Phare oueST

numéro 38

Sommaire:

- C'est déjà la rentrée
- Le MacRameur de P... ou le PRameur du Mac
- Bêtes à cornes
- Atari Risc

Retour

C'est déjà la rentrée


Eh oui, et la rédaction espère que vous avez tous passé de bonnes vacances, pleines de soleil et que vous vous préparez à retrouver boulot et ordinateurs de pied ferme, sinon avec joie.

Alors, il est temps de prendre note des dates de réunion pour le trimestre prochain. Vous les notez aujourd'hui même sur votre agenda et vous allez essayer de ne pas les perdre et d'éviter de téléphoner chaque mois pour vous les faire confirmer. Promis?

Retour au sommaire

Le MacRameur de P... ou le PRameur du Mac
(Contrepète qui peut)

Il est des fois où vraiment votre bécane chérie fait des noeuds ~ Par exemple cette fois où vous décidez de faire la mise à niveau de votre système. Il y avait bien eu avant quelques signes prémonitoires: un espace disque un peu folklorique depuis que les enfants avaient testé les démos de jeux du dernier CD Rom, le micro du moniteur qui ne prenait que d'infâme gargouillis et pas le temps de prendre vraiment en considération ces petits ennuis, un utilitaire ayant retrouvé l'espace disque perdu. Bref tout allait bien.

Et là c'est l'horreur: la dernière disquette de mise à niveau enfournée, on redémarre la machine qui plante au redémarrage, elle «veut» bien s'éteindre mais pas redémarrer (boot à chaud). Bon, premier réflexe: il y a une extension ou un tableau de bord qui entre en conflit, donc on déménage tout ce petit monde ... pour rien.

Le trouble s'accroît et le spectre du virus s'insinue. (c'est fou ce que l'Homo qui se dit sapiens peut s'inventer de choses pour ne pas devenir fou; dès que cela ne tourne plus rond il trouve toujours un responsable: le hasard, pas de chance, le diable, les virus etc...) Non, impossible. Bien on fait table rase et on retourne avec le disque système à l'ancienne formule et ... même prise de tête.

Question à 16 mégaoctets: «qu'est ce qui, dans un Mac, résiste même à l'extinction et qui est encore là quand on n'utilise pas son disque dur au démarrage ?» Bravo vous avez gagné c'est la PRAM (Permanent Ram); poignée d'octets toujours vivante car alimentée par la pile de l'ordinateur.

Après trois allumages les doigts crispés sur Pomme / Option / P / R le dernier carré des octets irréductibles a baissé pavillon et tout est rentré dans l'ordre (ou presque le disque dur semblait bien vide après 48 heures de ménage forcé et énervé).

Par contre ce n'est pas là que les programmes d'essai au nombre de lancements limités inscrivent en douce leurs comptes.

Patrick THOMAS

Retour au sommaire

Bêtes à Cornes


Quelques nouvelles du front Acorn Risc PC. En effet, peu après mon article (numéro du mois de Février) présentant - enthousiaste, je l'avoue - sur cette machine bien sympathique , et les premières impressions de J.P. Raumer - que je salue au passage -, bien de l'eau a coulé sous les ponts et il est temps de faire le point.

J'avoue avoir été moi aussi surpris par le clavier QWERTY livré en standard (les Anglo-saxons seront-ils toujours des barbares?); Dieu merci, j'ai pu récupérer un clavier sur un PC mourant (un 386 sx25... qu'en faire?) dans un grenier de l'entreprise où j'officie. Deuxième surprise désagréable: la forme du port souris (un 9 broches rond). Pas des plus courants.

Ces deux détails matériels mis à part, pas de déception: l'interface est à la hauteur de mes attentes, et ayant craqué pour un moniteur 17", je n'ai pas mis longtemps à m'habituer à la façon dont une majorité d'applications sauvegardent les nouveaux fichiers (en posant une icône dans la fenêtre du dossier où l'on veut le stocker).

À propos, pour ceux qui manquent de place sur leur écran, j'ai deux petits utilitaires sympa pour travailler sur 6 ou 10 écrans virtuels.

Comme le look des icônes (au fait, dit-on «une icone» comme pour l'objet religieux, ou «un icone» pour s'en différencier?) était un peu trop sobre, un ami m'a passé des icônes NEXT; j'aime ces dossiers-cartables, et ces couleurs éclatantes pour le lecteur de CD-ROM! Et c'est tellement facile (il suffit de poser le fichier contenant les nouveaux sprites nommés comme les originaux - qui sont dans Resources: .$.Resources.Wimp, (c'est-à-dire dans les ROMs- dans !Boot. Choices. Boot. Predesk) qu'il aurait été honteux de s'en priver.

De même, on peut «relooker» les fenêtres en deux temps et trois mouvements. Enfin, si l'on veut modifier légèrement des paramètres système lors du lancement d'une application (pour attribution de mémoire, par exemple), rien de plus facile. Ça fait vraiment plaisir de se sentir maître chez soi...

Côté logiciel, en bref, j'ai eu surtout l'occasion d'utiliser POV et PowerShade (scènes décrites à partir d'un modeleur... c'est plus facile quand on a la flemme de calculer).

J'ai aussi testé Ovation (PAO) qui est assez agréable, mais sans doc, tout n'est pas simple. Aussi, j'espère pouvoir bientôt récupérer TEX pour Acorn. Ça complétera bien.

Je n'ai pour l'instant ni traitement de texte, ni tableur, donc pas de commentaire là-dessus. Côté dessin, en plus des logiciels fournis «on chip» (!Paint et !TDraw) avec lesquels on obtient déjà d'excellents résultats"j'ai aussi pu essayer DA's Picture. Évidemment excellent.

!Rephorm, logiciel de morphing, donne des résultats bien sympathiques. On peut même s'amuser à faire un film passant d'un extrême à l'autre. Et !Photodesk, pour triturer les images, fait des merveilles.

Pour les jeux, je me suis déjà détruit l'esprit sur !theTribes (ces lemmings, quelle horreur!), !Shangaï, !Triomino entre autres, et fait abattre un nombre incalculable de fois dans la démo de !Star3000. Mais j'avoue ne pas avoir beaucoup regardé de ce côté. Enfin, je viens de récupérer GNU C++, mais je n'ai pas eu le temps de le tester. Il existe aussi un ADA et un assembleur en shareware quelque part; si vous mettez la main dessus, faites moi signe!

A Lyon, une association s'est créé le 14 Avril autour du Risc PC: ARMada (ARM Acorn développeurs artistes... ça laisse rêveur!). Un numéro zéro de son journal vient de sortir, dont l'objectif est bien sûr de lancer une revue de contact, avec des trucs, des essais, etc. Pour tout contact:

Mirko VIDOVIC, 125, rue des Charmettes, 69006 Lyon, tél 78.24.77.40.

Cette association comprend la plupart des acheteurs de Risc PC de cette région, dont beaucoup viennent du monde Atari.

Bref, quelques mois à peine après les premiers pas d'Acorn hors de la Grande-Bretagne, ça bouge! Tant mieux pour nous, tant mieux pour tous les utilisateurs qui découvrent ainsi une autre façon de vivre à l'ère de l'informatique. Il existe encore et il existera toujours, malgré la suprématie commerciale du PC, des machines faciles d'accès qu'il fait bon avoir chez soi.

Xavier de MONNERON

Retour au sommaire

Atari Risc!


C'était fatal, ça devait arriver: pour la première fois, voici qu'un microprocesseur RISC accepte de faire tourner des programmes Atari.

Non, ce n'est ni un serpent de mer, ni un poisson d'avril attardé mais, plus simplement, l'effet de la dernière version (la 1.2.1) de MagicMac.

Les auteurs - vraiment très forts - de ce soft viennent de trouver ce qui empêchait leur programme de tourner sur un PowerMac et, à présent, MagicMac fonctionne parfaitement sur ce type de machine.

Saluons l'exploit; car MagicMac n'a toujours pas été recompilé en mode «natif». Il y a donc une double émulation: 68xxx puis Atari...

Pour être franc, la performance se paye un peu. MagicMac 1.2.1 n'accepte ni RamDoubleur, ni tout un tas d'extensions Mac, ni SpeedoGdos, ni Gdos tout court, ni Calamus SL, ni Script 4 (Script 3.5 par contre passe très bien), non plus que bon nombre de programmes Gfa compilés qui tournaient parfaitement avec la version allemande 1.1, la plus compatible de toutes celles que j'ai testées

Par contre GemView qui refusait de s'installer correctement avec les versions précédentes le fait très bien avec la 1.2.1 mais il semble très, très lent...

En fin de comptes, la 1.2.1 n'est pas plus limitée que la version 1.1.2 anglaise qui, elle non plus, n'acceptait pas, entre autres, le Gdos. Il faut espérer qu'à la longue tous ces petits problèmes de compatibilité seront éliminés. Paris ne s'est pas fait en un jour... et souvenez vous de la genèse du Spectre!

Par contre, ce nouveau MagicMac, outre qu'il est en anglais (langue accessible à un plus grand nombre d'entre nous que l'allemand) est doté d'un programme de configuration du clavier, rustique mais relativement efficace.

Plus n'est besoin comme avant d'aller bidouiller le programme pour passer en AZERTY: un petit quart d'heure de clics dans les cases d'un tableau ASCII puis dans celles d'un clavier fictif, et le tour est joué. La nouvelle configuration est sauvée dans une fichier ad hoc qui peut être chargé à la demande.

Les fanas de claviers exotiques apprécieront.

Quoi d'autre? Ah oui, cette version 1.2.1 n'est plus limitée à monochrome ou 256 couleurs, comme l'étaient les précédentes.

On peut avoir, à présent, toutes les résolutions du Falcon, du moins sur la démo que j'ai entre les mains.

Voilà donc MagicMac en bonne voie. Le Club en a décidé l'achat et des fonds ont été débloqués par le trésorier. Mais Application Système ne semble pas trop pressé de le commercialiser en France. Ils attendent sans doute d'avoir une version plus définitive. Dés que nous l'auront, on vous en reparlera.

Et Dave? Eh bien, aux dernières nouvelles (d'après ST Magazine), après que sa société ait déposé son bilan, il aurait repris à son compte la commercialisation d'une nouvelle version 3.1 du Spectre, sans doute celle qui reconnaît les périphériques SCSI: Falcon et TT obligent et, qui sait, peut-être le système 7.

Si on sait quelque chose, on vous le dit aussitôt. Promis, juré.

Gérard LEFRANC

Retour au sommaire