Phare oueST

numéro 43

Sommaire:

Bonnes vacances à tous
Un nouveau venu sur le Mac
Now ScrapBook
Le drame de la pomme folle
SDF

Retour
Bonnes vacances à tous!


L'année scolaire s'achève et, avec elle, les activités du Club. Malgré un nombre d'adhérents réduit, par rapport aux années précédentes, le club oueST a encore vécu des moments bien sympathiques et enrichissants.

L'année 1995-96 n'a pas été celle des grandes découvertes logicielles lu matérielles, mais elle a été marquée par deux événements importants: l'arrivée en masse des PC (à présent plus nombreux que les Macs sur St Brieuc) et la gloire du CD Rom.

Désormais les bonnes vieilles machines Atari, qui avaient été à l'origine du club, ne sont plus guère que des objets de collection (même si certains s'accrochent encore obstinément et ils ont bien raison) et même Jean-Pierre vient de troquer son Acorn contre un beau Pentium. C'est dire!

Un autre grand moment de l'année a été la soirée MAO à l'École Nationale de Musique de St Brieuc.
Très différente de la présentation à laquelle nous avions eu droit, il y a deux ans, tant dans le choix du logiciel utilisé que dans les domaines abordés, cette belle démonstration a prouvé, pour ceux qui en douteraient encore, que les ordinateurs sont capables de faire autre chose que du traitement de texte ou du traitement d'images et que les vieux Atari passés de mode avaient encore l'espoir de beaux jours devant eux (car la démo a été faite, avec brio, sur un antique ST méga 4, malgré la présence de PC et de Macs dans la même pièce!).

Retour au sommaire

Un nouveau venu sur le Mac


Je suis passé sur Mac en décembre dernier. Je faisais partie du dernier carré des Ataristes du club (n'est-ce pas, Jean-Yves ?) et Atari me suffisait amplement pour ce que j'en attendais.

Une occasion («en or», ont dit certains, et ils ont bien raison...) s'est présentée et m'a fait basculer dans le monde Mac. J'ai donc revendu mon Atari, avec une pointe de nostalgie, mais ça n'a pas duré très longtemps. Je peux dire que c'est comme si un nouveau monde s'était ouvert devant moi, avec beaucoup de régions à explorer.

Ça m'a rappelé mes débuts émerveillés sur Atari, avec un 520 STF, une machine vraiment formidable à l'époque. Mais que de progrès depuis, concernant la qualité de l'image, du son, la puissance du matériel et des programmes.

J'ai cependant connu des problèmes pour arriver à une bonne configuration de mon Quadra 700, et il m'est arrivé de faire appel à quelques spécialistes Mac du club (Gérard, Denis, Patrick, etc...) pour venir à mon secours.
En fin de compte, 99% des problèmes venaient de confiits d'extensions ou d'extensions mal configurées. Voici quelques points qui pourront peut-être éviter à certains de ramer:

- Les imprimantes Hewlett Packard n'aiment pas l'extension RAM DOUBLER. J'ai une DeskWriter 660 C : avec Ram Doubler, elle imprime une page et plante à la suivante. J'ai donc été obligé de me passer de cette extension 1.

- Le programme de dessin CANVAS ne supporte pas l'extension AARON 1.1.1.2 Les menus déroulants deviennent fious (les lettres se dédoublent). Peut-être que la dernière version d'Aaron ne pose plus problème.

- Je me sers de QUICKTIME V2.0. J'ai abandonné la version 2.1 qui fait planter PHOTOSHOP 3 .

- Après avoir zappé la PRAM (Commande+Option+P-R), il ne faut pas oublier de repasser en adressage 32 bits (dans le tableau de bord MÉMOIRE).

Je terminerai en disant que je ne regrette pas d'être passé sur Mac, ce qui ne m'empêche pas, de temps en temps, d'aller faire une petite partie de VROOM sur mon ancien Atari. À quand VROOM sur Mac ?

Retour au sommaire

Now ScrapBook


Ce petit programme se révèle être un très bon catalogueur d'images. Il reconnaît beaucoup de formats d'images (bitmaps ou vectorielles) et a l'avantage de les compresser, sans perte de qualité, ce qui fait que l'archive occupe moins de place que les images de départ.

Now Scrapbook est vraiment facile à utiliser: on rentre les images d'une façon très rapide car on peut demander de charger toutes les images contenues dans un dossier.
On peut ensuite trier les images, les renommer, les utiliser dans une autre application par copier-coller, les exporter dans le format que l'on désire.

On peut aussi demander la vue des images de l'archive par vignettes, ce qui est très pratique pour trouver rapidement une image à l'écran.

L'utilisation du programme nécessite l'installation de l'extension NOW TOOLBOX. Nous sommes plusieurs à l'utiliser, que ce soit sur 68040 ou PowerMac, et nous n'avons jamais eu de problèmes avec cette extension.

Titus L
(avec l'aimable collaboration
de Corinne T'tite Goutte)

Retour au sommaire

Le drame de la pomme folle


Depuis quelque temps, les magazines spécialisés ne font que jouer les Cassandre à propos d'Apple et du Mac. C'est à qui prédira le premier leur disparition prochaine et la Grande Réunification au sein du Monde PC.

Voilà qui est peut-être aller un peu vite en besogne et, sans vouloir minimiser les qualités certaines du pentium (je ne parle pas de Windows 95!), je pense que l'on n'effacera pas ainsi, d'un trait de plume, l'énorme réseau des Macs installés ni la géniale simplicité d'emploi de Mac OS.

Cela étant, il faut bien dire qu'Apple fait parfois tout pour rater le train en marche. Deux exemples personnels, parmi bien d'autres:

Tout d'abord un exemple désastreux, celui de mon lecteur de disquette qui, une fois de plus, refuse d'éjecter et conserve jalousement ce qui y a été introduit. En principe un redémarrage, avec le bouton de la souris enfoncé, devrait forcer la disquette récalcitrante à sortir de son trou. À défaut, le coup du trombone dans le petit trou à droite de la fente, en principe ça doit marcher (mais ça n'arrange pas le mécanisme du lecteur).
Et si rien de tout cela ne consent à fonctionner, il ne reste plus que le démontage du lecteur et l'accouchement aux forceps.

Ça va une fois, ça va deux fois, mais à la troisième fois ça commence à coincer sérieusement. La quatrième fois a été fatale au lecteur. Son délicat mécanisme d'éjection, de plus en plus malmené et de plus en plus tordu a carrément refusé de continuer à assurer ses fonctions. Un remplacement du lecteur s'imposait.

Vous me direz que je n'ai qu'à utiliser des disquettes de qualité supérieure, garanties bien planes, avec des coulissants bien droits, et tout et tout.
C'est vrai. J'ai souvent péché dans ce domaine, mais pour une fois la disquette prisonnière du lecteur était neuve et provenait d'une boîte marquée Apple, estampillée de la pomme multicolore. Alors

Qu'à cela ne tienne, du temps où je courtisais encore Atari, j'ai plusieurs fois changé de lecteur interne, et pour une bouchée de pain. Je prends donc mon téléphone et appelle le premier VPC qui me vient à l'esprit.

- Bonjour Monsieur, je souhaiterais vous commander un lecteur de disquette interne Apple.

- Ah, Monsieur, c'est malheureusement impossible. Apple a le monopole de ce genre d'engins et ne les commercialise que par le biais de ses distributeurs agréés. Vous n'en trouverez dans aucun magasin de VPC.

Bon. Second coup de fil chez IC, à Rennes (nous n'avons plus de distributeur officiel Apple à St Brieuc, depuis qu'Agéna a déposé son bilan).

- Un lecteur Mac pour Quadra 700? Ah, vous avez de la chance, il nous en reste justement un Le commander? Pas question. Apple ne nous autorise qu'à procéder à des échanges standards.

- Très bien, je vous envoie le lecteur endommagé et vous m'en expédiez un neuf.

- Pas question. Il nous faut non seulement le lecteur, mais aussi son berceau.
Il y a je ne sais combien de modèles de berceaux différents, uniquement pour les Quadra 700.

- Très bien, je vous envoie le berceau avec.

- Pas question. Seul un technicien agréé Apple est autorisé à procéder à l'échange.

- Mais il n'y a que 4 vis à retirer!

Bref, j'ai dû me déplacer à Rennes avec ce failli lecteur, et son berceau. Le technicien agréé s'est retiré avec l'objet du délit (je suppose qu'il opère en salle blanche) et 30 secondes après je repartais avec un lecteur neuf, délesté du lecteur tordu et de 630 francs. Éric, à qui je racontais la chose, m'a dit: «Tiens, Apple a baissé ses prix, il y a peu un échange de lecteur coûtait plus de 1 000 francs».

Je n'ai pu m'empêcher de dire à la charmante dame qui trônait derrière la caisse du magasin IC que mon dernier lecteur (un lecteur de PC bien entendu) m'était revenu à 200 francs et que je l'avais changé moi-même.
- Mais Monsieur, si vous voulez, nous vendons aussi des PC

Que voulez-vous répondre à cela?

Deuxième exemple, nettement plus positif quoique douloureux, du génie commercial d'Apple. Ayant malencontreusement cogné mon QuickTake 100 contre un pied de table (vous allez dire que je suis un brise-tout!) j'ai dû, malgré les efforts d'Éric, renoncer, au moins provisoirement, à ce bel appareil.

Éric va peut-être arriver à le remettre sur pied mais j'en ai besoin plusieurs fois par semaine, à titre professionnel, et j'ai donc dû en commander un autre.

À peine arrivé le QuickTake 150 neuf, j'installe le logiciel et en avant Simonne. Je prends une ou deux photos, je relie Mac et QuickTake par la prise série, j'ouvre le tableau de bord et le Mac refuse de reconnaître l'appareil de photos. Bien plus, en essayant de lancer le logiciel (PhotoFlash) j'obtiens le message suivant (que je n'avais encore jamais eu l'occasion de contempler sur mon écran) «Une erreur s'est produite lors de la conversion d'un nombre utilisant un séparateur autre que le séparateur décimal». Rien que ça!

Je n'en crois pas mes yeux. Il s'agit pourtant d'un matériel Apple neuf, avec la petite pomme, et du logiciel d'origine vendu avec. Et le plus intriguant c'est que je me suis vite rendu compte que mon QuickTake n'avait aucun problème de reconnaissance sous SoftWindows, avec le logiciel PC du Club. Bien plus, une version US de PhotoFlash, que j'avais dans un coin de tiroir, se lance sans la moindre réticence (mais a les même problèmes que la version française dés que l'on tente de franciser ses ressources et, de toutes façons, ne reconnaît pas plus le QuickTake que le tableau de bord).

Bon, peut-être qu'avec le PowerBook? Eh bien non, c'est kif-kif: le portable ne reconnaît pas plus le beau QuickTake neuf que son collègue de bureau.

Il m'a fallu des heures pour trouver que les softs vendus par Apple avec le QuickTake ne fonctionnaient pas sous mon système 7.5.3. Un comble!

Car m'étant ré-installé, sur un disque externe, un système 7.5.1 tout est rentré dans l'ordre. Mais ce n'était pas très pratique: il fallait démarrer sur ce lecteur externe à chaque fois que je voulais me servir du QuickTake. Chapeau Apple. J'imaginais un peu la tête du type pas trop au courant qui s'offre un Mac neuf, configuré sous 7.5.3 et qui achète en même temps un QuickTake 150

J'ajoute que les softs des QuickTake 100 et 150 ne peuvent cohabiter avec un même système. C'est fromage ou dessert.

Si donc mon 100 peut être réparé, il ne me sera pas possible de l'utiliser sur mon Mac, du moins pas avec le même système que celui prévu pour le 150.

J'ai interrogé Apple France, sur son serveur Internet, sur un éventuel patch ou une nouvelle version logicielle. Et là, tout est devenu limpide: la réponse m'est parvenue, dans ma boîte à lettres électronique, quelques jours plus tard: «contactez Apple-Assistance pour une mise à jour du logiciel.»

J'ai appelé Apple Assistance qui m'a envoyé, une dizaine de jours après mon appel, une version 2.0.1 qui, pas plus que celle que j'avais déjà (vérification faite, c'était d'ailleurs la même), ne fonctionne pas sous mon système 7.5.3

Par contre, le technicien d'Apple m'a également appris que le fameux message d'erreur provenait d'une mauvaise configuration de mon tableau de bord «Nombres» (il ne faut pas prévoir de . (point) entre les milliers).

Ouf!

Re-coup de téléphone. Surprise chez Apple. Il paraît que je suis le seul à leur faire part de ce problème. On va tester et on vous tient au courant.

Quelques jours plus tard, aimable coup de fil d'Apple pour me faire savoir que le QuickTake 150 avait été testé sous système 7.5.3 et sur diverses machines, sans jamais rechigner et que, par conséquent, le blocage devait venir soit de mon système, un peu trop malmené par des mises à jours successives, et/ou de la Pram qu'il devenait urgent de zapper.

J'ai donc, dans l'ordre et après avoir une sauvegarde complète de mon système (on ne sait jamais):
- démarré sur un disque externe
- zappé la Pram
- viré le système douteux
- installé un système 7.5.1 tout neuf
- re-zappé le Pram, à tout hasard
- fait la mise à jour du 7.5.3
- ré-installé le logiciel QuickTake

Et là, miracle, tout est rentré dans l'ordre. Mais quel boulot! Il a fallu ensuite refaire l'installation de tous les petits indispensables (doubleurs, popup, Quickeys, Suitcase, etc) puis de certains logiciels (les Microsoft en particulier), retrouver les numéros de série, puis lancer un à un tous mes softs pour recréer les préférences bref, ça m'a pris de longues heures. Et ensuite, re-belotte pour le PowerBook.
Bon, ça en valait la peine. Depuis pas mal de temps j'avais remarqué des petites bizarreries (disparition de la couleur des barres de progression, par exemple, ou refus de montage de l'icône imprimante sur le bureau). Tout cela a disparu et, mais c'est peut-être une impression, je trouve mon système nettement plus véloce.

Mais que de mal pour en arriver là. Dans le fond, Apple dont j'avais commencé à dire tant de mal, a été plutôt coopératif et a fini par me dicter la solution. Je ne sais si un autre constructeur en aurait fait autant avec une dysfonctionnement de Windows. J'en doute.

Car je sais aussi que sous Windows, il y a parfois quelques petits problèmes d'installation ou de compatilité (et je crois que c'est un euphémisme que de le prétendre), mais le monde Windows est solide; il peut se permettre de faire enrager sa clientèle. Le petit monde Mac est plus fragile, et bien plus sollicité par la concurrence.

Alors, que sera ma prochaine machine? un Mac? un clone? un piranha?

À suivre

Retour au sommaire

S.D.F.


Voilà donc l'année scolaire qui s'achève et l'on ne sait toujours pas où le Club va être hébergé à la rentrée (du moins en ce qui concerne l'Ille et Vilaine).

Un point de chute a bien été envisagé à Rennes même, mais la question n'a pas été approfondie. Pour ce qui est de Melesse, nous aurions semble t'il une demande d'adhésion qui pourrait justifier le maintien du Club sur la commune; un contact avec la mairie devait être pris cet été.

Quoi qu'il en soit, rien n'a encore été décidé et, par conséquent, il est prématuré de fixer des dates pour les prochaines réunions en Ille et Vilaine. Une circulaire vous tiendra au courant, dés qu'une solution aura pu être trouvée.

Je propose toutefois de prévoir l'Assemblée Générale annuelle à MELESSE (si on n'a pas de salle, on ira au café!) pour le

Samedi 28 septembre.

À Saint Brieuc, il n'y a pas de problème particulier et Monsieur LAPAUW est toujours prêt à nous accueillir dans son école de musique où nous sommes, il faut bien le reconnaître, comme des coqs en pâte.

Sauf contre-ordre je vous propose donc pour le premier trimestre à Saint Brieuc, les vendredis:

13 septembre - 11 octobre - 15 novembre et 13 décembre

Toujours à partir de 19 heures 30.

En attendant, toute l'équipe de la rédaction du Phare-oueST (!) vous souhaite de bonnes vacances, avec plein de soleil et tout et tout.

Retour au sommaire