Phare oueST

numéro 44

Sommaire:

C'est reparti
Histoire de remplir
A noter sur vos tablettes

Retour

C'est reparti!


Un mini Phare-oueST pour bien marquer la rentrée et rappeler à tout un chacun que le club existe encore et a repris ses activités. À SAINT BRIEUC, la semaine dernière, il y a eu des oublis.

On espère que les vacances ont été bonnes et que les machines, bien reposées, sont d'attaque pour une nouvelle année.

Des contacts ont été pris avec la mairie de MÉLESSE qui ne voit aucune objection, bien au contraire, à ce que nous persistions à utiliser leur salle pour nos réunions. Patrick a fait savoir qu'il était dommage que nous n'ayons pas plus de mélessiens à nos réunions: il y aura peut-être un peu de pub dans le bulletin municipal.

Notre Assemblée Générale Annuelle aura donc bien lieu, comme prévu, samedi prochain 28 septembre, à MÉLESSE. Qu'on se le dise. Elle commencera dés 14 heures 30 car la salle doit être occupée, en principe, par une autre association à partir de 17 heures (on a prévenu un peu trop tard). Si on n'a pas fini, ça, se terminera dans un des cafés de la place de l'église c'est pas ça qui manque!
Pour la suite des événements, notez dés à présent les dates des réunions de l'année:

À MÉLESSE: comme toujours le samedi à partir de 14 heures 30, dans la baraque préfabriquée de la mairie:

28 septembre - 26 octobre - 23 novembre - 21 décembre - 18 janvier - 15 février - 15 mars - 12 avril - 10 mai - 7 juin - 28 juin.

À SAINT-BRIEUC
: le vendredi soir à partir de 19 heures 30 à l'École Nationale de Musique (ancienne caserne Charner, au fond à droite) ou, si empêchement, à l'École Municipale des beaux-Arts (de toutes façons, c'est toujours bien fiéché)

11 octobre - 15 novembre - 13 décembre et, sous réserve de confirmation lorsque seront fixées les dates des vacances scolaires, 10 janvier - 7 février - 7 mars - 4 avril - 16 mai - 20 juin.

Conservez ces dates ou reportez-les sur votre agenda, ça évitera bien des coups de téléphone! Tant qu'à faire travailler les Télécoms, autant que ce soit avec Internet.

Retour au sommaire

Histoire de remplir


Ayant essuyé les plâtres d'Internet, je me propose de vous livrer quelques réfiexions que m'ont inspiré ce nouveau média (comme on dit).

Si vous êtes tenté, commencez par choisir soigneusement votre distributeur (provider). Internet est en effet facturé deux fois: d'une part par le distributeur, qui fait payer ses services forfaitairement pour un certain nombre d'heures de branchement (que vous les utilisiez ou non); et ensuite France Télécom qui vous facture les communications avec ce distributeur.

Il va sans dire que l'on a tout intérêt à se choisir un distributeur local. Savoir tout de même qu'actuellement, le tarif des communications est généralement le même (la taxe de base) dans presque tout un département. Autrement dit, il en coûtera le même prix, si votre distributeur est par exemple à St Brieuc, que vous appeliez de St Brieuc, Loudéac ou Dinan (soit de 14,80 à 4,93 francs / heure selon la période). Mais si votre distributeur est à Paris Se renseigner quand même car il peut y avoir des exceptions locales.

Une alternative est Wanadoo, le distributeur de France Télécom: taxe locale sur l'ensemble de la France, mais un tarif d'abonnements relativement cher: il vaut mieux comparer.
En ce qui me concerne, j'ai opté pour Cybercom, à St Brieuc, qui propose, soit 3 heures pour 55 francs par mois ou des connexions illimitées pour 150 francs par mois. À l'usage c'est nettement moins cher que le Minitel.

Deuxième constatation: il vaut mieux avoir une machine rapide et bien pourvue en mémoire. On se rend compte à l'usage, en effet, que le modem n'arrive jamais à fonctionner à sa vitesse théorique. Internet, surtout à certaines heures, bouchonne souvent et arriver à 9 000 bauds relève de l'exploit. N'importe quel modem fait donc l'affaire.

Par contre, les logiciels utilisés font toute la différence. Et si votre machine permet l'emploi de logiciels optimisés (pour PPC ou Pentium) avec, en plus une bonne cadence du processeur et une sérieuse mémoire cache, vous verrez tout de suite la différence. Le passage de mon vieux Quadra au PowerMac 7600, avec des softs écrits pour, m'a pratiquement quadruplé la vitesse d'Internet. Ça reste tout de même assez lent: le chargement d'une page est nettement moins véloce que celui d'une page Minitel, dans le meilleur des cas et s'il y a de nombreuses images, c'est galère.

Troisième constatation: sauf à avoir des besoins précis, Internet n'est rien d'autre qu'un beau joujou, dont on risque de vite se lasser. Les serveurs Web sont souvent très orientés vers la futilité et, la plupart du temps, ils vous laissent sur votre faim car les textes sont très courts. Encore faut-il connaître ces serveurs, car il n'y a pas d'annuaire et les services de recherche sont parfois très partiaux dans leurs propositions.
Les serveurs en mode texte et forums sont beaucoup plus riches en informations, mais encore plus que pour le Web il faut savoir ce que l'on cherche car il n'y a nul catalogue et encore moins d'explications.

C'est la même chose pour les téléchargement. Vous vous trouvez devant des dizaines de milliers de fichiers, classés dans des dossiers/ sous - dossiers/sous - sous -dossiers plus ou moins mystérieux, avec des noms DOS (8 lettres.extension) qui ne vous disent strictement rien. Et aucun commentaire, aucune explication, aucune indication sur la durée de chargement. Il faut savoir précisément ce que l'on veut ou essayer de deviner, ou y aller au hasard!

Se méfier comme la peste des téléchargements payants. J'ai voulu télécharger une version récente de Netscape sur leur site américain. Après avoir rempli consciencieusement deux ou trois pages de formulaires et donné mon numéro de carte bleue, un dernier choix m'a été proposé qui devait, si j'ai bien compris, provoquer automatiquement le téléchargement. Au lieu de quoi je me suis retrouvé à la case départ.

Pensant avoir mal compris, j'ai refait un deuxième parcours, constaté que mes choix étaient encore enregistrés et me suis à nouveau retrouvé avec la page d'accueil, sans avoir compris ce qui se passait. Sans doute mon anglais n'est-il pas ce qu'il devrait être.

Je n'ai donc pas eu le soft que je voulais mais au relevé de compte suivant j'ai eu l'agréable surprise de constater que mon compte avait été débité deux fois de $50 au profit de la société Netscape. Ça au moins, ça avait marché.

J'ai confié toutes ces petites misères à la boîte postale de Netscape, fin juillet, et j'attends toujours la réponse. Du coup, furieux, j'ai vidé Netscape de mon disque dur et ai téléchargé l'Internet Explorer de Microsoft qui, lui au moins, est gratuit et me donne entière satisfaction. Je le trouve même, par bien des points, plus agréable à utiliser que Netscape; en particulier par sa fonction zoom qui permet enfin à mes pauvres yeux de vieillard de lire sans effort ce qui n'était, avec Netscape, que des pattes de mouche. Il faut dire que le Web, prévu pour fonctionner sur n'importe quel écran (et non mon 21 pouces) affectionne particulièrement les caractères minuscules.

Une autre fonction du logiciel Microsoft que je trouve très agréable est la mise en mémoire et l'affichage dans un menu, de tous les branchements des jours passés, chacun dans un dossier. Qu'il est plaisant de pouvoir retrouver instantanément un site intéressant qu'on a eu un mal fou à dénicher et qu'on n'a pas mémorisé, sans passer par une cascade de pages sans intérêt et, bien entendu, toujours bigrement longues à charger?

Un truc qui me plaît énormément: lorsque vous prenez un abonnement à Internet, votre distributeur vous attribue une boîte aux lettres, avec une adresse électronique et un mot de passe (pour la confidentialité). Ce pourrait être un merveilleux moyen de communication, pour peu qu'il soit largement utilisé et qu'il passe dans les murs. En effet, la transmission est très rapide (presque instantanée), donc le coût de communication est négligeable et ça rentre dans le prix de l'abonnement. Il n'y a pas plus économique.

Cela suppose tout de même de consulter sa boîte régulièrement. J'ouvre la mienne chaque jour et, à part quelques petits mots de bienvenue des copains internautes, au tout début, je n'y trouve jamais rien. Ce n'est pourtant pas faute de diffuser mon adresse (elle figure même sur l'en-tête de ce bulletin).

Or, on peut déposer dans une boîte n'importe quel fichier: texte, son, image, logiciel. C'est tout de même plus pratique que de se poster des disquettes (ou des cartouches). Bref, plus complet que le fax et aussi rapide, c'est un moyen de communication qui devrait avoir de l'avenir.

Une autre constatation: Internet ça n'est pas évident à faire marcher, surtout quand votre distributeur n'a jamais vu un Mac de près (c'est le cas chez Cybercom qui a une disquette d'installation toute faite pour PC mais rien pour le Mac).

J'ai pas mal galéré au début, malgré les conseils donnés par les revues spécialisées. Il y a des tableaux de bord à configurer et c'est assez technique. J'avais beau poser des questions à Cybercom, il était incapable de me donner des réponses claires. Bref il a fallu une bonne journée pour que ça marche.

Depuis, pas trop de problème. Mais Internet, comme tout ce qui est informatique, ça ne marche pas à tous les coups. Et ça ne dit jamais pourquoi. Il y a quelques plantages (ça reste dans les limites de l'acceptable) et, très souvent, des refus: impossible d'accéder à tel ou tel serveur (est-il en panne, encombré, débranché, changé d'adresse on ne saura jamais).

Ou encore, et de plus en plus souvent, les pages Web font appel à des techniques trop récentes pour être intégrées dans les softs habituels (passages audio, animations, affichages 3D etc...) Il faut faire appel à des Plugins à télécharger et installer, sinon rien.

Comme tout média nouveau et en pleine évolution, Internet est très loin d'être parfaitement normalisé.

Mais bon, si vous avez un peu d'argent à dépenser sans trop chercher un profit en retour, si vous avez l'esprit curieux et aimez butiner, un peu au hasard, dans les encyclopédies, si vous avez une patience d'ange et savez attendre plusieurs minutes, sans broncher, le chargement d'une image minuscule qui, finalement, s'avérera être sans intérêt, si vous acceptez d'avoir sur votre écran plus de pub que d'information, le web est fait pour vous. Pour le reste, le bon vieux Minitel reste souvent plus rapide et plus immédiatement utilisable.

Le Rédacteur

Retour au sommaire

À noter sur vos tablettes

La nouvelle adresse de Roland: 8, rue Joseph Salaün - 29000 QUIMPER - Téléphone 98 95 32 28

On espère que son exil finistérien ne nous privera tout de même pas trop de ses visites et de son rire sonore.

Retour au sommaire