Il fait, à partir de 772, une guerre acharnée aux Saxons, qui, commandés par Widukind, lui opposent une vigoureuse résistance : il n'achève de les soumettre qu'en 804 ; il se voit même contraint, pour prévenir leurs révoltes, d'en déporter un certain nombre.
À l'avènement de Charlemagne, l'Italie a, depuis la reconquête byzantine par Justinien en 535, été envahie progressivement (mais dans sa quasi totalité) par les Lombards. La papauté est toujours sous tutelle de l'Empire byzantin qui possède toujours les territoires autour de Rome. Cependant, accaparé par sa lutte contre l'expansion de l'empire musulman, le basileus n'a plus les moyens de protéger Rome menacée par les Lombards. S'affranchissant de la tutelle byzantine, la papauté se tourne donc vers les Francs. En 774, Charlemagne intervient et défait Didier, roi des Lombards qui menace de nouveau le pape, et s'empare de ses États. L'exarchat byzantin de Ravenne n'est tombé que 23 ans plus tôt et c'est donc une région très cultivée qui passe sous domination franque32.
En 778, Charlemagne intervient en Espagne et, malgré un échec subi de la part des Vascons à Roncevaux par son arrière-garde que commande Roland, présenté comme son neveu dans la célèbre chanson de geste qui porte son nom, il remporte plusieurs victoires sur les Sarrasins et réussit à conquérir une partie de la Catalogne.
Le peuple, d'origine celtique, de Bretagne considère le roi des Francs comme un monarque étranger, et lui résiste de manière acharnée. En 786, Charlemagne envoie des forces considérables ravager la Bretagne, sans toutefois parvenir à la soumettre. Il essaye à nouveau en 799 puis en 811, mais à chaque fois sans succès.
En 788, il s'attaque à Tassillon, duc de Bavière, qui conspire contre lui avec les Saxons. Il le réduit à l'impuissance et ajoute ses États à son empire.
En 791, avec l'aide de son fils Pépin d'Italie, il mène contre les Avars une première expédition. En 795, il réussit à s'emparer de leur camp retranché, le Ring avar, avec un trésor considérable, fruit de plusieurs dizaines d'années de pillage. En 805, les derniers Avars rebelles sont définitivement soumis.
Le jour de Noël de l'an 800, Charlemagne est couronné empereur d'Occident par le pape Léon III, à Rome, à la basilique Saint-Pierre.
Mais l'empire byzantin refuse de reconnaître le couronnement impérial de Charlemagne, le vivant comme une usurpation. Charles et ses conseillers objectent que l'empire d'Orient étant tombé aux mains d'une femme, l'impératrice Irène de Byzance, cela équivaut à une déshérence pure et simple du titre impérial, qui ne peut être assumé que par un mâle. Avec le traité de paix d’Aix-la-Chapelle en 812, l’empereur d'Orient Michel Ier Rhangabé daigne accepter vraiment de reconnaître le titre impérial de Charlemagne et de ses successeurs, et encore, en utilisant des formules détournées évitant de se prononcer sur la légitimité du titre, telles que : « Charles, roi des Francs (...), que l'on appelle leur empereur ».
Au lendemain de sa mort en 814, son vaste empire est borné à l'ouest par l'océan Atlantique (sauf la Bretagne), au sud, par l'Èbre, en Espagne, par le Volturno, en Italie ; à l'est par la Saxe, la rivière Tisza, les contreforts des Carpates et l'Oder ; au nord par la Baltique, le fleuve Eider, la mer du Nord et la Manche.


Empire de Charlemagne (d'après Wikipedia)

Charlemagne épouse Hildegarde de WINSCHAU comtesse de Vingzau (757 - 783). Dont:
- notre Pépin I d'ITALIE époux d'Ingertrude D'AUTUN
- notre Louis I de FRANCIE
- notre Berthe de FRANCE épouse d'Angilbert de PONTHIEU
- notre Rortrude de FRANCE maîtressse de Roricon I du MAINE


Charlemagne et son fils Louis le Pieux, miniature des Grandes Chroniques de France, France, Paris (BnF Français 73, fol. 128v)

Ainsi notre famille descend elle au moins quatre fois de Charlemagne.


Aix-la-Chapelle: chasse de Charlemagne

Judith de BAVIÈRE est la fille de Welf I de BAVIÈRE, comte de Bavière (778 - 824) et de Heilwich de SAXE, abbesse de Chelles (vers 785 - 838). Dont:
- notre Judith de BAVIÈRE
- Conrad I WELF (805 - 863) qui épouse Adélaïde d'Alsace (815- 8852)
Nous avons vu (5° génération précédente que Heilwich de SAXE avait également été mariée à Welf d'ALTDORF et mère, entre autres, de:
- notre Conrad I de BOURGOGNE

Ermengarde de HESBAYE est la fille de Ingramm de HASPENGAU (735 - 778), comte de Haspengau et Hesbaye et de Landrée d'HERBAUGES (775 - † 778 à seulement 23 ans)

Engeltrude de FÉZENSAC est la fille de Leuthard I de PARIS Comte de Fézensac († 811) et de Grimeut d'ALSACE

Egbert de WESSEX est probablement le fils de Ealhmund de WESSEX, roi de Kent (par sa femme), décédé en 827 et de ... de KENT

Welf d'ALTDORF est le fils de Rothard d'ARGENGAU et de Ermenane... Dont:
- notre Welf d'ALTDORF
- Raoul de BAVIÈRE
- Emma de BAVIÈRE

Heilwich de SAXE est peut-être la fille de Wittekind I de SAXE, roi de Saxe (755 - 7 janvier 810),  l'un des plus obstinés opposants à la christianisation de son peuple, ce qui fait également de lui l'un des principaux adversaires que Charlemagne rencontra durant ses campagnes pour étendre le royaume des Francs et de Svatana de SAXE, duchesse de Saxe (vers 755). Dont:
- Hasala de SAXE (773)
- Wigbert de RINGELHEIM
- notre Heilwich de SAXE
D'un autre mariage avec Geva de VESTFOLD, il aura:
- Wilpert I de SAXE (805 - 825)

Richilde de BOURGOGNE est la fille de Boson de BOURGOGNE Comte d'Arles (800 - 855)

Louis II d'ITALIE "le Jeune" est le fils de Lothaire I de GERMANIE empereur d'Occident de 840 à 855 (795 - Prüm 855) fils de Louis I de FRANCIE, époux de Ermengarde de TOURS (804 - 851) que nous avons déjà rencontrés comme parents de Rortrude de FRANCIE épouse d'Othon II de LEBARTEN et de Lothaire II de LOTARINGIE


Lothaire I de Germanie
 
10° Thibaud I d'ARLES est le fils de Hubert d'ARLES Duc de Bourgogne Trajurane (830 - 864)

11° Rodolphe I de BOURGOGNE  est le fils de Conrad II de BOURGOGNE, comte d'Auxerre et duc de Bourgogne Transjurane de 859 à 864  date à laquelle il fut destitué, (835 - Nancy 881) et de Walrade de WORMSGAU

12° Willa I de PROVENCE est la fille de Bozon V de PROVENCE Roi de Provence (844 -887) et Ermengarde d'ITALIE reine d'Arles et de Provence (852 - 896) fille de Louis II d'ITALIE que nous venons de voir.

13° Louis II de FRANCE dit le Bègue est, nous l'avons vu, le fils de Charles II de FRANCE et de Ermentrude d'ORLÉANS. Il est donc le frère de Judith de FRANCE reine de Wessex puis comtesse de Flandre et de Rothilde de FRANCE épouse de Roger du MAINE

14° Adélaïde de FRIOUL est la fille de Adlhard de PARIS (vers 830) comte du palais, comte de Paris

15° Lambert I de NANTES est le fils de Lambert I de NANTES comte de Nantes, Duc de Spolète (775 - 837)


À la 36ème génération:

Charles I de FRANCE est le fils de Pépin III de FRANCE dit le Bref (715 - 24 septembre 768) Maire du palais de Neustrie et de Bourgogne, qui nait en novembre 751, dépose Childéric III, puis se fait élire roi des Francs, au champ de mai à Soissons. Ce sera la fin de la dynastie mérovingienne et le début de la carolingienne...


Le pape Etienne II couronne Pépin le Bref - Childéric III est déposé. Grandes Chroniques de France . Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris.


Gisant de Pépin le Bref dans la basilique de Saint-Denis

... et de Berthe (ou Bertrade) de LAON, dite Berthe au Grand Pied (Laon - Choisy- au-Bac 12 juillet 783). Dont:
- Charles Ier dit le Grand ou Charlemagne (2 avril 742 ou 748-† 814), roi des Francs (768), roi des Lombards (774), empereur d'Occident (800).
- Carloman Ier d'AUSTRASIE (751-†4 décembre 771 à Samoussy, Aisne ), roi des Francs (768), roi d'Alémanie, de Provence, de Bourgogne, de Septimanie et d'Aquitaine.
- Gisèle (757-811), abbesse de Chelles
- Pépin (756-762)
- Berthe
- Rothaïde
- Adélaïde


Gisant de Bertrade de Laon à la basilique de Saint-Denis, France

Hildegarde de WINSCHAU est la fille de Gérold I de WINSCHAU (ou de VINTZGAU) Comte de Vintzgau (725) et de Emma d'ALÉMANIE (729 - 799). Dont:
- notre Hildegarde de WINSCHAU (758 - † 783), épouse de Charlemagne.
- Udalrich ou Odalric, comte en Alsace, en Breisgau et en Pannonie.
- Gérold († 799), préfet de Bavière.
- Probablement aussi Adrien († après le 10 novembre 821), comte d’Orléans, comte palatin, épouse Waldrade. Filiation incertaine.

Welf I de BAVIÈRE est le fils de Isembart II d'ALTDORF (735 - 805) et de Hermengarde de FRANCE, que certains généalogistes québecquois donnent pour fille de Pépin III de FRANCE dit le Bref, mais je n'ai pas trouvé de sources le confirmant

Heilwich de SAXE est fille de Wittekind I de SAXE dit le Grand, roi de Saxe (vers 755 - 7 janvier 810) et de Svatana de SAXE, duchesse de Saxe.
D'un autre mariage avec Geva de VESTFOLD il a été père de:
- Wilpert I ou Egbert de SAXE, grand père de Othon I de SAXE dit l'Illustre, que nous avons déjà rencontré.

Boson de BOURGOGNE (800 - 855) est le fils de Boson de BOURGOGNE (770)

Lothaire I de GERMANIE est le fils de Louis I de FRANCIE et de Ermengarde de HESBAYE, déjà rencontrés

Ermengarde de TOURS est la fille de Hugues II de TOURS "le Peureux" Ambassadeur du Roi de France Comte de Tours et Sundgau et de Ava de MORVOIS d'ALSACE
Dont:
- notre Ermengarde de TOURS, comtesse de Tours (804 - 851), épouse de Lothaire de GERMANIE parents de:
Rortrude de FRANCIE, épouse de Othon de LEBARTEN
- Hugues III, de TOURS comte de Tours dit Le Méfiant (810 - 837)
- notre Adélaïde de TOURS, princesse d' Alsace (815 - 882)


Hubert d'ARLES est la fils de Boson de BOURGOGNE (800 - 855) et petit-fils du Boson de BOURGOGNE (770) que nous venons de rencontrer

Conrad II de BOURGOGNE est le fils de Conrad I de BOURGOGNE  Comte d'Auxerre, décédé le 26 mars 866 et de Adélaïde de TOURS, dite aussi Adélaïde d'ALSACE, Héritière de Tours, (815 - 882), dont:
- Welf II d'ALTDORF († 858)
- Hugues l'Abbé (v. 830- † 886) abbé de Saint-Germain d'Auxerre, de Noirmoutier, de Saint-Riquier, de Saint-Bertin et de Saint-Martin de Tours, archevêque de Cologne de 864 à 870.
- notre Conrad II de BOURGOGNE († 876), comte d'Auxerre, duc de Bourgogne Transjurane
- Judith de BOURGOGNE, épouse d'Udo de Neustrie
- Probablement Emma de BOURGOGNE, épouse de Robert le Fort

9° nous avons vu que Bozon V de PROVENCE etait le fils de Blivin de METZ et de Richilde de BOURGOGNE

10° Ermengarde d'ITALIE reine d'Arles et de Provence (852 - 896) est la fille de Louis II d'ITALIE que nous avons déjà rencontré

11° Charles II de FRANCE est, nous l'avons vu, le fils de Louis I de FRANCE et de Judith de BAVIÈRE

12° Ermentrude d'ORLÉANS, nous l'avons vu, est la fille de Eudes d'ORLÉANS et de Engelgtrude de FÉZENSAC

13° Richilde d'ARDENNES, nous l'avons vu, est la fille de Blivin de METZ et de Richilde de BOURGOGNE

14° Adlhard de PARIS est le fils de Wulfhard de FLAVIGNY, comte et de Suzanne de PARIS

15° Lambert I de NANTES est le fils de Guy de NANTES dit également "Guy d'ALSACE" (752 - 818) comte de Nantes, Duc de Spolète


À la 37ème génération:

Nous retrouvons en grande partie les mêmes personnes:

Pépin III de FRANCE est le fils de Charles MARTEL, Duc des Francs de 717 à 741 (688 - Quierzy-sur-Oise 22 octobre 741), qui signa l'arrêt de la conquète musulmane en France et de Chiltrude de THURGOVIE (667 - 724). Il est le frère de Carloman d'AUSTRASIE (714 - 754) et le demi-frère de Aude de FRANCIE, épouse de Thierry d'AUTUN
À la mort en 714 de Pépin de Herstal dit Pépin le Jeune, son fils Charles (appelé Charles Martel plus tard) fut tout désigné pour reprendre la charge de maire du palais qu'occupait le défunt, ses deux demi-frères Drogon de Champagne et Grimoald II étant eux aussi morts. Mais aux yeux de Plectrude, la première épouse de Pépin de Herstal, Charles était considéré comme un enfant illégitime parce que né d'Alpaïde, une autre uxor nobilis et elegans (épouse noble et élégante) que Pépin avait prise bien qu'étant déjà marié. Plectrude fit donc tout pour l'écarter du pouvoir et préserver l'avenir de son petit-fils Théodebald (ou Thibaut, Thiaud), le fils de Grimoald II, âgé de six ans à peine, et l'héritier légitime. Elle fit donc enfermer Charles.
Mais c'était sans compter sur l'opinion des différentes provinces du royaume, qui n'acceptèrent pas de voir une femme les diriger ; les révoltes commencèrent alors à éclater, d'abord en Neustrie en 715, lorsque Rainfroi (Rainfroy ou Ragenfred), maire du palais de Neustrie, battit l'armée de Plectrude en forêt de Cuise, et mena ses troupes jusqu'aux abords de la Meuse. Ce fut ensuite le peuple du Nord de l'Italie qui se souleva et se rallia à la Neustrie. Puis ce fut au tour des Saxons et des Austrasiens …

C'est à ce moment que Charles parvint à s'évader (715), et à prendre la tête des révoltés d'Austrasie. Il dut tout d'abord affronter les Neustriens de Chilpéric II et de Rainfroi : après deux batailles victorieuses (Amblève - 716, Vinchy - 21 mars 717), il les repoussa jusqu'à Paris. Puis il se dirigea vers Cologne, que Plectrude avait choisie pour s'installer avec son petit-fils. Celle-ci n'eut d'autre option que de reconnaître sa défaite et de livrer la mairie d'Austrasie à Charles

En 732, il affronta les armées omeyyades du gouverneur (émir) d'Al-Andalus Abd el Rahman. En effet, depuis 711, les Arabes occupaient la péninsule Ibérique, et poursuivaient progressivement leur avancée vers le Nord, au-delà des Pyrénées, si bien qu'à partir de 725, ayant déjà conquis le Languedoc, ils s'emparèrent de la vallée du Rhône, mettant à sac la ville d'Autun (le 22 août 725), et assiègeant sans succès, en territoire franc, la ville de Sens.
Suite à l'intervention du duc d'Aquitaine, Eudes, qui les arrêta une première fois à Toulouse, en 721, les premières tentatives furent repoussées. Fort de sa victoire, le duc d'Aquitaine voulut prévenir le retour des musulmans d'Espagne en s'alliant à Munuza, gouverneur berbère et musulman de la Septimanie. Munuza était en révolte contre ses coreligionnaires d'Espagne. Eudes lui donna sa fille en mariage. Mais Munuza fut tué en affrontant le gouverneur d'al-Andalus Abd el-Rahman qui, dans la foulée, lança une expédition punitive contre les Aquitains. Il engagea donc en 732 une double offensive en Aquitaine, du côté de la Gascogne, et dans la vallée du Rhône.
Cette fois, le duc Eudes ne put les arrêter seul, et demanda à Charles de venir à son aide. Le 19 octobre 732, les armées de Charles et du duc réunies faisaient face à la razzia à Moussais, sur l'actuelle commune de Vouneuil-sur-Vienne, entre Tours et Poitiers. Charles fit tout pour éviter l'affrontement mais encouragea le pillage aux alentours, ce qui eut pour double effet de saturer de butin les Sarrasins les rendant moins mobiles et cupides. Après six jours d'observation, la bataille s'engagea le 25 octobre et fut assez brève. Charles tua leur chef Abd el-Rahman, ce qui décida les troupes sarrasines à prendre le chemin du retour. Selon d'autres sources, Abd el-Rahman n'aurait pas été tué à la bataille de Poitiers mais aurait simplement reflué vers ses bases arrières de Narbonne. Poursuivi par les troupes franques de Charles Martel, il aurait été tué et son armée exterminée à Loupchat au pied de la falaise du Sangou, dans le Lot, en 732.
Selon certains auteurs, c'est suite à cette victoire que Charles fut surnommé Martel, puisqu'il avait violemment écrasé les troupes mahométanes, tel un marteau — le « marteau d'armes » étant aussi une arme de combat. C'est seulement alors à cette occasion qu'il aurait gagné le surnom de Martel.

Les troupes arabo-musulmanes ne sont pas pour autant battues sur tous les fronts. Elles prennent Avignon et Arles en 735 puis attaquent la Bourgogne. Beaucoup de seigneurs bourguignons, dont le duc Mauronte, « pactisent » alors avec les Arabes mais Charles Martel parvint à les refouler dans le sud de la vallée du Rhône en 736. La Provence s'était déjà soulevée contre l'autorité de Pépin de Herstal et de Charles Martel dans les années 714-716 avec le patrice Antenor.
En 737, Charles Martel reprend Avignon avec son frère Childebrand, mais n'arrive pas à faire de même avec Narbonne. Il remporte une importante victoire (bataille de la Berre) près de l'étang de Bages-Sigean, à l'embouchure de la rivière Berre dans l'Aude contre les troupes arabo-musulmanes d'Espagne d'Omar ben Chaled. Cette victoire permit d'arrêter les incursions des musulmans au sud de la France et de réduire la présence musulmane à Narbonne et à certaines forteresses de Provence
En 739, il s'allie aux Lombards pour reprendre la Provence. Tous ceux qui avaient alors collaboré avec les Sarrasins sont châtiés et leurs biens donnés aux guerriers francs. Les Berbères ne possèdent alors plus que Narbonne qui sera finalement prise en 759 par Pépin le Bref. Ces batailles ont grandement contribué à unifier le royaume franc autour de Charles Martel

A la mort du roi Thierry IV (737), Charles, fort de son très grand pouvoir, décida de ne pas lui choisir de successeur, le rôle des monarques mérovingiens étant devenu totalement insignifiant. Il prit donc réellement le pouvoir du royaume franc, et régna donc ainsi en toute illégalité jusqu'à sa mort.
À sa mort, son pouvoir fut partagé entre ses deux fils:
- Carloman obtient l'Austrasie, l'Alémanie et la Thuringe
- Pépin le Bref obtient la Neustrie, la Bourgogne et la Provence.
Son corps fut inhumé à Saint-Denis.
Bien qu'il n'obtint jamais le titre de roi, il eut malgré tout plus de pouvoir que les souverains francs de l'époque, la dynastie mérovingienne était déjà à ce moment en pleine décadence. Son pouvoir marque les prémices de la lignée carolingienne, confirmée par le sacre de Pépin le Bref le 28 juillet 754.

Charles Martel a épousé en premières noces Chiltrude de THURGOVIE (667 - † 724), probablement robertienne, qui donne naissance à :
- Carloman (705/710 † 17 août 754), maire du palais d'Austrasie de 741 à 747, avant de se retirer au monastère du Mont-Cassin
- Pépin le Bref (v.715 † 768), maire des palais de Bourgogne, de Neustrie (en 741) et d'Austrasie (en 747), roi des Francs de 751 à 768,
- Hiltrude († 754), mariée en 741 à Odilon, duc de Bavière,
- probablement Landrade,
- probablement Aldanotes, mariée à Théodoric, comte d'Autun, et mère de Guillaume de Gellone.
Il épouse ensuite Chrotais, probable cousine de la précédente, sans que l'on sache si elle est une épouse principale morte peu de temps après ou une épouse secondaire. Chrotais donne le jour à un seul fils:
- Bernard († 787), abbé et comte de Saint-Quentin.
Il épouse ensuite en 725 Suanahilde de BAVIÈRE, issue de la maison bavaroise des Agilolfinges, qui donne naissance à:
- Griffon (726 † 753), comte du Mans.
- peut-être Aude de FRANCE épouse de Thierry d'AUTIN
Enfin, une concubine inconnue donne naissance à21 :
- Jérôme († ap.775), abbé de Saint-Quentin.
- Rémi († 771), évêque de Rouen.


Charles Martel


Gisant de Charles Martel dans la basilique de Saint-Denis

Berthe (ou Bertrade) de LAON est la fille de Caribert de LAON, Comte de Laon en 743-744 et de Bertrade ou Gisèle de PRÜM.

Gérold I de WINSCHAU (ou VINTZGAU) est le fis de Hado de VINTZGAU, comte de Vintzgau (vers 695 - vers 754) et Gerniu de SUÉVIE

Emma d'ALÉMANIE est la fille de Nébi D'ALÉMANIE (695 - 747) et de Herswinde de SAXE (700)

Isembart II d'ALTDORF est fils de Engilbert II d'ALTDORF, comte d'Aldtorf, décédé en 772 et d'une princesse d'ALÉMANIE, fille de Huoching d'ALÉMANIE et de Ragnetrude de BAVIÈRE

6° nous avons vu que Wittekind I de SAXE est le fils de Wermeking de SAXE (710 - 768), roi de Saxons et de Gundelinde de RUGIE, princesse de Rugie

Louis I de FRANCIE "le Pieux" est, comme nous l'avons vu, le fils de Charles I de FRANCE "Charlemagne" et de Hidegarde de VINTZGAU

Ermengarde de HESBAYE est la fille de Ingramm de HASPENGAU (735 - 778), comte de Haspengau et Hesbaye et de Landrée d'HERBAUGES (775 - 778 à seulement 23 ans)

Hugues II de TOURS est le fils de Liutfrid II d'ALSACE, duc d'Alsace (745 - 802) et de Hiltrude de WORMSGAU

10° Ava de MORVOIS d'ALSACE est la fille de Gérard I de PARIS (745 - 781), comte de Paris de 775 à 779 et de Rotrude d'AUSTRASIE. Dont:
- notre Bégon de PARIS comte de Paris, comte de Toulouse et marquis de Septimanie (vers 755 - 28 octobre 816), père de:
Suzanne de PARIS, mère de:
-- Adalhard de PARIS, père de
--- Adélaïde de PARIS, épouse de Louis II de FRANCE, roi de France
- notre Leuthard I de PARIS, père de:
Engeltrude de FÉZENSAC, mère de
-- Ermentrude d'ORLÉANS épouse de Charles II de FRANCE, roi de France
- notre Ava de MORVOIS d'ALSACE
- Étienne de PARIS

11° Conrad I de BOURGOGNE est le fils de Welf d'ALTDORF (775 - 824), seigneur d'Altdorf et de Ravensburg en Bavière du IXe siècle et de Heilwich de SAXE (vers 775 - 838)


Welf Ier d'Altdorf

12° Adélaïde de TOURS est la fille de Hugues II de TOURS et de Ava de MORVOIS d'ALSACE que nous venons de voir

13° Richilde de BOURGOGNE est la fille de Boson de BOURGOGNE (800 - 855)

14° Louis II d'ITALIE "le jeune"est le fils de Lothaire I de GERMANIE et Ermengarde de TOURS que nous retrouvons à nouveau. Il est donc frère de Rortrude de FRANCIE et de Lothaire II de LOTHARINGIE

15° Judith de BAVIÈRE soeur de Conrad I de BOURGOGNE est la fille de Welf d'ALTDORF (775 - 824), seigneur d'Altdorf et de Ravensburg en Bavière du IXe siècle et de Heilwich de SAXE (vers 775 - 838) que nous venons de voir

16° Engelgtrude de FÉZENSAC est la fille de Leuthard I de PARIS Comte de Fézensac († 811) et de Grimeut d'ALSACE

17° Suzanne de PARIS est la fille de Bégon de PARIS comte de Paris, comte de Toulouse et marquis de Septimanie (vers 755 - 28 octobre 816) et de Alpaïs... (vers 793 - 23 juillet 852)

18° Guy II de NANTES est le fils de Wido d'ALSACE comte d'Alsace


À la 38ème génération:

Charles MARTEL est le fils illégitime de Pépin II d'HÉRISTAL, Maire du Palais d'Austrasie Maire du Palais de Neustrie et de Bourgogne (635 - 16 décembre 714) et de Alpaida ou Elfide ou Alpais...


Saint Hubert de Liège offre ses services à Pépin d'Héristal

Pépin d'HÉRISTAL sera également marié à Adéalïde de BRUYÈRE de SAXE (650 - 705) fille de Childebrand de BRUYÉRE

Chiltrude de THURGOVIE est la fille de Liévin de TRÈVES, évèque de Trèves (654 - 713) et de Willigarde de BAVIÈRE (655)

Caribert de LAON est le fils de Bertrade de PRÜM ou Bertrade l'ancienne est connue par plusieurs actes :
Elle fait d'importantes donations de terres pour la fondation du monastère de Prüm (721), pour le repos de ses fils décédés, en présence de son fils survivant Caribert et de trois autres parents : Bernier, Rolande et Thierry.
La même année, et toujours en présence de Caribert, elle fait une donation de terres à l'abbaye d'Echternach, fondée en 697 par Irmina d'Oeren.

Bertrade ou Gisèle de PRÜM est la fille de Hugobert d'AUSTRASIE, Prince Bavarois Sénéchal en 693 et, probablement, de Irmina d'OEREN, Abesse d'Oeren de 698 à 706, ou à l'une de ses soeurs.
Elle est connue par l'acte de fondation de l'abbaye d'Echternach à laquelle elle cède la moitié d'une villa qu'elle possédait dans cette cité. L'autre moitié de la villa est ensuite cédée en 706 par Plectrude, femme de Pépin de Herstal et fille du sénéchal Hugobert, qui déclare la tenir de la succession de Théodard, fils du duc Théothar. Les historiens s'accordent à penser que la villa d'Eternach avait été antérieurement l'objet d'un partage entre le duc Théothar et son frère, père d'Irmina. Ce père non nommé est identifié sur des considérations onomastiques à saint Théodard, évêque de Maastricht de 662 à 6692.
Un autre acte, datant de 704 fait état de la donation à l'abbaye d'Echternach, par la religieuse Immine et ses filles Attale et Rolande, de biens situés à Bedelinga venant de leurs parents. Traditionnellement, cette religieuse Immine est identifié à Irmine

Dans la mesure où Hugobert d'AUSTRASIE est bien l'époux d'Irmina d'OEREN, il est également le père de :
- Adèle, abbesse de Pfalzel, marié à Odon et mère d'Albéric et de Gerlinde, femme du duc Adalbert d'Alsace
- Regentrude, femme de Théodebert, duc de Bavière et mère du duc Hugobert de Bavière
- Rolande, peut-être épouse de Bernarius et ancêtre des Wilhelmides.

Hado de VINTZGAU est le fils de Agilulf I de VINTZGAU (vers 695 - vers 754)

Nébi D'ALÉMANIE est le fils de Huoching d'ALÉMANIE, Prince des Alamans (660 - 727) et de Berthe de NEUSTRIE (676 - 742). Il est le demi-frère de Chrodeline d'AQUITAINE, née d'un second mariage de Berthe de NEUSTRIE avec Norbert d'AQUITAINE

Herswinde de SAXE est la fille de Weybrecht de SAXE (675) et de ... d'ASCANIE (680) et la soeur de Wermeking de SAXE

Engilbert II d'ALTDORF est le fils de Isembart d'ALTDORF comte d'Altdorf (†736)

Wermeking de SAXE est le fils de Weybrecht de SAXE (675) et de ? d'ASCANIE (680)

10° Gundelinde de RUGIE est la fille de Gundelhard de RUGIE, roi des Rugiens (700)

11° Ingramm de HASPENGAU est le fils de Robert I de HASPENGAU Duc de Haspengau, Comte de Wormsgau et d'Oberrheingau (710 - 764) et de Williswinthe de WORMS (710); dont:
- Ingramm de HASPENGAU
- Robert de HASPENGAU (736)
- Lambert III de HASPENGAU (738)
- Hiltrude de HASPENGAU (750)
- notre Cancor de HASPENGAU
- Thuringbert de HASPENGAU

12° Landrée d'HERBAUGES  est la fille de Garnier I d'HERBAUGES (732 - 794) et de Landrée d'HASPENGAU (735)

13° Liutfrid II d'ALSACE est le fils de Luitfrid I d'ALSACE (715 - 767), duc d'Alsace et de Hiltrudis... (705). Dont:
- Rhutard de NORDGAU, comte du pagus septentrionalis qui comprend la plus grande partie de la Basse-Alsace jusqu à la Lauter et de l’Ortenau, sur la rive droite du Rhin. Il épouse Hirmensinde. Il est appelé duc comme fils de duc, selon la courtoisie ordinaire de ces temps. Il fonde et dote plusieurs abbayes surtout celles de Gengenbach et Schwarzach (Bade-Wurtemberg) et meurt le 28 janvier 765, sans enfants, ce qui l’engage à léguer la marche d’Ettenheim (Bade-Wurtemberg) à l’évêché de Strasbourg. Il est enterré à Gengenbach, avec Hirmesinde, son épouse.
- Luitfrid II d'ALSACE (vers 745-800), comte de Sundgau


Gegenbach (RFA) où sont enterrés Luidfrid I D'Alsace et son épouse Hiltrudis

13° Rortrude d'AUSTRASIE est la fille de Carloman d'AUSTRASIE, moine (714 - 754)

14° Welf d'ALTDORF est le fils de Rothard d'ARGENGAU et de Ermenane... Dont:
- notre Welf d'ALTDORF
- Raoul de BAVIÈRE
- Emma de BAVIÈRE
 
15° Heilwich de SAXE est peut-être la fille de Wittekind I de SAXE, roi de Saxe (755 - 7 janvier 810),  l'un des plus obstinés opposants à la christianisation de son peuple, ce qui fait également de lui l'un des principaux adversaires que Charlemagne rencontra durant ses campagnes pour étendre le royaume des Francs. et de Svatana de SAXE, duchesse de Saxe (vers 755). Dont:
- Hasala de SAXE (773)
- notre Wigbert de RINGELHEIM
- notre Heilwich de SAXE
D'un autre mariage avec Geva de VESTFOLD, il aura:
- notre Wilpert I de SAXE (805 - 825)


Charlemagne obligeant les saxons à être baptisés

16° Hugues II de TOURS est le fils de Liutfrid II d'ALSACE, duc d'Alsace (745 - 802) et de Hiltrude de WORMSGAU

17° Ava de MORVOIS d'ALSACE est la fille de Gérard I de PARIS (745 - 781), comte de Paris de 775 à 779 et de Rotrude d'AUSTRASIE. Dont:
- notre Bégon de PARIS ,comte de Paris, comte de Toulouse et marquis de Septimanie (vers 755 - 28 octobre 816), père de:
• Suzanne de PARIS, mère de:
-- Adalhard de PARIS, père de Adélaïde de PARIS, épouse de Louis II de FRANCE, roi de France
- notre Leuthard I de PARIS, père de:
• Engeltrude de FÉZENSAC, mère de
-- Ermentrude d'ORLÉANS épouse de Charles II de FRANCE, roi de France
- notre Ava de MORVOIS d'ALSACE
- Étienne de PARIS

18° Boson de BOURGOGNE (800 - 855) est le fils de Boson de BOURGOGNE (770)

19° Lothaire I de GERMANIE que nous retrouvons une fois de plus est le fils de Louis I de FRANCE et Ermengarde de HESBAYE

20° Ermengarde de TOURS son épouse est de même la fille de Hugues II de TOURS et de Ava de MORVOIS d'ALSACE

 21° Leuthard de PARIS est le fils de Gérard I de PARIS Comte de Paris (775-779) décédé en 779 et de Rortrude d'AUSTRASIE

22° Grimeut d'ALSACE est la fille de Grimhilde de PARIS (755)

23° Suzanne de PARIS, que nous avons déjà rencontrée est la fille de Bégon de PARIS comte de Paris, comte de Toulouse et marquis de Septimanie et de Alpaïs..



À la 39ème génération: (il y a de très nombreux doublons que je m'efforce de ne pas citer plusieurs fois):


d'après Wikipedia

Pépin II d'HÉRISTAL est le fils de Anségisel de METZ, Maire du Palais d'Austrasie (619 - 679)
Il est connu par les diplômes de son fils Pépin le Jeune qui se contente de le nommer, sans préciser ses rôles ni ses titres. En 727, le Liber Historiae Francorum confirme cette information. Il est cité dans plusieurs actes des abbayes de Stavelot et Malmédy vers 648 parmi les fidèles du maire du palais Grimoald avec son frère Clodulf et avec le qualificatif de domestique. C'est tout ce que mentionnent les documents contemporains.
À la fin du viiie siècle, Paul Diacre, dans son Histoire des Lombards le mentionne mais le nomme Anchises et le qualifie de major domus. Vers 805, les Annales Mettensespriores le qualifient de princeps. On constate déjà la tendance des Carolingiens à glorifier leurs ancêtres et à les rattacher aux Troyens (Anchise est le père d'Énée) et, à travers ce lien, à la Rome Impériale. Le silence des sources contemporaines permet d'affirmer qu'Ansegisel n'a jamais été ni maire de palais ni prince, et les récits l'affirmant résultent soit d'une volonté de surévaluer l'importance des ancêtres de Charlemagne, soit d'une confusion avec Adalgisel, effectivement maire du palais à l'époque considérée

Il épouse vers 643 ou 644 Sainte Begga de LANDEN (615 - 17 décembre 693), fille de Pépin l'Ancien, maire du palais d'Austrasie. Elle est la sœur de sainte Gertrude, seconde abbesse de Nivelles, et de Grimoald, maire du palais d'Austrasie. Les jeunes époux ont donné naissance:
- de manière certaine à Pépin le Jeune (v. 645 † 714), maire des palais d'Austrasie, de Neustrie et de Bourgogne ;
- hypothétiquement à Grimo, abbé de Corbie et archevêque de Rouen de 690 à 748, selon J. Laporte. Cette hypothèse part du principe que les évêques qui se succèdent dans un même diocèse durant le Haut Moyen Âge sont souvent apparenté. Or Griffo est précédé d'un Ansbert, parent probable de Dode, son second successeur est saint Hugues petit-fils de Pépin le Jeune. Cela place Grimo comme un parent des Arnulfinges. En rapprochant le nom de Grimo à celui de Grimoald, on le place comme parent des Pépinides. Chronologiquement, il ne peut alors qu'être fils d'Ansegisel et de Begga. Mais ses conclusions ne sont pas toujours acceptées, et J. Laporte semble confondre Griffo (ou Grippho, archevêque de 695 à 713) avec Grimo, archevêque de 744 à 7486 ;
- hypothétiquement à Clotilde Dode, épouse du roi Thierry III, selon Maurice Chaume. Cette hypothèse s'appuie sur la présence de prénoms mérovingiens au sein de la famille de Caribert de Laon et considère Bertrade de Prüm comme une fille de Thierry III et de Clotilde Dode. Puis il constate que Pépin le Bref et son épouse Bertrade, fille de Caribert, possédaient en commun deux propriétés à Rommersheim et à Rheinbach et tenaient chacun leur moitié de leur père, ce qui suppose un ancêtre commun proche. Une chronique tardive, celle d'Adémar de Chabannes, au xie siècle, donne le roi Clotaire IV, fils probable de Thierry III et de Dode, comme cousin de Charles Martel. Enfin, le nom de Clotilde Dode est rapprochée de celui de sainte Dode, l'épouse de saint Arnulf et la mère d'Anségisel.
Deux autres enfants ont été attribués à Ansegisel et à Begga, mais ces propositions sont depuis abandonnées.


Begga de landen

La Vita Beggae, rédigée au xie siècle raconte qu'Ansegisel est assassiné à Chèvremont (près de Liège) par un noble austrasien du nom de Godin ou Gundoen qu'il aurait auparavant élevé comme son fils. La date de cet évènement n'est pas mentionnée, mais elle est postérieure à 648 (un acte des abbayes de Stavelot et Malmédy le mentionne comme vivant) et antérieure à 691 (quand Begga, veuve, se retire à Andenne), 680 (Pépin le Jeune est déjà l'un des principaux chefs austrasiens) ou 669 (si l'on identifie le meurtrier à un Gundoen qui devient alors duc en Austrasie). Ce Gundoen pourrait être apparenté Otton, maire du palais d'Austrasie, prédécesseur et ennemi de Grimoald. Christian Settipani voit ce meurtre comme un vengeance de la famille d'Otton en réponse au meurtre d'Otton en 643, vengeance rendue possible par la mort de Childebert l'Adopté en 662. Devenue veuve, Begga fonde un monastère à Andenne en 691 et meurt deux ans plus tard.

Liévin de TRÈVES est fils de Guérin I de PARIS, Comte de Paris et de Thurgovie (630 - 677) et de Gunza de THURINGE

Willigarde de BAVIÈRE est fille de Théodose V de BAVIÈRE (vers 625 - vers 718) et de Regintrude d'AUSTRASIE

Bertrade de PRÜM est peut-être la fille de Hugobert d'AUSTRASIE, Prince Bavarois Sénéchal en 693 et, probablement, de Irmina d'OEREN, Abesse d'Oeren de 698 à 706, ou à l'une de ses soeurs.
Elle est connue par l'acte de fondation de l'abbaye d'Echternach à laquelle elle cède la moitié d'une villa qu'elle possédait dans cette cité. L'autre moitié de la villa est ensuite cédée en 706 par Plectrude, femme de Pépin de Herstal et fille du sénéchal Hugobert, qui déclare la tenir de la succession de Théodard, fils du duc Théothar. Les historiens s'accordent à penser que la villa d'Eternach avait été antérieurement l'objet d'un partage entre le duc Théothar et son frère, père d'Irmina. Ce père non nommé est identifié sur des considérations onomastiques à saint Théodard, évêque de Maastricht de 662 à 6692.
Un autre acte, datant de 704 fait état de la donation à l'abbaye d'Echternach, par la religieuse Immine et ses filles Attale et Rolande, de biens situés à Bedelinga venant de leurs parents. Traditionnellement, cette religieuse Immine est identifié à Irmine

Dans la mesure où Hugobert d'AUSTRASIE est bien l'époux d'Irmina d'OEREN, il est également le père de :
- Adèle, abbesse de Pfalzel, marié à Odon et mère d'Albéric et de Gerlinde, femme du duc Adalbert d'Alsace
- Regentrude, femme de Théodebert, duc de Bavière et mère du duc Hugobert de Bavière
- Rolande, peut-être épouse de Bernarius et ancêtre des Wilhelmides.
 
à moins que Bertrade de PRÜM ne soit la fille de Thierry III de FRANCE (5 - 691) Roi de Bourgogne en 670-673 et de Francs en 690-691et de Clotilde Dode de METZ Reine de Bourgogne (650 - 699)
Bien que le Liber Historiae Francorum la nomme Clotilde, les chartes et diplômes contemporains la nomment Chrotechildis ou Chrothildis, soit Rothilde, ainsi que l'a montré Karl-August Eckardt. Quant au nom de Doda, il apparaît dans la mention de leur sépulture : « Théodoric, roi des F(rancs et) la reine Doda ». L'épitaphe précise également : « Le roi Théodoric (…) repose ici, avec sa femme Doda »


Médaillon du portail des Marmoussets de l'abbatiale Saint-Ouen de Rouen représentant Ouen,
assis sur son lit de mort, face au roi Thierry III et la reine agenouillés

De ce mariage sont nés :
- Clovis IV (v. 678 † 695), roi des Francs,
- Childebert IV († 711), roi des Francs.
À ces deux enfants s'ajoutent de manière hypothétique deux autres enfants :
- Clotaire IV († 718), roi des Francs. La question de la parenté entre Thierry III et Clotaire IV est assez complexe, d'une part parce qu'aucun document contemporain ne la précise, d'autre part parce que les quelques sources tardives qui la mentionnent sont souvent contradictoires entre elles et avec les autres données connues. Il semble cependant que, compte tenu de la restitution des différentes confusions qui ont induit ces incohérences, Clotaire IV soit le fils de Thierry III et de Clotilde Dode.
- Bertrade ou Gisèle de PRÜM, fondatrice de l'abbaye de Prüm et mère du comte Caribert de LAON.

Huoching d'ALÉMANIE est le fils de Gottfried d'ALÉMANIE, Duc des Alamans en Réthie, décédé en 707 et de Ragnetrude de BAVIÈRE

Isembart d'ALTDORF est le fils de Engelibert I d'ALTDORF Comte d'Altdorf (†718)

Robert I de HASPENGAU est le fils de Landbert II de HASPENGAU (665 - 725) et de Chrolinde de NEUSTRIE

Williswinthe de WORMS est la fille de Adlheim de WORMS

Garnier I d'HERBAUGES est le fils de Lambert I d'HERBAUGES (690), comte d'Herbauges et de ... d'ARTOIS (705)

10° Luitfrid I D'ALSACE est fils de Adalabert d'ALSACE, décédé en 722 et de Gelindre... Il est le frère de Sainte Odile de HOHENBOURG, patronne de l'Alsace (Obernay 662 - Hohenbourg 720)


Sainte Odile

11° Carloman d'AUSTRASIE est le fils de Charles MARTEL, Duc des Francs de 717 à 741 et de Chiltrude de THURGOVIE (667 - 724). Il est le frère de Pépin III de FRANCE et le demi-frère de Aude de FRANCIE, épouse de Thierry d'AUTUN

12° Rothard d'ARGENGAU est le fils de Hardrade d'ARGENGAU

13° Wittekind I de SAXE est le fils de Wermeking de SAXE (710 - 768) et de Gundelinde de RUGIE, que nous avons déjà rencontrés

À la 40ème génération:

Anségisel de METZ est le fils de Saint Arnould de METZ, né vers 582 à Lay-Saint-Christophe et mort probablement en 640 ou 641 au Saint-Mont de Saint-Amé, était le 29e évêque de Metz. Il gouverna dans les faits avec Pépin de Landen le royaume d'Austrasie, puis devint moine au Saint-Mont.
C’est le fondateur de la dynastie des Arnulfiens, alliée des Pépinides. Père d’Ansegisel, aïeul de Pépin de Herstal, quadrisaïeul de l’empereur Charlemagne, il est l'ancêtre de la dynastie carolingienne.
C'est un saint chrétien fêté localement le 18 juillet, saint patron des brasseurs lorrains. En effet, peu de temps après sa mort, ses reliques furent rapportées de Remiremont à Metz. Arrivées près de Champigneulles (ou de Nossoncourt selon d'autres versions de la légende), les personnes qui les rapportaient manquèrent de bière et prièrent saint Arnoul afin d’avoir de quoi se restaurer. Leurs prières furent exaucées lorsqu’ils retrouvèrent miraculeusement de la bière dans leurs tonneaux vides.
On possède sur le saint, deux Vita Arnulfi, la première écrite peu de temps après sa mort par un moine, la seconde par un certain Ummo au xe siècle. D’après ce second texte, il est né sous Maurice Ier, dans la villa Layum probablement Lay-Saint-Christophe près de Nancy. Sa naissance remonterait donc entre 582 et 590. Il reçut l’enseignement qui était alors en vigueur dans les familles aisées.
Il travaille ensuite au palais d’Austrasie auprès de Gundulf, son grand-oncle, qui exerçait au poste de chef du palais et de conseiller du roi. Puis il entre, pendant une douzaine d’années, au service du roi Théodebert II dont il est un temps intendant des domaines royaux
Il songe à se retirer pour mener une vie ascétique mais sa famille parvient à le marier vers 610 à Dode de SCHELDE avec qui il aura deux fils Chlodulf († 697) et Ansegisel († av.679)
Clotaire II le nomme précepteur de son fils Dagobert Ier, dernier grand roi mérovingien. Il est domesticus, c’est-à-dire conseiller de celui-ci. Lorsque Clotaire II nomma Arnoul évêque de Metz, son épouse Dode de SCHELDE entra au couvent puisqu’un évêque ne peut être marié.


Saint Arnould de Metz

Begga de LANDEN est la fille de Pépin I de LANDEN (580 - 639), dit l'Ancien ou leVieux, Maire du Palais d'Austrasie.
Aucun document contemporain ne mentionne le nom de ses parents, et la Vita Garitrudis abbatissae Nivialencis rédigée au viie siècle se borne à dire que son origine est si illustre que nul en Europe n'ignore le nom et la gloire de ses aïeux. Au xe siècle, la Genealogia regum Francorum parle de « Carloman, maire du Palais d'Austrasie sous Théodebert II [596-612] et père de Pépin », puis au xie siècle, la Vita Pippini ducis le dit simplement fils d'un Carloman, sans plus de précision. La documentation contemporaine permet de confirmer l'inexistence d'un maire du palais nommé Carloman au début du viie siècle. Les historiens sont partagés sur l'existence même de Carloman, certains rejetant complètement l'information. Mais cette mention de Carloman comme père de Pépin dans la Vita Pippini ducis n'apporte pas de prétention particulière et semble être issue d'une autre source que la Genealogia regum Francorum. De plus, à la naissance de Charles Martel, le continuateur de Frédégaire, indique que son père Pépin de Herstal le nomma d'un nom pris à sa propre langue, c'est-à-dire à sa langue maternelle, ce qui indique que le prénom de Charles provient de sa famille maternelle, donc celle de Pépin de Landen.
Quant à sa mère, elle reste inconnue des différentes sources tant contemporaines qu'ultérieures. Cependant, on peut remarquer dans la parenté proche de Pépin une certain nombre de porteurs de prénoms agilolfinges. Il est en effet frère d'une Waldrade et père d'un Grimoald et d'une Gertrude. Comme aucun document ne mentionne Pépin comme un Agilolfinge, ce dernier ne peut être allié à cette famille que par les femmes. Chronologiquement, le seul lien agnatique qui rende compte de cette onomastique est que la mère de Pépin de Landen soit une fille de Garibald, premier duc de Bavière, et de son épouse Waldrade, veuve des rois Théodebald et de Clotaire Ier. Compte tenu de la transmission du prénom Gertrude, qui est celui d'une probable nièce de Garibald, à la fille de Pépin, il est possible que la mère de Pépin portait ce prénom.

Il épouse Itta-Idoberge d'AQUITAINE (592 - 652) qui, selon les Annales Laubienses, écrites au xie siècle, serait issue d'une famille sénatoriale d'Aquitaine, sœur de Modoald, évêque de Trêves. De ce mariage sont nés :
- Grimoald, né vers 615, maire du palais d'Austrasie et assassiné en 657.
- Begga, morte vers 693, femme d'Ansegisel, ancêtre des Carolingiens, abbesse d'Andennes après son veuvage.
- Gertrude (v. 626 † 659), abbesse de Nivelles après la mort de sa mère

Guérin I de PARIS est fils de Bodilon de TRÈVES, (vers 590 - 643) Religieux au Mans en 643 (qui serait descendant de Saint Liutwin, évêque de Trèves) et de Sigrade
...

Théodose V de BAVIÈRE est fils de Théodose IV de BAVIÈRE et de Fara de BAVIÈRE

Regintrude d'AUSTRASIE est la fille de Dagobert I de NEUSTRIE (le bon roi Dagobert!), roi d'Austrasie puis roi des Francs, né en 604 et décédé le 19 janvier 639 et de Ragnetrude d'ARDENNES
Son règne nous est transmis par l'intermédiaire de la chronique de Frédégaire rédigée au viie siècle, mais aussi par la Gesta Dagoberti rédigée au ixe siècle au environ de 835 par Hilduin de Saint-Denis et Hincmar de Reims.
À l'âge de neuf ans, il est atteint d'une entérite colique. Bertrude l'envoie, avec son demi-frère Caribert, dans la villa royale de Reuilly, à l'est de Paris. Il est instruit par des clercs qui lui enseignent le latin et l'histoire. À dix ans, il apprend à monter à cheval, pratique du sport et le maniement des armes. Il pratique également comme passe-temps certaines activités manuelles comme l'ébénisterie et la menuiserie. En 615, il rejoint la cour du roi son père, avec qui il entretient des relations dictées par la raison d'État, pour y suivre l'instruction de l'École du palais où il enrichit ses connaissances politiques et administratives.
En 622, il siège au conseil du royaume, où il participe aux décisions gouvernementales en étant consulté par son père et ses ministres. Il recommande la prolifération des immunistes, octroyant un diplôme royal d'immunité aux propriétaires de domaine, refusant l'accès au domaine à toute personne extérieure autre que le roi afin de limiter le pouvoir des Grands du royaume qui usurpent le pouvoir du roi pour exercer une juridiction à ses dépens et accaparer des pouvoirs judiciaires ainsi que des biens, taxes, capitations, récoltes... Il promeut également des recommandations pour assurer une meilleure hiérarchisation seigneuriale : un seigneur reçoit l'hommage d'un guerrier ou d'un chef qui prête serment de fidélité et offre ses services en échange d'avantages et de la protection du seigneur. Une protection spéciale et des devoirs particuliers sont attribués à ceux qui se recommandent au roi. Les leudes sont des recommandés qui placent leurs terres sous la protection du roi et en échange de quoi, le roi leur en offre d'autres.


sceau de Dagobert

Il se consacre à l'amélioration du système judiciaire afin d'étendre les compétences du roi par la mise en place de réformes. Le wergeld («prix de l’homme») pour une même catégorie sociale est pratiquement équilibré, quelle que soit la naissance des hommes, les conditions de l'état civil, de la famille, des successions s'uniformisent. En conformité avec l'édit de 614, il impose que durant les jugements, un évêque ou un clerc intervienne pendant les débats ou délibérations pour réduire les injustices. Le comte du palais ou le clerc peuvent demander la reconsidération des sentences et interjeter appel. Il pousse à la périodicisation régulière des sessions, au maintien des jurys populaires, à la désignation de conseillers-auditeurs compétents au mandat de longue durée.
En matière fiscale, il ordonne la restauration du cadastre, le versement annuel d'une redevance par les Grands. Les levées exceptionnelles sont supprimées et le droit de gîte et d'hospitalité, qui permet au roi et son escorte de bénéficier d'un hébergement et de subsistance, n'est plus accablant et des dédommagements sont accordés aux cités d'accueil. Les zones de stationnement et les relais des armées doivent être dédommagées par les provinces ou le pays dans son ensemble. Il encourage les comtes à rendre une justice moins intéressée en accroissant les inspections, les modifications de sentences. Il accorde des faveurs aux magistrats intègres. Il dote les comtes de bénéfices personnels qu'ils tentent de rendre héréditaires.

En janvier 632, Caribert II meurt. La volonté d'autonomie en Aquitaine est ébranlée par la mort du roi. Il est décidé que le duc Egina et l'évêque de Toulouse assurent la gouvernance de l'Aquitaine accompagné par l'évêque Didier de Cahors, qui dispense des conseils en cas de problème, pendant la minorité de Chilpéric. Cependant, celui-ci meurt quelques temps après, peut-être assassiné sur ordre de Dagobert. Le 8 avril 632, il récupère l'Aquitaine, reconstituant ainsi le royaume franc tel qu'il était sous le règne de son père. Dès lors, il choisit de quitter l'Austrasie, et de prendre Paris pour capitale, de par sa position géographique au centre du royaume.


Dagobert reçoit le royaume Franc par les évêques et les grands de Burgondie. Bibliothèque municipale de Castres. xive siècle

Il se sépare ensuite de Pépin de Landen, tentant de recouvrer un peu du pouvoir que son père avait laissé aller aux maires du palais. Il choisit alors d'excellents conseillers tels que le chancelier Didier, le référendaire (gardien du sceau royal) Dadon (canonisé sous le nom de Saint Ouen) et l'orfèvre Eligius (futur saint Éloi). Avec leur aide, il s'occupe en priorité des affaires intérieures du grand royaume des Francs et son règne constitue une trêve heureuse dans l'anarchie mérovingienne et apporte une paix relative, grâce à sa volonté d'unifier le gouvernement du pays. Il entreprend un certain nombre de réformes essentielles :
Il lutte contre les revendications autonomistes de certaines parties de la noblesse, et continuant l'œuvre entreprise par Clotaire II, il parvient à supprimer la pratique successorale dite de la « patrimonialité » qui fut, à cause des mésententes de partage, génératrice de nombreux conflits.
Il parvient aussi à réorganiser l'administration et la justice du royaume, et prend l'initiative, sur les conseils de l'ancien orfèvre Éloi, d'éliminer toute la fraude monétaire, en centralisant au palais la frappe de la monnaie.
Il développe également l'éducation et les arts, et fait de nombreux dons importants au clergé (il fonde entre autres l'abbaye de Saint-Denis qui accueille son tombeau quelques années plus tard) : il lui accorde un droit de foire où tous les ans à partir du 9 octobre, jour de la saint Denis, le clergé peut organiser une foire pour effectuer du commerce et prélever des taxes à la place du pouvoir royal. Il aide Éloi à la fondation du monastère de Solignac, près de Limoges, et celui de saint Martial, dans l'île de la cité à Paris. Il accorde des privilèges d'immunité à Dadon, favorise le monastère de Rebais et choisit Didier au siège épiscopal de Cahors. Il est en fait le dernier roi mérovingien à diriger personnellement le regnum francorum.
En 638 ou 639, Dagobert tombe malade d’un flux au ventre à Épinay-sur-Seine; il recommande alors la reine Nanthilde et son fils Clovis au maire du palais de Neustrie Aega. Il meurt quelques jours après, un 19 janvier.
À sa mort, ses deux héritiers sont encore très jeunes : Sigebert a huit ans et Clovis quatre ; l'unité de commandement disparaît et les luttes et l'anarchie reprennent. Le pouvoir des maires du palais va s'accroître au détriment des rois, car ils en profitent pour manipuler les jeunes souverains et s'accaparer définitivement du pouvoir : c'est le début de l'époque dite des Rois fainéants qui marquera la fin de la dynastie mérovingienne.

Hugobert d'AUSTRASIE est le fils de Albéric d'AUSTRASIE et de Adèle de TRÈVES.

Irmina d'OEREN (si tant est qu'elle soit notre ancêtre) semble être la fille de Saint Théodard d'OEREN, évêque de Maastricht de 662 à 669 et de Ragenstrude de NEUSTRIE (632)...

... à moins qu'il ne faille retenir Thierry III de FRANCE, fils de Clovis II de FRANCE "le Fainéant" Roi de Neustrie - Roi de Francs de 640 à 657 (634 - 657) et de Bathilde d'ASCANIE: Sainte Bathilde dont la ville de Chelles posséde encore les reliques; et Clotilde Dode de METZ qui est la fille de Angésisel de METZ et Begga de LANDEN que nous avons déjà vus.

Gottfried d'ALÉMANIE est le fils de Leutharius d'ALÉMANIE († 675) et de ? de BURGONDIE

Ragnetrude de BAVIÈRE est peut-être la fille de Théodon ou Agilulf de BAVIÈRE et de Gleisnod ...

10° Landbert II de HASPENGAU pourrait être le fils du (très hypothétique) Chrodobertus II de HASPENGAU et (pourquoi pas?) de Théodorata de LOMBARDIE mais aucun historien sérieux ne l'affirmerait...

11° Lambert I d'HERBAUGES est le fils de Natier I d'HERBAUGES (660) comte d'Herbauges et de ? de WORMSGAU

12° Adalabert d'ALSACE est le fils de Etichon - Aldaric (ou Aldéric ou encore Aléaric) d'ALSACE (décédé en 690), seigneur puissant, riche propriétaire, originaire du pagus Attoariensis, la région autour de Dijon. Il s’installe à Oberehnheim, dans une villa royale et la future ville se développe à partir de cette demeure. C'est là qu'il rend la justice à ses vassaux. Il est déjà un personnage influent au niveau politique et militaire en Austrasie.
Le territoire que tient Etichon-Aldaric d'Alsace est plus réduit que celui du duc Boniface, son prédécesseur. Il est situé à l’est des crêtes des Vosges, de l’abbaye de Surbourg, au sud de la Sauer (rivière), jusqu’au sud de l’abbaye de Moutier-Grandval, située dans le nord du Jura. Il inclut le Brisgau et une partie de la plaine rhénane de l’autre côté du Rhin.
Les historiens du temps nous le représentent comme un homme droit, sincère, libéral, ferme dans ses résolutions et véritablement chrétien, même s’il a parfois un comportement dur et cruel.
Selon la légende, le duc Aldaric serait toutefois un homme ambitieux et cruel, d'un caractère versatile. L'histoire l'accuse d'avoir fait assassiner par ses soudards l'abbé Germain de Moutier-Grandval et certains auteurs pensent même qu'il participa à la mort violente de saint Léger, évêque d'Autun ainsi qu'à celle de saint Colomban.
Certains historiens et écrivains lui ont cependant donné le titre de Saint.



Saint Etichon - Aldaric d'ALSACE

Etichon-Adalric d'ALSACE se marie avec Bérhésinde ou Berswinde vers 655. Les parents de Berswinde ne sont pas connus, mais la Chronicon Ebersheimense précise qu'elle est fille d'une sœur de saint Léger, évêque d'Autun et qu'une de ses sœurs fut reine des Francs. La seule reine qui peut correspondre est Chimnéchilde, femme de Sigebert III, roi d'Austrasie. Ici s'arrêtent les certitudes concernant la famille de Berswinde
Cette alliance augmente encore le crédit d'Adalric, il affirme sa puissance locale au point d’être nommé par le roi Childéric II, duc d'Alsace, en 662, succédant au duc Boniface.
Le roi lui adresse en 663, un second diplôme de donation pour l’abbaye de Munster.
Outre l'éclat de la naissance, on admire en elle une piété sincère, qui ne se démentira jamais. La femme d'Adalric, Berswinde, est très chrétienne et ne profite de ses richesses que pour les répandre dans le sein des pauvres. Chaque jour elle se retire dans la partie la plus isolée de son palais, pour consacrer ses loisirs à la lecture des livres saints et aux exercices de la piété.
Elle prie aussi pour avoir un enfant, et ce n’est qu’au bout de plusieurs années, en 662, que naît leur première fille, Odile, qui est aveugle (Sainte Odile).

Etichon-Adalric d'ALSACE meurt le 20 février 689 en son château du Mont Sainte-Odile, où il est inhumé.
L’Alsace est en paix. Des moines, et leurs serfs défrichent les forêts. Un pouvoir fort succède à une certaine instabilité. Le vieux duc a dû lutter pour prendre le pouvoir et le transmettre. Certains disent qu’il a changé au niveau caractère, du fait de sa foi chrétienne. Mais n’est-ce pas plutôt la noblesse rhénane et l’Église locale qui ont changé. Les comtes et les dignitaires sont, du fait du jeu des alliances, ses proches. Odile, devenue sainte tout en conservant son statut de grande Dame et son rang, va devenir un modèle pour la noblesse rhénane et même occidentale au Moyen Âge.
 

À la 41ème génération:

Saint Arnould de METZ est le fils, soit de Bodogisel ou Borogisio d'AUSTRASIE, Patricien, ambassadeur à Byzance (562 - Carthage 589), soit de Arnoald, évêque de Metz. Tout cela reste bien confus.

Dode de SCHELDE est la fille de Arnould de SCHELDE (550 - 611) et de Oda de SOUABE (565)

Pépin I de LANDEN est le fils de Carloman (fils de Charles VI de HASPENGAU et de Itte de HAINAUT) et de Amalaberge de THURINGE

Bodilon de TRÈVES est fils de ... de TRÈVES et de ... de MEAUX

Dagobert I de NEUSTRIE est le fils de Clotaire II de NEUSTRIE, Roi de Neustrie, Roi des Francs (584 - 629).
La Neustrie, "Neustria", "Neustrasia" ou même "Neptrecus" dans les chroniques latines qui en font connaître l'histoire, est le royaume franc qui couvrait le nord-ouest de la France actuelle, et avait pour capitale Soissons. Néanmoins, il semble que le terme de Neustrie ne soit apparu qu'un siècle après la création du royaume.


Clotaire II

Âgé seulement de quelques mois, Clotaire II, fils de Chilpéric Ier, hérite de la Neustrie à la mort de son père en 584. À la mort de Thierry II de Bourgogne, en 613, Clotaire II récupère l'Austrasie et devient ainsi roi des Francs qui récupère aussi l'Aquitaine.
Il épouse probablement  Bertrude de BURGONDIE (590 - 620).
Bien que ses origines soient inconnues, on sait que le puissant maire du Palais Erchinoald était cousin du jeune roi Dagobert Ier par sa mère, ce qui ferait de Bertrude une sœur de sainte Gerberge et une fille des nobles Richomer et sainte Gertrude. On ignore cependant la filiation maternelle des fils du roi Clotaire II, les princes Dagobert Ier et Caribert II, puisqu'on lui connait trois épouses différentes (Haldetrudis, Bertetrudis et Sichildis).
La Chronique du Pseudo-Frédégaire la prétend particulièrement aimée de son mari et très honorée par les Francs. Elle précise par ailleurs que la reine déjoua un complot qui prévoyait l'assassinat du roi Clotaire et son remariage avec l'usurpateur régicide, un noble d'origine burgonde.
Elle mourut la trente-cinquième année du règne de Clotaire II, ce qui tombe en 618 ou 619 dont les fils sont:
- Dagobert I de NEUSTRIE
- Caribert II de NEUSTRIE vice-roi d'Aquitaine de 629 à 631 (608 - 631)

Albéric d'AUSTRASIE est le fils de Hugues d'AUSTRASIE

Leutharius d'ALÉMANIE est le fils de Usélinus ou Cuno d'ALÉMANIE Duc d'Alémanie

Étichon Aléaric d'ALSACE est le fils de ce Leutharius d'ALÉMANIE


À la 42ème génération:

Bodogisel d'AUSTRASIE et fils de Mummolin d'AUSTRASIE maire du palais de Neustrie en 566, ambassadeur à Constantinople en 585 (520 - 566) et de Palatina d'ANGOULÈME (530), qui auront également:
- Babon d'AUSTRASIE, ambassadeur à Constantinople en 585

Arnould de SCHELDE est le fils de Ansbert de SCHELDE (523 - 570) et de Bilichilde... (525)

Carloman est fils de Charles VI de HASPENGAU et de Itte de HAINAUT. Encore une longue lignée, mais probablement plus ou moins mythique:
- Charles VI de HASPENGAU
serait le fils de Charles V de HASPENGAU et de Astrapuis...
-- Charles V de HASPENGAU
est fils de Landon, Premier Maire du palais en Gaulle,
--- fils de Charles IV de HASPENGAU,
---- fils de Ansygius de HASPENGAU,
----- fils de Toxander de HASPENGAU,
------ fils de Martisiandos de HASPENGAU,
------- fils de Arsatos de HASPENGAU,
-------- fils de Vuéric de HASPENGAU,
--------- fils de Godefroy II de HASPENGAU,
---------- fils de Godard I de HASPENGAU,
----------- fils de Octave de HASPENGAU,
------------ fils de Julius de HASPENGAU,
------------- fils de Charles III de HASPENGAU,
-------------- fils de Priapus de HASPENGAU,
--------------- fils de Charles II de HASPENGAU (et de Suriente...),
---------------- fils de Godefroy I des MENAPPES, Roi des Menappes,
----------------- fils de Menappius des MENAPPES,
------------------ fils de Charles des MENAPPES,  
------------------- fils de Heimdal des MENNAPES.
Ouf! si tout cela est vrai (ce dont je doute fort) on remonterait à la 63ème génération.

4° nous ne connaissons pas le nom du père de Bodilon de TRÈVES mais savons qu'il est le petit-fils de fils de Garnier I de TRÈVES

5° nous ne connaissons pas le nom de la mère de Bodilon de TRÈVES mais savons qu'il est le petit-fils de Gondoald de MEAUX. Là encore nous avons une (probablement mythique) longue ascendance
- Gondoald de MEAUX serait le fils fils de Agilvald de BAVIÈRE,
-- fils de ... de BURGONDIE (et de Agilulf de BAVIÈRE),
--- fils de Godogisel de BURGONDIE (450 - 500) et de Théololine de BURGONDIE,
---- fils de Gundéric de BURGONDIE (411 - 463) et de Clothilde de WISIGOTHIE.
------ Gundéric de BURGONDIE est fils de Gundicaire de BURGONDIE (385 - 436) et de Childérama de FRANCE (392 - 446) et Gundicaire de BURGONDIE est fils de Gislahaire de BURGONDIE (360 - 411) et de Dietlinde de GOTHIE
-------- enfin Childérama de FRANCE est fille de Sunnon de FRANCE et ... d'OSTROGOTHIE

Nous ne savons pas précisément qui était Clothilde de WISIGOTHIE. Pour Laurent Lamotte, elle serait la fille de Athaulf de WISIGOTHIE (355 - 415) et de Galla Placidia de ROME (389 - 450). Je cite, juste pour le plaisir.


Galla Placidia (à droite) et ses enfants


le mausolée de Galla Placidia à Ravennes

Or Galla Placidia de ROME est la fille de Théodose I, dit "le Grand", empereur des romains (né à Cauca-Espagne en 347, d'une famille aristocratique espagnole et décédé à Milan le 19 janvier 395) et de l'impératrice Galla Flavia de ROME. Elle serait donc la demi-sœur des empereurs Arcadius et Honorius.


l'empereur Théodose I

En 380, il adhéra au symbole de Nicée, devint l’ardent défenseur des chrétiens et à Thessalonique, il publia l’édit (dit édit de Thessalonique) suivant : «Tous les peuples doivent se rallier à la foi transmise aux Romains par l’apôtre Pierre, celle que reconnaissent Damase et Pierre d'Alexandrie, c’est-à-dire la Sainte Trinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit.»
Le christianisme devenait la religion prédominante. Il condamna l’arianisme lors du second concile œcuménique de Constantinople en 381.
La répression fit sept mille à dix mille morts, selon les sources, ce qui valut à Théodose d’être excommunié par l’évêque Ambroise de Milan. Les victimes des massacres furent ici majoritairement des Romains et les massacreurs d’anciens barbares, populations au sein desquelles l’armée recrutait.
Pendant plusieurs mois, Théodose et Ambroise campèrent sur leurs positions respectives. Puis Théodose, sentant que la sienne devenait intenable, accepta de venir s’humilier publiquement devant Ambroise la tête couverte de cendres pour obtenir sa réintégration dans l’Église. C'est l’une des rares victoires de celle-ci sur le pouvoir temporel.
En 391, probablement sous l’influence de Ambroise de Milan, il supprima les dernières manifestations du paganisme « officiel » dans l’Empire (cependant, le culte survécut en clandestinité) ("Nemo se hostiis polluat", Codex Theodosianus xvi.10.10). , fondant ainsi le deuxième État chrétien (après l’Arménie, chrétienne depuis la première décennie du ive siècle) et lui valut le titre de Grand.
En 394, il fut l’auteur du décret interdisant les Jeux olympiques accusés de diffuser le paganisme (les jeux ne seront rétablis que 1502 ans plus tard en Grèce).

Théodose Iest le fils de Theodosius Flavius Honorius, Magister militum (général) exécuté à Carthage vers 375 pour des raisons inconnues. Lui-même fils de Honorius et de Thermantia. Et Galla Flavia de ROMEest la fille de Valentinien I de ROME, Empereur proclamé par l'armée de Nicée en 364, né à Cibals en 341 et décédé à Bratislava - Slovaquie le 13 novembre 375, fils de Gratien et de Fausta, et de Justinia (330 - 388), fille de Justus.

 
Clotaire II de NEUSTRIE est le fils de Chilpéric I de NEUSTRIE (536 584)
À la mort de Clotaire Ier, Chilpéric hérite de la plus petite partie du royaume des Francs, dont une grande partie de l'Église est placée sous l'autorité de Sigebert Ier, son demi-frère, lequel use de son pouvoir sur les évêques des diocèses suffragants. Durant la quasi-totalité de son règne, il tente d'accroître son domaine et combat ses demi-frères. La mort de deux d'entre eux lui permet une expansion territoriale.
Chilpéric a été l'un des derniers rois mérovingiens à régner en monarque absolu sur ses sujets, avant que le pouvoir ne s'effrite, capté par une noblesse ambitieuse.
Les épidémies et les assassinats viennent quasiment à bout de sa descendance, mais un fils, Clotaire, lui naît in extremis avant qu'il ne soit assassiné à Chelles, à l'issue d'une partie de chasse. Son royaume est alors sauvegardé par la volonté de son épouse, la reine Frédégonde, et de son dernier demi-frère Gontran, lesquels protègent le royaume pendant la minorité de son fils

Chilpéric I
et de Frédégonde de CAMBRAI.
Elle fut d'abord probablement suivante de la reine Audevère, la première épouse du roi Chilpéric Ier. Jeune femme ambitieuse, elle séduisit le nouveau roi qui remarqua sa beauté et en fit sa concubine. Frédégonde obtint de lui une promesse secrète de mariage.
La légende raconte que Frédégonde, profitant que le roi soit parti se battre en Saxe contre son frère Sigebert Ier, et espérant devenir reine à la place d'Audevère, ait abusé de la naïveté de la reine en lui faisant tenir elle-même son sixième enfant Chilsinde sur les fonts baptismaux. La reine ignorait qu'en agissant de la sorte, elle commettait une lourde faute aux yeux de l'Église. Devenue marraine de son propre enfant et donc la commère de son mari, elle ne pouvait plus partager sa couche avec le roi sous peine d'être accusée d'inceste.
Mais, désirant une aussi noble alliance que celle de son frère Sigebert, roi d'Austrasie, qui avait épousé Brunehilde, fille d'Athanagild, roi des Wisigoths, Chilpéric épousa en 566 Galswinthe, sœur aînée de Brunehilde.
Frédégonde dissimula son dépit, pour frapper plus sûrement Galswinthe, qu'on trouva un jour de 568 étranglée dans son lit. À cause du désir de la reine Galswinthe, qui cherchait à s'enfuir pour retourner en Espagne, menaçant le royaume de Neustrie, non seulement Chilpéric ne prit aucune sanction contre Frédégonde, mais il l'épousa.
Pour apaiser la colère de la reine Brunehilde, son épouse, Sigebert Ier, convoqua Chilpéric à une assemblée présidée par leur frère Gontran, qui décida que les cités que Galswinthe avait reçues à titre de domaine et de présent lors de son mariage, deviendraient immédiatement la propriété de Brunehilde et de ses héritiers. Chilpéric sembla se soumettre à la décision de ses frères pour gagner du temps, mais il ne se résolut pas à la perte de ses bonnes villes.
Ce fut le début d'une guerre civile entre les deux familles. Grégoire de Tours rapporte que dès lors, alternèrent attaques pour la reprise de ces villes et périodes de paix entre Sigebert et Chilpéric qui se déchiraient avec une extrême vigueur. Dans cette lutte, Sigebert avait l'avantage. Mais alors qu'il avait réussi à enlever à son frère presque toutes ses villes, il fut poignardé en 575 par les couteaux empoisonnés de deux émissaires envoyés par Frédégonde.
Ce fut l'un des nombreux meurtres commandités par Frédégonde, qui sévissait aussi bien dans le camp de son beau-frère que dans les rangs neustriens, parmi les rivaux potentiels de son fils, le futur Clotaire II, auquel elle voulait assurer le trône. Elle s'en prit notamment aux fils que Chilpéric avait eus de ses premières unions (Mérovée, Clovis), ainsi qu'à leur mère, Audovère († 580) et à leur sœur. En 586, elle fit assassiner dans sa cathédrale l'évêque Prétextat de Rouen.
Ayant ainsi éliminé presque toute la famille royale, Frédégonde fut soupçonnée du meurtre de son mari en 584. La redoutable reine exerça alors la régence au nom de son fils Clotaire II, alors âgé de quatre mois. Elle eut une très grande responsabilité dans l'affaiblissement de la dynastie Mérovingienne. Elle dut demander la protection du roi de Bourgogne son beau-frère Gontran, qu'elle tenta de faire assassiner. En 592, à la mort de Gontran, elle reprit la lutte contre la reine d'Austrasie Brunehilde, femme de Sigebert Ier et sœur de Galswinthe.
Grégoire de Tours décrit Frédégonde comme une femme cruelle et la rend personnellement responsable de la guerre qui déchira les Mérovingiens à son époque : «J'éprouve du dégoût à raconter la série des guerres civiles qui ont ruiné les nations des Francs...»


Chilpéric I et Frédégonde

Chilpéric Ier et Frédégonde sont les parents de :
- Rigonde (v. 569 † 589), fiancée au prince wisigoth Réccared. Lorsque le convoi qui l'emmène en Espagne apprend la mort de son père, son escorte pille les richesse du convoi et l'abandonne. Elle se réfugie dans le palais de sa mère et se débauche.
- Clodebert, mort de dysenterie en même temps que son frère Dagobert en 580.
- Samson, né vers 573, mort de dysenterie en 577.
- Dagobert, mort de dysenterie en même temps que son frère Clodebert en 580.
- Théoderic, né en 583, mort de dysenterie en 584.
- Clotaire II (584 † 629), roi de Neustrie, puis de tous les Francs

Bertrude de BURGONDIE est probablement la fille de Richomer de BURGONDIE, patrice de Burgondie (590 - 620)
Comme le dit Frédégaire, il est nommé patrice de Burgondie en 607 par Thierry II, roi de Bourgogne, après que ce dernier aie éliminé Wolf.
On ignore ce qu'il est ensuite devenu. Après sa mort, son épouse Gertrude se retire dans la vie religieuse et fonde l'abbaye d'Hamage sur les conseils de saint Amand
iI épouse sainte Gertrude de BAVIÈRE (ou d'Hamage), (570 - 649) probablement agilolfinge, qui donne naissance à :
- une fille, nommée Gerberge, mère de :
• Adalbald († 642), duc, marié à sainte Rictrude, abbesse de Marchiennes.
• Erchinoald († 658), maire du palais de Neustrie.
- probablement une fille, Bertrude, mariée au roi Clotaire II et mère de Dagobert Ier, roi des Francs

Selon le Synopsis Franco Merovingicae, écrit à la fin du xiie siècle par Andreas Silvius, moine de l'abbaye de Marchiennes, elle est fille de Theodebald, duc de Douai. Si l'existence de Theodebald et sa qualité de duc ne sont pas remises en cause car n'apportant aucune prétention généalogique, le qualificatif de « duc de Douai » est sérieusement mis en doute.
Les prénoms de Theodebald, de Gertrude et Gerberge portée par une de ses filles indiquent une appartenance aux Agilolfings. Chronologiquement, Theodebald pourrait être un frère de Garibald, premier duc de Bavière.


Sainte Gertrude de Bavière

Veuve, Gertrude se retire dans la vie religieuse et fonde l'abbaye d'Hamage sur les conseils de saint Amand. Elle meurt le 6 décembre 649 et son arrière-petite-fille sainte Eusébie (v. 636 † 16 mars 689) lui succède comme abbesse. Ses reliques sont transférées à Marchiennes le 28 octobre 686 ou 691

Usélinus ou Cuno d'ALÉMANIE est le fils de Luifrid I d'ALÉMANIE


À la 43ème génération:

Palatina d'ANGOULÈME est la fille de Maurillon d'ANGOULÈME (500) et de ... de THURINGE (510), elle-même fille de Baldéric de THURINGE (480), fils de Basin de THURINGE (450) et de Menia...

Garnier I de TRÈVES descendrait, d'après certains, de Boson de HIGGS dit "le Massif", seigneur de Genève et du Cern (1er avril 125 ou 126). Il est, à mon avis, bien difficile d'accepter cette filiation qui, en dépit de très sérieuses recherches, reste encore très hypothétique.

Chilpéric I de NEUSTRIE est le fils de Clotaire I de SOISSONS "le Vieux" (décédé le 10 novembre 561), ce qui signifie «Armée de gloire» en vieux haut-allemand. Il est le cinquième fils de Clovis I de FRANCE, le quatrième des quatre de Clotilde de BURGONDIE.
- Roi de Metz de 555 à 561
- Roi de Soissons de 511 à 561, pendant plus de cinquante ans.
- Roi d'Orléans de 524 à 561
- Co-roi de Burgondie avec son frère Childebert de 534 à 558
- Roi de Paris et des Burgondes de 558 à 561
Clotaire partage le royaume des Francs, avec ses trois frères : Thierry Ier, Clodomir et Childebert Ier, après la mort de son père survenue le 27 novembre 511.


d'après Wikipedia

En raison du droit de la mère (Mutterrecht), les différentes reines se voient accordées pour leurs fils une portion de royaume en tenant « la balance égale ». Clovis ayant eu deux épouses, le royaume est divisé en deux. Alors que l'aîné, Thierry, fils de la première épouse, est largement avantagé, Clotaire partage la deuxième moitié du royaume de Clovis avec ses deux autres frères. Son royaume se compose de deux blocs, l'un en Gaule belgique, correspondant au royaume Saliens où il établit sa capitale à Soissons et qui comprend les diocèses d'Amiens, d'Arras, de Saint-Quentin et de Tournai, l'autre en Gaule aquitaine comprenant les diocèses d'Agen, Bazas et Périgueux

À la fin de son règne et après de nombreuses guerres (guerre contre les burgondes 523 - 526, campagne de Thuringe 531, partage du royaume d'Orléans 532, invasion du royaume Burgonde 534, invasion échouée de l'Hispanie wisigothique 542, attachement du royaume de Metz 555, pacification des Saxons, mise sous tutelle de l'Auvergne) puis la mort sans descendance de Childebert, le royaume franc est à son apogée, couvrant toute la Gaule (à l'exception de la Septimanie) et une partie de l'Allemagne actuelle. Il meurt à la fin de l'année 561 laissant son royaume à ses quatre fils qui allèrent l'enterrer à Soissons, dans la basilique Sainte-Marie qu'il avait commencé à faire construire sur le tombeau de saint Médard.

On lui prête ces dernières paroles sur son lit de mort :
«Hélas ! Quel est donc ce Roi du Ciel qui fait mourir ainsi les plus puissants Rois de la Terre! Comme il n'est pas mortel, il est sans comparaison, meilleur que le plus grand prince de la Terre ; s'il est donc meilleur, il est plus puissant, et s'il est plus puissant, il est miséricordieux ; car il ne disperse en la vengeance de ceux qui l'ont desservi, ainsi que font maints mortels princes.» — Grégoire de Tours, Histoires, livre IV


Clotaire I de Soissons

Selon Grégoire de Tours, « Le roi Clotaire a eu sept fils de diverses femmes, à savoir : d’Ingonde il eut Gonthier, Childéric, Charibert, Gontran, Sigebert, et une fille, nommé Closinde ; d’Arnegonde, sœur d’Ingonde, il eut Chilpéric ; et de Chunsine, il eut Chramne »
Vers 516, à environ vingt ans, il épouse Ingonde qui doit être une esclave du domaine royal. Elle lui donne pour fils:
- Gonthier vers 517,
- Childéric vers 518,
- Caribert vers 519,
- Gontran vers 528
- et Sigebert en 535.
- Ils ont également une fille nommé Chlodosinde. Sa mort survient bien au-delà de l'année 536.
Clotaire se marie également avec Chunsine, probablement sa deuxième reine avec qui elle a un fils nommé:
-  Chramne entre 520 et 540.
En 524, il épouse la reine franque Gondioque, veuve de son frère aîné Clodomir.
Entre 525 et 527, il épouse Arnegonde (de THURINGE ?) qui lui donne un fils,
- Chilpéric I de NEUSTRIE.
En 538, il se marie avec la princesse thuringienne Radegonde dont il n'aura aucun enfant.
En 555, il épouse enfin la princesse lombarde Vuldetrade, veuve de son petit-neveu Theodebald. Elle est ensuite répudiée.
Une femme, qui était d'un rang plutôt aisé, présente son fils nommé Gondovald, né à la fin des années 540 ou au début des années 550, comme un fils de Clotaire. Clotaire «ayant semé des enfants dans toute la Gaule», il s'agit là d'une «affirmation aussi plausible qu'invérifiable» car si la mère le certifie, Clotaire lui-même doute de cet enfant. Il reçoit une éducation littéraire et se laisse pousser les cheveux, signe de son appartenance royale. Sa mère l'amène à la cour du roi Childebert Ier à qui elle certifie qu'il s'agit de son neveu. Childebert, n'ayant pas de descendant mâle, accepte de le garder à ses côtés mais Clotaire le réclame. Il refuse cependant de le reconnaître comme son fils et le fait tondre préférant le garder en vie au cas où Gondovald serait vraiment son fils.

Frédégonde de CAMBRAI serait née à Haucourt (Pas-de-Calais, entre Arras et Cambrai) dans une famille de petite noblesse.

Ricomer de BURGONDIE est fils de Betton de REIMS (535) et de Austregilde d'ORLÉANS (540)

sainte Gertrude de BAVIÈRE (ou d'Hamage) est la fille de Théobald de BAVIÈRE (545), fils de Agivald de BAVIÈRE (515), fils de Agilulf de BAVIÈRE (490) et de ... de BURGONDIE (490), elle-même fille de Godogisel de BURGONDIE (450 - 500) et de Théodoline de BURGONDIE etc. nous avons déjà vu cette branche hypothétique à la génération précédente.

Luifrid I d'ALÉMANIE est le fils de Leutharius I d'ALÉMANIE


À la 44ème génération:

Clotaire I de SOISSONS est le cinquième fils de Clovis de FRANCIE (celui du fameux vase de Soissons) roi de France (Tournay 466 - Paris 27 novembre 511), le quatrième des quatre de Clotilde de BURGONDIE.
Clovis est roi des Francs saliens, puis roi de tous les Francs de 481 à 511.
Issu de la dynastie des Mérovingiens, il est le fils de Childéric Ier, roi des Francs saliens de Tournai, et de la reine Basine de Thuringe. Brillant chef militaire, il accroît considérablement le territoire du petit royaume des Francs saliens dont il hérite à la mort de son père pour unifier une grande partie des royaumes francs et annexer les territoires des Wisigoths dans le sud de la Gaule.
Le règne de Clovis est connu à travers la description qu'en fit l'évêque gallo-romain Grégoire de Tours, et dont l'Histoire des Francs, est riche d'enseignements, bien que ce texte semble essentiellement à visée édifiante.
Clovis fut considéré dans l'historiographie comme un des personnages historiques les plus importants de l'histoire de France ; le courant républicain en fit le premier roi de ce qui était devenu la France à partir du xiiie siècle, et la tradition monarchiste vit en lui le premier roi chrétien du royaume des Francs.

L'évêque de Reims, le futur saint Remi, cherche alors probablement la protection d'une autorité forte pour son peuple, et écrit à Clovis dès son avènement. Les contacts sont nombreux entre le roi et l'évêque, ce dernier incitant d'abord Clovis à protéger les Chrétiens présents sur son territoire. Grâce à son charisme et peut-être en raison de l'autorité dont lui-même jouit, Remi sait se faire respecter de Clovis et lui sert même de conseiller.


Saint Remy et Clovis Ier. Jacobus de Voragine, Legenda aurea, xive siècle.

À la suite d'ambassades répétées auprès du roi Gondebaud, Clovis choisit de prendre pour épouse Clotilde de BURGONDIE, une princesse catholique de haut lignage, fille du roi des Burgondes Chilpéric II et de la reine Carétène (ce peuple voisin des Francs était établi dans les actuels Dauphiné et Savoie).
Le mariage qui a lieu à Soissons en 492ou en 493 concrétise le pacte de non-agression avec les rois burgondes. En choisissant une descendante du roi Athanaric de la dynastie des Balthes, Clovis se marie avec une épouse de premier rang qui lui assure un mariage hypergamique, lui permettant de hisser les Francs au rang de grande puissance.
Fille du roi burgonde Chilpéric II, frère de Gondebaud, Clotilde semble avoir été épargnée du massacre de sa famille orchestré par son oncle paternel dans les environs des années 480/485. Grégoire de Tours, qui rapporte cet évènement, précise en effet que Gondebaud assassina son frère et fit jeter son épouse dans le Rhône avec une pierre attachée au cou, avant de recueillir ses deux nièces Chrona et Chlothilde dans son propre palais. L'anecdote serait ensuite reprise par le Liber Historiae Francorum qui en exagéra la portée tragique et inventa pour l'occasion deux autres fils, décapités par l'oncle régicide.
Quoi qu'il en soit, Clothilde reçut à la cour burgonde de Gondebaud une éducation non seulement soignée mais aussi chrétienne, sans doute transmise par la reine chrétienne Carétène que l'on pense épouse de Gondebaud.


Statue de sainte Clotilde à Notre-Dame de Corbeil, xiie siècle.

Dès lors, selon Grégoire de Tours, Clotilde fait tout pour convaincre son époux de se convertir au catholicisme. Mais Clovis est réticent : il doute de l'existence d'un Dieu unique ; la mort en bas âge de son premier fils baptisé, Ingomer, ne fait d'ailleurs qu'accentuer cette méfiance. D'autre part, en acceptant de se convertir, il craint de perdre le soutien de son peuple, encore païen : comme la plupart des Germains, ceux-ci considèrent que le roi, chef de guerre, ne vaut que par la faveur que les dieux lui accordent au combat. S'ils se convertissent, les Germains deviennent plutôt ariens, le rejet du dogme de la Trinité favorisant en quelque sorte le maintien du roi élu de Dieu et chef de l'Église.
Néanmoins, Clovis a plus que tout besoin du soutien du clergé gallo-romain, car ce dernier représente la population gauloise. Les évêques, à qui échoit le premier rôle dans les cités depuis que se sont effacées les autorités civiles, demeurent les réels maîtres des cadres du pouvoir antique en Gaule. C'est-à-dire également des zones où se concentrait encore la richesse. Cependant, même l'Église a du mal à maintenir sa cohérence : évêques exilés ou non remplacés en territoires wisigoths, successions papales difficiles à Rome, mésentente entre catholiques pro-wisigoths (par réalisme) et pro-francs (Remi de Reims, Geneviève de Paris...), etc.

C'est en « la quinzième année de son règne », c'est-à-dire en 496, qu'a lieu la bataille de Tolbiac (Zülpich près de Cologne) contre les Alamans, Clovis portant secours aux Francs rhénans dont le roi Sigebert a été blessé au genou. D'après Grégoire de Tours, ne sachant plus à quel dieu païen se vouer et son armée étant sur le point d'être vaincue, Clovis prie alors le Christ et lui promet de se convertir si «Jésus que sa femme Clotilde proclame fils de Dieu vivant» lui accordait la victoire. Il s'agit de la même promesse que fit l'empereur romain Constantin en 312 lors de la Bataille du pont Milvius.
Au cœur de la bataille, alors que Clovis est encerclé et va être pris, le chef alaman est tué d'une flèche ou d'un coup de hache, ce qui met son armée en déroute. La victoire est à Clovis et au dieu des chrétiens. Une hypothèse veut que la bataille ait eu lieu en 506 à cause d'une lettre de Théodoric envoyée fin 506 ou début 507 à Clovis où il est mentionné la victoire de Clovis sur les Alamans que Théodoric a pris sous sa protection, la mort de leur roi, et leur fuite en Rhétie. Il est aussi possible qu'il y ait eu deux batailles contre les Alamans, l'une en 496 et l'autre en 506, où à chaque fois, leur roi périt au combat. Cette victoire permet au royaume de Clovis de s'étendre jusqu'à la Haute-Rhénanie.
Selon d'autres sources, Tolbiac n'aurait été qu'une étape et l'illumination finale de Clovis aurait en fait eu lieu lors de la visite au tombeau de Martin de Tours.
Toujours est-il que lors de Noël d'une année comprise entre 496 et 506, peut-être en 499 , Clovis passe à la phase des demandeurs (competentes) et reçoit alors le baptême avec 3 000 guerriers — les baptêmes collectifs étant alors une pratique courante — des mains de saint Remi, l'évêque de Reims, le 25 décembre. Ce chiffre est cependant sujet à caution et l'onction post-baptismale est certainement exclue : il aurait été difficile pour l'évêque de répandre du chrême, un mélange d'huile d'olive et de résine aromatique, sur le front de 3 000 personnes. Ce baptême est demeuré un évènement significatif dans l'histoire de France : à partir d'Henri Ier tous les rois de France, sauf Louis VI, Henri IV et Louis XVIII, sont par la suite sacrés dans la cathédrale de Reims jusqu'au roi Charles X, en 1825. Mais, le sacre de Charles X en 1825 apparaît comme un retour symbolique et réactionnaire à l'ancien ordre des choses, à une époque où peu de gens croient encore aux vertus du rite.


Le baptême de Clovis par saint Remy avec le miracle de la Sainte Ampoule. Plaque de reliure en ivoire, Reims, dernier quart du ixe siècle. Amiens, musée de Picardie.

Clovis meurt à Paris le 27 novembre 5111, âgé de 45 ans.
Selon la tradition, il aurait été inhumé dans la basilique des Saints-Apôtres (saint Pierre et saint Paul), future église Sainte-Geneviève, qu'il avait fait construire sur le tombeau même de la sainte tutélaire de la cité, à l'emplacement de l'actuelle rue Clovis (rue qui sépare l'église Saint-Étienne-du-Mont du lycée Henri-IV).
À la mort de Clovis, Clotilde se retira à Saint-Martin de Tours mais continua vraisemblablement à influencer ses trois fils : Clodomir, Childebert et Clotaire.
Femme politique, elle les amena à monter une expédition contre le royaume burgonde des fils de Gondebaud, vraisemblablement pour venger ses parents assassinés (selon Grégoire de Tours). Suite à cette guerre, son fils Clodomir fut tué à la bataille de Vézeronce. Elle tenta de protéger les trois fils de Clodomir, mais ne put sauver que Clodoald, le futur saint Cloud, tandis que les deux autres étaient massacrés par leurs oncles.
Pour secourir sa fille envoyée en Espagne dès 511 (et également prénommée Clotilde), elle poussa Childebert à attaquer le mari de celle-ci, le roi wisigoth Amalaric qui la maltraitait. À Tours, elle imposa des évêques burgondes réfugiés auprès d'elle.

Par ailleurs très pieuse, elle fit ériger un monastère (aux Andelys), agrandir Saint-Pierre de Reims, reconstruire les Saints-Apôtres de Rouen et fut associée à la construction à Paris du monastère des Saints-Apôtres, devenu l'abbaye Sainte-Geneviève (actuel lycée Henri-IV).
Elle termina ses jours dans la piété, auprès du tombeau de saint Martin, à Tours où elle mourut, le 3 juin 545. Elle fut enterrée à Paris aux côtés de son époux Clovis, dans le monastère des Saints-Apôtres qu'elle avait contribué à fonder. Elle est vénérée comme sainte : l'Église orthodoxe la fête le 3 juin (dies natalis) et l'Église catholique le 4 juin.


l'actuelle abbaye Sain-Ouen de Rouen, où ont été enterrés Clovis et Clotilde


À la 45ème génération:

Clovis de FRANCIE est le fils de Childéric I de FRANCIE Roi des Fransc Saliens de 448 à 457, lui-même fils de Mérovée et, dit la tradition, de Basine de COLOGNE


Anneau sigillaire trouvé dans la tombe du roi Childéric à Tournai en 16531.BnF, Paris.

Grégoire de Tours fait apparaître pour la première fois Childéric I de FRANCIE dans les sources en 45715. Cette année là, Childéric, qui déshonorait les femmes de ses sujets, attira à lui la colère de son peuple qui le détrôna. Il se réfugia en Thuringe pendant huit ans, probablement à partir de 451. Une fois auprès du roi Basin, il séduisit la femme de son hôte, Basine, qu'il ramena avec lui dans sa province une fois le calme revenu. Les Francs le réclamaient à nouveau sur le trône. Le roi épousa Basine. De ce mariage naquit Clovis Ier.
Cette partie du récit de Grégoire de Tours semble s'apparenter cependant aux récits populaires et légendaires qu'il mêle à ses récits. L'interpréter de manière historique est délicat, même s'il existait un roi Basin en Thuringe à cette époque, et que la tradition donne à la mère de Clovis le nom de Basine.
Comme de nombreux autres chefs barbares, si Childéric était franc, il œuvrait surtout pour la défense de l'Empire romain. La lettre de saint Remi à Clovis disait :«Une grande rumeur parvient à l'instant de nous. Vous venez de prendre en main l'administration de la Belgique seconde. Ce n'est pas une nouveauté que vous commenciez à être ce que vos parents ont été». Cette phrase démontre bien que Childéric occupait une place réellement importante dans la société romaine en tant que responsable militaire et civil d'au moins une province romaine, la Belgique seconde. Général romain, il a été inhumé avec les insignes correspondant à sa fonction : la fibule cruciforme en or retrouvée dans sa tombe, distinction certainement reçue de l'Empereur, tout comme le paludamentum, le manteau des généraux romains, qu'on observe sur l'image de son anneau sigillaire.
Il s'illustrera lors de la bataille d'Orléans (463) contre les Wisigoths, puis lors de la bataille d'Angers en 469 face aux Saxons. En 465, Childéric Ier fait le siège de Lutèce et s'en empare malgré le dévouement de Sainte Geneviève qui parvient à ravitailler plusieurs fois les assiégés.
Après une alliance (fœdus) scellée avec Odoacre, reconnu roi d'Italie par l'empereur d'Orient Zenon, Childéric part soumettre les Alamans qui avaient envahi l'Italie du Nord, en passant par le Splügen et Bellinzona. Par ce geste, il montre qu'il reste fidèle à l'empire quoi qu'il arrive. Childéric, à en croire Grégoire de Tours, prendrait ainsi une dimension européenne.
Sa mort est classiquement datée de 481 ou de 482. Le 27 mai 1653, un ouvrier qui travaillait à la démolition d'une maison longeant le cimetière de l'église Saint-Brice de Tournai mit au jour un caveau contenant de nombreux objets précieux : une épée d'apparat, un bracelet torse, des bijoux d'or et d'émail cloisonné avec des grenats, des pièces d'or, une tête de taureau en or et un anneau portant l'inscription CHILDERICI REGIS (« du roi Childéric »), qui permit d'identifier la tombe. On découvrit également 300 abeilles d'or, que l'on prit d'abord pour des fleurs de lis puis pour des cigales. Le trésor de Childéric, avec 80 kg d'objets en or, fut volé à la Bibliothèque royale dans la nuit du 5 au 6 novembre 1831, et l'or refondu. On ne retrouva que quelques pièces (dont deux abeilles) dans la Seine, où on les avait jetées. Il ne subsiste aujourd'hui du trésor que les belles gravures qui en ont été dressées lors de sa découverte, et par quelques facsimilés que les Habsbourg avaient fait fabriquer.


Abeilles en or retrouvées dans la tombe du roi Childéric Ier


tombes de chevaux retrouvée à proximité de celle de Childéric Ier


Nous ne remonterons pas plus avant, même si cela nous amène à renoncer à quelques filiations prestigieuses, mais trop imprécises pour pouvoir être retenues sérieusement. J'ai tout de même retenu la filiation de Clothilde de WISIGOTHIE, pour le plaisir d'avoir dans nos ancêtres un empereur romain; mais sous toutes réserves...


* * * * * * *
* * * * *
  * * *
*


En guise de conclusion

Tout le monde, dit-on, descend d'un roi et d'un pendu. La généalogie de mes ancêtres est une parfaite illustration de ce dicton. Mais je pense que la lecture de cette page vous a amplement convaincu de la dureté des moeurs du haut-moyen-âge: nos ancêtres se sont allègrement massacrés. C'est comme ça...


Herbert II de Vermandois pendu sur ordre de Louis IV d'Outremer

Les statisticiens nous disent également que pratiquement tous les européens de l'ouest descendent d'un couple mérovingien: Saint Arnould de METZ (582 - 641) sosa 127 102 075 079 168, fêté le 18 juillet et Sainte Dode-Ferreol de SCHELDE (590) qui se trouvent dans notre arbre. Mais avouez qu'il est autrement gratifiant de pouvoir remonter, génération après génération, juqu'à ces illustres ancêtres, plutôt que de devoir se contenter d'un vague affirmation.
Bien entendu, nul n'est jamais sûr à 100% de ses ascendants. Même en s'en tenant à ses ancêtres "officiels" on trouve vite des incertitudes, des homonomies, des "à peu près" propres à briser une chaîne, sans parler des naissances illégitimes inavouées. Pour ma part, je m'en suis efforcé de m'en tenir, dans la mesure du possible, à des filiations "généralement acceptées", coupant sans état d'âme les branches hypothétiques ou peu sûres. Les très nombreux liens de cette page, qui se réfèrent presque tous à l'encyclopédie Wikipedia  sont un gage de sérieux. Quelques uns se réfèrent également à une généalogie québecquoise participative mais qui me semble peu fiable car elle ne donne pas ses sources et me paraître être, pour le moins, "optimiste".