La généalogie de la famille LEFRANC
page modifiée le 21 juin 2016

Je devais avoir dans les 13/14 ans et l'été était pourri. Mes parents, qui ne savaient comment m'occuper pendant les vacances, m'avaient envoyé aux archives départementales de Vannes avec pour mission d'établir l'arbre généalogique de ma famille paternelle (LEFRANC). Un peu aidé et conseillé par l'archiviste, qui n'avait jamais eu à faire avec un aussi jeune client et que ça amusait, je me suis plongé dans les actes paroissiaux; ce qui a été une excellente leçon d'histoire mais j'ai fini par bloquer sur un certain Louis LEFRANC, qui a vécu à la fin du 17ème et au début du 18ème, dont je n'avais pu trouver les origines.

J'en étais resté là jusqu'à mon départ en retraite. L'arbre familial avait été un peu précisé et augmenté par des cousins mais Louis LEFRANC semblait être un obstacle insurmontable. M'étant à nouveau plongé dans les archives, avec toute les facilités et avantages que procure actuellement internet, j'ai fini par trouver d'où il venait, avec l'aide bien involontaire d'une autre généalogiste donc l'arbre en ligne comporte une certaine Olive DUBOIS qui s'est avérée être la mère de Louis LEFRANC. Merci à elle.


baptême de Olive Dubois


D'où viennent mes ancêtres LEFRANC?

La réponse à cette question n'est pas simple car les LEFRANC, bien qu'ayant vécu sur un territoire restreint, se sont beaucoup déplacés. On les trouve sur une bande assez étroite allant de la rivière d'Etel, dans le Morbihan, à Châteaubriant, en Loire-Atlantique avec un berceau sur un tout petit territoire entre Malestroit et Réminiac. J'ai regroupé sur cette carte tous les endroits où ont vécu mes ancêtres de la branche LEFRANC, à l'exception de la famille Boitard qui est formellement signalée à Corseul (Côtes d'Armor, non loin de Dinan) mais qui n'y a laissé aucune trace exploitable. J'ai également trouvé d'autres ancêtres dans le département de la Loire, à Usson-en-Forez. Jacques VALENTIN, marchand de bois, a traversé toute la France pour venir s'établir, et se marier en 1765, à Grand-Fougeray; on ne saura sans doute jamais pourquoi. Enfin la famille GRELLIER-CHEVALIER a fait un bref passage à Saint-Aignan-Grandlieu, sur le bords du lac de Grandlieu, au sud de Nantes, où je perds sa trace. Une autre exception ne figurant pas sur cette carte est la famille CIRON-HERISSON qu'il faut chercher en Anjou, au début du XVIIè siècle, aux Ponts-de-Cé et à Angers. Ils sont ensuite allé vivre à Redon avant de se retrouver à Vannes. Pour eux également on ne connaît pas les raisons de ces déplacements. Enfin il semble bien que nos ancêtre MARCHAND, établis à Vieilleville, puis à Durtal, soient originaire de Saint-Pierre-Port (Guernesey); c'est du moins ce qu'il ressort de l'acte de mariage de Jean MARCHAND.


 localisation de la plupart des ancêtres de la famille LEFRANC
(fond de carte Google Maps)

Notre plus ancien ancêtre parfaitement authentifié portant le nom de LEFRANC, qui soit mentionné dans les registres paroissiaux, est Gilles LEFRANC (sosa 256) dont l'acte de baptême de sa petite-fille Suzanne DAVALLO (ou DAVAL) nous indique qu'il habite, en 1670) à la métairie du Bas-Fresne, dans la paroisse de Caro.


Caro il y a un siècle environ (source geneanet mahelblonde)

L'ancienne seigneurie de Fresne à Caro possédait jadis une basse justice et comprenait en 1860 les métairies du Haut-Fresne, du Bas-Fresne, de Hambord et de la Porte. Cette terres fut anoblie le 13 mars 1441. Propriété successive des familles Quily (XVème siècle), Rouxel (vers 1513), de Saint-Malon (en 1560, suite au mariage de Jacques de Saint-Malon avec Gillette Rouxel), du Bouays (en 1805, en la personne de Louis-Hippolyte du Bouays, petit-fils d'Etienne Duchesne et de Marie-Jeanne de Saint-Malon), de la Monneraye (vers 1860, en la personne de Louis de la Monneraye), de la Foye (en 1882, suite au mariage de Charles-Alexandre-François de la Foye avec Charlotte-Marie-Anne de la Monneraye).


Caro, situation du Fresne


baptême de Suzanne Davallo

Les actes de Caro, et ceux de Missiriac où vécurent les enfants de Gilles LEFRANC sont, pour cette époque, en très mauvais état, très incomplets et souvent peu lisibles, l'encre ayant pâli. Si on observe que les actes antérieurs à 1654 ont disparu et que les baptêmes de 2 enfants de Gilles, au moins, n'ont pu être retrouvés, Gilles LEFRANC aurait pu naître aux alentours de 1610 sous le règne de Louis XIII. Il est mort le 20 décembre 1675, à Missiriac.


décès de Gilles LEFRANC

Si, toutefois, Gilles LEFRANC est né à Missiriac (et c'est très probable) il ne peut être (vues les dates) que le fils de Louys LEFRANC (sosa 512), né vers 1580 et décédé le 11 décembre 1645 à Missiriac...


décès de Louys LEFRANC

... et de Françoise LEBLAY (sosa 513), décédée le 6 mars 1666 à Missiriac.


décès de Françoise Leblay

Louys LEFRANC et Françoise LEBLAY se sont épousés le 13 septembre 1605 à Missiriac.


mariage de Louys LEFRANC et de Françoise Leblay


ces ifs vénérables, devant l'église de Missiriac, ont peut-être été témoins des baptêmes, mariages et enterrements de nos ancêtres LEFRANC

Je n'ai trouvé aucun acte de baptême à Missiriac pour les enfants de ce couple, pour la bonne raison qu'ils ne sont pas publiés sur le web, entre les années 1602 et 1668. Lorsque ces actes seront accessibles (s'ils n'ont pas disparu, ce qui est le plus probable), il sera peut-être possible de savoir quand est né Gilles LEFRANC. Mais un indice plaide en la faveur de Louys LEFRANC: il est parrain de Louys GICQUEL, premier né de François GICQUEL et Françoise DO, qui pourraient bien être les parents de Vincente GICQUEL, épouse de Gilles LEFRANC (aucun autre couple à Missiriac ne convenant. Missiriac est une très petite paroisse et les gens de même nom y sont donc rares). Cela prouve que les LEFRANC et les GICQUEL étaient amis et ils ont très bien pu marier leurs enfants respectifs.

• Sosa 514 - François GICQUEL est décédé à Missiriac le 18 mars 1637.


décès de François Gicquel

François GICQUEL et Françoise DO ont eu comme enfants, à Missiriac:
- Louys GICQUEL (27 mai 1595)
- Gabrielle GICQUEL (22 novembre 1598)
- Gilette GICQUEL (juillet 1601)
- et très probablement au moins notre Vincente GICQUEL, après 1602

• Sosa 516 - Jacques LEDAIN est le fils de Jacques LEDAIN sosa 1032 (vers 1545) et de Vincente NOBLET sosa 1033; dont à Missiriac:
- Julien LEDAIN (vers 01575 - 23 mai 1647) qui épouse Guillemette GORGAUD (1581 - 1613) en décembre 1602 à Missiriac
- notre Jacques LEDAIN vers 1580
- Jehan LEDAIN (15 janvier 1582) qui épouse successivement à Missiriac Perrine BOCANDÉ († 1609) le 12 septembre 1606 puis Jacquette GICQUELET (1584 - 1627) le 14 novembre 1609
- Françoise LEDAIN (février 1584)
- Yvonne LEDAIN (15 octobre 1586)
- Jacquette LEDAIN

À la génération suivante:

• Sosa 256 - Gilles LEFRANC
a en effet épousé Vincente GICQUEL (sosa 257) et ils ont eu au moins neuf enfants, dont 5 ont eu une descendance. En retenant comme classement les dates de leurs premiers nés (du moins ceux que j'ai retrouvés), les enfants de Gilles LEFRANC seraient, dans l'ordre de naissance:

- Yvonne LEFRANC (vers 1640), épouse Nouet, mère d'un Gilles NOUET en 1663.
- Perinne LEFRANC (vers 1645), épouse de Jan DAVAL ou DAVALLO, dont j'ai retrouvé 6 enfants:

• Suzanne DAVAL, née le 13 décembre 1670 à Missiriac
• Olivier DAVAL, né le 12 avril 1672 à Missiriac
• Janne DAVAL, née le 11 décembre 1675 à Missiriac et décédée le 30 janvier 1676 au même lieu
• Julienne DAVAL, née le 14 février 1677 à Missiriac et sans doute morte en bas âge
• Vincente DAVAL, née le 10 octobre 1684 à Missiriac (son acte de baptême est reproduit plus haut)
• une seconde Julienne DAVAL, née le 5 février 1690 à Missiriac.
- Vincente LEFRANC (18 avril 1654)
- Jean LEFRANC (Caro mars 1656)
- Olivier LEFRANC (Caro 11 octobre 1657)
- Jan LEFRANC, qui est notre ancêtre, né le 28 février 1661 à Caro.


baptême de Jan LEFRANC en 1661

- Françoise LEFRANC (Caro 20 août 1664)
- Joseph LEFRANC (mars 1656), qui épouse Françoise GRUS dont il a:
• Joseph LEFRANC (1690 - 1690)
- Suzanne LEFRANC (Missiriac 17 avril 1680)

À la génération suivante:

• Sosa 128 - Jan LEFRANC laboureur à Caro, épouse Françoise LEDAIN (ou LE DAIN selon les actes) sosa 129 (Missiriac 12 janvier 1653), le 24 novembre 1682, à Missiriac.


baptême de Françoise Ledain


mariage de Jan LEFRANC et Françoise Ledain


• Sosa 129 - Françoise LEDAIN est la fille de Louis LEDAIN sosa 258 (Missiriac 16 février 1621 - 18 septembre 1673)...


baptême de Louis Ledain

...et Michelle BONNO sosa 259 (vers 1630 - Missiriac 20 avril 1702)


décès de Michelle Bonno

Ils se sont épousés le et 14 novembre 1652 à Missiriac; Louis est en effet le seul LEDAIN (de sexe masculin car il y a plusieurs femmes) figurant sur le registre des mariages de Missiriac à cette époque.


mariage de Louis Ledain et Michelle Bonno

Les parents de Louis LEDAIN sont Jacques LEDAIN sosa 516 (vers 1580) et Françoise BRIEND sosa 517, qui se sont épousés à Missiriac le 9 juillet 1613 et sont également parents à Missiriac de:

- René LEDAIN (8 août 1614)
- Janne LEDAIN (Missiriac 1er janvier 1618)


mariage de Jacques Ledain et Françoise Briend

Ceux de Michelle BONO pourraient bien être François BONNO et Gillette BIHUIT dont le nom est pratiquement illisible sur les actes de baptême de:

- Suzaine BONNO (22 janvier 1592 à Missiriac)


Françoise LEDAIN est également la sœur de Guillemette Le Dain, qui épousera François Roland (le frère du mari de sa belle-sœur Suzanne?) dont elle aura au moins un fille, Perrinne Roland, en 1676. Avec Jan LEFRANC ils auront au moins 5 enfants:

• Françoise LEFRANC, née le 5 avril 1684 à Missiriac et décédée le 11 mai 1720 au même lieu
Jean LEFRANC, né le 5 février 1686 à Missiriac et mort le 29 février 1740 à Réminiac, au lieu-dit La Bourlay (actuellement la Bourlaie). C'est notre ancêtre.


baptême de Jan LEFRANC en 1686



Réminiac, situation de la Bourlaie


• Joseph LEFRANC, né le 28 décembre 1690 à Missiriac et mort le 21 mars 1693 au même lieu
• Julien LEFRANC, né le 6 septembre 1692 à Missiriac
• Anne LEFRANC, née le 1er août 1694 à Missiriac
• Renée LEFRANC, née le 17 juin 1696 à Missiriac
• Morice LEFRANC, dont je n'ai pas retrouvé l'acte de naissance mais dont la filiation est également attestée par d'autres actes. Il épousera Anne Brunel, veuve de Thomas Thébaud) le 3 juillet 1723 à Missiriac. Anne Brunel est la fille de Mathurin Brunel et la sœur de Julienne, Jan (époux de Perrinne Houeix) et Charles Brunel. Morice (ou Maurice suivant les actes) LEFRANC et Anne Brunel auront au moins 8 enfants à Réminiac:

# Anne LEFRANC (22 février - 6 mai 1725)
# Perinne LEFRANC (23 janvier1726), épouse Joseph Serazin et mère d'une Barbe-Clémence
# François LEFRANC (20 décembre 1728)
# Anne LEFRANC (3 janvier 1731)
# Jean LEFRANC (9 juin 1732 - 25 août 1739)
# Vincent LEFRANC (6 mars 1739), qui épousera Anne Boco en 1757, qui lui donnera:
* Mathurin LEFRANC (1758-1758)
* Nicodème-Louis LEFRANC (1759)
* Romulad-François LEFRANC (1761)
* André-Louis LEFRANC (1726-1762)
# Louis LEFRANC (10 mars - 11 mai 1741)
# Jacquette LEFRANC, épouse de Jan GASPIHAN le 14 février 1756, dont elle aura:
* Andrée GASPIHAN (1758)
* Perinne GASPIHAN (1765)
* Lucase-Marie-Françoise GASPIHAN (1769)

• Perinne LEFRANC
• Jeanne LEFRANC († Missiriac 27 octobre 1791).

À la génération suivante:

• Sosa 64 - Jean LEFRANC
sosa 64 (Missiriac 5 février 1686 - Réminiac 29 février 1740) "homme de labeur" à la Clémensaye (à quelques 50 mètres de la Bourlaie), notre ancêtre, épouse Olive DUBOIS (sosa 65), du bourg de Réminiac (donc l'acte de baptême figure en haut de cette page), le 22 novembre 1698 à Réminiac.


mariage de Jean LEFRANC et de Olive Dubois

l'église de Réminiac où se sont épousés Jean LEFRANC et Olive Dubois

On peut dire que par ce mariage les LEFRANC devenaient parents d'au moins le quart des habitants de Réminiac. Olive DUBOIS est en effet la fille de Jan DUBOIS sosa 130 probablement né le 8 janvier 1663 à Réminiac (je dis "probablement" car il est dit être le fils de Jan, alors que son acte de mariage dit très clairement qu'il est le fils de Yves. Par contre l'âge marqué sur l'acte de décès correspond. Est-ce une erreur du curé de Réminiac? Il semble plutôt être le petit-fils de Yves DUBOIS sosa 260 (Reminiac 22 août 1636) et de Guyonne VOISIN (sosa 261)


baptême probable de Jan Dubois

... et décédé le 25 décembre 1707 à Réminiac, la Clémensaye...


décès de Jan Dubois

...et de Yvonne JOSSE sosa 261(Réminiac 30 mai 1662 -  28 mars 1740).


baptême de Yvonne Josse


décès de Yvonne Josse

Car, des Dubois et des Josse, la paroisse de Réminiac en a abrité des quantités; au point de compter au 18ème siècle au moins un Dubois ou un Josse sur chaque page des actes paroissiaux. J'ai tenté d'en faire le tour mais ai fini par y renoncer devant l'abondance des actes.

Il est peut-être intéressant de souligner qu'en allant vivre à Réminiac, la famille LEFRANC quittait le diocèse de Vannes pour celui de St Malo. Je reproduis ci-dessous une carte de ce diocèse, extraite du site de mon ami Michel Chevalier. On y voit Reminiac et Caro, à la limite sud du diocèse, dans le doyenné de Beignon.

Jean DUBOIS et Yvonne JOSSE se sont mariés le 19 février 1682 à Réminiac.


mariage de Jean Dubois et Yvonne Josse

Ils ont eu de nombreux enfants, tous à Réminiac:

- Anne DUBOIS (1er mai 1683) qui épouse Pierre CAHÉLO le 31 janvier 1704, et qui ont, à Réminiac:

• Anne CAHÉLO (24 janvier 1707)
• Pierre CAHÉLO (9 février - 9 mars 1709)
• Mathurine CAHÉLO (19 juin 1710)
• Janne CAHÉLO (28 janvier 1715)

Puis second mariage le 7 novembre 1718 avec Joseph GUILLAUME, dont elle a, toujours à Réminiac:

• Joseph GUILLAUME (29 septembre 1719)
• Louis GUILLAUME (6 juin 1723)
• Pierre GUILLAUME (8 février 1728 - 28 juillet 1741)

- Barbe DUBOIS (12 février 1686)
- Pierre DUBOIS (6 mai 1687)
- François DUBOIS (17 juin - 6 juillet 1688)
- Mathurine DUBOIS (13 novembre1689) qui épouse Mathurin HOUEIX (vers 1682 - 1740). Ils ont, à Réminiac:

• Perrine HOUEIX (15 mars 1719)
• Joseph HOUEIX (23 février 1721)
• Anne HOUEIX (28 janvier 1723)
• Mathurin HOUEIX (24 janvier 1724)
• Marie HOUEIX (22 janvier 1727 - 3 octobre 1729)
• Guillemette HOUEIX (13 décembre 1729)

- René DUBOIS (27 décembre 1692)
- Louis DUBOIS (La Gillardaie 15 novembre 1695)
- notre Olive DUBOIS en 1698
- Marie DUBOIS sa jumelle (5 décembre 1698 - 9 avril 1699)
- Marie DUBOIS (15 août 1701 - 14 juillet 1709)
- Jeanne DUBOIS (3 janvier 1706 - 6 juin 1742) qui épouse Pierre HUET le 16 février 1733 à Réminiac. Ils ont:

• Perrine HUET (30 novembre 1733)
• Jeanne HUET (27 décembre 1735)
• Joseph HUET (6 juin 1738)
• François HUET (13 février 1741)


Réminiac, situation de la Gillardaie où ont vécu Jean Dubois et Yvonne Josse

Pour la génération précédente:

• Sosa 130 - Jan DUBOIS est donc (comme le dit son acte de mariage) le fils de Yves DUBOIS, sosa 260 né le 22 août 1636 à Réminiac et, si je lis bien son acte de naissance, sa mère est Guyonne VOISIN sosa 261.


baptême de Yves Dubois en 1636, sous Louis XIII

• Sosa131 - Yvonne JOSSE est la fille de Guillaume JOSSE sosa 262 né le 11 janvier 1617 à Réminiac ...


baptême de Guillaume Josse en 1617 (7 ans après la mort de Henri IV)

... décédé le 26 septembre 1699 à Réminiac à 82 ans (l'acte le vieillit un peu mais ces gens là ne savaient ni lire ni compter et ignoraient en général leur âge réel).


décès de Guillaume Josse

...et Yvonne BARBIER sosa 263 décédée le 11 août 1679.


décès de Yvonne Barbier

Je leur ai trouvé pas moins de 9 enfants, à Réminiac:

- Mathurin JOSSE (18 mai 1642)
- Jean JOSSE (1644 - 1646)
- Jan JOSSE (23 mars 1647)
- Pierre JOSSE (18 mars 1650) qui épouse Jeanne BOULAT (vers 1655 - 1710) dont  à Réminiac:

• Anne JOSSE (25 octobre 1676)
• Julienne JOSSE (5 mars 1681)
• Janne JOSSE (5 avril 1684 - 9 février 1689)
• Jan-Mathurin JOSSE (8 septembre 1687 - 20 mai 1702)
• Perrine JOSSE (30 mars 1690)
• Pierre JOSSE (décédé le 28 juin 1699)

- François JOSSE (12 mai 1652)
- Julien JOSSE (18 avril 1655) qui épouse Perrine TASTARD (vers 1663 - 27 septembre 1737), dont à Campénéac:

• René JOSSE (17 mars 1692 - 12 mai 1722)
• Françoise JOSSE (19 septembre 1694)  
• Perrine JOSSE (8 janvier 1697 - 15 avril 1755) qui épouse Mathurin SERAZIN le 5 février 1731 à Réminiac, dont:

-- Mathurin SERAZIN (1732)
-- François SERAZIN (1737)

• Françoise JOSSE (1er janvier 1699)
• Rémy JOSSE boulanger (1er mars 1700) qui épouse  Jeanne HOUEIX le 20 février 1730 à Reminiac; dont à Réminiac:

* Perrine JOSSE (12 - 27 décembre 1730)
* Anne Josse (19 février 1732)
* Jean Baptiste JOSSE (24 juin 1739)
* Joseph JOSSE (6 janvier 1743) qui épouse Renée VISSAUX le 12 janvier 1766 à Réminiac

- Rémy Josse (1er février 1658, village du Cornelet 6 mars 1724) qui épouse Olive RÉMINIAC le 20 juillet 1683 à Réminiac; dont à Réminiac:

• Jan JOSSE (vers 1684)
• Joseph JOSSE (vers 1689)
• Jean JOSSE (16 décembre 1689 - Le Cornelet 9 octobre 1755) qui épouse Louise GERBAUD le 30 mai 1724 à Réminiac; dont à Réminiac:

* Geneviève Julienne JOSSE (29 octobre 1725)
* Mathurine JOSSE (12 décembre 1728)
* Gillette JOSSE (mars - 2 mai 1732)
* Perrine JOSSE (25 mars 1733)
* Julienne JOSSE (9 janvier 1736)
* Mathieu JOSSE (28 juillet 1738)

• Olivier JOSSE (8 février 1695)
• Rémy JOSSE (4 juillet 1703)

- notre Yvonne JOSSE (1662 - 1740)
- Perrine JOSSE (7 janvier 1665)


Une génération avant:

• Sosa 260 - Yves DUBOIS est le fils Julien DUBOIS sosa 520 né le 1er juillet 1607 à Réminiac...


baptême de Julien Dubois, en 1607, sous henri IV

... et de Hervée ROBERT sosa 521qui est décédée le 16 janvier 1681 à Réminiac au village de Branlac (actuellement Branla), mais dont je n'ai pas retrouvé la naissance (quoique la famille ROBERT soit une famille importante à Réminiac et alliée à la noblesse de la région).


décès de Hervée Robert

 


Réminiac, situation et vue aérienne du hameau de Branla (source Géoportail). Nous sommes toujours dans le même secteur.

Ils ont été parents à Réminiac de:

- notre Yves DUBOIS en 1636
- Jan DUBOIS (8 mai 1641) qui sera père d'un:
• Yves DUBOIS
- Françoise DUBOIS (3 janvier 1644)
- Allain DUBOIS (8 mars 1647 - 6 janvier 1715) qui épouse Janne CAHÉLO le 28 juillet 1672 à Réminiac, dont il aura
• Jean-Baptiste DUBOIS (13 février 1680 - 30 juillet 1752) époux de Marie DANO
• Olive DUBOIS (19 février 1683) épouse de Jean HOUEIX
• Roux DUBOIS (25 janvier 1686) qui épouse Marie SÉRAZIN le 27 novembre 1706 à Réminiac
• Joseph DUBOIS (26 février 1689) époux de Marie SOUCHET dont il a:

-- Mathurin DUBOIS (9 octobre 1719)
-- Louise DUBOIS (15 septembre - 25 novembre 1728)
-- René DUBOIS (24 juin 1732)
-- Marie DUBOIS (2 décembre 1734) 

• Anne DUBOIS (1692 - 1722) qui épouse en premières noces François GUILLAUME, dont les enfants sont:

-- Mathurine GUILLAUME (17 janvier 1707)
-- Perrine GUILLAUME (6 mars 1710)
-- Olive GUILLAUME (7 décembre 1716 - 28 juillet 1719)
-- Jacques GUILLAUME)

puis en secondes noces Mathurin FAITY, le  12 juillet 1718, dont elle a:

-- Louise FAITY (30 juin 1719)
-- Joseph FAITY (15 mars 1720)

• Pierre DUBOIS (24 janvier 1696 - 27 octobre 1724)
• François DUBOIS (6 mars 1699) qui épouse Anne HOUEIX le 26 novembre 1726 à Réminiac. Ils auront, à Réminiac:

-- Marie DUBOIS (15 septembre 1727)
-- Mathurin DUBOIS (12 avril 1730)
-- Mathurine DUBOIS (9 - 18 février 1731)
-- Jean DUBOIS (19 août 1732)
-- Jeanne DUBOIS (20 février - 13 juin 1736)
-- René DUBOIS (11 octobre 1740)
-- Jeanne DUBOIS, qui épouse Julien LE GOIBE, le 11 janvier 1757 à Réminiac, dont elle a:

--- Françoise-Guillemette LE GOIBE (5 octobre 1768)

• Robert DUBOIS

- Michel DUBOIS (17 mars 1654)

• Sosa 262 - Guillaume JOSSE sosa 262 est le fils de Mathurin JOSSE, sosa 524 né le 5 janvier 1578 à Réminiac...


baptême de Mathurin Josse en 1578, sous Henri III

... et de Raoulette HOUEIX, sosa 525 née le 7 septembre 1581 à Réminiac.


baptême de Raoulette HOUEIX en 1581, également sous Henri III

Leurs enfants ont été:

- Perrine JOSSE (15 janvier 1603)
- Jan JOSSE (juillet 1605)
- Julien JOSSE (25 novembre 1607)
- Julienne JOSSE (11 mars 1609)
- un second Jan JOSSE (16 juin 1612)
- Pierre JOSSE (5 septembre 1613), époux de Mathurine TUDO et père, à Réminiac, de:

• Jan JOSSE (24 janvier 1640)
• Pierre JOSSE (3 décembre 1642)

- notre Guillaume JOSSE en 1617


Encore une génération avant:

• Sosa 520 - Julien DUBOIS est fils de Bertrand DUBOIS sosa 1040 et de Perrine FAGUET (?) sosa 1041 j'ai du mal à déchiffrer son nom sur tous les actes de baptême de ses enfants. Ce sont, à Réminiac:

- Janne DUBOIS (15 mars 1595)
- Perrine DUBOIS (10 octobre 1597)
- Janne DUBOIS (juillet 1600)
- Mathurin DUBOIS (26 mars 1603)
- un autre Mathurin DUBOIS (19 juin 1604)
- notre Julien DUBOIS en 1607

• Sosa 524 - Maturin JOSSE, est le fils de Julien JOSSE sosa 1048 (Réminiac 10 février 1537) et de Janne SERAZIN sosa 1049. Ils auront à Réminiac:

- Jan Josse (25 mars 1574)
- Yves JOSSE (octobre 1575)
- notre Mathurin JOSSE en1578
- Michel JOSSE (octobre 1580)
- Hervé JOSSE (23 janvier 1583)
- Pierre JOSSE (12 juillet 1584)
- Louis JOSSE (9 octobre 1586)
- Janne JOSSE (avril 1591)

• Sosa 525 - Raoulette HOUEIX est fille de Pierre HOUEIX sosa 1050 maréchal (ferrant) et de Gurualle RAGON, sosa 1051 qui auront, à Réminiac:

- notre Raoulette HOUEIX en 1581
- Julien HOUEIX (21 décembre 1586)
- Mathurine HOUEIX (27 juillet 1589)
- Julienne HOUEIX (19 août 1590)
- Jan HOUEIX (21 avril 1594)
- François HOUEIX (janvier 1596)
- Perrine HOUEIX (12 février 1599)


• Sosa 1048 - Julien JOSSE serait le fils de Olivier JOSSE et Yvonne DUPÉ

Toutefois les registres paroissiaux de Réminiac ne vont pas plus loin que 1569; mais je ne résiste pas au plaisir de reproduire ici leur première page, qui date de 1569, avec son amusante lettrine et qui est signée de deux Houeix, qui sont sans doute de notre famille.

Il est également intéressant de noter que quelqu'un, probablement un Josse, avait déjà tenté d'établir cette même généalogie, dans la seconde moitié du 17ème siècle si l'on en juge d'après son style d'écriture. On retrouve en effet, presque systématiquement, une ou plusieurs croix et souvent la transcription du nom ou des annotations du genre "grand-mère de untel" en marge de pratiquement tous les actes concernant nos ancêtres, du côté Josse. Vous pouvez ainsi constater que les actes concernant Raoulette Houeix, Maturin Josse, Julien Dubois et Guillaume Josse (avec la mention "fils de Mathurin"), Jan Dubois (avec confirmation de la date) portent des noms en marge, alors que les autres actes de cette époque ne comportent rien en marge. Cela m'a aidé car l'auteur de ces annotations connaissait sans doute encore la famille lorsqu'il est intervenu et cela constitue une preuve que je ne me suis probablement pas trompé dans les filiations.

* * * * *

* * *


Mais revenons à ce Jean LEFRANC sosa 64 et Olive DUBOIS sosa 65 qui auront 5 enfants, tous nés à Réminiac:

- Jean LEFRANC, qui n'a pas vécu (15 juillet 1731 - 13 septembre 1731)
- Pierre LEFRANC, également mort jeune (1er septembre 1732 - 19 février 1739)
- Louis LEFRANC, qui est notre ancêtre (né le 4 janvier 1734)
- Joseph LEFRANC, mort en bas âge (6 février 1735 - 28 avril 1735)
- un second Joseph LEFRANC (né en 1736).

Jan LEFRANC décédera le 29 février 1740, à 54 ans, à Reminiac au lieu-dit La Bourlaie


décès de Jan LEFRANC


• Sosa 32 - Louis LEFRANC, son fils et notre ancêtre rompt avec la tradition familiale en devenant aubergiste à Malestroit. Jusque là les LEFRANC sont désignés comme "cultivateur" ou plus souvent "laboureur"; ce qui ne veut pas nécessairement dire qu'ils étaient de miséreux. L'examen des actes paroissiaux montre qu'ils louaient ou même possédaient des terres, qu'ils exploitaient et en ont changé à plusieurs reprises, au gré des fins de baux ou de mariages. C'est ce qui explique leurs passages dans diverses paroisses (et ne facilite pas leur recherche...). Ils ont souvent des domestiques, que l'on retrouve cités comme témoins sur plusieurs actes paroissiaux; tout comme on trouve aussi leurs nobles propriétaires, parrains de certains de leurs enfants.

Dans le livre « Qui étaient nos ancêtres » de Jean-Louis BEAUCARNOT, aux pages 64 à 75 il est dit: "Le laboureur est « celui qui possède l’instrument aratoire », qu’il soit propriétaire ou non. Certains petits laboureurs n’étaient pas… propriétaires, surtout sous l’Ancien Régime.
En bref, être laboureur était le passage obligé pour celui qui, parti de rien, voulait gravir l’échelle sociale. Les plus opportunistes devenaient Marchands-Laboureurs ou marchand, ils étaient quasiment des notables, on leur donnait alors le qualificatif de courtoisie d’« Honorable » ou de « Maître ». Ils étaient en fait des entrepreneurs, source d’emplois."

Un article intéressant du net explique le régime du "domaine congéable" qui était la forme de bail la plus courante dans nos régions. Dans ces baux, dont la duré (renouvelable) était généralement de 9 ans, le bailleur était propriétaire du sol et des arbres susceptibles de fournir du bois d'œuvre, alors que l'exploitant possédait les bâtiments, l'aire à battre, le puits, les fossés et talus, les haies, les barrières, les labours, les productions (herbe, litières, paille, foin, tailles des arbres et les arbres fruitiers) et les engrais du sol (engrais proprement dits et fumier); ceci moyennant le versement d'un droit d'entrée appelé : « commission », « pot de vin » ou « denier d’assurance ».

Lorsque le bail était rompu (baillée de congément) ont procédait au « mesurage et prisage » de l'exploitation et le bailleur était tenu d'indemniser l'exploitant. Selon Philippe Le Roscouët, "le domaine congéable a permis à de nombreuses familles paysannes de vivre honorablement de la terre. Le domaine congéable offrait au paysan une bonne autonomie pour mener son exploitation surtout dans le cas d’un propriétaire foncier peu présent sur le terrain. Le droit de mettre fin au contrat détenu par le propriétaire foncier n’a pas toujours été une contrainte forte car bien des familles se sont maintenues longtemps sur les mêmes tenues. Le domaine congéable a donc assuré aux campagnes une certaine prospérité avec toutefois une rigidité sociale participant probablement à la paix sociale".

Ce système a perduré jusqu'au 20è siécle et on signale encore quelques baux congéables actuels dans la région Erdeven/Carnac.

acte de baptême de Renée LEFRANC, fille de Jan LEFRANC et Françoise Le Dain

Louis LEFRANC est donc aubergiste. Il est également désigné comme "étapier" sur un acte; ce qui signifie que non seulement il loge et nourrit les voyageurs de passage à Malestroit mais qu'il assure également le relai des chevaux. Il a aussi reçu de l'instruction et c'est le premier de nos ancêtres LEFRANC qui sache signer.


c'était peut-être là, en face de l'église


à moins que ce ne soit sur le champ de foire


Il épousera, le 11 janvier 1736, Marie-Jeanne BOITARD (ou BOËTARD), sosa 33 fille de Julien BOITARD, sosa 66 aubergiste-hôtelier à Elven et de Marie-Perrine LE FRAPPER sosa 67 née en 1710 à St Avé...


baptême de Marie-Perrine Le Frapper

... et morte en 1755 à Elven.


décès de Marie-Perrine Le Frapper

Rien qu'à voir l'inhabituelle liste de signatures en bas de l'acte de mariage de Louis LEFRANC et Marie-Jeanne BOITARD, tout comme les témoins de l'acte de baptême de Marie-Jeanne BOITARD, on se rend tout de suite compte que Louis a fait un beau mariage, même si curieusement le nom des parents de l'époux n'a pas été mentionné (mais cela est conforme aux usages de l'époque, étant donné que Louis était majeur est que ses parents étant décédés il n'avait pas à demander leur consentement).


mariage de Louis LEFRANC et de Marie-Jeanne Boitard (ou Boëtard)

Elven: l'église où se sont épousés Louis Lefranc et Marie-Jeanne Boitard


Attardons nous sur Julien BOITARD. Il a eu 22 enfants de ses deux épouses successives, dont le dernier alors qu'il avait dans les 65 ans! Même à cette époque où les familles nombreuses étaient fréquentes, cela reste un record:

- Avec Perrine LE FRAPPER, épousée à Meucon le 15 octobre 1736:
• Julien-Pierre BOITARD (Meucon 18 septembre 1737, où Julien BOITARD avait repris l'auberge de son beau frère Pierre LE FRAPPER, qui avait hérité de la charge de notaire de son père à la mort de celui-ci)
puis à Elven:
• Julien BOITARD (11 février 1739 - 20 septembre 1740)
Marie-Jeanne BOITARD mon ancêtre en 1741
• Louise BOITARD (16 juillet 1743)
• Joseph BOITARD  (juillet - 27 octobre 1744)
• Yvonne BOITARD (3 août 1745 - 2 juin 1806) qui épouse Joseph GUILLAUME (1729) le 27 janvier 1767 à Elven; dont à Elven:
-- Julien Guillaume GUILLAUME (24 juillet 1768)
-- Jacquette GUILLAUME (13 novembre 1769)
-- Joseph GUILLAUME (17 mars 1771)
-- Jean Marie GUILLAUME (14 juillet 1772)
-- Marie Jeanne GUILLAUME (27 juillet 1776 - 13 décembre 1799)
-- Julienne GUILLAUME (9 septembre 1778 - 3 octobre 1782)
-- Jean Baptiste GUILLAUME chapelier (20 juin 1480 - Sarzeau 19 juin 1863) qui épouse Anne LECLERC1792 - 1868) le 13 septembre 1824 à Muzillac
-- Pierre GUILLAUME (23 janvier - 25 septembre 1783)
-- Mathurin GUILLAUME (25 septembre 1787)
• Pierre BOITARD (23 juillet - 4 août 1746)
• Nicolas BOITARD (29 juillet - 6 août 1746)
• Anne-Marie-Madeleine BOITARD (23 juillet 1747)
• Joseph BOITARD (village de Pont-Guillemet 3 février 1749).


Elven, situation du Pont-Guillemet où est né le dernier fils de Julien Boitard et Perrine Le Frapper

Nous verrons plus loin l'ascendance de Perrine LE FRAPPER, qui va nous conduire à St Avé, puis à Nostang, sur les bords de la rivière d'Etel.

- Avec Louise-Angélique TRAVAILLÉ de VILLENEUVE née à Crédin, au village de Kerdo tout près du bourg de Rohan, le 21 janvier 1730, fille illégitime d'une Dame de la COSTE et d'un père inconnu. Elle sera la marraine d'un des enfants de Louis LEFRANC. Dont, toujours à Elven:
• Marie-Victoire BOITARD (7 mars 1757)
• Pierre-Marie BOITARD (20 avril 1758 - Kerloger 20 février 1760)
• Honorée Aimée Prudence BOITARD (21 juin 1759 - 14 février 1760)
• Marie-Vincente BOITARD (8 septembre 1760 - 31 août 1763)
• Perinne BOITARD (11 décembre 1761 - 17 février 1763)
• Julienne BOITARD (11 février 1763)
• Jean-François BOITARD (22 octobre 1764) qui épouse Jeanne Perrine BAINS le 17 janvier 1794 à Molac; dont à Molac:
-- Armande Louise Marie BOITARD (1er janvier 1795)
-- Marie Élisabeth BOITARD (14 juillet 1796)
-- Marie Julienne BOITARD (Elven, Bourg 1er mai 1804)
• Robert (4 août 1766 - 27 juin 1778)
• Julien BOITARD (Elven, Bourg 25 janvier 1768 - 9 octobre 1769)
• Jean-Marie-Louis BOITARD (7 avril 1769)
• Jean BOITARD (Elven, Bourg 20 décembre 1771).


baptême de Louise Angélique


situation du village de Kerdo, en Crédin


mariage de Julien Boitard et Louise Angélique Travaillé de Villeneuve

La naissance de cette Louise Angélique, fille de la COSTE, est attestée par son acte de mariage, qui donne la date exacte de sa naissance (fille majeure âgée de vingt-six ans commencés le vingt-deuxième janvier). Mais comment se fait-il qu'elle porte le nom de TRAVAILLÉ de VILLENEUVE lors de son mariage, nom qu'elle signe fièrement sur presque toute la largeur de la page. Le mystère reste entier. Probablement, elle est fille de bonne famille. Le nom de la mère "appelée Dame de la Coste" est peut-être un pseudonyme. S'agit-il de Jeanne Françoise TRAVAILLÉ de RIEC (Meslan 27 juin 1698, Saint-Samson 4 septembre 1759 inhumée à Rohan dans la chapelle de Bon Encontre) épouse de Pierre HENRY, seigneur de Lintant le 21 mars 1734 à Crédin?


mariage de Jeanne Françoise Travaillé de Riec et de Pierre Henry

Elle aurait eu un enfant adultérin d'un certain de VILLENEUVE, qui aurait pu ensuite reconnaître cet enfant. Ce ne sont que suppositions, mais à l'époque du mariage de Louise Angélique avec Julien BOITARD (également enfant illégitime, semble t-il, et aussi de bonne famille) tout le monde était au courant de leur filiation qui a certainement été étudiée de près comme en témoignent les dispenses mentionnées sur l'acte de mariage.

Mais revenons aux enfants du premier lit. L'examen de actes de baptême des enfants de Julien Boitard montre qu'il n'était pas n'importe qui à Elven car, selon le subtil code des désignations et titres régissant les actes paroissiaux de l'Ancien Régime, il a droit au titre de "Sieur" et sa femme à celui de "Demoiselle", en principe réservés au gens nobles, ou au moins d'importance (et le Curé d'Elven, qui connaissait ses paroissiens, savait parfaitement doser les appellations en fonction de la naissance et de la richesse des gens). On constate également qu'il fréquentait le meilleur monde. On trouve ainsi:

• sur celui de Louise: Joseph Le Clainche, d'une honorable famille de gens de robe bretons
• sur celui de Marie-Madeleine: Maître Jan-Pierre Frapper (un oncle maternel), priseur et notaire
• sur celui de Honorée: Jacquette de Trépézec
• sur celui de Perinne: Joseph Martin, procureur fiscal de Plumeleuc (un magistrat détaché du siège)


À la génération suivante:

Louis LEFRANC
et Marie Jeanne BOITARD auront 14 enfants. Les 9 premiers naîtront à Malestroit. Ce sont:

- Marie-Victoire LEFRANC (22 octobre 1763 - 10 février 1764 à Réminiac, le Bourdelet chez sa nourrice)
- Marie-Louise LEFRANC (1er octobre 1764 - 21 mai 1767 à Malestroit)
- Louis LEFRANC (26 octobre 1765 - 24 mai 1767 à Malestroit)
- Louis-Victor LEFRANC, sosa 16 (20 juillet 1767 - 25 juillet 1824 à Ruffiac), buraliste, marchand, homme de loi. Il épousera Mathurine GICQUEL sosa 17 le 20 messidor an 2 et ils auront 6 enfants, tous de Ruffiac:

• Louis-Victor LEFRANC (10 pluviôse an IV)
• Marie-Louise LEFRANC (25 fructidor an VI) qui épouse Augustin ROLLAND (Ruffiac 18 juillet 1796 - 14 septembre 1848) le 18 avril 1819 à Ruffiac; dont à Ruffiac:
-- Augustin ROLLAND (18 juillet 1796 - 14 septembre 1848); dont à Ruffiac:
* Louis Marie ROLLAND (13 mai 1822)
* Mathurine Guillemette ROLLAND (2 avril 1833) qui épouse Etienne Louis Marie DUSCHENE (1875 - 1922)
* François ROLLAND (27 décembre 1835 - 21 septembre 1872) qui épouse Marie Rose RUBANS (uffiac 3 février 1846 - 18 juillet 1884) le 17 avril 1866 à Ruffiac
• Mathurine-Gilette LEFRANC (5 pluviôse an IX - Malestroit 13 juin 1817)
• Joseph Marie LEFRANC (4 mars 1803)
Louis-Marie LEFRANC (4 juin 1806) mon arrière-grand-père
• Mathurin Louis Marie LEFRANC professeur de philosophie au lycée national, puis professeur à la faculté des lettres de Bordeaux (26 septembre 1808 - 10 mars 1872) Avec son épouse Marie Augustine Sophie DURAND il aura deux enfants:
-- Louis Adolphe Albert LEFRANC (Bordeaux 25 septembre 1846 - 1901), procureur général près la Cour d'Appel de Bordeaux, chevalier de la Légion d'Honneur en 1891, qui épouse Marie Victoire Élise Gabrielle DURAND-DÉGRANGE (Libourne 13 décembre 1853), le 7 juillet 1873 à Libourne; dont:
* Louis Marie Albert André LEFRANC (Bordeau 1882 - Paris 1956), Docteur en droit, Avocat, Juge de paix du XVIIème arrondissement de Paris (1952), Maire de Beautiron (Gironde), Officier d'Académie, Chevalier Légion d'honneur (23 juillet 1952)
-- Louise Marie Sophie LEFRANC (2 avril 1852) qui épouse, le 17 août 1868 à Bordeaux, Marie Eugène Anatole CHENOU  (Metz 1838 - Orléans 1900) Avocat à Bordeaux puis Président de Chambre à la cour d’appel d’Orléans, Chevalier Légion d'honneur (13 juillet 1893); dont:
* Louis Anatole Albert CHENOU, militaire (Bordeaux 10 janvier 1870 - Madagascar 21 juillet 1895)
* Louis Marie Daniel CHENOU, Employé à la Compagnie Générale Transatlantique (21 mai 1871) qui épouse Jeanne Marie GRÉDY (1873 - 1958) le 2 juillet 1896 à Bordeaux

- François-Mathurin LEFRANC (7 septembre 1768 - 29 mars1789 à Ruffiac)
- Marie-Victoire LEFRANC (18 octobre 1769)
- Jean-Marie LEFRANC ( 27 décembre 1770)
- Marie-Joseph LEFRANC (16 janvier 1772 - 22 février 1834 à Ruffiac) qui épouse Laurent KERIMEL 1766 - 1829); dont à Ruffiac, la Hervaye:
• Marie Anne Clémence KERIMEL (12 novembre 1795 - 16 mars 1859) qui épouse Julien GUYOT le 23 novembre 1813 à Ruffiac; dont
-- Mathurine Emilie GUYOT (1816)
-- Louise GUYOT (1819)
• Emilie Hyacinthe KERIMEL (26 juillet 14799 -12 décembre 1835) qui épouse Pierre Joseph DABO (1798) le 10 mai 1824 à Ruffiac
• Marie Louise KERIMEL (22/9/an X - 19 janvier 1850) qui épouse Jacques ROUALLIN le 19 septembre 1829 à Ruffiac
• Marie Joseph KERIMEL (16/10/an XIII)
• Aimé Laurent KERIMEL (2 mars 1807)
- Jacquette LEFRANC (13 mars 1773)

Puis, après 1767, la famille LEFRANC quitte Malestroit pour aller habiter Ruffiac, où ils prennent la ferme de la Ville Noël. C'est là que naitront 2 autres de leurs enfants:

- Toussaint LEFRANC (11 novembre 1774 - 24 décembre 1775)
- Marguerite (25 octobre 1775)


Ruffiac: la Ville-Noël

Les LEFRANC déménagent une nouvelle fois pour Peillac, à la ferme du Pleisseix. C'est là que naîtront encore 2 enfants:

- Jean-Marie-Louis LEFRANC, qui nait le 14 avril 1777 à Peillac et décède à Ruffiac le 24 septembre 1831. Il épouse Anne Marie LEBRUN (171 - 1858) le 18 novembre 1806 à Ruffiac; dont à Ruffiac, la Hervaye:
• Jacques LEFRANC (22 janvier 1807 - 14 août 1831)
• Joseph Jean LEFRANC (25 février 1809)
• Louis LEFRANC (25 novembre 1810)
• François LEFRANC (3 avril 1812)
• Mathurin Marie LEFRANC (25 octobre 1813 - 12 décembre 1814)
• Laurent LEFRANC (15 juin 1817) qui épouse Marie Louise ROUALIN (1829) le 19 octobre 1858; dont à
-- Laurent Marie LEFRANC (13 octobre 1860)
-- Jean Louis LEFRANC (24 décembre 1862 - 9 janvier 1863)
-- Vincent LEFRANC
• Vincent LEFRANC (3 janvier 1820 - 22 mars 1821)
• Julien LEFRANC (vers 1822) qui épouse Julienne BONGOT; dont à Ruffiac, la Heuzaie:
-- Laurent Marie LEFRANC (12 mai 1849
-- François Marie LEFRANC (30 décembre 1851)
-- Jeanne Marie LEFRANC (15 mars 1853)
-- Joseph LEFRANC (18 mars 1855)
-- Louis Marie LEFRANC (25 septembre 18658 - 23 septembre 1882)
-- Jean Marie LEFRANC (22 février 1860)
-- Anne Marie LEFRANC (9 janvier 1862)
• Julien Marie LEFRANC (16 septembre 1823)
- un enfant anonyme, baptisé en urgence à la maison, le 31 juillet 1778 et décédé aussitôt.


Peillac: le Pleisseix

Nouveau déménagement. Louis LEFRANC est nommé sur son acte de décès fermier général. S'il avait réellement été fermier général en titre, il aurait été fabuleusement riche... et ça se saurait dans la famille. En fait, comme me fait remarquer Bernard DENIS, un autre de ses descendant que je cite ici, il s'agit d'une appellation désignant une personne affermant un fief, une seigneurie, une propriété (au XIXème) qu'il exploite avec ses propres métayers pour chacun des domaine (en opposition avec une "fermier particulier" qui n'exploite qu'une seule ferme). Très souvent au XIXème jusqu’au milieu du XXème les fils aînés des propriétaires étaient ainsi "fermiers généraux" vis à vis de leurs frères et soeurs cohéritiers de leurs parents, afin de ne pas diviser l'exploitation de la propriété, dont chaque part n'aurait pas été rentable, prise isolément.

Ce phénomène (de fermage général) a été très courant notamment dans le centre et l'ouest de la France déjà au XVIIIème, de la part du premier comme du second ordre des "Seigneurs", laïcs ou ecclésiastique (commande) pour lesquels leur seigneurie n'avait d'intérêt que de rapport, étant occupé ailleurs (Cour de Versailles, emploi militaire, charge ecclésiastique ou autres), d'autant plus que la propriété des seigneuries étaient déjà très souvent et très largement partagée entre plusieurs héritiers. L'agriculture étant au XVIIIème extrêmement rentable, tant en élevage qu'en culture (du moins à partir d'une certaine surface, bien sûr), de nombreuse familles d'origine rurale, souvent d'activité marchande, se sont enrichies ainsi à cette époque, formant une nouvelle bourgeoisie à même d'acquérir pour leurs fils des offices de judicatures (avocats, greffiers, etc ...) et d'offrir de belles dots à leur fille, épousant ainsi un noble fauché, mais avec un nom ... Louis LEFRANC devait donc avoir amassé une belle fortune puisque l'on relève, sur l'acte de mariage de son fils Jean-Marie-Louis LEFRANC (avec Marie-Anne LEBRUN) que la profession de l'époux est "rentier"; ce qui, à 28 ans, est tout de même assez exceptionnel! Il est probable que Louis a pris la succession de l'oncle de sa femme, Pierre BOITARD, également fermier général à Montauban de Bretagne.

Louis LEFRANC et Marie-Jeanne BOITARD habitent au manoir du Vauniel où nait leur dernière fille:

- Marie-Julienne LEFRANC ( 9 septembre 1780)

Louis LEFRANC décède peu après à Guer, dans sa maison du Vauniel, le 28 juillet 1781. Notez qu'il a droit au titre (assez rare) de "Monsieur" et son épouse à celui de "Demoiselle"


décès de Louis LEFRANC


Guer: manoir du Vauniel
remarquez les boulins (trous du pigeonnier) en façade, signe d'une maison noble (au moins à l'origine)

Marie-Jeanne BOITARD meurt le le 26 janvier 1819, à Ruffiac.



La génération suivante

Louis-Marie LEFRANC, mon arrière-grand-père, est mieux connu. Nous avons même conservé sa photo, prise vers 1773, avec sa seconde épouse Marie-Anne DESBOIS et 6 de leurs enfants.


Si je me fie aux âges que ces enfants devaient avoir lorsque cette photographie a été prise, nous y voyons:

au dernier rang: Louis-Joseph-Marie, Marie-Louise-Eulalie, Victor-Louis-Marie
au milieu: Auguste, les parents: Louis-Marie LEFRANC et Marie-Anne Desbois
au premier rang: Emile (mon grand-père) et Emmanuel-François

Louis-Marie LEFRANC sosa 8 est né à Ruffiac le 4 juin 1806.


naissance de Louis-Marie LEFRANC

Il a eu deux épouses successives: D'abord il épouse Marie-Anne BAYON (Ruffiac 30 mars 1837) le 2 juin 1833 à Ruffiac, qui lui donnera 2 enfants, qui mourront en bas âge:

- Louis-François-Marie LEFRANC (24 février 1834 - 9 février 1835)
- Marie-Anne LEFRANC (5 mars 1835 - 3 juin 1837)

Après le décès de sa première épouse, Louis-Marie LEFRANC se remarie, à Cournon le 29 octobre 1849, avec Marie-Anne DESBOIS sosa 9 (Grand-Fougeray 14 juin 1829 - Beignon 23 mai 1888) qui figure donc à côté de lui sur la photographie.


mariage de Louis-Marie LEFRANC et Marie-Anne Desbois

Louis LEFRANC et Marie Anne DESBOIS seront parents, à Ruffiac, de:
- Louis Marie Victor LEFRANC (19 août 1850 - 5 septembre 1851)
- Louis Marie LEFRANC (2 - 19 janvier 1851)
- Victor Louis Marie LEFRANC (8 février 1853 - 2 mars 1899). il sera médecin et maire de Ruffiac. Il épousera Jeanne Marie MONNERAYE (Ruffiac 3 janvier 1856 - 21 janvier 1929); dont à Ruffiac:
• Léontine LEFRANC (1886 - 1978) épouse de Joseph OLLIÉRIC vers 1880 - 1923) qui donneront toute une dynastie de médecins à Nantes
• Victor Auguste LEFRANC (1888 - 1974) qui épouse Noella Suzanne BIGER 1900 - 1981) également à l'origine d'une famille de médecins à Roscoff et Brest
• Jeanne Marie Ange LEFRANC (1890) qui épouse Maurice TALLÈS
• Albert Auguste Marie LEFRANC (1892) industriel-chemisier qui épouse Suzanne POIZAT à Sury-le-Comtal, Loire
- Louis Joseph Marie LEFRANC (1854 - 1878) tanneur à Nantes
- Marie Louise Eulalie LEFRANC (1856), célibataire
- Auguste Marie Joseph LEFRANC (1858 - 1943) prêtre et écrivain, curé de Rohan puis de Malestroit
- Emmanuel Joseph Marie LEFRANC (1863 - 1864)
- Emmanuel François Marie LEFRANC (1865 - 1884)
- Émile LEFRANC, sosa 4 mon grand-père 1869 - 1950), maire de Ruffiac, conseiller général de Malestroit qui épouse Marie Angélie BERHAUT sosa 5( 1871 - 1960) le 30 juillet 1899 à Beignon; dont à Ruffiac:
• Madeleine LEFRANC (1896 -2002 décédée à 105 ans!) qui épouse Julien ÉPAILLARD, boucher  (1889 - 1964) dont l'arbre d'ascendance se trouve sous ce lien
• Émile LEFRANC (1898)
• Alice LEFRANC (1899 - 1900)
• Marie Eugénie LEFRANC (1901 - 1998) qui épouse Pierre PHÉLIPOT commerçant à Malestroit dont l'arbre d'ascendance se trouve sous ce lien
Maurice Ernest Joseph LEFRANC (1902 - 1985) ingénieur mon père qui épouse Odette SIMON (1904 - 1992)
• Yvonne LEFRANC (1905 - 2001) qui épouse Joseph FOULON (1902 - 1988) dont l'arbre d'ascendance se trouve sous ce lien
- Louise Marie Victoire LEFRANC (1870 - 1878)

* * * * *

* * *



L'ascendance de Marie Anne DESBOIS

Marie-Anne DESBOIS sosa 9, épouse de Louis Marie LEFRANC est originaire d'île et Vilaine. Son père, Jacques-Aimé DESBOIS sosa 18 est né en 1797 au Grand-Fougeray. Il exerce ensuite la profession de tanneur à Cournon, dans le Morbihan, dont il est le maire.


mairie de Cournon

La mère de Marie-Anne DESBOIS est Marie-Françoise GRELLIER sosa 19 (21 septembre 1793- l'année de la mort de Louis XVI - au Grand-Fougeray, manoir de Port de Roche - 2 octobre 1867 Cournon).


Grand-Fougeray: manoir de Port-de-Roche


naissance de Marie-Françoise Grellier


carte-souvenir du décès de Marie-Françoise Grelier
il est assez rare d'avoir ainsi deux photographies d'une personne née au 18ème siècle

Elle est la fille de Louis-Mathurin GRELLIER sosa 38 (né au château de Saint-Aignan-Grandlieu le 7 juillet 1765 - décédé le 2 octobre 1828 au manoir de Port-de-Roche au Grand-Fougeray, actuellement commune de Ste Anne-sur-Vilaine) et de Louise AMELINE sosa 39 (Redon 4 avril 1762 - décédée vers 1847 au manoir de Port-de-Roche). Leur histoire, et celle de leur manoir de Ste Anne sur Vilaine a été racontée par un lointain cousin, Georges VAILHEN, et reproduite sur mon site à cet endroit. L'ascendance, fort nombreuse de Louise AMELINE sera présentée plus loin.


naissance de Louis-Mathurin Grellier (ou Grelier)


Saint-Aignan-de-Grandlieu: château de St Aignan où est né Louis Mathurin Grellier


décès de Louis-Mathurin Grellier


Jacques-Aimé Desbois et Marie-Françoise Grellier, tous deux nés au 18ème siècle

Jacques-Aimé DESBOIS et Marie-Françoise GRELLIER ont été parents, à Grand-Fougeray, de:

- Marie-Louise DESBOIS (29 juillet 1820 - Nantes décembre 1896) qui épouse à Nantes le 10 avril 1849, Charles-Louis SECHEZ, tailleur-magasin de nouveautés dans le quartier Graslin à Nantes. C'est ce même Charles-Louis SECHEZ dont nous avons conservé le très intéressant "journal d'un conscrit de 1806" reproduit entièrement sur une autre page de ce site où il raconte, avec de nombreux détails ses années de service militaire dans les armées de Napoléon et la retraite de Russie telle qu'elle a été vécue par un simple soldat.
- Françoise DESBOIS (3 décembre 1821 -Bordeaux 1877), religieuse de Saint-Vincent-de-Paul
- Victoire DESBOIS (11 novembre 1823 - Redon vers 1905/6), religieuse ursuline
- Rose DESBOIS (17 mars 1825 - 15 février 1832)
- Jacques DESBOIS (30 mars 1827 - Izé-Mayenne vers 1907), prêtre, curé à Izé
- notre Marie-Anne DESBOIS en 1829
- Louis DESBOIS (1831)
- Jean-Louis DESBOIS, tanneur à Nantes (10 août 1831 - Nantes 10 février 1920) qui épouse Emma-Alphonsine CHANCERELLE à Nantes le 3 octobre 1861) dont il aura 10 enfants (voir ma généalogie en ligne)
- Joseph-Marie DESBOIS (1833 - Cournon 1887), maire de Cournon qui épouse Jeanne-Marie TORLAY à Saint-Vincent-sur-Oust le 9 février 1862); dont 4 enfants

Mais Jacques-Aimé DESBOIS avait aussi épousé en première noces Marie-Josèphe FRINAULT, fille de Gabriel FRINAULT sosa 44 et de Marie-Perrine-Josèphe HUREL sosa 45 (famille originaire de Normandie) dont il a eu une fille, Célina, qui épousera Henri Deron. Plus tard, Émile LEFRANC mon grand-père épousera Marie Berhaut, également descendante des Hurel, par sa mère Eugénie Frinault. Une très belle histoire de la famille Hurel - Frinault a été publiée par mon cousin Jacques Berhaut sous le titre "Nous soussignans" et mise en ligne sur mon site à cet endroit. La généalogie des BERHAUT - FRINAULT est donnée sur une autre page de ce site.


En remontant d'une génération:

• Sosa 18 - Jacques-Aimé DESBOIS est le fils de Jean-Louis DESBOIS, sosa 36 maître-tanneur, né le 28 mars 1766 et de Anne-Michelle VALENTIN sosa 37 née le 18 août 1771 au Grand-Fougeray. Ils se sont mariés le 10 janvier 1792 au Grand-Fougeray.


mariage de Jean-Louis Desbois et de Anne-Michelle Valentin


À la génération précédente:

• Sosa 36 - Jean-Louis DESBOIS est lui-même fils de Honorable Homme René-Anne DESBOIS, sosa 72 maître tanneur (le Grand-Fougeray 6 octobre 1738 - 19 janvier 1787) et de Demoiselle Anne-Marguerite HEUZÉ (le Grand-Fougeray 8 janvier 1746 - 25 mars 1804). Nous verrons plus loin sur cette page la famille HEUZÉ, qui nous conduira en Loire-Atlantique (Châteaubriant et Pierric).


mariage de René-Anne Desbois et de Anne-Marguerite Heuzé


Grand-Fougeray: église Saint-Pierre et Saint-Paul
où se sont épousés René-Anne Desbois et Anne-Marguerite Heuzé

 Ils ont été parents, à Grand-Fougeray de:

- notre Jean-Louis DESBOIS en 1766
- Jeanne-Anne DESBOIS (1er août 1767) qui épouse Julien RIDEL à Grand-Fougeray le 20 juillet 1790
- Anne DESBOIS (3 octobre 1768 - Nantes 1815) qui épouse Jean-Angélique MONNIER, tanneur au 55 rue Fontenelle à Nantes, le 25 avril 1786 à Grand-Fougeray; dont au même lieu:
• Michel-Anne MONNIER (11 mars 1787)
• Maurice-Jean MONNIER (3 avril 1788)
• Auguste-Pierre MONNIER (2 octobre 1789)
• Jean-Angélique MONNIER (22 octobre 1790)
- Renée-Louise Desbois (25 novembre 1769)
-  Maurice-Anne DESBOIS ( 30 mars 1771)
- René-Julien DESBOIS (24 février - 8 octobre 1773)
- René DESBOIS (12 septembre 1774)
- Pierre-Charles-Scholastique DESBOIS (3 novembre 1776 - 3 février 1837) qui épouse Dorothée CULLÈRE (Nantes 12 janvier 1778 - 3 octobre 1842), fille de Jean CULLÈRE, tanneur d'une famille originaire d'Amboise et de Françoise de la MOTHE; dont à Nantes:
• Pierre DESBOIS (an VIII - 1831)
• Auguste DESBOIS (an X)
• Hippolythe DESBOIS (an XIII -1850) qui épouse Joséphine-Françoise-CHEVREUIL à Nantes le 14 septembre 1829
• Marie-Anne-Dorothée DESBOIS (1808) dite Nanine, qui épouse Philippe-Alexandre-Gaspard LA VOLENNE le 21 novembre 1831 à Nantes
• Elisa DESBOIS
• Delphine DESBOIS
- Marie-Antoinette DESBOIS (28 mars 1779 - 17 janvier 1808) qui épouse Julien TEILLAIS, garde-champêtre et tailleur, le 23 pluviôse an III à Grand-Fougeray; dont:
• Anne-Marie TEILLAIS (26 août 1800)
• Victor TEILLAIS (1804)
- Thérèse DESBOIS (25 novembre 1781 - 24 juillet 1782)
- Maurice-François DESBOIS, tanneur à Nantes (20 mai 1785 - 8 septembre 1838) qui épouse Françoise DEMION le 28 septembre 1807 à Nantes; dont à Nantes:
•  François-Auguste DESBOIS (1811)
- un autre enfant dont je n'ai pas le prénom, qui épouse un (ou une) VALENTIN

La suite de la descendance de cette nombreuse famille se trouve dans ma généalogie en ligne

• Sosa 37 - Anne-Michelle VALENTIN est la fille de Jacques VALENTIN, sosa 74, marchand de bois, né à Ussson-en-Forez (42550) en 1733 et décédé au Grand-Fougeray le 28 juin 1793; et de Marie NICOLAS. (le Grand-Fougeray vers 1745 - 14 ventôse an VI)


mariage de Jean-Louis Desbois et de Anne-Michelle Valentin
notez que le père et le frère de Anne-Michelle Valentin ont fait le déplacement depuis Usson-en-Forez (702 km tout de même) et ont signé

Nous ne saurons probablement jamais ce qui a conduit Jacques à venir, depuis les monts du Forez, pour s'établir à Grand-Fougeray, en 1763 (ce que précise l'acte) et s'y marier, le 21 août 1765, suivi par son frère. Il y avait sans doute un courant d'échanges commerciaux entre ces deux régions éloignées, probablement par la Loire où les bois de charpente descendaient par flottage, car j'ai trouvé à Usson en Forez deux autres mariages avec des filles de Martigné-Ferchaud, en Ille-et-vilaine. Le couple a été parents, à Grand-Fougeray, de:

- Marie-Anne VALENTIN (21 octobre 1766)
- Marie VALENTIN (18 septembre 1767)
- Jacques VALENTIN (19 janvier 1770)
- notre Anne-Michelle VALENTIN
- Émilie-Renée-Antoinette VALENTIN (10 juin 1773)
- Jacques VALENTIN, aubergiste-boulanger (10 février 1775) qui a épousé successivement, au Grand-Fougeray, Louise-Anne JAHEU le 27 janvier 1795 et Marguerite THOMAS le 18 avril 1811
- Jean-Louis VALENTIN (20 septembre 1777)
- Gabriel VALENTIN (17 septembre 1779)
- Renée-Anne VALENTIN (11 novembre 1781)
- Antoine VALENTIN (20 mars 1784)
- Reine VALENTIN (24 décembre 1785)
- Jean-Marie VALENTIN (30 août 1788)


mariage de Jacques Valentin et de Marie Nicolas

• Sosa 38 - Louis-Mathurin GRELLIER est le fils de Mathurin GRELLIER, sosa 76 fermier général du Port de Roche au Grand-Fougeray, plus vraisemblablement commis de la Ferme Générale c'est à dire percepteur (vers 1734, décédé au Grand-Fougeray le 19 avril 1784) et de Marie CHEVALIER sosa 27 (vers 1741  d'après son acte de décès - décédée le 9 septembre 1786 au Grand-Fougeray).


décès de Mathurin Grellier


décès de Marie Chevalier

Port-de-Roche


la chapelle et le four du château de Port-de-Roche

Je n'ai guère retrouvé de traces de leur passage, qui a du être bref, à Saint-Aignan-Grandlieu; à part l'acte de baptême de leur aîné Louis-Mathurin GRELLIER et, en 1764, la signature de Mathurin GRELLIER comme parrain d'une fille de Jean-Pierre GRELLIER, laboureur, et Marguerite LUSSEAU (des parents ou des homonymes? Ils ont eu 3 enfants à Saint-Aignan-Grandlieu). Il y a de nombreux CHEVALIER à Saint-Aignan-Grandlieu mais ni acte de mariage, ni acte de baptême de Marie CHEVALIER. Le patronyme GRELLIER est assez fréquent dans les pays de la Loire, en particulier en Vendée, Loire-Atlantique et Anjou mais il est plus probable que les GRELLIER soient originaires de Grand-Fougeray, où ses environs, où ils semblent avoir de profondes attaches.

On trouve une Marie CHEVALIER née le 25 avril 1749 à Grand-Fougeray (donc 8 ans plus jeune que celle dont nous avons l'acte de décès). Elle est fille de Jacques CHEVALIER (1719) et de Louise LASNIER (1728). C'est la seule à Grand-Fougeray qui pourrait, à la limite, convenir mais cela signifie qu'elle aurait été mère à 16 ans. On ne trouve par contre pas trace de mariage àGrand-Fougeray.

Du couple Mathurin GRELLIER et Marie CHEVALIER, nous connaissons 10 enfants:

- notre Louis-Mathurin GRELLIER, l'aîné, né au château de Saint-Aignan-de-Grandlieu en 1765
- Marie GRELLIER (1766 - Le Grand-Fougeray 20 octobre 1829) qui épouse à Grand-Fougeray, le 28 novembre 1786, Jean GOBIN, dont:
• Louise GOBIN (Grand Fougeray 11 septembre 1787) qui épouse successivement au Grand-Fougeray Joseph GRANDEBOEUF (mariage le 27 juillet 181) puis Jean-Marie PROVOST (mariage le 14 juin 1838)
- André GRELLIER (Grand-Fougeray - 16 avril 1769)
- Perrine-Andrée GRELLIER (Grand-Fougeray 8 août 1770) qui épouse Gilles PASGRIMAUD, tailleur à Redon. Un acte de baptême nous indique qu'elle habite Rennes en 1794
- Rose-Aimée-Mélanie GRELLIER (Grand-Fougeray 23 janvier 1772 - 28 juillet 1819) qui épouse successivement , à Grand-Fougeray, Christophe LOQUET le 17novembre 1789 puis Olivier BOURGEOIS le 8 février 1806
- Renée GRELLIER (1733 - Sion-les-Mines 16 avril 1842) qui épouse Pierre FAVOREAU (1760) le 2 frimaire an IV
- François GRELLIER (Grand-Fougeray 24 février 1776)
- Jean-Marie-Joseph GRELLIER, tanneur au Port-de-Roche (Grand-Fougeray 29 avril 1779 - 1 janvier 1804) qui épouse Anne PHILIPPE et meurt à 24 ans en laissant deux jeunes enfants:
• Sophie GRELLIER (1802)
• Jean-Marie GRELLIER (1803)
- Jean GRELLIER, tanneur dit "le Colosse" (vers 1782)
- Amand Maurice Isidore GRELLIER (Grand-Fougeray 20 juin 1784)

J'ai eu la chance de retrouver l'inventaire des biens mobiliers personnels de ce Jean-Marie-Joseph GRELLIER, dressé immédiatement après son décès par l'étude de Maître VOLAND, notaire au Grand-Fougeray. En voici la reproduction.

Cet acte montre à quel point nos ancêtres, mêmes lorsqu'ils étaient reconnus comme étant "relativement aisés" possédaient peu de bien propres. J'en donne ici la transcription à peu près complète (certains termes restent difficiles à lire ou à comprendre,  mais l'essentiel y est). Au demeurant, les autres actes notariés de cette époque, au Grand-Fougeray, ne sont guère plus riches. Cela est confirmé dans l'ouvrage de Jean-Louis BEAUCARNOT "Comment vivaient nos ancêtres" qui montre que, dans toute la France rurale, les gens possédaient peu de biens et vivaient de façon spartiate.

Jean-Marie-Joseph Grelier, en son vivant tanneur, en sa maison du Port de Roche en la commune de Fougeray, auquel a été vaqué par nous notaire public du Canton de Fougeray, Département d'ille et Vilaine résidant au chef-lieu de la commune de Fougeray, à la requête d'Anne Philippe veuve dudit Grelier et tutrice de Sophie et Jean-Marie Grelier enfants de leur mariage, demeurant au Port de Roche dite commune de Fougeray et de Louis Grelier abrogé tuteur desdits mineurs demeurant audit lieu du Port de Roche, lesquels ont fait comparaître pour parents en la personne de Pierre Lefeuvre tanneur demeurant au chef-lieu et Louis Gefray laboureur demeurant au village de la Garrinais dite commune de Fougeray, lesquels parents ont promis de se bien et fidèlement du fait du présent et avons procédé en présence de la dite ? ledit Grelier qui ??? (formules juridiques illisibles)

En premier

Un trépied - cinquante centimes
Une poelle à frire - 1 franc cinquante
Une pierre aguillete (sans doute une pierre à aiguiser) - cinquante centimes
Un petit Battin (ou battoir) d'estain - 1 franc
Un chaudron d'estain - 3 francs
Quatre bouteilles de verre et deux chopines (probablement vides) - 1 franc
Un fer à repasser - 2 francs
Un rouet ? - cinquante centimes
Sept chaises roncier - 3 francs
Un lit de milieu, rideaux coton à carreaux bleus et blanc, une courtepointe, un traversin; deux oreillers de plume, une couverture de laine verte - 120 francs
Une couette garnie d'empaillette et une berne (couverture?) - 20 francs
Une petite table à tiroir - 3 francs
Un mauvais vaisselier (?) garni de quatre cuvettes, un plat à barbe, deux petites cuvettes de terre, un broc ? - 1 franc
Dix-huit pierres (ou pièces?) de fil cru pour réparer (?) - 5 francs
Dix-sept poupées de lin et six poupées de réparer (ces poupées sont des écheveaux de fil servant à repriser) - 1 franc cinquante centimes
Un buffet à quatre battants et deux tiroirs dans le milieu - 50 francs
Une armoire à deux battants et clavure (probablement une serrure) - 50 francs
Quatre ? Quatre chemises d'homme - 8 francs
Un chapeau - 3 francs
Une paire de pantalons - 1 franc
Une culotte et un habit de drap ? vert bouteille - 15 francs
Huit draps de lit ? - 8 francs
Trois serviettes - 75 centimes
Quatre mouchoirs de poches et de fil - 3 francs

Dans une autre chambre basse

Une mauvaise fourche de fer, un râteau de fer - 2 francs 50
Un panneau - 2 francs
Un ? - cinquante centimes
Un petit charnier -  cinquante centimes
Vingt-quatre planches et ? - 5 francs
Douze ?, un ? les deux ? de charrette - 10 francs
Un braie - 2 francs
Une bouteille de terre à l'huile - 25 centimes
Un ? de peau - 25 centimes
Un panier - 5 centimes

Les outils de tanneur

Trois poucettes pour les vaches, une marguerite, une mauvaise chaine (?) et un couteau de rivière, une lunette (d'après les souvenirs de son neveu Louis GRELLIER, tanneur à Nantes, il s'agit d'un outil rond, à bords très tranchants à peu près grand comme une assiette, et qui servait à parer les cuirs) et une paire de pinces - 21 francs
Douze peaux de vache et une de bœuf et huit de veaux - 100 francs
? - Dix francs

Tout est là. Certes Jean-Marie-Joseph, à 24 ans, n'avait pas encore eu le temps d'amasser une grande fortune, et son épouse avait probablement quelques biens propres qui n'ont pas été mentionnés (vêtements, trousseau, petits objets domestiques, peut-être même du mobilier), sans parler de ses éventuelles ressources financières en or. Mais tout de même... Il vit dans deux pièces à Port-de-Roche (une pièce principale où l'on trouve, selon les habitudes de l'époque, un joyeux bric-à-brac et une pièce secondaire qui semble servir de débarras), avec sa femme et ses deux jeunes enfants; tout le monde partageant l'unique lit, à rideaux à carreaux bleus et blancs, avec sa couette, son matelas bourré de paille, huit draps (tout de même, mais les jours de lessives étaient très espacés à l'époque), un traversin et une couverture. Son habillement se résume à un pantalon, quatre chemises, un costume (vert bouteille) avec culotte (Jean-Marie-Joseph était une personne assez distinguée pour ne pas être un "sans-culotte") et chapeau pour les grands jours, plus quatre mouchoirs. C'est bien peu mais on reprisait beaucoup, comme le prouve la mention de ces "poupées" de fil. Aucun sous-vêtement, aucun manteau, aucun bas, aucune chaussure (il allait probablement en sabots et jambes nues, à moins que ces vêtements de peu de valeur n'aient pas été pris en compte par le notaire). Un minimum d'instruments de cuisine dans une armoire et un "mauvais" vaisselier. Sept chaises toute de même mais seulement une mauvaise petite table. Quelques outils courants, du fil à repriser. Pour cuisiner, dans l'âtre, une poelle, un chaudron et un trépied. Quelques objets pour la toilette. Aucun rasoir, ni ciseau n'est mentionné, mais il possède tout de même un plat à barbe. Aucune réserve non plus de vin ou de nourriture (elles sont en général mentionnées dans les inventaires, s'il y en a d'importantes). On trouve en outre ses quelques petits outils de tanneur, que j'ai du mal à identifier, et un maigre stock de peaux représentant à elles seules près du tiers de son avoir mobilier. Ses biens mobiliers se montent en tout et pour tout à 322,55 francs or; à peine 3080 euro en valeur actuelle (un franc-or germinal vaut à peu près 9,548 euro actuellement). C'est peu pour un fils de notable, mais c'est dans la norme pour une jeune homme de l'époque, marié et établi depuis peu (à son décès il était encore mineur). En outre, il n'était probablement pas propriétaire de son logement (probablement deux pièces du manoir de Port de Roche, acquis par son frère aîné et tuteur de ses deux enfants, Louis-Mathurin GRELLIER, le 14 avril 1794; à moins qu'il ne logeât dans la métairie, qui était l'ancienne demeure de la famille GRELLIER)



Une génération avant :

• Sosa 72 - René-Anne DESBOIS est le fils de Honorable-Homme René DESBOIS sosa 144 (Grand-Fougeray vers 1685 - 30 mai 1757) et de Louise GOUDE sosa 145 (Derval 14 mars 1700 - 6 mars 1776)


baptême de Louise Goude


Derval autrefois (source Geneanet pinaudchrystel)


décès de René Desbois

Ils se sont épousés à Derval le 16 janvier 1720 et ont été parents, au Grand-Fougeray, de:

- Pierre DESBOIS (1 novembre 1720)
- Michelle DESBOIS (28 septembre 1722)
- Julien DESBOIS (27 octobre 1724 - 11 octobre 1762) Huissier général et d'armes et audiencier de la juridiction du Marquisat de Fougeray, qui épouse Renée DIBON; dont au Grand-Fougeray:

• Julien DESBOIS 27 février 1749 - 11 juillet 1815) aubergiste et marchand de tabac au Grand-Fougeray, qui épouse Marguerite LAGRÉE; dont au Grand-Fougeray:

-- Jacques DESBOIS (23 février 1781 - 2 mars 1790)
-- Pierre DESBOIS (7 avril 1787) employé aux Droits Réunis à Nantes (percepteur), habitant carrefour Casserie, qui épouse Madeleine MARCHAIS; dont

* Elisa DESBOIS (1810)

-- Julien François DESBOIS (12 juillet 1790)
-- Anne Marguerite DESBOIS (an II) qui épouse François Anne Prosper BOURGES (1784) le 23 avril 1813 au Grand-Fougeray

• Perrine DESBOIS (Saint-Père en Retz 10 avril 1750) qui épouse Urbain LE PAGE le 25 janvier 1785 au Grand-Fougeray
• François Jacques DESBOIS (4 juillet 1751 - 31 décembre 1752)
• Maurice Louis DESBOIS (28 juillet 1752 - 22 juin 1759)
• François DESBOIS (14 octobre 14753) avocat au Parlement de Rennes
• Anne Renée DESBOIS (21 février 1757)

- René DESBOIS (15 août 1726 - 9 avril 1731)
- Michel DESBOIS (2 mai 1728 - 19 octobre 1741)
- Julienne-Louise DESBOIS (26 septembre 1729)
- Françoise DESBOIS (23 juin1731 - avril 1738)
- Jacquette DESBOIS (27 février 1733 - 31 juillet 1792) qui épouse Maurice LOHEZIC le 24 juillet 1753 au Grand-Fougeray; dont:

• Agnès LOHEZIC (6 mai 1752 - 26 février 1756)
• Jacques LOHEZIC (26 juin 1755 - 8 juillet 1759)
• Maître René Pierre LOHEZIC (26 juin 1756), procureur de la juridiction de Fougeray en 1788
• Louis Pierre LOHEZIC (9 février 1758)
• Scholastique - Agnès LOHEZIC (4 mai 1759 - 12 décembre 1762)
• Françoise Madeleine LOHEZIC (23 juillet 1760 - 7 juillet 1767)
• Jeanne Antoinette LOHEZIC (18 novembre 14761) qui épouse René FLIME le 21 novembre 1781 au Grand-Fougeray
• Pierre LOHEZIC (7 février 1763 - 10 août 1765)

- Anne-Jeanne DESBOIS (8 novembre 1734 - 31 janvier 1737)
- René DESBOIS (1 novembre 1737 - décédé le jour même)
- notre René-Anne DESBOIS (6 octobre 1738 - 17 janvier 1787)
- Louise DESBOIS (3 octobre 1740 - 17 juin 1747)
- Jacques DESBOIS (25 juillet 1742)


mariage de René Desbois et Louise Goude

En premières noces, René DESBOIS avait épousé Catherine LERAY, fille de Julien LERAY (17 mars 1666 Grand-Fougeray) et de Guillemette CHEVALIER, dont il resté veuf sans avoir eu d'enfant semble t-il.

• Sosa 74 - Jacques VALENTIN est le fils de Jan VALENTIN, sosa 148, laboureur, gens de labeur né le 1er novembre 1700 à Usson-en-Forez, au lieudit Jouanzec et décédé (peut-être, mais l'âge ne concorde pas) le 7 mai 1741 à Usson-en Forez...


baptême de Jan Valentin. On notera les signatures de ses père et mère


Usson-en-Forez: maison à Jouanzec


décès possible de Jan Valentin

...et de Marie-Anne PETIT dont l'acte de mariage dit qu'elle est originaire de Pontempeyrat, où son père est maréchal (ferrant). Pontempeyrat est à la limite de la paroisse de Usson-en-Forez, tout près du village de Jouanzec, mais dans une autre province: l'Auvergne. Ce hameau fait aujourd'hui partie de la commune de Craponne-sur-Arzon dans le département de la Haute-Loire.


Craponne-sur-Arzon: Pontempeyrat autrefois


l'église de Pontempeyrat




situation et vue actuelle (GoogleStreet) de Pontempeyrat, à mi-chemin entre Craponne et Usson

Ils se sont épousés le 13 septembre 1729 à Usson-en-Forez et ont été parents, à Usson, de:

- notre Jacques VALENTIN en 1733
- Antoine VALENTIN (1734) marchand qui, lui aussi, est venu en Bretagne pour épouser Jeanne HEUZÉ (fille de nos ancêtres Jean HEUZÉ et Jeanne ERRIAUX), le 1er février 1774 à Grand-Fougeray. Dont à Orgères:

• Anne Barthélémie VALENTIN (18 juillet 1776)

Puis à Guipry:

• Marie Julienne VALENTIN (18 juillet 1776
• Jeanne Marguerite Louise VALENTIN marchande  (27 août 1777 - 28 février 1884) qui épouse François Jean GELOUX (1779 - 1840) le 20 juillet 1802 à Guipry
• René Marie VALENTIN (15 juillet 1779 - Redon 31 août 1858) qui épouse Jeanne Françoise LEBATTEUX (1791 - 1843) le 16 novembre 1818 à Redon
• Anne Marie Antoinette VALENTIN (23 mai 1781) qui épouse Eustache DUBOIS, huissier de justice de paix (1783 - 1806) le 5 novembre 1804 à Guipry
• François Théodore VALENTIN (4 octobre 1782)
• Jean Baptiste Michel VALENTIN (14 octobre 1783) qui épouse Anne Marie LETURNIER (1789 - 1828) le 13 février 1816 à Langon
• Aimée Antoinette Agathe VALENTIN (17 août 1786)
• Thérèse Antoinette VALENTIN (23 mai 1790 - 10 mars 1791)
• Antoinette Prudence VALENTIN (19 octnobre 1791 - 16 août 1792)
• Agathe Françoise VALENTIN (10 décembre 1793 ) qui épouse Toussaint Clément BLANCHET (1792) le 14 février 1820 à Guipry
• Marie Antoinette VALENTIN (21 février 1795 - 13 avril 1796)
• Marie Françoise Perrine VALENTIN (5 mars 1797)

La plupart de généalogistes disent que c'est ce même Antoine VALENTIN qui aurait épousé en premières noces Marguerite BASILE (Lusanger vers 1720 - Orgères 15 août 1753) le 11 avril 1747 (mais il avait 12 ans en 1747! et il s'agit probablement d'un autre Antoine VALENTIN, de la même famille); dont à Orgères:

• Georges Hyppolite VALENTIN (10 mai 1750)
• Marie Rose VALENTIN (28 juillet 1751)
• Pierre Louis Antoine VALENTIN (16 juin 1752 - Bruz 27 octobre 1814) qui épouse Ursule Charlotte HEUZÉ, fille de nos Jean HEUZÉ sosa 146 et Anne HÉRIAULT sosa 147, le 9 juillet 1782 à Grand-Fougeray
• Marguerite VALENTIN (12 août 1753)

- Benoîte VALENTIN (1738)
- Benoît VALENTIN (25 juillet 1739)
- Claudine VALENTIN (1742)


mariage de Jan VALENTIN et Marie-anne PETIT (on notera que ce sont des gens qui savent signer)

Puis, après le décès de Marie-Anne PETIT, Jan VALENTIN a épousé en secondes noces Isabeau THELIERE, le 22 février 1751 à Usson-en-Forez. L'acte de mariage précise que Jan est "délaissé" de Marianne PETIT et personne libre. Dans certaines régions de France, ce terme "délaissé" signifie "veuf de"; ce qui explique qu'il se soit remarié à l'église. Ils ont eu 3 enfants, à Usson-en-Forez:

- Jean-Baptiste VALENTIN (24 juin 1767)
- Michel, Marie Anne, Marie, Jean Pierre,Benoîte  et AntoineVALENTIN


mariage de Jan Valentin et Isabeau Theliere (on remarquera la signature de Marie Chorand, mère de l'époux)

• Sosa  75 - Marie NICOLAS est la fille de François NICOLAS sosa 150 et de Anne LAURENCE, sosa 151 née probablement de 9 octobre 1718 au Grand-Fougeray; c'est du moins la seule de ce nom que j'ai relevée au Grand-Fougeray à cette époque.


baptême de Anne Laurence (Lorans sur l'acte mais sa marraine signe Lorance:
l'orthographe des noms de famille est très variable sous l'ancien régime, à une époque où peu de gens savaient lire et écrire)


Une génération avant:

• Sosa  145 - Louise GOUDE est la fille de Pierre GOUDE sosa 290 (Marsac-sur-Don, Loire-Atlantique 1er janvier 1600, selon les tables de Marsac-sur-Don établies par la société Histoire et Généalogie du Grand-Fougeray - Derval 3 février 1724) et de Anne MARCHAND sosa 291 (née vers 1671 - décédé à Derval le 10 janvier 1731). Ils se sont épousés le 23 mai 1689 à Derval et ont été parents, à Derval, de:

- Thérèse GOUDE (9 février 1692)
- Thomasse GOUDE (20 février 1693)
- Anne GOUDE (1mars 1695)
- Pierre GOUDE (29 décembre 1697)
- notre Louise GOUDE (1700 - 1776)
- Jacquette GOUDE (22 mai 1703)
- Madeleine GOUDE (21 avril 1705)
- Françoise GOUDE (12 décembre 1708)
- Madeleine GOUDE (25 mars - 6 décembre 1712)
- Louis GOUDE (18 octobre 1714 - 29 avril 1720)
- Anne GOUDE (22 décembre 1717 - 14 septembre 1727)


mariage de Pierre Goude et de Anne Marchand

• Sosa  148 - Jan VALENTIN est fils de Jean VALENTIN, sosa 295 laboureur né en 1667 à Usson-en-Forez au lieudit Jouanzec et de Marie CHORAND sosa 296 décédée en avril 1737. Ils se sont mariés le 12 janvier 1699 à Usson-en-Forez et ont été parents, à Usson-en-Forez, de:

- notre Jan VALENTIN en 1700
- Clauda VALENTIN (16 février 1702)
- Marguerite VALENTIN (31 mai 1703 - 25 février 1766) qui épouse Jean Vital GAY (1697) le 14 septembre 1723 à Usson-en-Forez
- Marie VALENTIN (15 décembre 1704)
- Anthoine VALENTIN (12 avril 1706)
- Louise VALENTIN (12 avril 1708 - 11 juin 1736) qui épouse Georges SÉGUIN le 23 août 1728 à Usson-en-Forez
- Antoine VALENTIN (16 juillet 1709)
- Jacques VALENTIN (30 avril 1711 - 22 septembre 1729)
- Claudine VALENTIN (9 août 1713 - 21 juillet 1760) qui épouse Jean BAVHELARD (1712) le 26 novembre 1737 à Usson-en-Forez
- Benoîte VALENTIN (3 septembre 1715) qui épouse Jacques GALLET le 22 octobre 1748 à Usson-en-Forez
- Jeanne Benoîte VALENTIN (Jouanzec 28 février 1718) qui épouse Antoine FAYE le 2 octobre 1743 à Usson-en-Forez


mariage de Jean Valentin et de Marie Chorand (ou Churaud) avec signatures des deux époux

Usson-en-Forez: l'église où se sont mariés Jean Valentin et de Marie Chorand

• Sosa  149 - Marie-Anne PETIT est la fille de Pierre PETIT sosa 298 marchand et maréchal ferrand à Pontempeyrat et de Jeanne ROBERT sosa 299. Ils se sont épousés à Usson-en-Forez le 20 juillet 1703. le mariage a été béni par Monsieur ROBERT (probablement un parent) vicaire de l'église Saint-Nizier à Lyon: une paroisse importante. Outre Marie-Anne on leur connaît également un Jacques PETIT.


mariage de Pierre Petit et de Jeanne Robert; la longueur inhabituelle de l'acte (pour Usson) et les signatures
montrent qu'il s'agit de gens importants


Lyon: église Saint-Nizier


Une génération plus haut:

• Sosa 290 - Pierre GOUDE est fils de Pierre GOUDE sosa 580 (Pierric 11 septembre 1633) ...


baptême de Pierre Goude

... et de Anne ROBERT sosa 581

D'après les tables de Marsac-sur-Don (L.A.) compilées par l'association "Histoire et Généalogie du Grand-Fougeray) ils se sont mariés à Marsac-sur-Don le 1er octobre 1657.
Dont à Marsac-sur-Don:

- Martin GOUDE (13 octobre 1658)
- notre Pierre GOUDE en 1660 à Pierric
- Catherine GOUDE (8 décembre 1661)
- Perrine GOUDE et Renée GOUDE, jumelles (22 mai 1668)

• Sosa 291 - Anne MARCHAND est fille de François MARCHAND sosa 582 (vers 1650) et de Honorable Femme Janne OLLIVAUD ou OLLIVEAU sosa 583 (vers 1654 - Vieillevigne 25 mars 1714).


décès de Janne Olliveau

Ils se sont épousés à Vieillevigne (Loire-Atlantique) le 1er juin 1683.


Mariage de François Marchand et Janne Ollivaud
  certifié par le recteur de St Peter-Port, notaire apostolique et impérial de Guernesey.
Il semble bien en effet que François Marchand était originaire de Guernesey.
De 1562 à 1725, Vieillevigne est un des haut-lieux du culte protestant de l'Ouest de la France
et à cette époque l'Édit de Nantes était encore en vigueur

Depuis 1563, l’Edit de Pacification d’AMBOISE permet aux Huguenots de faire baptiser leurs enfants par les ministres de leur culte, mais stipule que les juges des lieux de la « nativité » les enregistreront. Cela expliquerait que sur l'acte de mariage de François MARCHAND soit mentionnée une transcription de l'état-civil de Guernesey, où il est probablement né, certifiée par le notaire apostolique (un magistrat) de Guernesey, pour "la confirmation de ses droits" comme le précise cet acte. Cette possibilité d'enregistrement a été supprimée par la révocation de l'Edit de Nantes en 1685.
On signale aussi à cette époque un certain nombre de mariages entre des notables de Vieillevigne (et à en juger par sa signature et les parrains de ses enfants, tous nobles ou assimilés, François MARCHAND en était un) et des enfants de familles anglaises, pour des convenances religieuses.


Vieillevigne, chapelle Notre-Dame, dont le chœur fut refait en 1687 avec des pierres de démolition de l'antique
chapelle Saint Thomas, qui était à l'époque le temple protestant.

Dont à Vieillevigne:

• notre Anne MARCHAND vers 1671
• Jean MARCHAND (27 mars 1684)
• Françoise MARCHAND (4 mars 1688 - 23 avril 1728) qui épouse Jean BERNARD le 30 juin 1711 à Vieillevigne
• Gabriel MARCHAND (29 octobre 1690)
• Pierre MARCHAND

• Sosa  296 - Jean VALENTIN est fils de Barthélémy VALENTIN, sosa 592 (vers 1631 - Usson-en-Forez, Fraisse 27 décembre 1706), qui serait lui même fils de Jouanzec VALENTIN (le nom du lieudit en guise de prénom? il est impossible de vérifier faute d'état-civil mais d'après un autre généalogiste qui a peut-être eu accès à des sources que je n'ai pas, les 4 frères de Jouanzec porteraient tous des noms de villages voisins: Saint-Anthème, Teyssonières, Fraisse et Trémolet. Moi je veux bien... d'autant plus que l'état-civil de Usson-en-Forez ne mentionne pas en marge le prénom, comme il est généralement d'usage, mais le lieudit)...


décès de Barthélémy Valentin

...et de Catherine DELAMARTINE dont je ne sais rien non plus sinon qu'elle est sœur de:

- Georges DELAMARTINE, notaire qui épouse Marguerite DAURELLE; dont à Usson-en-Forez:

• Marie DELAMARTINE qui épouse Jacques MEY le 30 août 1688 à Usson-en-Forez

- Symon DELAMARTINE (vers 1635 - Usson-en-Forez, la Garde-Chataing 14 novembre 1705) qui épouse Claudia ROBERT, puis Marie TRANCHANT; don à Usson en Forez:

• Jean DELAMARTINE (vers 1665) qui épouse Marie LANIER le 2 septembre 1687 à Usson-en-Forez, le Pin
• Estienne DELAMARTINE vers 1669 - 8 avril 1751) qui épouse Jeanne DESHOLMES le 28 août 1701 à Usson-en-Forez

Dont à Usson-en-Forez:

- Louyse VALENTIN (vers 1631 - 21 septembre 1684)
- Jeanne VALENTIN (vers 1643 - Saint-Pal-de-Chalençon 29 janvier 1685) qui épouse Antoine VIGNAL le 1er octobre 1669 à Saint-Pal-de-Chalençon
- Jean VALENTIN (vers 1657 - 20 novembre 1722)
- notre Jean VALENTIN en 1667
- Simon VALENTIN (1er juillet 1688)
- Jacques VALENTIN qui épouse Marie LAURENT le 26 novembre 1686 à Saint-André-de-Chalençon
- Catherine VALENTIN
- Barthélémy VALENTIN qui épouse Benoîte LAGER

• Sosa  297 - Marie CHORAND est fille de Anthoine CHORAND sosa 594 né à Fraisses (Loire) et Antoinette DAURELLE sosa 595. Les patronymes DAURELLE et CHORAND sont parmi les plus fréquents à Usson-en-Forez et certains sont des gens plus ou moins importants, comme le curé de Usson, qui est un DAURELLE. Ils ont été parents, à Usson-en-Forez, village de Daniecq, de:

- Anthoinette CHORAND (vers 1675 - Saint-Just, Puy-de-Dôme 19 juin 1715) qui épouse Jean VERNADER (vers 1685 - 1710)
- Marie CHORAND (vers 1675 - 5 novembre 1729) qui épouse Pierre MEY († 1702) le 3 novembre 1699 à usson-en-Forez, puis Jacques BRANCHIER le 16 octobre 1703 à Usson-en-Forez
- Marion CHORAND (vers 1679 - Saint-Just 6 avril 1729) qui épouse André PERRUFEL le 5 mars 1696 à Saint-Just
- Benoîte CHORAND (16 février 1684)
- Françoise CHORAND (9 avril 1686)   
- Pierre CHORAND (13 janvier 1689)
- Jeanne CHORAND (27 octobre 1691)
- Jean CHORAND (22 août 1692)
- Jean CHORAND (8 juillet 1697)
- notre Marie CHORAND
- Louise Marie CHORAND († 13 août 1737) qui épouse Pierre POYET le 6 septembre 1700 à Estivareilles, Loire

• Sosa  298 - Pierre PETIT est fils de Pierre PETIT sosa 596 maréchal à Pontempeyrat et Marcelline PALIER (sosa 597). L'état-civil de Craponne-sur-Arzon étan t incomplet pour les années qui nous intéressent, je n'ai pu trouver aucune indication sur eux.

• Sosa  299 - Jeanne ROBERT est la fille de Antoine ROBERT sosa 598 et de Alix BERGERON sosa 599. L'état-civil de Usson-en-Forez ne remonte pas assez loin pour trouver les dates de naissance.


À la génération précédente:

• Sosa  580 - Pierre GOUDE est le fils de Julien GOUDE sosa 1160 et de Julienne RADIN sosa 1161
Dont à Pierric:
- notre Pierre GOUDE en 1633
- Jeanne GOUDE (18 novembre 1635)
puis au Grand-Fougeray
- Guillaume GOUDE (31 octobre 1638)
puis à Conquéreuil
- Julien GOUDE (22 juillet 1650 - 24 mars 1706) qui épouse Jacquette GUILLAUME (1654) le 27 juin 1689 au Grand-Fougeray; dont à Pierric:
• Julien GOUDE (28 mars 1690 - 10 novembre 1699)
• Perrine GOUDE (29 avril 1691)
puis à Derval
• Jean GOUDE (13 juillet 1692 - 30 avril 1723) qui épouse Marguerite JOUNY (1694 - 1743) le 30 juin 1716 à Pierric. Ils auront une belle descendance que l'on trouve sous ce lien
• Guyonne GOUDE (12 mars 1694 - Pierric 1er mai 1720)

• Sosa  581 - Anne ROBERT est la fille de René ROBERT sosa 1162 et Jeanne DURAND sosa 1163

• Sosa 582 - François MARCHAND est le fils de Jean (LE) MARCHAND sosa 1164. On signale une seule personne pouvant correspondre, à Saint-Pierre-Port (Guernesey):
- Jean LE MARCHAND, baptisé le 11 octobre 1609, fils de Thomas LE MARCHAND et Marie GUILLE,  respectivement issus pour lui de Thomas le MARCHAND et pour elle de Nicholas GUILLE seigneur av Rohais (1553 - 1588) et de Colliche EFFARD. L'ascendance de la famille GUILLE peut être remontée, à Guernesey, jusqu'à un certain Thomas GUILLE (vers 1340). Mais c'est sous toutes réserves, d'autant plus que l'écart d'âge entre le père et le fils semble être un peu grand. Mais l'état-civil de Guernesey n'est consultable que sur place...


Saint-Pierre-Port, intérieur de l'église

• Sosa 583 - On ne connaît pas les parents de Janne OLLIVEAU mais, par divers actes, on sait qu'elle est sœur de:
- Pierre OLLIVEAU qui épouse Catherine DUGAST le 8 février 1668 à Vieillevigne
- Etienne OLLIVEAU, témoin au mariage de sa sœur
L'état-civil de Vieillevigne ne commençant qu'en 1668, il est impossible de faire plus de recherches.

* * * * *

* * *


L'ascendance de Mathurine GICQUEL

À la quatrième génération (en ce qui me concerne)

• Sosa16 - Louis-Victor LEFRANC est né le 20 juillet 1767 à Malestroit et décédé le 25 juillet 1824 à Ruffiac.


baptême de Louis-Victor LEFRANC; la marraine est sa belle-mère Angélique-Louise (Travaillé de) Villeneuve, seconde épouse de Louis LEFRANC

Il épouse Mathurine GICQUEL sosa 17 à Ruffiac, le 20 messidor an II (8 juillet 1794).


mariage de Louis-Victor LEFRANC et Mathurine Gicquel
on notera la belle signature de sa mère, Marie-Jeanne Boitard veuve Lefranc

Mathurine GICQUEL était née le 3 octobre 1774 à Ruffiac (village de Treleu), où elle décédera le 6 mars 1828.


baptême de Mathurine Gicquel


Ruffiac: situation et vue actuelle de Treleu


À la 5ème génération:

• Sosa17 - Mathurine GICQUEL est la fille de Jean GICQUEL, sosa 34, qui vient de la paroisse voisine de Tréal et de Marie CADEN, sosa 35, née le 20 décembre 1751 à Ruffiac (village de Bourgeix, orthographié Bourgé sur l'acte)


baptême de Marie-Caden


Ruffiac: situation et vue  actuelle de Bourgeix

Ils se sont mariés à Ruffiac, le 30 janvier 1770 et, en plus de Mathurine, je leur ai trouvé un François GICQUEL (Ruffiac, 17 septembre 1773)


mariage de Jean-Gicquel et de Marie Caden


À la 6ème génération:

• Sosa34 - Jean GICQUEL est le fils de Julien GICQUEL, sosa 68, né le 25 octobre 1716 à Tréal (le Plessix)...


baptême de Julien Gicquel


Treal: situation et vue actuelle du Plessix

... Mathurine LAURENT (ou LORAND) sosa 69 née vers 1714. Je n'ai pas trouvé d'acte de baptême à Tréal, mais ses parents sont de Tréal.

Ils se sont mariés à TRÉAL le 11 février 1744 et je leur ait trouvé comme enfants:

- Jeanne GICQUEL (12 mars 1745)
- François GICQUEL (3 octobre 1749)
- notre Jean GICQUEL


mariage de Julien Gicquel et de Mathurine Laurent


Tréal autrefois

• Sosa35 - Marie CADEN est la fille de Honoré CADEN, sosa 70, né à Ruffiac (Bourgeix) le 8 juin 1720...


baptême de Honoré Caden

... et de Marie MORHAN sosa 71, née le 20 juin 1711 à Ruffiac (Tréleu).


baptême de Marie Morhan

Ils se sont épousés le 26 janvier 1751 à Ruffiac.


mariage de Honoré Caden et de Marie Morhan

À la 7ème génération:

• Sosa68 - Julien GICQUEL est le fils de Jean GICQUEL sosa 136, probablement originaire de Tréal et de  Jacquette PERRICHOT sosa 137 (Ruffiac 15 janvier 1695 - Tréal 5 octobre 1767)

Ils se sont épousés le 4 février 1711 à Ruffiac et ont eu, à Tréal:

- Jan GICQUEL ( 2 août - 27 octobre 1713)
- Anne GICQUEL (19 septembre 1714)
- notre Julien GICQUEL (1716)
- Marie GICQUEL (19 mars 1722 - 2 août 1759), qui a épousé Achille ORSON le 19 septembre 1747 à Tréal, dont:

• Cécile ORSON (25 septembre 1750)
• Julienne ORSON (17 avril 1755 - 5 février 1823) mariée à Mathurin DANDO le 18 septembre 1775, dont:
-- Barbe DANDO

- Cécile GICQUEL


mariage de Jean Gicquel et Jacquette Perrichot en 1711

• Sosa69 - Mathurine LAURAND (ou LORAND) est la fille de Gilles LAURAND sosa 138 et de Anne CHENAYS, sosa 139, née à Tréal, village de Rochay (le Rocher actuellement) le 8 février 1693.


baptême de Anne Chenays


Tréal, situation du Rocher

Ils se sont mariés à Tréal le 25 juillet 1713


mariage de Gilles LORAND et de Anne CHESNAY

• Sosa70 - Honoré CADEN est fils de Joseph CADEN sosa 140 et de Françoise DUPÉ sosa 141

Ils se sont mariés le 31 juillet 1714 à Ruffiac et ont eu:

- Joseph CADEN (6 octobre 1715)
- Jullien CADEN (23 décembre 1717 - 28 décembre 1717) et sa jumelle Marie CADEN
- Gratienne CADEN (20 janvier 1719)
- notre Honoré CADEN (1720)
- une seconde Marie CADEN (3 octobre 1722)
- Charles CADEN (3 octobre 1726)


mariage de Joseph Caden et Françoise Dupé

 • Sosa71 - Marie MORHAN est la fille de Michel MORHAN sosa 142 né vers 1683 à Ruffiac (Tréleu) et de Julienne SERAZIN, sosa 143, née le 6 février 1686 à Ruffiac (Treleu).


 baptême de Julienne Serazin

Ils se sont épousés le 19 janvier 1706, à Ruffiac; dont:

- Yves MORHAN (11 septembre - 18 septembre 1707)
- notre Marie MORHAN, (1711) Ils ont probablement quitté Ruffiac une dizaine d'années, puis:
- Mathurine MORHAN (15 août 1722)
- Juliette MORHAN (16 juin 1725)


mariage de Michel Motrhan et Julienne Serazin

À la 8ème génération:

• Sosa136 - Jean GICQUEL pourrait être le fils de ce Julien GICQUEL, originaire de Saint-Nicolas-du Tertre, qui a épousé, le 18 juillet 1689 à Tréal, Julienne MONNERAYS. Je ne trouve en effet aucun autre Gicquel à cette époque à Tréal; quant aux registres paroissiaux de Saint-Nicolas-du Tertre, l'encre y est si pâle qu'ils sont proprement illisibles.

• Sosa137 - Jacquette PERRICHOT est la fille de Mathurin PERRICHOT sosa 274 (Ruffiac vers 1651 - 1er octobre 1711 à la maison de Coëtion) et de Jeanne DABO (vers 1664
   
Le manoir de Coëtion (XIVème siècle), propriété en 1315 de Pierre Coëtion, trésorier du duc Jean III. Propriété de Bertrand de La Bourdonnaye (au XVème siècle). Guyomar du Pont est signalé en 1427. Siège d'une ancienne seigneurie érigée en vicomté en 1647 en faveur de la famille La Bourdonnaye (Olivier de la Bourdonnaye en 1464, François de la Bourdonnaye en 1481, et Tanguy de la Bourdonnaye en 1536). Le manoir est incendié en 1593 et reconstruit vers 1620. Il possédait autrefois une chapelle privée. Le porche-grange est orné des armes de la famille de La Bourdonnaye et porte la date de 1564. On y trouve un colombier de 1500 boulins


Ruffiac: manoir de Coëtion


décès de Mathurin Perrichot

Dont à Ruffiac, Bourgeix:
- Nicolle PERRICHOT (29 octobre 1691)
- Jeanne PERRICHOT (17 - 25 décembre 1693)
- notre  Jacquette PERRICHOT en 1695

• Sosa139 - Anne CHESNAYS est la fille de François CHESNAYS, sosa 278, laboureur et de Anne HAUMESTRE, sosa 279, née vers 1661 et décédée à Tréal (village du Rochay) le 12 août 1711.


décès de Anne Haumestre
 Ils ont été parents de:
- Mathurin CHESNAYS (vers 1684 -Tréal 2 avril 1740), marié ) Tréal le 4 février 1712 avec Jacquette MORICE, dont à Tréal:
• Jean-Michel CHESNAYS (3 juillet 1713 - 6 août 1713)
• François CHESNAYS (5 novembre 1714)
• Jacques CHESNAYS (26 mai 1718 - 30 septembre 1720)
Puis remarié avec Janne BAHON (Tréal 2 novembre 1694 - 1 juin 1734), dont à Tréal également:
• Marie CHESNAYS (17 juin 1723) épouse Mathurin OLIVIER (Tréal vers 1717 - 1748, dont à St Nicolas-du-Tertre:
-- Marie OLIVIER (25 janvier 1749 - Tréal 19/09/an 9)
-- Pierre OLIVIER (18 mai 1750)
-- Julien OLIVIER (23 septembre 1753)
-- René OLIVIER (14 juillet 1757)
-- Mathurine OLIVIER (2 juillet 1762)
- notre Anne CHESNAYS en 1693
- Julien CHESNAYS
- Pierre CHESNAYS
- Jan CHESNAYS
- Jullien CHESNAYS
- René CHESNAYS

• Sosa142 - Michel MORHAN est le fils de Julien MORHAN, sosa 284, né vers 1634 à Ruffiac et décédé le 25 novembre 1709 à Ruffiac (Tréleu) et de Guillemette GASPIHAN.


décès de Julien Morhan

• Sosa143 - Julienne SÉRAZIN est la fille de Mathurin SÉRAZIN sosa 286 (Ruffiac 15 décembre 1642)...


baptême de Mathurin Sérazin, avec la signature de son père Julien

... et de Julienne PRIOUL sosa 287 (Ruffiac - village de Rangerard, vers 1653 - 25 novembre 1703).


décès de Julienne Prioul


Ruffiac, vue vers Rangerard (ou Rangera)

Ils se sont épousés à Ruffiac le 17 janvier 1670; dont:

- Françoise SÉRAZIN (25 octobre 1670) qui n'a pas vécu
- Françoise SÉRAZIN (8 août 1671)
- Noël SÉRAZIN (13 juillet 1673)
- Suzanne SÉRAZIN (27 octobre 1674)
- Julienne SÉRAZIN (15 décembre 1676)
- Marguerite SÉRAZIN (11 mars 1680 - 18 septembre 1719) qui épouse Yve PERRICHOT le 14 juin 1695 à Ruffiac
- Vincente SÉRAZIN (19 décembre 1682) qui épouse François NOURY le 18 septembre 1703); dont:
• Jacquette NOURY (Ruffiac 1er juin 1707) qui épouse Joseph GUILLOUX; dont:
-- Mathurine GUILLOUX (Ruffiac 27 février 1729)
- notre Julienne SÉRAZIN


mariage de Mathurin Sérazin et de Julienne Prioul

À la 9ème génération:

• Sosa284 - Julien MORHAN est le fils de Julien MORHAN sosa 568 (Ruffiac 27 novembre 1634 - 25 novembre 1709 au village de Tréleu)


baptême de Julien Morhan


décès de Julien Morhan

• Sosa 286 - Mathurin SÉRAZIN est le fils de Maître Julien SÉRAZIN sosa 572 (Réminiac 24 mai 1620 - Ruffiac 15 juillet 1685)...


baptême de Julien Sérazin

... et de Honorable Femme Guillemette TUEL sosa 576. Ils se sont épousés à Ruffiac le 23 novembre 1638; d'où à Ruffiac:
- Yves SERAZIN laboureur à la Touche à l'Eau (17 édcembre 1639 Pérue en Ruffiac - 6 juin 1676) qui épouse Mathurione LORES le 17 juillet 1659 à Ruffiac, chapelle St André
- notre Mathurin SÉRAZIN en 1652
- Françoise SERAZIN (6 mars 1646)


mariage de Julien Serazin et Guillemette Tuel

• Sosa 287 -  Julienne PRIOUL est la fille de Mathurin PRIOUL sosa 574 (Ruffiac 9 janvier 1612 - 12 juin 1685, d'après un autre généalogiste mais l'acte manque)...


baptême de Mathurin Prioul

... et de Julienne FRAPPESAUCE (ou FRAPPESAULCE), sosa 575, née vers 1620. Ils se seraient épousés le 16 janvier 1641 à Ruffiac (d'après le même généalogiste, mais les registres de mariages de Ruffiac commencent à 1668), dont également à Ruffiac:
- Janne PRIOU (23 février 1641... un mois après les noces!)
- Michelle PRIOUL (vers 1643 - 26 juin 1692) qui épouse Pierre CHASTEL à Ruffiac le 14 septembre 1661
- Yves PRIOUL (27 décembre 1644)
- Mathurin PRIOUL (vers 1645 - 14 septembre 1729)
- Noël PRIOUL (vers 1650 - 4 avril 1687) qui épouse Michelle SOURGET le le 5 mai 1676 à Ruffiac
- notre Julienne PRIOUL vers 1653
- François PRIOUL (vers 1655 - janvier 1718) qui épouse Renée BRIARD le 19 février 1675 à Ruffiac
- Suzan PRIOUL


À 10ème génération:

• Sosa 568 - Julien MORHAN est le fils de Yves MORHAN sosa 1136 et de Perine BIARD sosa 1137

• Sosa 572 - Julien SERAZIN est le fils de Julien SERAZIN sosa 1144 (vers 1600) et de Guillemette LEBORGNE sosa 1145 (Carentoir 8 février 1605)


baptême de Guillemette Leborgne

Elle a également été mariée à Michel SÉRAZIN (le frère de Julien?) dont à réminiac:
- Perrine SERAZIN (6 août 1621) qui épouse Yves TASTARD le 16 septembre 1641 à Ruffiac; dont à Ruffiac:
• Jean TASTARD (15 novembre 1643) qui épouse Julienne DABO le 28 février 1675 à Ruffiac
• Jacques TASTARD (21 janvier 1648) qui épouse Françoise ROLLO le 22 juin 1671à Ruffiac

• Sosa 573 - Guillemette TUEL est la fille de Maître Julien TUEL sosa 1146, témoin à son mariage

• Sosa 574 - Mathurin PRIOUL est le fils de Michel PRIOU, sosa 1148, laboureur (vers 1585) et Yvonne FRAPPESAUCE (sosa 1149, vers 1590); dont à Ruffiac:
- notre Mathurin PRIOUL en 1612
- René PRIOUL vers 1614
- Janne PRIOUL vers 1615

• Sosa 575 - Julienne FRAPPESAUCE est la fille de Noël FRAPPESAULCE sosa 1150 (vers 1590) et Julienne FLEURY sosa 1151 (vers 1595); dont à Ruffiac:
- Charlotte FRAPPESAUCE (17 octobre 1612)
- Ollivier FRAPPESAUCE (vers 1615)
- Guillaume FRAPPESAUCE (1618)
- notre Julienne FRAPPESAUCE



À 11ème génération:

• Sosa 1145 - Guillemette LEBORGNE est la fille de Julien LEBORGNE sosa 2290 et de Perrine PRAUD sosa 2291

* * * * *

* * *


L'énigme BOITARD

Après cette belle histoire de la famille LEFRANC, nous allons remonter dans le temps jusqu'à Julien BOITARD, sosa 66, dont la fille Marie-Jeanne BOITARD avait épousé Louis LEFRANC en 1763.

J'ai longtemps cherché l'origine de Julien BOITARD. Ce n'est pas un nom de la région. La plupart des BOËTARD (ou BOITARD) recensés en Bretagne vivent dans les Côtes d'Armor actuelles, à Saint-Brieuc ou dans les environs (mais il s'agit d'une région dont l'étude a été très poussée, par les Amis du Turnegouët, ce qui fausse un peu les statistiques). Plus quelques uns à Rennes et à Paimpont. Ce patronyme est, au demeurant, assez fréquent en France. On trouve toutefois un Pierre BOITARD à Peillac (une trentaine de kilomètres à l'ouest d'Elven). Il est domestique de la marquise de Sanzay du Plessix-Peillac (épouse de Sébastien-Maurice l'Ollivier de Lochrist et de Saint-Maur), de 1693 à 1737 et il épouse, le 2 juillet 1730, Perrine SEVESTRE, également employée au château du Plessix, qu'ils quitteront à la mort de la marquise. (Notons que le terme "domestique" sous l'ancien régime n'a pas le caractère péjoratif qu'il a pris depuis. Il signifie "employé par une personne et demeurant chez elle". Ainsi Pierre BOITARD, qui est manifestement cultivé et finira titulaire de hautes fonctions, pouvait très bien être l'intendant ou le secrétaire de la marquise). L'acte de mariage cite trois de ses frères: François, Mathurin et Guillaume BOITARD. Il occupe sans doute une charge importante au Plessix car les parrains et marraines des 5 enfants qu'il aura à cette époque sont tous, sans exception, des membres des deux familles nobles de Peillac: la famille de Sanzay et celle de la Landelle. À moins que la marquise n'eut des idées progressistes... L'acte de mariage de ce Pierre BOITARD dit qu'il est originaire de Corseul, non loin de DINAN, fils de feu F. BOUETARD et Guinne SAMSON.

J'ai ensuite retrouvé l'acte de mariage de Julien BOITARD et Marie-Perrine LE FRAPPER à Meucon le 15 octobre 1736. C'est en effet à Meucon que la mère de Marie-Perrine, qui jusque là vivait dans la paroisse voisine de Saint-Avé, s'est retirée avec ses enfants après la mort prématurée de son époux. Cet acte nous apprend que Julien BOITARD est le fils "naturel et légitime" de François BOITART et de Guyonne SANSON, de la paroisse de Corseul. Julien, Pierre, François, Mathurin et Guillaume BOITARD sont donc frères.


mariage de Julien Boitard et Marie-Perrine Le Frapper, à Meucon en 1736

c'est devant ce retable que se sont mariés Julien Boitard et Marie-Perrine Le Frapper

bans du mariage de Julien Boitard et Marie-Perrine Le Frapper à Vannes - cathédrale St Pierre

L'acte nous indique en outre que Julien BOITARD a trente ans (il est donc né vers 1706) et est présentement domicilié à Vannes, dans la paroisse Saint-Pierre (où j'ai effectivement retrouvé l'acte de publication des bans). Or, autour de l'année 1700, il n'y a aucun BOITARD à Corseul, où je n'ai retrouvé ni son acte de baptême, ni ceux de ses frères. Il faut remonter jusqu'en 1639 pour trouver un Boitard à Corseul; il s'agit de René BOITARD, né le 17 avril 1639, fils de maître Pierre BOITARD et de Gabrielle MÉNARD. Les témoins sont des gens à particule. Est-ce le père de François BOITARD? ce ne serait pas impossible étant donné les dates, mais nullement établi.


baptême de René Boitard

On relève également un Jehan BOUETARD, noble vivant au manoir de Vildé-Bouétard en Corseul, mentionné à deux reprises dans les archives de Saint-Malo: la première fois en 1472 et la seconde en 1480 dans la liste de feudataires (teneurs de fiefs) des évêchés de Saint-Malo et de Dol, où il déclare 80 livres de revenu (c'est une belle somme à l'époque) et comparaît "porteur d'une brigandine et armé d'une pertuisane". Un ancêtre de François et Julien BOUETARD? Toutefois, au début du 18ème siècle, le manoir de Vildé-Bouétard est habité par une famille Bouesnard et l'on ne trouve plus de Boitard ou Bouétard à Corseul.

La mère de Julien BOITARD, Guyonne (ou Guionne) SANSON, est elle cette Guyonne SANSON née le 3 juin 1674 à Corseul, de François SANSON et de Renée MONIER?


baptême d'une Guionne Sanson en 1674


Corseul: l'église

Ou bien cette Guyonne SANSON, née à Corseul le le 18 octobre 1676, de Louis SANSON et Catherine BOUEXIÈRE?


baptême d'une autre Guyonne Sanson en 1676

Ce sons les seules à Corseul à porter ce nom, sur au moins 50 ans de registres paroissiaux examinés par moi. Or, le 8 octobre 1700, nait un enfant illégitime dont la mère est Guyonne SANSON, un petit Guillaume, et dont le père "avoué" est écuyer Ange ROUXEL, seigneur de la Ville Irouët. Cet enfant meurt un an plus tard. Il sera suivi de 4 autres enfants, tous "avoués" à Ange ROUXEL:

- Guillaume (5 avril 1704)
- Julien (2 mars 1706)


baptême de Julien, fils de Guyonne Sanson (s'agissant d'une  naissance illégitime, l'acte est écrit à l'envers; je l'ai retourné)

- Pierre (3 janvier 1708)
- Mathurin (11 mai 1710)

C'est assez troublant car ce sont précisément les prénoms et les années de naissance attribués aux enfants de François BOITARD et de Guyonne SANSON sur les actes de mariage de Pierre et Julien BOITARD. Puis Guyonne SANSON met au monde, successivement, 4 enfants illégitimes, tous "avoués" à écuyer François ROUXEL, seigneur de la Ville Irouët (qui semble bien être le frère cadet de Ange ROUXEL? J'ai trouvé l'acte de décès d'un écuyer François ROUXEL, sieur de la Mare, le 14 septembre 1727 à Saint-Igneuc; peut-être est-ce le même). Ce sont:

- Julienne (1712 - 1715)
- Jan (1713 - 1716)
- Renée-Françoise (1715)
- Vincente (1717 -1723)


Le manoir, appelé aussi La Villirouët (ou la Ville-es-Rouët), est situé face à l'église paroissiale de Plédéliac, ce qui est une disposition relativement rare.
Le fief appartient au XVe siècle à la famille Rouxel, présente également à Lescouët-Jugon et Saint-Igneuc (vue Google Street)

On ne trouve nulle trace à Corseul (dont les registres sont particulièrement bien tenus) de bans concernant un éventuel mariage de Guyonne SANSON (mais les actes des années 1726/27 sont pratiquement illisibles). Par contre, en ce qui concerne Julien BOITARD, son acte de mariage à Meucon est formel sur ses origines de Corseul et cela est attesté (preuve qu'il ne s'agit pas de n'importe qui car ce genre d'attestation est peu courante) par l'évêque de Saint-Malo en personne, et contresigné par son vicaire général et le recteur de Corseul, monsieur CONEN (dont j'ai retrouvé la signature tout au long de la première moitié du 18ème siècle et qui a signé tous les actes de baptême des enfants SANSON/ROUXEL). De même on sait que François BOITARD était déjà mort lorsque ses fils Pierre et Julien se sont mariés: mais aucune trace de ce décès à Corseul. J'ai examiné les registres paroissiaux de toutes les communes entourant Corseul (certains sont très incomplets) sans y trouver le moindre Boitard. Alors? le mystère reste entier.

Un indice toutefois. Le 30 mars 1721 on enterre à Corseul un petit enfant "décédé en âge d'innocence": escuyer François ROUXEL. Un des témoins est François BOUETARD. C'est la seule mention de ce nom (et même le seul BOUETARD) que j'ai trouvée à Corseul, entre 1700 et 1730. Il y a donc bien eu, présent à Corseul en 1721, un François BOUETARD (ou BOITARD) dans le proche entourage de la famille noble ROUXEL.


la seule mention du nom de François Boitard à Corseul

L'a t-on marié à Guyonne SANSON, loin de Corseul pour éviter les commérages? Il aurait alors endossé la paternité des enfants. Ce cas était en effet relativement fréquent sous l'Ancien Régime, lorsqu'une femme ayant eu des enfants hors mariage venait ensuite à se marier. Je cite geneafrance.org:

'Deux cas se présentent: l'homme peut laisser la situation de l'enfant en l'état, mais très souvent surtout quand il n'a pas d'enfant d'un premier lit (héritage) il reconnaît cet enfant et par mariage avec la mère la légitime. Ce faisant, l'enfant entre en possession de tous les droits (héritage) et devoirs d'un enfant né de deux parents mariés à sa naissance. il devient naturel reconnu et légitime. Que le mari ne soit pas le père n'entre pas en ligne de compte à partir du moment où la mère l'accepte comme père et où lui se déclare le père. C'est pourquoi on voit même après le mariage des enfants légitimés par jugement, le mari ayant décidé d'assumer cette paternité et la preuve étant apportée que les enfants à son foyer bénéficient des soins , attention et affection démontrant leur statut d'enfants de ce couple. Ces dispositions permettaient à des enfants illégitimes et non reconnus par leur père biologique de trouver ainsi une chance d'être réintégrés dans "la norme"'

C'est à ce jour l'hypothèse la plus plausible car on imagine mal, en ces temps où l'on était très pointilleux sur ce genre de choses, un faux en écritures de la part du curé de Corseul et de son grand vicaire, lors du mariage à Meucon... Car il y a bien coïncidence de dates et de prénoms: Julien en 1706 et Pierre en 1708, avec deux frères Guillaume et Mathurin. Aucun acte de mariage à Corseul où l'on trouve par contre un acte de décès d'une Guionne SANSON, le 22 octobre 1721, mais dont le veuf se nomme Mathurin GROMIL; il ne s'agit donc probablement pas de notre ancêtre.


décès de Guionne Sanson, veuve Gromil

La seule mention de Ange ROUXEL de la Villirouët que j'ai retrouvée à Corseul est un acte de mariage d'août 1723, entre François RAOUL (de Saint-Malo) et Françoise ROUXEL de la Vilesrouët, (de la paroisse Saint-Dauveur à Dinan) fille d'écuyer Ange ROUXEL et de dame Julienne PRÉVOST de la Vilirouët. L'acte est signé, entre autres, par Ange ROUXEL et son épouse. Cette Françoise ROUXEL pourrait donc être la demi-soeur de notre ancêtre Julien BOITARD.


On trouve également à plusieurs reprises, dans les actes de Corseul, des actes concernant François ROUXEL de la Vilirouët, qui pourrait être le frère de Ange ROUXEL de la Vilirouët. Or il existe bien un couple de Ange François ROUXEL et Julienne PRÉVOST qui sont parents à Créhen de:

- Ecuyer Ange ROUXEL (8 mai 1685)
- Ecuyer François ROUXEL et Marie Thomasse ROUXEL jumeaux (20 juin1686)
- Ecuyers Augustin René et Guillaume Emmanuel ROUXEL jumeaux (24 septembre 1687)
- probablement Pierre Paul Rouxel, sieur de la Fosse


baptême de Ange Rouxel

Tout porte à croire que les enfants de Guyonne SANSON sont les bâtards de ces deux frères Ange puis François ROUXEL. Les historiens signalent par ailleurs plusieurs mariages la famille ROUXEL avec la famille GOUYON de la Bouétardais; ce qui veut dire que le manoir de la Bouétardais a été propriété des ROUXEL. Est-ce que, par souci de discrétion s'agissant de bâtards, le nom du père n'aurait pas été changé de François ROUXEL en François BOUETARD?

Quoi qu'il en soit, on retrouve la trace de Pierre BOITARD, le frère de Julien BOITARD, dans un site consacré à la noblesse bretonne. Il y est dit que Pierre BOITARD, Noble-Homme, fermier général à la Ribaudière à Montauban (de Bretagne), né à Corseul en 1708 (mais aucun acte n'est là pour le confirmer, sinon celui de Pierre, fils de Guyonne SANSON et Ange ROUXEL en 1708) avec Perrine SEVESTRE sont les parents de Marie-Mathurine BOITARD, née à Peillac (on a son acte de naissance) qui épouse, le 15 octobre 1754 à Montauban de Bretagne Marc TIENGOU, Notaire, originaire de Médréac où il a succèdé à son père Jean TIENGOU, également notaire. J'ai consulté l'acte de mariage à Montauban de Bretagne, qui confirme tout cela. Ce couple sera parent, le 2 janvier 1758 à Montauban, d'un François-Victor-Fulgence TIENGOU, avocat au Parlement de Bretagne.


château de la Ribaudière à Montauban de Bretagne (restauré au 19è siècle)
où a vécu Pierre Boitard

Autrement dit nos BOITARD sont des gens de qualité... mais qui se sont beaucoup déplacés. Et, toutes suppositions mises à part, je ne sais toujours pas formellement d'où a pu venir mon ancêtre François BOITARD, ni si la Guyonne SANSON née en 1674 à Corseul est bien sa femme, ou la "servante maîtresse" de la famille ROUXEL... ou les deux. À suivre.

* * * * *
* * *
*


La famille Le Frapper

À la 6ème génération (en ce qui me concerne):

• Sosa 67 - Marie-Perrine LE FRAPPER , l'épouse de Julien BOITARD) est d'une excellente famille. Son père, Germain LE FRAPPER sosa 134 est notaire de la juridiction de l'Argoët. Autrement dit, il possède une charge de notaire seigneurial auprès des comtes de l'Argoët, dont le siège se trouve à Elven (le château de l'Argoët est actuellement mieux connu sous le nom de "Tours d'Elven").

J'emprunte ici quelques commentaires à Josette Thomel.

Nos ancêtres avaient recours sans arrêt au notaire étant donné qu'ils étaient analphabètes à un fort pourcentage et que seul le notaire pouvait garantir l'authenticité des transactions. Dans les minutes notariales, on trouve les contrats de mariage, les donations, les testaments, les contrats d'apprentissage, actes d'achat de ventes, de tutelle, d'émancipation ou de manfournerie, comptes-rendus des réunions des communautés villageoises, hommages aux Seigneurs, relevés d'imposition, etc.. Ils faisaient peu d'actes à domicile ; itinérant, le notaire se rendait dans les différents hameaux du village qui était de son ressort et des villages environnants. Au début d'un acte, il précisait le lieu de la rédaction : chez les parties, sur la place publique, à la porte de l'église, au cimetière (!).... De même, il consignait l'heure dans un monde de dur labeur. il venait soit très tôt le matin soit tard le soir et parfois la nuit ; de plus, les habitants étant souvent très pauvres, il était quelquefois payé en nature. A l'occasion, il se livrait au négoce ou prêtait de l'argent. Connaissant bien la fortune de tout le monde, leurs enfants faisaient souvent de "beaux" mariages..

Germain LE FRAPPER vient de Basse-Bretagne. Il est originaire de Nostang, non loin d'Hennebont, au fond de la rivière d'Étel. Nostang, durement frappé par les obus allemands à la fin de la deuxième guerre mondiale a perdu de sa splendeur mais c'était, à l'époque, un village assez important, plus peuplé que Hennebont et le siège d'une juridiction royale, transférée ultérieurement à Hennebont. Il y est né le 18 mai 1671...


baptême de Germain Le Frapper


chapelle Notre-Dame-de-Legevin à Nostang

... mais, après avoir fait ses études à Vannes (paroisse Saint-Salomon, dont l'église se trouvait derrière l'actuel tribunal) il résidera à Saint-Avé, où naîtra sa fille et où, lui-même, décédera le 13 juin 1718 à l'âge de 47 ans (à cette date Marie-Perrine n'avait que 8 ans). Notons au passage que les mariages entre hauts et bas bretons, pour d'évidentes raisons linguistique, sont rares, sauf pour les gens aisés qui, au moins en Basse-Bretagne, sont bilingues.


décès de Germain Le Frapper

l'église de Saint-Avé où a été inhumé Germain Le Frapper

Il épousera Perrine DEMÉE, sosa 135 fille de Julien DEMÉE sosa 270 commerçant, ouvrier en fer blanc (Redon 28 février 1652 - Vannes, Saint- Paterne 8 mai 1703)...


baptême de Julien Demée

... et de Marie BERNARD sosa 271(Redon 16 mars 1651 - Vannes, paroisse Saint-Paterne, dans une maison proche de l'Hôtel-Dieu 20 janvier 1691). Ils se sont mariés à Saint Paterne de Vannes, le 18 novembre 1696. Les DEMÉE habitent à Vannes, à proximité de la porte St Paterne (actuellement on dit plutôt la "porte prison") et étaient "ouvriers en fer blanc" (on dirait sans doute de nos jours qu'ils tenaient une quincaillerie).


baptême de Marie Bernard


Vannes: porte Saint-Paterne (ou porte prison)
c'est peut-être dans une de ces maisons que vivait le couple Demée-Bernard


mariage de Germain Le Frapper et Perrine Demée

Ils auront 7 enfants, dont les 5 derniers sont nés à Saint-Avé. Je n'ai pas trouvé le lieu de naissance des deux ainés:


Saint-Avé: bourg d'en bas

- Jean Pierre LE FRAPPER vers 1698 aubergiste au Bourg d'en bas à Saint-Avé. Il épouse Catherine OMNÈS. À la mort de son père Germain LE FRAPPER il a hérité de la charge de notaire (il avait une vingtaine d'années) et laissé l'auberge à son beau-frère Julien BOITARD (qui s'établira ensuite à Elven). On le retrouve comme notaire-priseur au mariage de Louis LEFRANC et Marie-Jeanne BOETARD. On comprend ainsi comment Marie-Perrine LE FRAPPER, sœur d'aubergiste et épouse d'aubergiste a donné sa fille en mariage à Louis LEFRANC, également aubergiste. Dont à Saint-Avé:

• Yves Pierre LE FRAPPER (9 mars - 22 avril 1727)
• François LE FRAPPER (25 juillet 1728 - 29 septembre 1729)
• Jeanne LE FRAPPER (17 août 1730)
• Thérèse LE FRAPPER (15 octobre 1731)
• Magdeleine Françoise LE FRAPPER (25 septembre 1735 - 20 janvier 1738)
• Vincente LE FRAPPER (2 juillet 1737)
• Toussaint pascal LE FRAPPER (30 octobre 1738)

- Roberde LE FRAPPER (vers 1700) qui épouse Pierre LE GUERRIER (1692) le 16 janvier 1720 à Saint-Avé
- Janne-Perrine LE FRAPPER (Saint-Avé, 7 avril 1702)
- Marie-Jeanne-Guillemette LE FRAPPER (Saint-Avé 9 mai 1704)
- Germain-Yves LE FRAPPER (Saint-Avé  3 août 1706)
- notre Marie-Perrine LE FRAPPER (Saint-Avé, 1710)
- Marguerite (Saint-Avé, 6 mars 1716 - 11 juillet 1718)


À la 7ème génération:

• Sosa 134 - Germain LE FRAPPER est le fils de Pierre LE FRAPPER sosa 268 et de Louise LE LIDEC sosa 269.

Pierre LE FRAPPER est né à Nostang en 1640....


baptême de Pierre Le Frapper

... et il est mort à Nostang en 1696.


décès de Pierre Le Frapper

Mais ce n'est pas le seul Pierre LE FRAPPER qui nait à Nostang à cette époque. Un lointain cousin me signale également celui-ci, fils de Jean LE FRAPPER et de Françoise LE REOUR. Lequel est notre ancêtre? Pour le moment je ne saurais le dire.


autre baptême possible de Pierre Le Frapper

Louise LE LIDEC est également de Nostang, où elle est née en 1638.


baptême de Louise Le Lidec

Ils se sont mariés le 15 juin 1669 à Nostang.


mariage de Pierre Le Frapper et Louise Le Lidec

• Sosa 135 - Perrine DEMÉE est, comme nous l'avons  vu la fille de Julien DEMÉE sosa 270 commerçant, ouvrier en fer blanc, né à Redon le 28 février 1652 et décédé à Vannes le 8 mai 1703 et de Marie BERNARD, sosa 271, née à Redon le 16 mars 1651 et décédée le 21 janvier 1691à Vannes, en la paroisse Saint-Paterne, dans sa maison "proche de l'hôtel Dieu". Cet hôtel Dieu, également appelé hôpital Saint-Nicolas se trouvait au pied de l'église Saint-Paterne, entre les actuelles rue Saint-Nicolas et rue des Fontaines (anciennement rue de l'hôpital.


baptême de Marie Bernard


Vannes: rue de l'hôpital et rue Saint-Nicolas


décès de Marie Bernard, avec la belle signature de Julien Demée (Jullien Desmée)

Ils se sont épousés à Redon le 7 juillet 1671, probablement dans l'église Notre-Dame, entièrement détruite par un incendie vers 1864-1870; dont
- Michelle DEMÉE vers 1672 qui épouse Jacques JALLAIS (vers 1667) à Vannes, paroisse Saint-Paterne, chapelle Sainte-Catherine (elle abrita le service paroissial pendant la reconstruction de l'église, de 1727 à 1737. Il n'en reste plus qu'un pan de mur, dans le pignon d'une maison), le 5 février 1690, puis N. PINSARD d'où:
• Pierre Marie PINSARD vers 1711
- notre Perrine DEMÉE vers 1674
- Jean DEMÉE (vers 1677 - Vannes, Saint-Paterne 17 octobre 1689)
- Anonyme DEMÉE (né et mort le 9 janvier 1681)
- Julienne DEMÉE (vers 1684) qui épouse Georges LE DIMEZEC le 20 février 1702 à Vannes, Saint-Paterne
- Charles DEMÉE (Vannes, Saint-Paterne 1er - 16 octobre 1685)
- Jeanne Roberde DEMÉE (Vannes, Saint-Paterne 11- 30  avril 1687)
- Jean Bertrand DEMÉE (Vannes, Saint-Paterne 8 octobre 1688)
- Anonyme DEMÉE (né et mort Vannes, Saint-Paterne 2 janvier 1691)


mariage de Julien Demée et Marie Bernard

Resté veuf, Julien DEMÉE se re-marie avec Jeanne CAILLOT (vers 1670) le 6 novembre 1691 à Vannes, cathédrale Saint-Pierre; dont à Vannes, Saint-Paterne:
- Mathurin DÉMEE (8 novembre 1692 - 22 mars 1693)
- François DEMÉE (7 avril 1694, près de la porte Saint-Paterne)
- Jacques DEMÉE (13 septembre 1696)
- Guillemette DEMÉE (27 octobre 1698)
- Julienne DEMÉE (2 juin 1701)
- Roberde DEMÉE (3 - 15 septembre 1703)

Quinze enfants en tout pour Julien DEMÉE!


À la 8ème génération:

• Sosa 268 - Pierre LE FRAPPER est le fils de Nicolas LE FRAPPER, sosa 536, né le 25 février 1607 à Nostang...


baptême de Nicolas Le Frapper

... et de Françoise LE BRAZ sosa 537 (Nostang 29 septembre 1604 - 27 novembre 1663)


baptême de Françoise Le Braz

Ils se sont épousés à Nostang le 30 juin 1632; dont à Nostang:

- Roland LE FRAPPER (18 avril 1633)
- François LE FRAPPER (juillet 1635)
- notre Pierre LE FRAPPER en 1642


mariage de Nicolas Le Frapper et Françoise Le Braz

A moins qu'il ne soit le fils de Jean LE FRAPPER et de Françoise LE REOUR...

• Sosa 269 - Louise LE LIDEC est la fille de Lucas LE LIDEC sosa 538 et de Marguerite GUÉGAN, sosa 539, née à Nostang en 1601...


baptême de Marguerite Guégan

Notez que le curé de Nostang qualifie curieusement Marguerite Guégan de "fille naturelle" alors que son père est connu et ses parents mariés. Ayant retrouvé cette information à nombreuses reprises (souvent même sous la forme "fils légitime et naturel"), je me suis renseigné. Il faut comprendre cela comme "enfant de couple marié, et n'ayant pas été adopté". S'agissant des enfants nés hors mariage, nombre des curés sont plus expéditifs qui, du moins en Bretagne, inscrivent systématiquement la tête en bas (et parfois dans une section spéciale) les actes de baptêmes des enfants illégitimes; et personne n'échappe à cette marque infamante, même s'il s'agit de l'enfant de la fille du seigneur local, avec un acte suivi d'une demi douzaine de signatures!

... Marguerite GUÉGAN est décédée à Nostang en 1671.


décès de Marguerite Guégan (inscrit "Guengamp", comme le nom breton de Guingamp)

Elle est elle-même la fille de Rolland GUÉGAN sosa 1070 et de Marie LE ROUZIC sosa 1071.

• Sosa 270 - Julien DEMÉE est le fils de René DEMÉE, sosa 540, marchand originaire de Bain-sur-Oust et de Gillette JOUBIER, sosa 541 (Redon 13 septembre 1615 - 1er novembre 1684)


baptême de Gillette Joubier


décès de Gillette Joubier

Ils se sont épousés le 13 juin 1647 à Redon; dont à Redon:

- Perinne DEMÉE (10 mars 1648)
- Pierre DEMÉE (19 mars 1650 - 25 avril 1657)
- notre Julien DEMÉE en 1652
- Jacques DEMÉE (10 novembre 1653)
- Jean DEMÉE (Notre-Dame 24 mars 1657)
- Robert DEMÉE, marchand († Redon 16 juillet 1677) qui épouse Julienne GROUJART (vers 1709)


mariage de René Demée et Gilette Joubier: beaucoup de détails, mais pas le nom des parents.

• Sosa 271 - Marie BERNARD est la fille de Pierre BERNARD, sosa 542 (probablement Vannes vers 1625 car son acte de mariage dit qu'il est de la paroisse Saint-Pierre à Vannes; mais l'état-civil pour cette période est manquant - Redon 7 août 1668)...


décès de Pierre Bernard

... et de Michelle HERISSON sosa 543 (Redon 22 mai 1623 - Vannes, Saint-Paterne 23 juillet 1706)


baptême de Michelle Hérisson


Ils se sont épousés à Redon le 2 juin 1648; Dont à Redon:
- Jan BERNARD, maître vitrier (28 février 1649) qui épouse Jeanne CROTIN; dont:
• Michelle BERNARD (1689)
Puis, resté veuf, il se re-marie avec Marie MORANDEAU (1657) le 23 juillet 1680 à Vannes, Saint-Paterne; dont
• Jean François Louis BERNARD (1689)
• Françoise BERNARD (1691)
• Suzanne BERNARD (1696)
• Vincente BERNARD (1698)
- notre Marie BERNARD en 1651
- demoiselle Roberde BERNARD (Redon 22 octobre 1652 - Vannes, Saint-Paterne 1er juin 1719) qui épouse Gilles MICHEL le 10 octobre 1673 à Vannes, Saint-Paterne
- Perrine BERNARD (28 octobre 1654)
- Pierre BERNARD (28 mars 1656)
- Charles BERNARD (15 avril 1657)
- René BERNARD (6 avril 1658)
- Charles BERNARD (24 février 1659)
- Jacques BERNARD (20 novembre 1663)
- Julien BERNARD (3 novembre 1664 - 5 mai 1671)
- Françoise BERNARD (7 novembre 1665)
- Julien BERNARD (8 mars 1667)


mariage de Pierre Bernard et Michelle Herisson
il y a bien un écuyer comme témoin, mais...


À la 9ème génération (si la filiation est bonne):

• Sosa 536 - Nicolas LE FRAPPER est le fils de Jean LE FRAPPER, sosa 1702, né en 1584 à Nostang et de Jeanne LAYEC ou LE LAIZET sosa 1073 (c'est du moins le nom que je pense lire sur son acte de baptême, mais l'écriture manuscrite du 16ème siècle est difficile à déchiffrer).


baptême de Jean Le Frapper

Il est lui-même le fils de Mathias LE FRAPPER sosa 2144 et de Julienne LE GOUZE (je n'arrive pas bien à déchiffrer le nom de famille) sosa 2145.

• Sosa 537 - Françoise LE BRAZ est la fille de Nicolas LE BRAZ sosa 1074 et Louise RIO sosa 1075

• Sosa539 - Marguerite GUÉGAN est la fille de Rolland GUÉGAN sosa 1078 et de Marie LE ROUZIC sosa 1079.

• Sosa 541 - Gilette JOUBIER est la fille de Ollivier JOUBIER sosa 1082 et de Julienne THÉBAUD sosa 1083 (Redon 15 juin 1587)


baptême de Julienne Thébaud

• Sosa542 - Pierre BERNARD serait le fils de René BERNARD des GREFFAINS sosa 1084, écuyer, sieur des Greffains (actuellement Greffins), conseiller du Roi au siège présidial de Vannes (vers 1586 - † Vannes - Saint-Pïerre 17 juin 1646) La noblesse de la famille Bernard des Greffains a été certifiée par un acte de réformation de 1670 qui donne la généalogie de cette famille et indique que le manoir des Greffains se situe à Ruffiac. Personne n'a toutefois pu établir cette filiation avec certitude. D'une part l'acte de naissance de Pierre BERNARD n'a jamais pu être trouvé - mais l'état-civil de cette époque manque poru la paroisse Saint-Pierre de Vannes - et d'autre part aucun des noms de témoins figurant sur les actes le concernant, ou concernant ses enfants ne se trouve parmi les témoins figurant dans les actes des familles BERNARD des GREFFAINS ou GOURMIL. Enfin cet acte de réformation ne mentionne pas notre Pierre BERNARD.

(Extrait des registres de la Chambre etablie par le Roi pour la reformation de la Noblesse du la province de Bretagne, par lettres patentes de Sa Majesté, du mois de Janvier 1668, verifiees en Parlement le 30 Juin ensuivant. Entre le Procureur General du Roi, demandeur, d'une part. Et dame Jeanne Fournier,veuve de feu Laurent Bernard, vivant ecuyer, sieur des Greffains, tutrice de Joseph Bernard, ecuyer, sieur dud. lieu des Greffains, son fils ainé, heritier principal et noble, et de François, Barthelemi et Louis Bernard, ses puisnez, demeurant à la maison des Greffains, paroisse de Ruffiac, evesché de Vannes, ressort de Ploermel, deffenderesse, d'autre part.
Induction de lad. Fournier, veuve dud. feu Laurent Bernard, vivant ecuyer, sieur des Greffains, tutrice desd. Joseph Bernard, ecuyer, sieur des Greffains, son fils ainé, heritier principal et noble, et de François, Barthelemi et Louis Bernard, ses puisnez, deffenderesse, sous le seing de lad. Fournier et dud. Ababois, son procureur, fournie et signifiee au Procureur General du Roi, le 12 e Juillet 1670, par Frangeul, huissier en la Cour, par laquelle elle declare que lesd. Joseph, François, Barthelemi et Louis Bernard sont nobles et issus d'ancienne extraction noble et comme tels devoir etre et leurs descendans en legitime mariage maintenus en la qualité d'ecuyer, pour jouir de tous les droits, honneurs, franchises, privileges, preeminences atribuez aux nobles de cette province, et en consequence que leurs noms seront employez aux rolles et catalogue des nobles de la juridiction royale de Ploermel. Pour etablir la justice desquelles conclusions, est articulé en lad. induction, à faits de genealogie, que lesd. Joseph Bernard, François, Barthelemi et Louis Bernard sont enfans dud. feu ecuyer Laurent Bernard et de lad. Fournier, leur pere et mere, et que led. Laurent etoit fils d'ecuyer René Bernard, vivant sieur dud. lieu des Greffains, et de dame Françoise Gourmil, et led. René etoit fils d'ecuyer François Bernard, s. de Lesmee, et de dame Guillemette Coudebouc, et led. François etoit fils d'ecuyer Jean Bernard troisieme, sieur de Lesmee, et de dame Janne de Bellouan ; led. Jean troisieme etoit fils d'autre Jean deuxieme, aussi sieur de Lesmee, et de dame Janne du Plessix de Mauron, et led. Jean deuxieme etoit fils de Jean premier, sieur de Kermagaro ; tous lesquels, comme leurs predecesseurs, se sont de tout tems immemorial gouvernez et comportez noblement et advantageusement, tant en leurs personnes, biens et partages, et ont toujours pris et portez les qualitez de noblers hommes, ecuyers et seigneurs, et se sont convollez par mariage en de grandes alliances.
Un acte de majorité d'ecuyer Laurent Bernard, sieur des Greffains, fils, heritier principal et noble de deffunt ecuyer René Bernard [2] et de demoiselle Françoise Gourmil, ses pere et mere. Led. acte de majorité fait d'autorité de Vannes, datté du 14 e Juillet 1646.
Un contrat de mariage passé entre messire Laurent Bernard, seigneur des Greffains, et demoiselle Jeanne Fournier, dame de la Reaulté, dans lequel contrat y est le decret de mariage, ou plusieurs de leurs parens y sont qualifiez de messires, nobles et ecuyers, dattez des 25 Janvier et 10 e Fevrier 1647.
Un partage noble et avantageux des successions de feu messire René Bernard et de dame Françoise Gourmil, vivant seigneur et dame des Greffains, par lequel led. Messire Laurent Bernard, leur heritier principal et noble, partagea demoiselle Françoise Bernard, sa sœur puisnee ; led. partage datté du 2 Septembre 1650.) ...


décès de Pierre Bernard des Greffains




Ruffiac, situation et vue actuelle du château des Greffins (Google StreetView)

... et de Françoise GOURMIL sosa1085 (vers 1604).


la signature de Françoise Gourmil

Dont à Vannes - Saint-Pierre:

- Françoise BERNARD (vers 1620)
- peut -être notre Pierre BERNARD vers 1625 (mais avec les plus grandes réserves)
- Julienne BERNARD (13 avril 1626)
- Laurent BERNARD, écuyer, sieur des Greffains (22 juillet 1627) qui épouse Jeanne FOURNIER

La noblesse des BERNARD, bien que confirmée, se serait donc éteinte avec Pierre BERNARD. Il était assez fréquent que des individus renoncent volontairement à leur état de noble, lequel comportait certes des privilèges, mais aussi des obligations. Ainsi un noble ne pouvait travailler (cela s'appelait "déroger"). Les seules activités qui lui étaient permises étaient l'occupation de charges (magistrat, huissier, avocat, notaire, contrôleurs des diverses taxes et impôts, etc.) ou l'armée. Ces charges étaient coûteuses, à l'achat et à l'entretien (taxations régulières pour pouvoir les conserver). Bien des "petits" nobles cadets de famille et ayant peu hérité, préféraient renoncer à la noblesse pour pouvoir exercer une activité commerciale ou, plus rarement, exploiter eux-mêmes des terres dont ils étaient propriétaires. Une fois perdue, la noblesse ne se retrouvait plus et ne se transmettait plus. Nous avons plusieurs exemples de ce genre dans notre famille.

• Sosa 543 - Michelle HERISSON est la fille de Michel HERISSON, sosa 1086, maître chapelier à Redon, où il décède le 24 janvier 1656; mais dont l'acte de mariage dit qu'il est originaire d'Angers, paroisse Saint-Jacques. Il semble en fait bien né à Angers, le 15 avril 1584 (d'autres disent le 15 octobre 1582 mais aucun acte ne correspond), mais a été baptisé à l'église Saint-Nicolas (où on trouve également l'acte de baptême de son frère Pierre HÉRISSON, parfaitement lisible)...


peut-être l'acte de baptême de Michel Hérisson (le prénom du père est Magdelon et non Michel, celui de la mère Marie et non Yvonne)


Angers: église Saint-Jacques


décès de Michel Hérisson

... et de Renée CIRON ou CYRON sosa 1087 (Les Ponts-de-Cé, Maine-et-Loire avant 1593)
Ils se sont épousés le 12 juillet 1612 aux Ponts-de-Cé, paroisse Saint-Aubin;


mariage de Michel Herisson et de Renée Ciron, avec la signature de l'époux


les Ponts-de-Cé: église Saint-Aubin

Dont à Redon:
- Gilles HERISSON (18 février 1615)
- René HERISSON (23 mars 1616)
- Julienne HERISSON (20 avril 1617)
- Pierre HERISSON, geôlier à Redon en 1661 (7 mai 1618) qui épouse Janne HANTREL le 27 août 1643) à Redon
- Julien HERISSON (5 octobre 1619)
- Jean HERISSON (1621)
- notre Michelle HERISSON en 1623
- Roulx (Raoul) HERISSON (3 décembre 1624)
- Jacquette HERISSON (29 novembre 1628)

À la 10ème génération:

• Sosa 1083 - Julienne THÉBAUD est la fille de François THÉBAUD sosa 2166

• Sosa 1084 - si la filiation de Pierre BERNARD est correcte, René BERNARD des GREFFAINS est le fils de François BERNARD de LESMÉE, écuyer, sieur de Lesmée (sosa 2168) dont les armes sont d'or à trois têtes de sable frontées d'argent...


blason de la famille de Lesmée

... et de Guillemette de COULDEBOUC sosa 2169.


blason de la famille de Couldebouc

Ils se sont mariés vers 1575; dont:
- Catherine BERNARD des GREFFAINS, dame des Greffains, dame de la Rivière, la Prévostaye et autres lieux qui épouse vers 1605 Pierre de SÉRENT; dont à Sérent:
• Olivier de Sérent (7 novembre 1611)
- Olivier BERNARD des Greffains, seigneur des Gressins, de Monterfil et de l'Esnée "en la paroisse de la Bouëxière" qui épouse Louise de la PORTE le 8 juillet 1611 à Monterfil
- notre René BERNARD des GREFFAINS vers 1586

Ces deux familles ont une ascendance noble qui peut être remontée très loin, jusqu'au 10è siècle au moins, essentiellement en Limousin et en Poitou. Il est toujours permis de rêver un peu mais, bien franchement, le patronyme BERNARD étant assez fréquent il est je pense peu probable que nous descendions de ces gens là. La recherche reste ouverte.

• Sosa 1086 - Michel HERISSON est le fils de Michel HERISSON sosa 2172 et de Yvonne ou Jeanne RAIMBOURG (il semble que soit marqué Jeanne sur l'acte de mariage de leur fils Michel, mais d'après l'acte de baptême de leur fils Pierre, c'est très clairement Yvonne) sosa 2173 qui ont également été parents, probablement à Angers, paroisse Saint-Jacques, de:
- Pierre HÉRISSON, maître chapelier 20 mars 1580 - 11 juillet 1649) qui épouse Radegonde BRETTE († 1633) vers 1604, puis se re-marie avec Jeanne FORESTIER le 4 juillet 1633 à Angers, Notre-Dame-du-Tertre
- notre Michel HÉRISSON en 1582 ou 1584
- Marin HÉRISSON qui épouse Honneur VALLÉ en 1600

• Sosa 1085 - Françoise GOURMIL est la fille de Maître Olivier GOURMIL, sosa 2170, Noble-Homme, Sieur de la Ville-Bourde, conseiller du Roi (vers 1562)...


la signature de Olivier Gourmil

... et de Françoise de BAUTHAMIS sosa 2171; dont:

- notre Françoise GOURMIL vers 1604
- Julien GOURMIL Noble homme Écuyer, seigneur du Lévy et des Landelles, sieur de la Ville-Bourde, de la Ville Eslan et autres lieux (vers 1618 - Sérent, le Levy janvier 1693) qui épouse Guyonne LE ROUSSEAU le 19 mai 1692 à Sérent
- Louise GOURMIL (Vannes-Notre-Dame-du-Mené 22 juillet 1615)
- Jean GOURMIL (Vannes-Notre-Dame-du-Mené 3 avril 1617)

• Sosa 1087 - Renée CIRON est la fille de Israël CYRON ou CIRON Sergent garde de la forêt de Bellepoule, actuellement disparue, entre Angers et les Ponts-de-Cé († Sorges, qui était alors une paroisse des Ponts-de-Cé, le 14 novembre 1627)...


décès de Israël Cyron


Sorges: l'église


la belle signature de Israël Cyron

... et de Françoise BOULMIER ou BOUMIER (les Ponts-de-Cé
, paroisse Saint-Aubin 6 octobre 1561)


baptême de Françoise Boumier

En secondes noces Israël CYRON épouse Michelle FOUSTEAU; dont aux Ponts-de-Cé, paroisse Saint-Aubin:
- Michelle CIRON (22 avril 1594)
- Israël CIRON, sergent-garde de la forêt de Bellepoule et maître boucher (15 juin 1596) qui épouse, le 9 janvier 1623 aux Ponts-de-Cé , Claude ESTIENNOT († aux Ponts-de-Cé le 12 février 1639) puis, le 29 août 1641 au Thoureil, Jeanne LEMARD
- Marguerite CIRON qui épouse Urbain MAILLARD le 9 janvier 1617 aux Ponts-de-Cé, paroisse Saint-Aubin

En troisièmes noces Israël CYRON épouse Catherine DUBOIS, fille de Jacques Abraham DUBOIS le 22 juin 1624 à Angers, paroisse Saint-Pierre après s'être fiancés aux Ponts-de-Cé, paroisse Saint-Aubin le 17 avril 1624.


promesse de mariage de Israël Cyron et Catherine Dubois


mariage  de Israël Cyron et Catherine Dubois


À la 11ème génération:
• Sosa 2174- Israël CYRON est le fils de Aubin CYRON sosa 4348 (vers 1540, probablement aux Ponts-de-Cé) et de Catherine MOREAU sosa 4349 (son nom, illisible sur les actes de baptême de son fils Étienne, l'est sur l'acte de mariage de sa fille Mathurine).


les parents de Mathurine Cyron, sur son acte de mariage

Dont aux Ponts-de-Cé:
- Etienne CYRON, marchand boucher (7 août 1562) qui épouse Catherine MOREAU (Les Ponts-de-Cé 25 novembre 1565 - 4 janvier 1645); d'où:
• Jacques et Françoise CIRON
- notre Israël CYRON
- Mathurine CYRON qui épouse Pierre RICHARD en octobre 1622 aux Ponts-de-Cé


les Ponts-de-Cé: le château

• Sosa 2175 - Françoise BOULMIER est la fille de Nicolas BOULMIER ou BOUMIER sosa 4350 (vers 1535) et de Renée TRANCHANT sosa 4351

* * * * *

* *


La famille HEUZÉ

La 7ème génération:

Après cette incursion en Basse-Bretagne et en Anjou, revenons en Ille-et-Vilaine/Loire-Atlantique et à la branche HEUZÉ. Vous n'avez certainement pas oublié Anne-Marguerite HEUZÉ, sosa 73,  épouse de René-Anne DESBOIS sosa 72 et mère de Jean-Louis DESBOIS (sosa 36) dont une photographie de son fils Jacques-Aimé DESBOIS sosa 18 est reproduite un peu plus haut. Elle est la fille de Jean HEUZÉ, sosa 146, maître tanneur (Pierric 11 février 1713 - Le grand Fougeray 15 juillet 1776)...


baptême de Jean Heuzé


Pierric: l'église où a été baptisé Jean Heuzé


... et de Anne HÉRIAULT (ou HÉRIAUX ou ERRIAUX) sosa 147, née vers 1723, peut-être à Guipry (Ille et Vilaine), mais je n'ai pas retrouvé d'acte de baptême et décédée au Grand-Fougeray le 20 mars 1787.

décès de Anne Hériault

l'église de Guipry

Ils se sont épousés le 27 avril 1741 à Guipry

mariage de Jean Heuzé et de Anne Hériault

et ont été parents de:

- Jeanne-Anne HEUZÉ (1740)
- Pierre HEUZÉ (1742)
- Marie HEUZÉ (1745)
- notre Anne-Marguerite HEUZÉ (1746 - 1804)
- Julien HEUZÉ (1750)
- Ursule-Charlotte HEUZÉ (1751)
- Jean-Marie HEUZÉ 1754)
- Marie HEUZÉ (1756)
- François-marie HEUZÉ (1758)
- Louise-Renée HEUZÉ 1759 - 1807)


À la 8ème génération:

• Sosa 146 - Jean HEUZÉ est le fils de Julien-Charles HEUZÉ, sosa 292, né en 1682 à Châteaubriant...


baptême de Julien-Charles Heuzé


Châteaubriant: église de Béré

... et décédé en 1754 à Pierric (Loire-Atlantique). À la lecture de l'acte de décès on voit que tout le clergé de la région s'était déplacé, mais il est vrai que son fils, Joseph-François, est le curé de la paroisse.


décès de Julien Heuzé

La mère de Jean HEUZÉ est Marguerite GAUTIER sosa 293 (née le 14 février 1680 au Grand-Auverné et décédée à Pierric - La Mélinais le 30 janvier 1742).


baptême de Marguerite Gautier

Pierric, situation de la Mélinais, lieu de décès de Marguerite Gautier

Grand-Auverné autrefois


décès de Marguerite Gautier

Ils se sont mariés au Grand-Auverné le 28 septembre 1705 et ont été parents, à Pierric, de:

- Joseph-François HEUZÉ, prêtre, recteur de Pierric (vers 1706 - 7 février 1769)
- Françoise HEUZÉ (8 février 1710) qui épouse Julien TOUZÉ le 6 juillet 1737 à Derval
- notre Jean HEUZÉ en 1713
- Marguerite HEUZÉ (15 novembre 1714 - 1779)
- Charles HEUZÉ, son jumeau, (1714 - 18 février 1790)
- Anonyme HEUZÉ (1716 - 1716)
- Julien HEUZÉ (22 décembre 1717 - 8 mars 1786)
- Louise HEUZÉ (10 février 1719)


mariage de Julien-Charles Heuzé et de Marguerite Gautier
avec la signature de son oncle Julien Maussion, prêtre


À la 9ème génération:

• Sosa 292 - Julien-Charles HEUZÉ est fils de Maître Gorges HEUZÉ sosa 584, seillotier, c'est à dire fabricant de seaux selon le "Dictionnaire gallo de Roger Le Contou et Fred Le Disou" (Auverné ? 1660 - Châteaubriant 4 juillet 1697, Il n'avait que 37 ans!)...


décès de Georges Heuzé

... et de Honorable femme Renée MAUSSION que je pensais née le 28 novembre 1654 à Châteaubriant, mais un examen plus attentif de l'acte de baptême, suggéré par un lointain cousin, montre que c'est celui d'un garçon René MAUSSION, peut-être son frère. Certains généalogistes font naître Renée MAUSSION au Grand-Auverné, mais nous n'avons pas d'état-civil aussi ancien pour cette paroisse.

Ils se sont mariés à Châteaubriant le 30 octobre 1681et la simple lecture de l'acte montre que ce fut un beau mariage.


mariage de Georges Heuzé et Renée Maussion


église de Béré où se sont épousés Georges Heuzé et Renée Maussion

Ils ont eu comme enfants :

- notre Julien-Charles HEUZÉ (à Châteaubriant 1682 - 1754)
- Pierre HEUZÉ (1685 - 1699)
- Anne HEUZÉ décédée le 7 juin 1683 à Châteaubriant
- Louise HEUZÉ qui épouse Pierre LECOQ le 22 août 1707 à Châteaubriant, dont elle a:

• Joseph LECOQ, né à Derval en 1715

Renée MAUSSION se re-mariera avec Jean LALLEMANT le 26 février 1699 à Châteaubriant.


mariage de Jean Lallemant et de Renée Maussion

Renée MAUSSION avait peut-être épousé en premières noces Jean COCAULT, le 9 juillet 1674 à Châteaubriant, Béré


mariage de Renée Maussion et Jean Cocault

• Sosa 147 - Anne HERIAULT est probablement la fille de Jean HERIAULT sosa 294 (en tous cas son père se prénomme Jean) et de Georginne HUREL, sosa 295 (Guipry 20 février 1685 - 3 novembre 1730), qui se sont épousés à Messac le 12 mai 1711 et qui, outre notre Anne HERIAULT ont été parents d'une:

- Élisabeth HERIAULT (Guipry 28 septembre 1722)

mariage de Jean Hériault et de Georginne Hurel

• Sosa 293 - Marguerite GAUTIER est fille de Honorable Homme Guy GAUTIER sosa 585 dit "Boisioly" (Beslé-sur-Vilaine 7 juin 1648 - le Grand-Auverné 19 octobre1680)...


baptême de Guy Gautier


décès de Guy Gaultier


... et de Honorable femme Martine LEGENDRE sosa 587 née vers 1655. Ils ont également été parents au Grand-Auverné d'une:

- Jacquette GAUTIER (3 février 1678)


mariage de Guy Gaultier Martine Legendre

Restée veuve, Martine LEGENDRE épouse, le 26 juin 1681 au Grand-Auverné, Jacques BRAUD (vers 160 - Grand-Auverné 19 février 1686, fils de Jean BRAUD et Michelle LANFANTIN), dont:

- André BRAUD (le Grand-Auverné 7 janvier 1684 - 13 septembre 1738) qui épouse Angélique LE CRET

• Sosa 295 - Georginne HUREL est la fille de Julien HUREL sosa 590 et de Françoise VALLÉE sosa 591 (Guipry 26 octobre 1657 - 17 septembre 1720);


baptême de Françoise Vallée

dont à Guipry:
- notre Georginne HUREL en 1685
- Jacques HUREL (11 avril 1687)
- Jan HUREL (18 juillet 1689)
- Gilette HUREL (12 janvier 1692 - 2 mai 1744) qui épouse Julien PROVOST († 1769) le 4 novembre 1717 à Guipry
- François HUREL (6 mai 1694) qui épouse Perrine RICHARD (1692 - 1757) le 6 février 1720 à Guipry
- Janne HUREL (12 - 27 décembre 1695)
- Janne HUREL (19 février 1697)


À la 10ème  génération: • Sosa 582 - François MARCHAND est, d'après son acte de mariage, le fils de Jean MARCHAND, il pourrait être originaire de Guernesey où le patronyme (LE) MARCHAND est très courant.

• Sosa 585 - Renée MAUSSION pourrait être la fille, ou la sœur, de ce Pierre MAUSSION, présent à son mariage, mais elle n'est donc probablement pas la fille de Guillaume MAUSSION, menuisier et de Jeanne FERRÉ (ou FERRET), qui ont eu comme enfants, tous à Châteaubriant:
- Louise MAUSSION (2 janvier 1647)
- Julien MAUSSION (17 mars 1649)
- Jacques MAUSSION (15 janvier 1651)
- Yvonne MAUSSION (30 octobre 1652)
- notre René MAUSSION (25 novembre 1654)
- Mathurin MAUSSION (22 avril 1660)
- Charlotte MAUSSION (19 avril 1662)
- Étienne MAUSSION (8 juin 1664)
- Pierre MAUSSION (4 septembre 1668)
- Marie MAUSSION

Je n'ai pu trouver les parents de Guillaume MAUSSION. Il est frère d'un Jacques MAUSSION mais il est peut-être également le frère d'une Janne MAUSSION, fille de René MAUSSION (décédé à Chateaubriant le 28 octobre 1642) et de Jeanne BADAULT. Ce couple a eu comme enfants, à Châteaubriant:

- Renée MAUSSION (7 décembre 1608)
- Julien MAUSSION (3 mai 1613)
- Jeanne MAUSSION (20 décembre 1614) qui épouse Julien CARIS dont elle a:
• René CARIS (31 juillet 1635)
• Julienne CARIS (13 février 1637)
• un second René CARIS (26 février 1638)
• Janne CARIS (9 octobre 1639)
• Louyse CARIS (26 mars 1642)
- Catherine MAUSSION (décédée le 8 mars 1670)

Si cette hypothèse est exacte, mes deux grands-parents paternels seraient peut-être de lointains cousins; mon grand-père Émile LEFRANC descendant des la famille MAUSSION et ma grand-mère Marie BERHAUT descendant de la famille CARIS. Les MAUSSION et les CARIS sont deux familles aisées, dont l'origine remonte fort loin à Châteaubriant (voir l'arbre de la famille BERHAUT).

• Sosa 586 - Guy GAUTIER et le fils de Jan GAUTIER (ou GAULTIER), sosa 1172, Sergent, (on  dirait probablement à présent, officier de police judiciaire) peut-être né à Châteaubriant le 24 juin 1610 et décédé le 1er avril 1680 à Beslé-sur-Vilaine.


baptême possible de Jan GAULTIER


décès de Jan Gautier

... et de Demoiselle Anne MAUBECQ (ou AUBECQ), sosa 1173, (Beslé-sur-Vilaine 4 juin 1618 - 3 octobre 1680).


baptême de Anne Maubecq


décès de Anne Maubecq


Beslé-sur-Vilaine autrefois
 
Ils se seraient épousés le 17 septembre 1647 (mais on ne trouve aucune trace de ce mariage dans les paroisses où ils ont vécus) et ont été parents, à Beslé-sur-Vilaine, de:
- notre Guy GAUTIER (1648 - 1680)
- Félix GAUTIER (18 février 1650)
- Jacques GAUTIER (4 janvier 1652)
- Catherine GAUTIER (18 février 1654)
- Jean GAUTIER (23 janvier 1656)
- Julienne GAUTIER (23 janvier 1658)
- Jeanne GAUTIER (Grand-Auverné 1664 - Saint-Julien-de-Vouvantes 28 mars 1709)

• Sosa 587 - Martine LEGENDRE est la fille de Pierre LEGENDRE (1630) sosa 1174 et de Hervée MOINET sosa 1175 (décédée au Grand-Auverné le 7novembre 1672)
Dont:
- notre Martine LEGENDRE
- René, Marguerite et Julien LEGENDRE


décès de Hervée Moinet

• Sosa 591 - Françoise VALLÉE est la fille de Jean VALLÉE sosa 1182 (vers 1617 - Guipry 23 avril 1687)...


décès de Jean Vallée

... et de Noëlle HÉRIAULT sosa 1183 († Guipry 14 octobre 1671)


décès de Noëlle Hériault


À la 11ème génération:

• Sosa 1172 - Jean GAUTIER est le fils de Mathurin GAUTIER sosa 2344 et Julienne GUÉRIN sosa 2345
Dont à Chateaubriant:
- notre Jean GAUTIER en 1610
- Gilles GAUTIER (2 octobre 1612)
- Julien GAUTIER (7 juillet 1618)
- Michelle GAUTIER (vers 1619)

• Sosa 1173 - Anne MAUBECQ est la fille de Honorable Homme Guy MAUBEC sosa 2346 († Beslé-sur-Vilaine, lieudit la Garenne 20 octobre 1666)...


décès de Guy Maubec

... et de Arthure DUFOUAY (une rare forme féminine de ce prénom) sosa 2347 († Beslé-sur-Vilaine peut-être 22 septembre 1624 - le nom de l'époux n'est pas bien lisible et elle serait décédée 42 ans avant son époux)


décès probable de Arthure Dufouay

* * * * *

* * *


La branche Ameline (ou Amelinne) - Jolivet

À la 5ème génération:

Si vous ne vous êtes pas perdus en route, Louise AMELINE sosa 39 est la mère de Marie-Françoise GRELLIER sosa 19 épouse de Jacques-Aimé DESBOIS, sosa 18, dont les deux portraits ornent cette page. Louise AMELINE est née à Redon, où son père était aubergiste, le 4 avril 1762 et elle est décédée vers 1847 à Sainte-Anne-sur-Vilaine.


baptême de Louise Ameline



À la 6ème génération:

• Sosa 39 - Louise AMELINE est la fille de Jean AMELINE sosa 78, né le 14 août 1711 à Avessac (44460)...


baptême de Jean Ameline en 1711

...et Guillemette JOLIVET, sosa 79, née le 15 janvier 1733 à Peillac.


baptême de Guillemette Jolivet

l'église de Peillac où a été baptisée Guillemette Jolivet

Ils se sont mariés à Redon le 1er juillet 1760 et, outre Louise, ils ont eu en 1761 une Jeanne-Guillemette JOLIVET.


mariage de Jean Ameline et Guillemette Jolivet


À la 7ème génération:

• Sosa 78 - Jean AMELINE est fils de Jean AMELINE sosa 156, né le 27 février 1671 à Avessac...


baptême de Jean Ameline père en 1671


Avessac: l'église

...et de Denise DAVAL, sosa 157, originaire de Avessac (Loire-Atlantique). Les familles Aveline et Daval sont particulièrement bien représentées à Avessac: il y a en à toutes les pages des registres paroissiaux! Ce qui ne facilite pas la recherche, car les homonymies sont nombreuses. Il existe heureusement à Avessac une table des baptêmes du 16ème au 18ème siècle; ce qui est assez rare. Une autre généalogiste a recensé plus de 300 "Ameline" en deux siècles, rien que sur Avessac... Il se sont mariés le 12 juillet 1701 à Avessac.


mariage de Jean Ameline et Denise Daval

Leurs enfants ont été, à Avessac:

- Pierre AMELINE (27 mars 1703)
- Jeanne AMELINE (19 janvier 1705)
- Marie AMELINE (30 janvier 706)
- notre Jean AMELINE en 1711
- Pierre AMELINE (13 avril 1714)
- Jeanne AMELINE (11 mai 1717)

• Sosa 79 - Guillemette JOLIVET est fille de Yves JOLIVET, sosa 158, sergent de plusieurs juridictions (ont dirait probablement, de nos jours, qu'il était "Commissaire de police"), né le 6 septembre 1698 à Malansac (l'hôpital)...


baptême de Yves Jolivet


Malansac: l'hôpital - chapelle Saint-Jean

... et de Julienne ROUXEL, sosa 159, née vers 1699 à Malansac. Ils se sont mariés le 18 février 1719 à Malansac.


mariage de Yves Jolivet et Julienne Rouxel


Malansac, situation de l'Hôpital

Ils ont eu comme enfants, à Malansac, l'Hôpital:

- Guillaume JOLIVET (2 octobre 1721)
- François JOLIVET (1er septembre 1725 - 20 mars 1726)
- Julienne JOLIVET (10 octobre 1727)
- notre Guillemette JOLIVET en 1733

Puis à Peillac

- Joseph JOLIVET (17 mai 1735)


À la 8ème génération

• Sosa 156 - Jean AMELINE est fils de Guillaume AMELINE, sosa 312, né le 2 octobre 1640 à Avessac...


baptême de Guillaume Ameline en 1640

... et de Vincente GUIHO, sosa 313, née vers 1645 et décédée le 3 janvier 1712 à Avessac.


décès de Vincente Guiho en 1712

Ils se sont mariés à Avessac le 31 janvier 1668


mariage de Guillaume Ameline et Vincente Guiho en 1668

Ils ont eu:

- notre Jean AMELINE (1671)
- Guillaume AMELINE (1680) qui épouse Charlotte BOUGOUIN le 26 juillet 1718, dont il a un Guillaume AMELINE (1720)

• Sosa 157 - Denise DAVAL est fille de Jacques DAVAL, sosa 314, né le 10 septembre 1634 à Avessac...


baptême de Jacques Daval en 1634

... et de Janne AMELINE sosa 315 née en septembre 1634 à Avessac.


baptême de Janne Ameline en 1634 (les deux actes se suivent sur la même page!)

Ils se sont mariés le 17 octobre 1658 à Avessac.


mariage de Jacques Daval et Janne Ameline (les noms sont tout en bas, à la fin de l'acte)

Les enfants issus de ce mariage seront:

- Julienne DAVAL (1658)
- une seconde Julienne DAVAL (1663)
- Jacques DAVAL (1667)
- Jan DAVAL (1668)
- Janne DAVAL (1671)
- Julien DAVAL (1673)
- notre Denise DAVAL (vers 1680)

• Sosa 158 - Yves JOLIVET est le fils de François JOLIVET sosa 316, né le 14 décembre 1662 à Malansac, avec un acte de baptême revêtu de signatures de gens relativement importants, la famille LE CHESNE étant une famille en vue à Malansac, à qui elle a donné un curé...


baptême de François Jolivet

... et de Janne GUICHON sosa 317, née le 30 janvier 1655 à Malansac.


baptême de Janne Guichon


Malansac: l'église où a été baptisée Janne Guichon

Ils ont eu comme enfants, à Malansac, l'Hôpital:

- Perrine JOLIVET (vers 1692 - 20 mars 1694)
- Yvonne JOLIVET (13 mars 1693)
- François JOLIVET (22 janvier 1695)
- notre Yves JOLIVET en 1698
- Guillaume JOLIVET (6 avril 1702)

• Sosa 159 - Julienne ROUXEL est fille de François ROUXEL, sosa 318, né le 1er janvier 1656 à Malansac, décédé le 6 décembre 1722 à Malansac...


baptême de François Rouxel

... et de Guillemette BODRUAL sosa 319, née le 4 novembre 1655 à Malansac, décédée le 14 décembre 1728 à Malansac.


baptême de Guillemette Bodrual

Ils se sont mariés le 18 février 1687 à Malansac.


mariage de François Rouxel et de Guillemette Bodrual

De cette union sont nés, à Malansac, l'Hôpital:

- Julien ROUXEL (5 - 17 novembre 1688)
- Pierre ROUXEL (1er janvier 1690)
- Yves ROUXEL (2 juin 1692) qui a épousé Jeanne PÉDRON le 7 février 1720 à Malansac
- Guillaume ROUXEL (11 février 1696) qui a épousé Perrine MARTIN le 18 octobre 1723 à Malansac
- notre Julienne ROUXEL
- François ROUXEL (vers 1702) qui a épousé Julienne GRIGNON le 6 février 1730 à Malansac


À la 9ème génération:

• Sosa 312 - Guillaume AMELINE est fils de Julien AMELINE sosa 624 († Avessac 20 mars 1703) et de Perrine PRIER, sosa 625, qui se sont épousés le 5 octobre 1633 à Avessac


mariage de Julien Ameline et Perrine Prier en 1633

Dont à Avessac:

- Pierre AMELINE (14 janvier 1636)
- notre Guillaume AMELINE en 1640
- Jan AMELINE (24 août 1646) qui épouse Perrine MAREOUX (1653)

• Sosa 313 - Vincente GUIHO est fille de Yves GUIHO sosa 626 (vers 1620 - Avessac 16 juin 1700) et de Michelle EVEN sosa 627 (Avessac 3 mai 1629- 9 septembre 1688).


baptême de Michelle Even

Ils ont été parents à Avessac de:

- notre Vincente GUIHO vers 1645
- Julienne GUIHO (3 février 1647)
- Michel GUIHO (6 septembre 1648)
- Janne GUIHO (16 juin 1650)
- Renée GUIHO (1 janvier 1653)
- Pierre GUIHO (6 février 1655)

• Sosa 314 - Jacques DAVAL est fils de Julien DAVAL sosa 628 († 24 novembre 1693) et de Julienne EVAIN (?) sosa 629, dont je n'arrive pas à lire exactement le nom, bien qu'il soit plus lisible sur l'acte de baptême de leur fille aînée, Guilllemette.


le nom de Julienne est mentionné à la quatrième ligne

Je leur ai trouvé, à Avessac:

- Guillemette DAVAL (11 octobre 1630)
- notre Jacques DAVAL en 1634

C'est probablement de même Julien DAVAL qui, resté veuf, a épousé Julienne DAVAL le 5 février 1635 à Avessac, ...


mariage de Julien DAVAL et Julienne DAVAL en 1635

dont il a eu:

- Julienne DAVAL (juillet 1638)
- Louize DAVAL qui épousera Julien AMELINE (1732), dont elle aura:

• Pierre AMELINE (vers 1675 - 1714) époux de Jacquette VALLÉE, parents de:
-- Michelle AMELINE (1703)
-- Jean AMELINE (1705 - 1705)
-- Marie AMELINE (1706)
• Jean AMELINE (1680)
• Jeanne AMELINE (1686 - 1687)
• Perrine AMELINE (1703)

• Sosa 315 -  Janne AMELINE est fille de Pierre AMELINE sosa 630 et de Thomase GUIHO ou GUIOT sosa 631
Ils se sont mariés à Avessac le 25 juin 1643


mariage de Pierre Ameline et Thomase Guiot

• Sosa 316 - François JOLIVET est fils de Jean JOLIVET dit Le Jeune sosa 632 (Malansac 15 avril 1621...


baptême de Jean Jolivet

... et de Julienne LECHESNE, née le 8 mai 1637 à Malansac.


baptême de Julienne Lechesne (avec la signature du curé Le Chesne, probablement son oncle)

Les enfants du couple ont été, à Malansac, l'Hôpital:

- Pierre JOLIVET charpentier (23 janvier 1658) marié à Guillemette COUÉDRO le 4 juillet 1691 à Malansac. Ils auront:

• Pierre JOLIVET ( 1692)
• Janne JOLIVET (1694)
• Perrine JOLIVET (1696)

- Janne JOLIVET (6 mars 1660) mariée à Claude RIVIÈRE le 29 novembre 1680 à Malansac. Ils auront un:

• Gilles RIVIÈRE

- notre François JOLIVET en 1662
- Julien  JOLIVET (15 septembre 1665)
- Anthoine JOLIVET (19 décembre 1667)
- Jan JOLIVET (26 octobre 1670)
- un garçon anonyme (né et mort le 31 août 1671)
- Françoise JOLIVET (9 mai 1674)
- Marie JOLIVET (15 juin 1676)
- Pierre JOLIVET (20 avril 1678)

• Sosa 317 - Janne GUICHON est fille de Mathurin GUICHON sosa 634 et de Françoise JÉGO sosa 635, sur lesquels on ne trouve plus rien.

• Sosa 318 - François ROUXEL est le fils de Pierre ROUXEL, sosa 636, né le 21 mars 1614 à Malansac...


baptême de Pierre Rouxel

...et de Jeanne DANILO, sosa 637, née le 31 mai 1604 à Malansac et décédée le 23 février 1681 à Malansac


baptême de Jeanne Danilo

Les enfants ont été, à Malansac:

- Guillemette ROUXEL (18 décembre 1640)
- Jean ROUXEL (17 novembre 1643)
- Claude ROUXEL (23 février 1646)
- Jeanne ROUXEL (24 février 1648)
- Messire Yves ROUXEL (26 juillet 1651)
- Yvonne ROUXEL (15 décembre 1653)
- notre François ROUXEL (1656 - 1722)
- Julienne ROUXEL (27 mars 1658)

• Sosa 319 - Guillemette BODRUAL est fille de Guillaume BORDUAL sosa 638, né le 3 juin 1638 à Caden...


baptême de Guillaume Bodrual

... et de Julienne ALLAIN sosa 639, née le 10 décembre 1636 à Caden.


baptême de Julienne Allain

Ils se sont mariés le 7 juillet 1659 à Caden


mariage de Guillaume Bodrual et Julienne Allain


caden: fontaine Saint-Pierre

Ils ont eu comme enfants, tous nés à Malansac:

- Yves BODRUAL (5 avril 1662)
- notre Guillemette BODRUAL (1665 - 1728)
- Julienne BODRUAL (4 novembre 1665)
- Yves BODRUAL (14 mai 1672)
- un garçon anonyme (né et mort le 29 mars 1765)


À la 10ème génération:

• Sosa 624 - Julien AMELINE est le fils de Julien AMELINE sosa 1248 et de Yvonne GUÉMENÉ sosa 1249, tous deux nés vers 1575

Dont à Avessac:

- Denis AMELINE (8 décembre 1598) qui épouse successivement à Avessac Julienne CHAUVIN (1609) le 23 novembre 1634, puis Simone BUOT (1614) le 22 janvier 1641
- Jean AMELINE (5 avril 1601)
- Pierre AMELINE (8 avril 1605)
- Michelle AMELINE (26 avril 1606)
- Guillemette AMELINE (14 janvier 1610)
- notre Julien AMELINE en 1615

• Sosa 625 - Perrine PRIER serait, selon certains, la fille de Pierre PRIER et de Charlotte BOUGOIN. Je n'en ai aucune confirmation mais c'est plausible en ce qui concerne les dates. Ils se sont épousés à Avessac le 13 novembre 1605.

• Sosa 627 - Michelle EVEN est la fille de Guillaume EVEN sosa 1254 et de Michelle GASCOIN, sosa 1255, née le 7 février 1600 à Avessac et décédée au même lieu le 19 décembre 1662.


baptême de Michelle Gascoin

Dont à Avessac:

- Jean EVEN (16 novembre 1619)
- Guillaume EVEN (22 octobre 1622)
- Perrine EVEN (21 janvier 1626)
- notre Michelle EVEN en 1629
- Philippe EVEN (6 avril 1632)
- Jean EVEN (18 octobre 1635)
- Denise EVEN (26 août 1638
- François EVEN (22 septembre 1640)

• Sosa 632 - Jean JOLIVET est fils de Pierre JOLIVET sosa 1264 et de Julienne JEHANNE sosa 1265 qui ont également été parents, à Malansac, de:

- Guillemette JOLIVET (27 décembre 1624) qui épouse Jan DEJOURS

• Sosa 633 - Julienne LECHESNE est la fille de Olivier LECHESNE, sosa 1266, né vers 1605 et décédé le 28 mars 1680 à Malansac (l'hôpital)...


décès de Olivier Le Chesne

... et de Julienne RICHARD sosa 1267

• Sosa 636 - Pierre ROUXEL est le fils de Grégoire ROUXEL sosa 1272 et de Janne BROUHAN sosa 1273 sur lesquels on ne trouve plus rien

• Sosa 637 - Jeanne DANILO est la fille de François DANILO sosa 1274 qui serait décédé le 9 janvier 1682 à Malansac (métairie du Tertre) mais aucun acte ne vient le confirmer et de Perrine FILLEUL (? - le nom est difficile à déchiffrer) qui ont également été parents, à Malansac, de:

- Jan DANILO (15 septembre 1613)

• Sosa 638 - Guillaume BODRUAL est fils de Jan BODRUAL sosa 1276 et de Julienne MAHÉ née le 10 octobre 1607 à Caden


baptême de Julienne Mahé

Ils se sont mariés le 8 octobre 1632 à Caden


mariage de Jan Bodrual et Julienne Mahé

De cette union sont nés, à Caden:

- Pierre BODRUAL Juillet 1633)
- Louys BODRUAL (14 février 1635)
- notre Guillaume BODRUAL (1638)

• Sosa 639 - Julienne ALLAIN est la fille de Jullien ALLAIN sosa 1278, né en janvier 1585 à Caden...


baptême de Jullien Allain

... et de Jullienne GUICHON sosa 12479, née le 13 janvier 1613 à Caden


baptême de Jullienne Guichon

Outre notre Julienne ALLAIN (1636), je leur ai également trouvé une Michelle ALLAIN (1634)


À partir de là

Les choses se compliquent car d'une part les registres paroissiaux de Caden ont des lacunes (et deviennent très difficiles à lire) et d'autre part il y a de plus en plus de gens portant les mêmes noms et prénoms, qu'il est pratiquement impossible de départager. Essayons tout de même:

À la 11ème génération:

• Sosa 1255 - Michelle GASCOIN est la fille de François GASCOIN sosa 2510 et de Perrine BAHON (si je lis bien son nom) sosa 2511

• Sosa 1277 -  Julienne MAHÉ est la fille de Jan MAHÉ sosa 2554, né le 25 mai 1582 à Caden...


baptême de Jan Mahé

... et de Julienne GUICHON (sosa 2555 mais il y a également une autre Julienne MAHÉ née le 14 février 1606 à Caden, fille de Guillaume MAHÉ et de Marie SIMON qui, à une année près, pourrait aussi prétendre être notre ancêtre)

Outre notre Julienne ils sont également parents à Caden d'un

- Abel MAHÉ (1er juin 1609)

• Sosa 1278 - Julien ALLAIN est le fils de Jehan ALLAIN, sosa 2556, né en janvier 1557 à Caden...


baptême de Jehan Allain

... et de Guillemette HAMON sosa 2557


À la 12ème génération:

Dans les profondeurs de la Renaissance, je vous donne sous toutes réserves:

• Sosa 2554 -  Jan MAHÉ serait le fils de Jehan MAHÉ sosa 5108, né en novembre 1556 à Caden ...


baptême de Jehan Mahé

... et de Simone MAHÉ sosa 5109

• Sosa 2556 - Jan ALLAIN serait le fils de Yvon (?) ALLAIN et de Jacquette HOUEIX


Et pour finir en beauté, à la 13ème génération

• Sosa 5108 - Jehan MAHÉ serait le fils de Julien MAHÉ sosa 10216 et de Julienne MORIN, sosa 10217, qui ont dû naître sous François Ier.

 

* * * * *

* * *

 


Ouf! Je ne sais pas si vous vous y retrouvez. Moi, j'ai bien du mal. Un petit conseil: vous trouverez sous ce lien l'arbre généalogique ascendant complet de mon grand-père Emile LEFRANC, au format .pdf Il vous faudra fortement zoomer pour tout lire, mais ça vous aidera certainement.



Retour à l'autel des ancêtres