Page 2, mise à jour le 16 août 2018 (voir le détail des mises-à-jour récentes en fin de page)
Retour à la page 1 des orgues commerciales

Table des matières
(pour revenir à cette table des matières, utilisez la flèche "retour" de votre navigateur)

- Les banques de sons gratuites (ou presque)
- Banques de sons pour Hauptwerk gratuit
  • Banques de sons gratuites
  • Banques de sons en partagiciel
  • Banques de sons commerciales
  • Banques de sons nécessitant quelques aménagements
- Mises à jour récentes (orgues gratuits et partagiciels)


Mes traductions
(pour les retrouver et télécharger facilement, au format pdf)


Les banques de sons gratuites (ou presque)

Un certain nombre de  banques de sons gratuites sont accessibles sur le site de Hauptwerk, par ce lien. (les orgues proposés défilent par pages de 6 instruments, en cliquant sur les petites flèches au bout de la rangée d'icônes). Certaines sont des démos limitées (soit dans le temps comme chez Pipeloops où elles doivent être relancées à intervalle régulier, soit dans le nombre de jeux); d'autres ne fonctionnent que avec une version licenciée de Hauptwerk. Il est préférable de se renseigner avant des les télécharger. Mais toutes sont librement téléchargeables.
Rappelons toutefois que la source la plus riche (et de loin) en banques de sons gratuites, et de qualité, reste encore le site de Sonus Paradisi qui propose sous ce lien une grande variété de démos, parfaitement fonctionnelles mais avec un nombre plus ou moins réduit de jeux, de ses banques de sons commerciales. Je les ai signalées dans la section de cette page consacrée à cet éditeur, mais ça ne fait pas de mal de le redire.
Dans la catégorie "gratuit ou presque" on peut aller faire un tour sur le site organ.monespace.net qui propose plusieurs banques de sons faites avec le logiciel Myco pour des prix allant de 12 à 20€, certaines étant même totalement gratuites. Il y a un peu de tout, du bon et du moins bon, mais chacun doit pouvoir y trouver son bonheur sans se ruiner.
Pour les aficionados du logiciel GrandOrgue, il y a un assez grand nombre de banques de sons gratuites et intéressantes sur le site ODFgrandorgue, dédié à cette application: une mine d'or, avec des instruments n'existant pas pour Hauptwerk, et non des moindres. On trouve sur ce même site des banques de sons de clavecins, harmonium, pianos, accordéons, percussions, cordes,etc. Mais les meilleures restent, de loin, celles proposées par Piotr Grabowski, qui sont les seules à bénéficier d'un échantillonnage complet. La version GrandOrgue petit orgue maltais de Balzan est également très bien faite.

- toujours chez Jeux d'orgues - Joseph Basquin

- Une belle banque de son gratuite et peu exigeante se trouve sur le site de Joseph Basquin. Sortie bien avant "Jeux d'Orgues 3", il s'agit de l'orgue alsacien Stiehr-Mockers de l'église protestante de Romanswiller, sous le nom de "Jeux d'orgues 2". Il comporte 21 jeux sur 2 claviers et un pédalier, dans le style néo-baroque. Cette banque de sons avait été faite, à l'origine (sous le nom de "Jeux d'orgues"), à partir d'une banque plus ancienne, au format SoundFont qui n'avait que quelques échantillons par jeu et qui était donc moins réaliste que les autres banques de sons faites pour Hauptwerk. Mais le travail avait été bien fait et cela ne se perçevait pas trop. L'éditeur, avec l'aide d'un passionné sud-africain, a ré-enregistré en 2000 une nouvelle version de cette banque de sons dite "jeux d'orgues 2", toujours aussi gratuite et téléchargeable sur le site de l'éditeur, pour Hauptwerk 3. Une étonnante re-découverte de l'instrument, parfaitement harmonisé, mis en stéréo et dans une agréable acoustique. Ça se charge à l'aise dans la version gratuite de Hauptwerk.



Je signale qu'il existe, par Markus Sigg,  deux versions de cette banque de sons (sous forme d'une application complète), l'une payante mais bon marché pour iPad, l'autre gratuite et limitée à 10 jeux, pour iPad, iPod, iPhone. Cela peut rendre service lors de vos déplacements et le résultat est tout à fait correct avec de bons haut-parleurs ou au casque (prévoir tout de même une bonne amplification car le volume de sortie est très faible).


Cette banque de sons peut également être utilisée sur une tablette Androïd, avec le logiciel Opus #1, dans lequel elle est intégrée sous 3 versions:
- une version gratuite de 9 jeux sur un seul clavier
- une version "Pro" payante de 15 jeux, pour 1clavier et pédalier
- une version "Ultimate" également payante, pour 2 claviers et pédalier


Et on en trouve aussi des versions pour GrandOrgue, ainsi que pour jOrgan: un autre logiciel du domaine public, assez évolué, écrit en java et qui fonctionne aussi bien sous Linux que sous Windows; au prix toutefois d'une installation complexe et plutôt réservée aux spécialistes.

Chez Sygsoft

- Disponible gratuitement au téléchargement sur le site de MDA (en page 4), le petit orgue de Oosterwijtwerd proposé par Sygsoft; à l'origine un orgue de salon construit en 1744 par le célèbre facteur d'Amsterdam Christian Müller, puis transformé en 1895 en orgue d'église. Il est particulièrement bien enregistré, avec des lâchers multiples, et 5 de ses 6 jeux sont d'origine mais leur accord a été perdu. C'est un instrument très doux, dans une minuscule église de campagne, avec des timbres qui évoquent déjà le romantisme. Comme les deux précédents, il dispose d'une version étendue dans laquelle a été ajoutée un bourdon de 16 pieds au pédalier (emprunté à un autre instrument). Offert gratuitement par l'éditeur en démonstration de son savoir-faire, il existe en versions 1 et 2 de Hauptwerk (1 sur demande uniquement) et peut donc être également utilisé avec les versions gratuite ou de base de Hauptwerk.



- À la demande de certains, qui auraient aimé disposer d'un petit instrument de continuo mariant l'orgue et le clavecin, Augustine's Virtual organs nous a rapidement arrangé un habile mariage de l'orgue de Oosterwijtwerd (gratuit) et du clavecin Miekte de Sonus Paradisi (partagiciel). Une fois ces deux instruments installés, il suffit de télécharger et mettre en place ce petit fichier et le tour est joué. Vous aurez alors un instrument mixte orgue/clavecin sur 2 claviers et pédalier, propre à tous les types d'accompagnements. Ainsi un soliste peut, par exemple, être accompagné par une basse continue composée d'un clavecin à la main droite et d'une viole de gambe d'orgue à la main gauche ou au pédalier. Ça ne passe pas dans la version gratuite de Hauptwerk.  Avec un Hauptwerk licencié et au moins 4 Go de RAM, c'est sans problème.



- Toujours chez Sygsoft, un très beau clavecin moderne, construit en 1981. Il existe trois version de la banque de sons: versions pour Hauptwerk 1 et pour Hauptwerk 2 (48 Hz), qui sont gratuites au téléchargement sur le site de l'éditeur et une version payante pour Hauptwerk 2 (96 Hz ce qui est unique en son genre, mais probablement peu perceptible, même pour une oreille très exercée). Bel instrument, très réaliste, avec des sonorités particulièrement riches et amples dans les graves. Un artifice de la version à 96 Hz permet l'utilisation d'un pédalier.



- Pour ses fidèles clients, Sygsoft s'est ingénié à compiler ses meilleures banques de sons: le Bätz de Zest, le Lohman de Heusden, le positif Pels & van Leeuwen, le Steendam d'Apeldoorn et l'orgue de Móstoles. Il est nécessaire pour pouvoir ouvrir cette compilation que les 3 premières de ces banques de sons soient installées (licence comprise). Cela donne un instrument à 4 claviers + pédalier, en surround à 4 voies qui ne peut être installé que dans 32 Go de mémoire au minum, si on se contente de l'ouvrir en 16 bits! sans commentaires. Les deux fichiers d'installation (qui en sont pas encore proposés sur le site de Sygsoft mais dont les liens de téléchargement peuvent être demandés à l'éditeur) pèsent plus de 6 Go. Je n'ai pas la possibilité de tester, mais il est intéressant de savoir que ça existe.



* * * * *


- L'orgue positif du facteur Ott (2003) est un joli petit instrument de 5 jeux sur un clavier et pédalier suspendu, de style baroque, dont les banques de sons aux formats Hauptwerk 1 et 2 sont librement téléchargeable chez Datzko ou sur le site de Hauptwerk. Elles sont très agréables et correctement réalisées. Il s'agit de banques de sons pratiquement sèches, qui conviennent bien à l'étude ou comme accompagnement dans une église. Je signale que cette banque de sons existe également chez Markus Sigg pour iPad, iPod, iPhone équipés d'une interface MIDI, sous forme d'un logiciel complet. J'ai testé et ça fonctionne très bien. Peut rendre service lors de déplacements.


* * * * *

- Chez Nick Appleton, la banque de son gratuite de l'orgue australien de Penrith (1877) est librement téléchargeable sur son site. Il s'agit d'un orgue de 15 jeux sur 2 claviers et pédalier, dans le style romantique anglais. La banque de sons est au format Hauptwerk 1 et peu gourmande en mémoire. Elle peut également être utilisée avec la version gratuite de Hauptwerk. Une version pour Hauptwerk 2 est sortie, qui améliore quelques points de détail et la présentation.



- Par le même éditeur et toujours aussi gratuite, la banque de sons d'un autre orgue australien, celui de St. Augustine's Neutral Bay, construit en 1929. Elle est au format Hauptwerk 3 et bénéficie des derniers perfectionnements du logiciel. A télécharger sur le site de l'auteur. Convient à la version gratuite de Hauptwerk

 

- La société Melotone Sound Production s'est ingéniée à modéliser un orgue de 28 jeux, sur 2 claviers et pédalier, à partir d'échantillons numérisés de plusieurs orgues distribuées gratuitement. La banque de sons proposée est au format 3 de Hauptwerk, en 16 bits et mono, avec une réverbération très courte. Dans l'ensemble, chaque jeu est moins intéressant que celui de l'orgue dont il a été extrait car il a fallu sacrifier bien des choses pour arriver à obtenir un ensemble correctement harmonisé, mais cet orgue, dit "Brut-Leuchten" tient tout de même pas la route et comme son encombrement en mémoire est faible c'est, avec l'orgue de Sainte-Anne-Moseley, le seul instruments complet pouvant être joué en principe, avec Hauptwerk 2 ou 3, avec seulement 1 Go de RAM; ce qui est tout de même appréciable et peut rendre service. De toutes façons, vu le prix...

 

- Par le même éditeur, l'orgue de l'église méthodiste de Prudhoe. C'est un petit instrument du début du XXè siècle, de 9 jeux sur 2 claviers et pédalier, avec de beaux jeux de fond, très doux, tremblants et expression aux deux claviers, accouplement et tirasse. Très peu encombrant en mémoire, vu sa petite taille et l'absence de lâchers multiples, il est très à l'aise dans la version gratuite de Hauptwerk.


- dans le même genre mais uniquement pour iPad, iPod, iPhone, l'orgue Strand de l'église suédoise de Kalvträsk, construit en 1839 à Burträsk et déplacé vers 1903. C'est également une application gratuite et elle fonctionne très bien. Sept jeux seulement (dont 3 divisés) avec pédalier accouplé de façon permanente et une belle acoustique réverbérante. Que demander de plus en voyage, sinon un clavier MIDI souple... (si, si ça existe pour moins de 100 €, mais je n'ai pas testé). Une version béta pour Hauptwerk se trouve sous ce lien.




* * * * *




Par Piotr Grabowski
- Gratuit également, l'orgue de la petite ville de l'orgue de Skrzatusz en Pologne, première banque de sons de cet éditeur. Et le moins que l'on puisse dire c'est que c'est prometteur. Construit probablement en 1696, cet instrument avait beaucoup souffert au cours ces siècles et a été refait entièrement par Wilhem Sauer (Frankfurt/Oder) en 1876. Il a été remonté par la même société en 2004/5. Cette banque de sons, enregistrée en 2012 pour Hauptwerk, avec beaucoup de soins comporte 20 jeux répartis sur 2 claviers et pédalier et une belle sonorité. Il serait dommage de passer à côté de cet orgue à mi chemin entre le baroque et le romantique, bel exemple de facture d'Europe centrale qui, déjà, évoque ce que va faire Cavaillé-Coll quelques années plus tard. Il a la particularité d'avoir une assez forte différence de puissance sonore entre les deux claviers (ce qui peut s'atténuer dans Hauptwerk Avancé, pour ceux qui n'aiment pas ce type d'harmonisation). Pour s'exprimer dans toute sa beauté il exige la version 4 de Hauptwerk, même gratuite, et 3,5 Mo (bien entendu, pour la version libre de Hauptwerk, il faudra limiter ses exigences. Par exemple on peut charger tout l'instrument en 14 bits avec une seule boucle par note). Il existe également une version pour GrandOrgue de cette banque de sons, qui ne diffère de celle pour Hauptwerk que par un affichage simplifié et un peu plus petit.



- Toujours gratuite (mais les dons sont les bienvenus) le même nous propose en avril 2014 l'orgue de Długa Kościelna (prononcez Diouga Kochielna)-, enregistré par lui en 2013 avec les mêmes soucis de perfection. Cet instrument de style néo romantique de 22 jeux (dont de nombreux jeux de fond) sur 2 claviers et un pédalier, a été construit en 2012 par la société Kamiński. La prise de sons est assez différente de ce qui se fait habituellement. Certains disent que les micros ont été placés assez loin de l'orgue, mais l'auteur conteste et dit que cet effet est surtout apporté par l'acoustique très riche de l'église; ce qui donne une grande présence à la réverbération. À l'écoute on a plus l'impression d'écouter un très bon  enregistrement de CD que d'être sur le banc de l'orgue.
Je pense, quant à moi que, vu le rendu exceptionnel des attaques et des petits bruits transitoires, les échantillons qui composent cette banque de sons ont été "débruités" au minimum, la rançon étant non seulement la préservation de tous ces bruits intéressants, mais également une certaine amplification de tous les échos. C'est l'éternel dilemme des auteurs de banques de sons: ou bien ils nettoient soigneusement leurs échantillons de façon à obtenir un son très propre mais un peu dénué d'âme, ou bien ils débruitent peu pour gagner en réalisme, au risque de se trouver submergés par des phénomènes qui auraient intérêt à rester plus discrets.
Pour régler définitivement la question, un participant du forum de Hauptwerk rappelle opportunément que ce logiciel permet de réduire plus ou moins, au chargement, la durée de réverbération d'une banque de sons, depuis une réduction légère jusqu'à l'obtention d'une banque de sons presque sèche. Il semblerait qu'un léger raccourcissement de la réverbération de cet orgue le rendrait plus conforme aux désirs de certains utilisateurs. J'ai essayé et m'en trouve bien; d'autant plus que le gain de place m'a permis de charger en 24 bits les attaques/sustain de tous les jeux de 8, 4 et 2 pieds. D'une façon générale j'estime surtout que cette banque de sons gagne énormément à ne pas être écoutée trop fort: baissez un peu le son et je vous promet que vous allez être séduit.
Elle est téléchargeable sous forme de deux fichiers respectivement de 2,69 (version de base) et 3,8 Go (les attaques et sustains multiples). Encore plus exigeante en mémoire que la précédente (du fait de très nombreuses boucles et lâchers, dans une acoustique plus généreuse) elle tient à l'aise, en 16 bits sur un ordinateur équipé de 8 Go de RAM et en 24 bits s'il a 16 Go (du moins sous Windows, car sous MacOS qui est un système plus exigeant j'ai dû renoncer à charger les attaques/sustains multiples pour les jeux autres que les fonds et je n'ai chargé les bruits qu'en 16 bits). Pour ceux n'ayant pas les moyens de s'offrir une licence Hauptwerk, et même si c'est un peu faire offense à cette magnifique banque de sons, je signale que le fichier de base (celui sans les attaques multiples) est utilisable avec la version gratuite de Hauptwerk avec les restictions suivantes: tous les jeux en 14 bits, une seule boucle, un seul lâcher et les jeux du pédalier en mono (ce qui n'est pas bien grave, les basses étant peu directives). Comme quoi la souplesse de Hauptwerk est étonnante.

Une version pour GrandOrgue est également proposée, indentique à la version Hauptwerk mais avec un affichage simplifié et un peu plus petit.



- Dans la foulée, le même éditeur nous propose l'orgue de l'auditorium "Melcer"  du conservatoire Frédéric Chopin à Varsovie. Construit en 1973 par la société allemande Walcker, cet instrument de 15 jeux (auxquels ont été rajoutés 3 jeux d'anche empruntés à un autre orgue) sur deux claviers et pédalier. Il est, lui aussi, gratuit (les dons sont acceptés) et aussi difficile à télécharger que les deux précédents (du fait d'un serveur peu puissant). Il faut s'armer de beaucoup de patience et relancer le téléchargement à chaque (très nombreuses) fois que la connexion au réseau est perdue. Il est utilisable avec toutes ses boucles et lâchers dans la version gratuite de Hauptwerk.
Un agréable petit instrument, avec des jeux très "chantant", en particulier ceux du positif qui sont, par ailleurs, placés dans une boîte d'expression et il a un tremblant entièrement numérisé (ce n'est pas la simulation de tremblant qui aurait été re-calculé par Hauptwerk). Placé non pas dans une église, mais dans un petit auditorium à l'acoustique assez sèche, il ne possède pratiquement pas de réverbération: redoutable pour l'étude mais, je pense, particulièrement indiqué pour une petite église (j'ai eu l'occasion récemment de l'entendre lors d'un mariage, dans une grande église et avec une bonne sono: l'illusion d'un instrument à tuyaux était parfaite). Rien n'empêche d'ailleurs d'y ajouter un peu de réverbération artificielle pour le rendre plus chatoyant (sur Mac j'utilise le logiciel Audio Hijack Pro et le plugin AUMatrixReverb fourni par Apple, qui remplissent parfaitement cet effet et sont relativement faciles à configurer).

Une version pour GrandOrgue est également proposée, avec un affichage plus simple et plus petit mais avec les mêmes caractéristiques que celles de la version Hauptwerk.



Ces deux remarquables banques de sons font partie du travail effectué par l'auteur pour sa thèse de fin d'études.

- En septembre 2015, Piotr Grabowski nous offre, gratuitement, une nouvelle banque de sons particulièrement belle. Il s'agit de l'orgue de l'église Saint-Jean Cantius de Cracovie. Ce bel instrument moderne, de 40 jeux sur 3 claviers et pédalier, construit en 2004 par le facteur Jacek Siedlar, est un orgue symphonique dans le style français. C'est probablement la plus grosse banque de sons gratuite proposée pour Hauptwerk. Très riche en jeux de fonds (pas moins de 14 jeux de 8 pieds!) elle devrait ravir tous les inconditionnels de la musique fin XIXè - début XXè mais sait aussi s'adapter à un très large répertoire. L'acoustique assez médiocre de l'église a posé des problèmes de mise au point de cette banque de sons, qui en ont retardé la sortie d'environ deux mois, mais Piotr Grabowski s'en est remarquablement bien tiré et, dans son état final, la très longue réverbération s'avère homogène et plutôt agréable. Une démo d'extraits d'œuvres se trouve sur le site. Bien entendu, cette banque de sons comporte tous les perfectionnements offerts à présent par Hauptwerk (sauf la présentation sur 2 écrans, mais l'affichage est très clair). Il lui faut pas moins de 11,6 Go pour être entièrement chargée en 24 bits et 5,4 Go en 16 bits; ce qui exclu formellement son utilisation avec la version gratuite de Hauptwerk. Son téléchargement, sur un serveur peu puissant, est difficile voire impossible à partir d'un navigateur classique. Piotr conseille l'utilisation d'applications dédiées qui sont les seules à accepter sans broncher les déconnexions et la reprise du chargement à l'endroit où il s'est interrompu, tout en vérifiant l'intégrité du fichier (iGetter est parfait pour ce genre de choses). Attention: contrairement à ce qui est écrit sur le site web de Piotr Grabowski, cette banque de sons n'est utilisable que pour des versions de Hauptwerk 4.2 ou supérieures (ce qui exclu les 4.0 et 4.1). Pour ceux qui ont différé les mises à jour, il faudra y penser.

Une version pour Grand-Orgue a suivi celle pour Hauptwerk. Les deux sont identiques à l'exception de l'affichage, plus simple et et plus petit sur GrandOrgue, à cause des limitations graphiques du logiciel. Mais les échantillons (et la taille de la banque de sons) sont les mêmes pour les deux versions et les résultats pratiquement indentiques, si ce n'est (au moins sur un mac) une certaine latence qui est probablement réglable, mais par un moyen que je n'ai pu trouver à ce jour. Je rencontre d'ailleurs ce même problème de latence sur mon mac avec les autres banques pour GrandOrgue. Quoi qu'il en soit les version GrandOrgue des banques de sons de Piotr Grabowski dépassent largement en qualité toutes les autres faites pour ce logiciel et peuvent constituer une alternative intéressante pour ceux qui n'ont pas les moyens de s'offrir une licence Hauptwerk mais souhaitent tout de même utiliser des instruments de belle taille et bien faits.



- début octobre 2015, Piotr Grabowki à sorti de ses archives, après l'avoir entièrement reprise retravaillée, et une ancienne banque de 2006, qu'il n'avait jamais publiée: l'orgue de Saint-Clément de Lędziny (prononcez Laindziné). Ce petit instrument romantique, construit en 1888 par Carl Volkmann et soigneusement restauré en 1999-2000, ne comporte que 11 jeux sur 1 clavier/pédalier, avec traction mécanique, mais il est loin d'être négligeable. Piotr Grabowski regrette que ce soit un enregistrement un peu ancien, fait avec des moyens techniques de prise de  sons moins avancés que ceux dont il dispose à présent et sans lâchers multiples. Le temps de réverbération de l'église étant assez court, cette absence de lâchers multiples est finalement sans grande  importance. Même si l'éditeur estime que le réalisme est moins parfait que sur ses autres banques de sons, le travail effectué par lui n'en est pas moins remarquable et cet orgue, qui sonne bien et est agréable à entendre, vaut largement de figurer dans la collection de tout musicien un peu curieux; d'autant plus qu'à l'instar des autres banques de sons du même éditeur, elle est totalement gratuite et acceptée sans problème par la version "free" de Hauptwerk. On trouve aussi sur le site une version pour GrandOrgue.



- début février 2016 c'est au tour de l'orgue de Szczecinek (quelque chose comme Chétsinèk) d'être présenté. C'est un splendide instrument de 35 jeux, sur 2 claviers et pédalier construit par le facteur allemand Voekner (Bromberg) en 1908; à l'époque la Poméranie où se trouve Szczecinek était allemande (la Pologne, partagée entre la Prusse, l'Autriche et la Russie n'a retrouvée son indépendance qu'en 1918). Soigneusement restauré en 2015 par la société Zdzislaw Mollin, qui a remplacé des tuyaux endommagés, refait la soufflerie, déplacé la console sur le côté de la tribune et ajouté un tremblant, cet orgue à traction entièrement pneumatique est un exemple parfait de l'orgue romantique allemand (à comparer avec l'orgue de Komárom chez Augustine, dont l'esthétique est très proche), avec un magnifique ensemble de fonds puissants (pas moins de huit jeux de 16 pieds et de 15 jeux de 8 pieds!). L'acoustique de l'église, beaucoup mieux maîtrisée que pour les précédentes banques de sons de Piotr Grabowski, s'avère très agréable. L'éditeur nous le livre avec un grand souci d'authenticité, mais a toutefois pour Hauptwerk augmenté l'étendue des claviers (qui passent du do5 au sol5) et du pédalier (qui passe du do3 au fa3) par extension des jeux existants. On trouve également un crescendo (qui n'est pas coupé par le bouton d'annulation générale, ce qui est assez astucieux), une pédale de piano automatique, un système d'appel d'anches, 4 combinaisons fixes et 2 combinaisons programmables pour lesquelles chaque jeu peut être entré ou quitté individuellement au moyen de petits boutons placés au dessus des dominos, plus les tirasses et accouplement usuels. Comme pour les autres banques de sons de cet éditeur, deux versions sont proposées: pour Hauptwerk et pour GrandOrgue, très semblables en qualité (la version GrandOrgue ne comporte toutefois ni combinaisons préparée, ni pédale de piano, ni crescendo, ni appel d'anches et l'affichage de la console a été volontairement réduit de 70% afin de s'adapter à tous les écrans). Une bien belle réalisation.



- Fin octobre 2016, Piotr Grabowsky nous offre une nouvelle banque de sons, tout aussi gratuite que les précédentes, celle de l'église Saint-Augustin de Lipiny. Cet instrument a été construit dans la ville silésienne de Świętochłowice (actuellement ratachée Lipiny) , en 1898 par Adolf Volkmann qui exerçait à Gleiwitz (actuellement Gliwice) et qui est également l'auteur de l'orgue de Saint-Clément de Lędziny (déjà numérisé par Piotr Grabowski avec lequel il a de grandes parentés). L'instrument a été restauré en 2006 - 2008 par Mieczysław Klonowski, de Katowice. Il est à traction mécanique et ne comporte pas de boîte expressive. La tirasse ne concerne que le clavier de Grand-Orgue. Pour autoriser un plus vaste répertoire, l'étendue de claviers a été portée du Ré5 au Fa5; celle du pédalier du Do3 au  Fa3. L'orgue, de style romantique allemand, dispose de 25 jeux sur 2 claviers et pédalier. On y trouve un ensemble de fonds puissants et bien étagés, mais peu de petits jeux (le positif n'a même que des 8 et 4 pieds, alors que le pédalier n'a pas moins de quatre 16 pieds). La banque de sons est de taille relativement modeste puisqu'elle peut être ouverte sans encombre en 24 bits dans 6,4 Go de mémoire et en 16 bits dans 3,3 Go. Elle est destinée à Hauptwerk, version 4 ou supérieure, mais il existe également une version pour GrandOrgue.

 

- début juin 2017 et après nous avoir longtemps fait attendre, Piotr Grabowski nous fait la surprise d'un petit orgue-coffre construit en 2008 par Stanisław Pielczyk, sous le nom de Green Positiv . Au départ seulement 3 jeux sur un unique clavier (sans pédalier: bourdon de 8', boudon de 4' et principal de 2'. Piotr y a ajouté, par emprunt à ces jeux, un principal de 4' et une quinte de 1 1/3.
C'est propre, sec et fort comme un verre de vodka polonaise, mais c'est la banque de sons idéale pour servir de continuo à un petit ensemble dans une église. Pas de rlâchements multiples bien entendu, mais 5 niveaux d'attaques, pour ceux qui utilisent un clavier sensible à la vélocité. Peu encombrante, cette banque de sons gratuite tient à l'aise dans la version free de Hauptwerk.



- Pour le 1er octobre 2017 nous avons droit à un bel orgue suisse, celui de Giubiasco, Tessin non loin de Belinzona. Ce bel instrument de 22 jeux, sur 2 claviers + P de style baroque a été construit en 2008 par la société Mascioni.  Il y a tout ce qu'il faut pour être heureux, y compris quelques jeux d'anches dont un étonnant Violoncello 8' au positif qui s'avère être une trompette assez douce. C'est très clair, brillant même, propre, bien présenté et l'acoustique est fort agréable. L'encombrement en mémoire n'est pas excessif (7,2 Go en 24 bits et seulement 3,6 Go en 16 bits) Et comme toujours chez Pïotr Grabowski il s'agit d'une banque de sons gratuite (même si les dons sont bienvenus). Une version pour Grand-Orgue devrait suivre dans les prochains jours; ce qui va agréablement étoffer le maigre catalogue des bonnes banques de sons prévues pour ce logiciel.

 

- Début novembre 2017 Piotr nous gratifie d'un nouvel orgue, également du facteur Mascioni, mais un peu plus récent que celui de Giubisaco puisqu'il a été construit en 2016: l'orgue d'Azzio. Les deux instruments ne sont séparés que par une cinquantaine de kilomètres mais si le premier est en Suisse, le second est en Italie, dans la province de Varese, là même où Mascioni a commencé son activité. Là s'arrêtent les ressemblances car si l'orgue de Giubiasco est d'esthétique relativement contemporaine, celui d'Azzio est une reconstitution très fidèle d'orgue italien du XVIIè siècle, avec son étagement pyramidal de jeux et un ripieno très caractéristique des instruments baroques de ce pays. Il vise donc essentiellement la musique ancienne et tout particulièrement celle de J.S. Bach. C'est aussi un instrument plus modeste que celui de Giubiasco puisqu'il n'a que 11 jeux (sur 2 claviers + pédalier, toutefois avec une soubasse et un trombone 16'), avec la particularité d'un jeu de sesquialtera qui peut être décomposé: au choix la quinte seule ou la mixture à 2 rangs complète. Sous Hauptwerk on a obtient la quinte en plaçant la tiretteau milieu et le jeu complet en l'engagenat complètement. Le tremblant concerne l'ensemble de l'instrument mais pour la banque de sons, celui du pédalier n'a pas été enregistré. Accouplement et tirasses pour les deux claviers..
La pression d'air, particulièrement basse (45 mm) et l'harmonisation qui respecte les critères de XVIIè donnent à cet instrument une coloration tout à fait particulière et chantante, très riche en harmoniques. Les jeux de fond sont magnifiques, doux et très présents. Les petits jeux sont vifs et brillants. Le facteur a respecté les dispositions de l'époque avec des claviers allant du Do1 au Ré5 seulement et un pédalier de 27 notes. Tant aux claviers qu'au pédalier le Do#1 est muet. Piotr a scrupuleusement respecté cela dans sa banque de sons. Les puristes vont adorer, les autres vont râler. L'encombrement en mémoire est assez faible, un chargement complet en 20 bits étant même possible sur une petite configuration. La réalisation en stéréo est sans défaut et, comme pour les précédentes, cette banque de sons est gratuite (les dons étant toutefois bienvenus).
Une extension gratuite a été ajoutée par un certain Christoph Schmitz en rajoutant le do# grave et en étendant le clavier a 56 notes et le pédalier a 30 notes.; pour les inconsolables à qui ces choses paraissent être absolument indispensables. Le lien de téléchargement est envoyé par son auteur après inscription sur son site.
La version pour GrandOrgue annoncée, puis laissée en attente, a finalement vu le jour.



- Arrivé juste à temps pour le reveillon, c'est un instrument de belle taille que nous offre Piotr Grabowski qui cette fois frappe très fort. L'orgue de Friesach (Autriche, Carinthie) a été construit en 2000 par le facteur Einsebarh (Passau). Deux claviers à l'origine; un troisième clavier de Solo lui a rapidement été ajouté, dans le but de lui donner un style plus français. Ce qui nous fait un instrument de 44 jeux sur 3 claviers + pédalier, qui risque de faire un peu de concurence à celui de Waldkirchen dont il est presque le jumeau (à l'exception de l'orgue de choeur ajouté à Waldkirchen).
Dans cette église de vastes dimensions il fallait un instrument puissant. C'est à la base un orgue reposant sur le 16 pieds aux claviers et sur le 32 pieds au pédalier, de style symphonique, très français, avec une grande variété de jeux de fonds mais auquel l'ajout de petits jeux et mixtures baroques et de beaux jeux d'anche (y compris une trompette en chamade) offre des possibilités très grandes. Il a la particularité d'avoir la totalité de son schwellwerk (récit de 17 jeux) entièrement expressif.  Tremblant au positif et au solo. Très adapté au répertoire français, de Franck à Messiaen, en passant par Vierne, il se se montre également fort à l'aise dans Buxtehude ou Bach.
Piotr s'est surpassé. Il maîtrise parfaitement à présent l'art de faire des banques de sons (il nous l'a prouvé avec les deux précédentes de Giubiasco et Azzio) et sa prise de son est impeccable. La présentation est claire, avec des jambages gauche et droit pour ceux qui ont la possibilité de les afficher. On y trouve tous les accouplements et tirasses nécessaires et une pédale d'expression pour le récit. La disposition est conforme à celle de l'instrument original mais Piotr y a ajouté au pédalier un Posaune de 32' emprunté au Posaune de 16'.
La banque de sons peut être entièrement chargée, en 24 bits, sur un ordinateur équipé de 16 Go de mémoire (ce qui nous change agréablement de certains monstres qui ne sont pas pour le commun des mortels), mais est pour ainsi dire inexploitable avec 8 Go de mémoire, même en 14 bits. Elle est acceptée par toutes les versions de Hauptwerk à partir de la version 4 et n'est pas cryptée. Enfin, elle est gratuite! (ce qui n'empèche pas de faire un don à Piotr, qui le mérite largement). Que demander de plus?
C'est une banque de sons magnifique et d'ailleurs - ce qui ne trompe pas - quelques heures après sa parution les premières démos arrivaient déjà sur contrebombarde.

 

- Piotr Grabowski a encore frappé en nous proposant ce 4 avril un délicieux petit néo baroque hollandais. Construit en 1965 par le facteur Vermeulen, d'Alkmaar pour l'église néerlandaise d'Almelo, il a été transporté en 2010 dans l'église Sts Simon et Jude apôtres, à Raszczyce en Silésie (Pologne) et remonté à l'identique, sans ré-harmonisation, sinon que le positif de dos a été placé un peu plus près du buffet principal que dans l'église d'Almelo.
La composition est très classique: 9 jeux au GO (dont une trompette), 7 au positif (dont un beau cromorne), 5 au pédalier (dont un basson de 16'); soit 21 jeux. Une certaine variété de mixtures permet une intéressante montée en puissance. Cet instrument très Allemagne du Nord convient parfaitement à la musique allant de Buxtehude à Mendelssohn.
La réalisation, particulièrement soignée, est à la hauteur de celles des précédentes banques de sons proposées par Piotr (Azzio, Giubiasco et Friesach) et comme ces dernières elle est gratuite. Les timbres sont très bien restitués. La traction mécanique pourra sembler à certains un peu trop présente. On notera l'inversion de l'accouplement des claviers (II/I) qui facilite le jeu sur l'orgue réel mais n'apporte rien de particulier sous Hauptwerk.
Un sympathique petit instrument gratuit à côté duquel il est difficile de ne pas s'arrêter. Il est utilisable en 24 bits dans 8 Go de RAM et en 16 bits dans 4 Go de RAM (donc accepté par la version de Base de Hauptwerk). Hauptwerk 4.0 au minimum. Une version pour GrandOrgue existe également.



- Mi-juin 2018,Piotr Graboski a encore frappé avec l'orgue de Strassburg, Autriche. Ce beau petit baroque a été construit en 1743 par Johann Cyriacus Waerner (Graz, Autriche). Son buffet  en 3 parties est dû à J.F. Fromiller (1748). Le buffet de gauche renferme les tuyaux de grand-orgue et la console, celui de droite ceux du pédalier. Le positif est entre les deux. Tous les tuyaux sont d'époque et à part une restauration de 1969 où la console et les claviers ont été refaits, cet instrument est resté dans son état d'origine. Dans le style baroque d'Allemagne du sud il comporte 9 jeux au G.O. 5 au positif et 5 au pédalier, auquel Piotr a ajouté un Posaun de 16' en extension, emprunté à la trompette de Friesach. L'étendue originale va de Do1 à Do3 (pédalier) ou Do5 (claviers) mais une extension la porte jusqu'au Fa. Tout cela sonne magnifiquement, dans une riche acoustique et cette banque de sons, comme les précédentes est remarquablement faite... et tout aussi gratuite. Elle est proposée pour Hauptwerk (à partir de la version 4.0) et pour Grandorgue, avec deux affichages différents en fonction de la taille de l'écran. Chargée en entier la banque de sons occupe 7,6 Go de RAm en 24 bits; en 16 bits elle est utilisable avec la version de Base de Haupwerk. À la rigueur elle peut être chargée dans la version d'évaluation gratuite de Hauptwerk, en 14 bits, avec toutes les boucles mais sans les attaques ou lâchers multiples; et ça reste très correct.



* * * * *


- La société Virtual-Organs avait autrefois numérisé l'orgue hollandais Walcker de Wildervank pour le logiciel gratuit GrandOrgue et en avait mis en ligne une version pour Hauptwerk, reprise actuellement sous ce lien (en hollandais). Il s'agit d'un petit instrument néo-romantique de 29 jeux, sur 2 claviers et pédalier, construit en 1913 par le facteur allemand Walker. Vous n'y trouverez pas tous les raffinements propres à Hauptwerk (pas de multi-lâchers, en particulier, ni de bruits de mécanique ou de soufflerie) et la présentation reste assez spartiate. Mais il sonne agréablement et dans la mesure où il est gratuit, l'orgue de méritait d'être essayé; d'autant plus qu'il est très à l'aise dans la version libre de Hauptwerk.

Le site néerlandais Virtual Pipes avait annoncé un nouvel enregistrement de cette banque de sons, pour Hauptwerk 4, avec tout ce qui manquait: nombreuses boucles, lâchers multiples, surround, crescendo, un nouveau positif (portant les jeux à 33), prise en compte des vents, écrans multiples. Le 25 août 2015 Augustine (voir plus haut), après s'être un peu accroché avec Virtual Pipes, a annoncé que la société Virtual Organs NL ayant cessé son activité et la banque de sons originale étant donc tombé dans le domaine public, il l'avait reprise à son compte après l'avoir un peu dépoussiérée avec beaucoup d'habileté, en lui ajoutant les lâchers multiples et autres améliorations qui manquaient, et un peu plus de réverbération, puis l'avait placée sur son propre serveur. Une version 2 corrigeant la justesse de quelques notes et améliorant la pédale d'expression a été publiée dans la foulée par Augustine, le 1er septembre 2015. Vous la trouverez donc en téléchargement sous ce lien. Les deux banques de sons (l'ancienne et la nouvelle) ayant des ID différentes peuvent parfaitement cohabiter sur votre disque dur. Cette nouvelle banque de sons est toutefois devenue trop grosse pour passer dans la version gratuite de Hauptwerk, sauf à consentir à quelques sacrifices (par exemple 14 bits, les jeux de 16 et 32' en mono et quelques boucles ou lâchers en moins). Elle est en 16 bits uniquement et probablement avec beaucoup d'emprunts, l'échantillonnage d'origine ne devant pas être complet; mais Augustine a travaillé avec habileté et cet orgue tient bien la route.
La version de Virtual Pipes étant toutefois à présent disponible (mas pas gratuite du tout), une intéressante comparaison est devenue possible. Voir en première page.

 



- Des mêmes auteurs que le premier Wildervank et au même emplacement la banque de sons de l'orgue de Pekela (1865) par Van Oeckelen, également gratuite (site en néerlandais). C'est à présent un bel instrument romantique au format Hauptwerk 4, également dérivé d'une version pour GrandOrgue et avec les mêmes limitations et la même gratuité. Cette banque de sons, très légère est uniquement en 16 bits et ne comporte aucun lâchers multiples. Elle est toutefois agréable et le fait qu'elle puisse se charger entièrement dans la version gratuite de Hauptwek la rend intéressante. Il n'en est pas moins vrai que la comparaison avec des banques de sons de même style mais plus récentes et exploitant toutes les possibilités de Hauptwerk est un peu cruelle. Un nouvel enregistrement de ce bel instrument serait souhaitable. Téléchargement sous ce lien.


 

- Enfin toujours par les mêmes, également gratuite, dans une présentation plus basique mais pour Hauptwerk 4 et avec les mêmes limitations (16 bits, pas de lâchers multiples), se trouve la banque de sons de l'orgue de Veendam, d'un style plus contemporain. Cette banque de sons est également très à l'aise dans la version gratuite de Hauptwerk mais mériterait également d'être ré-enregistré. On ne trouve plus aucun lien de téléchargement, hélas et c'est pourquoi j'ai placé le fichier sur mon cloud personnel.

 

* * * * *

Chez Lavender-Audio:
En partagiciel, deux banques de sons d'orgues de paroisses anglaises du Suffolk, toutes deux téléchargeables sur le le site de l'éditeur pour les versions 2 et suivantes de Hauptwerk). Ces banques de sons sont en 16 bits mais bien réalisées et de qualité:

- L'orgue de Little Waldingfield (1809), déjà très romantique (and so british!). 20 jeux sur deux claviers et pédalier. Un peu déroutant au début à cause de jeux coupés ou partagés qui obligent à bien connaître l'instrument pour en tirer pleinement partie.




- L'orgue de Groton (1888). Petit instrument sans prétention de 8 jeux, sur deux claviers et pédalier, comme en trouve dans les campagnes anglaises, avec des timbres gambés qui évoquent ceux de l'harmonium.

 

L'éditeur propose une compilation de ces deux instruments (sur commande uniquement) formant une banque de sons plus complète et donnant accès à un répertoire moins spécialisé. Un utilisateur de Hauptwerk a également mis en téléchargement un fichier de définition d'orgues créant un instrument composite à partir de ces deux orgues et de celui de Sainte-Anne, Moseley.

* * * * *


- Virtual Pipes NL nous a proposé pour le 1er mai 2016 le petit orgue de la Blasiuskerk de Beckum. Construit en 1887 par Gradussen et restauré en 1981 par Kaat & Tijuuis, ce modeste instrument de 7 jeux à traction mécanique (dont un cornet limité à la partie supérieure du clavier), sur 1 clavier et un pédalier accouplé en permanence, est l'archétype des orgues de paroisses hollandaises, faits pour accompagner les chants des fidèles et jouer des psaumes. Il nous offre donc des jeux de fond sonores (dont trois de 8 pieds) et un cornet très chantant, mais pas de 16 pieds. L'acoustique de l'église est assez sèches (2,6 secondes maximum) de réverbération. Il est impératif d'utiliser le tempérament original de l'instrument, sinon le cornet sonnera étrangement et terriblement  faux (dans Hauptwerk, le menu Pitch).
La réalisation de la banque de sons (en stéréo uniquement) est soignée et conforme aux exigences actuelles de Hauptwerk (8 boucles et 2 lâchers par échantillon). Piotr Grabowski aurait donné un coup de main à sa réalisation. Bien que cryptée, elle a l'avantage d'être acceptée sans problème par la version gratuite de Hauptwerk à partir de 4.1. Elle est distribuée gratuitement, après envoi du lien de téléchargement par email (comptez 48 heures pour l'obtenir). Une contribution financière est souhaitée, mais non obligatoire.

 

* * * * *


- Jean-Paul Verpeaux, avec le concours de l'organiste Eric Dalest, a mis en téléchargement gratuit sous ce lien une banque de sons nommée "Monaster" (appelée au départ "Ottobeuren" mais rien à voir avec l'orgue historique du même nom). Cette banque de sons a été créée en démonstration d'un nouveau logiciel appelé "Basilica" qui permet (sous Windows uniquement) de fabriquer ses propres banques de sons, sans connaissance spéciales de programmation, en puisant dans une petite centaine de jeux fournis avec le programme. Ce logiciel (Windows uniquement) peut être utilisé gratuitement pour composer une banque de sons allant jusqu'à 12 jeux, plus tous les accouplements, tirasses, tremblants etc.. nécessaires; un enregistrement payant autorisant le dépassement de cette limite.
La banque de sons Monaster a été conçue de façon à tenir dans la version gratuite de Hauptwerk. Il s'agit d'un gros instrument "à tout faire" de 66 jeux répartis sur 5 claviers (!) et pédalier. Dans ces conditions, ne vous attendez pas à monts et merveilles, les timbres sont un peu anonymes et la présentation, bien que complète, reste assez spartiate. Le résultat est toutefois plaisant à entendre, dans une belle acoustique. De quoi se faire une petit plaisir chez soi sans bourse délier.


 
* * * * *


- Par Augustine's Virtual Organs déjà cité ci-dessus et proposé gratuitement pour Noël 2013 (il est resté gratuit depuis):
- un harmonium hollandais, de facteur inconnu, arrivé dans la petite paroisse protestante hongroise de Kézdimártonfalva, en don d'une paroisse hollandaise pour remplacer un petit orgue détruit pendant la guerre. Ce petit instrument, très touchant, n'a qu'un seul clavier mais qui est divisé: 6 jeux aigus et 6 jeux de basse. Lui aussi est également proposé en version étendue, sur 2 claviers divisés et pédalier. En version de base, 16 bits, il peut être utilisé sans problème avec la version gratuite de Hauptwerk. Mais la version étendue est très gourmande en mémoire, surtout en 24 bits.



- Pour Noël 2014, Augustine nous offre en cadeau une nouvelle banque de sons, totalement gratuite. Il s'agit d'une compilation de deux petits instruments de villages hongrois: un orgue de la province de Transdanubia construit par Janos Sachs au milieu du XIXème siècle et actuellement en très mauvais état (7 jeux qui sont utilisés pour le clavier de Grand-orgue) et un orgue de Transylvanie, de la même époque, construit par Istvan Kolinics (6 jeux qui sont utilisés au Positif et 2 jeux au pédalier). Bien enregistrée, avec boucles et lâchers multiples, cette modeste banque de sons est très agréable à jouer et à entendre. Elle est un peu trop grosse pour être acceptée en 16 bits dans la version d'évaluation gratuite de Hauptwerk, mais passe par exemple en 14 bits avec une seule boucle par tuyau. La présentation, un peu spartiate, aurait gagné à être un peu plus soignée mais, vu le prix...




- Pour Noël 2015 nous avons eu en cadeau un carillon dérivé des 2 cloches de l'église de Komárom: 2 jeux sur 2 claviers de 61 notes! C'est en fait plus un glockenspiel qu'un carillon. Amusant mais ça ne pisse pas loin, c'est terriblement faux, mais ça peut amuser les enfants le soir de Noël ou servir pour sonoriser une petit film de famille.

 

- Pas tout à fait gratuit puisqu'il s'agit d'un partagiciel (téléchargement libre, mais une participation - 40€ conseillés - est demandée si la banque de sons vous convient après 15 jours d'essai; et j'estime qu'elle le vaut bien), l'orgue de l'église luthérienne de Buda est proposé par Augustine depuis le mois d'octobre 2014. C'est un instrument de taille moyenne (17 jeux sur 2 claviers et pédalier) dans un style du XVIIIème légèrement inspiré d'instruments français, construit en 2002 par Miklós Gálo (facteur chez Pécs). Une certaine gravité, toute luthérienne, fait que cet orgue convient non seulement à la musique française mais est également parfait pour jouer Bach. La réverbération de cette petite église n'est pas très longue (2,5 secondes environ) mais agréable.
Un instrument qui sonne bien, très équilibré, avec des basses puissantes, de beaux jeux d'anches et des mixtures brillantes. Il a été enregistré en surround et l'éditeur conseille de charger les canaux arrières pour ceux qui ont assez de mémoire, même s'ils ne disposent pas de l'équipement audio nécessaire. Une version de Hauptwerk 4 ou supérieure est nécessaire. Il peut être ouvert par la version gratuite de Hauptwerk, en 14 bits, à condition de désactiver les vois arrières (rear). Le téléchargement passant, comme pour les autres banques de sons de cet éditeur, par le serveur de Mega tous les navigateurs ne conviennent pas (un FireFox ou un Chrome récent sont conseillés)


• Augustine a réalisé une autre ravissante banque de sons, celle de l'orgue du Temple des Eaux-Vives à Genève, qui lui a donné bien du fil à retordre car l'église donne sur une des rues les plus bruyantes de cette ville, ailleurs plus paisible et que la prise de sons n'a pu être faite par lui-même. Mais son travail d'horloger suisse est remarquable et sa banque de sons s'avère être particulièrement fidèle à l'original.
Il s’agit d’un instrument néo-baroque allemand de 26 jeux (13 au G.O. 8 au Positif avec tremblant et 5 au pédalier), construit par le facteur Gerhard Grenzing en 2002, avec de belles flûtes, des mixtures sonores, des jeux d’anches bien affirmés et un splendide cornet. Les tremblants du positif, intégralement enregistrés, sont parfaitement restitués. Une particularité de l’instrument est d’avoir, à la mode espagnole, le clavier du positif pouvant être coupé avec choix de l’emplacement de la coupure entre Do et Do#. Cette disposition a été scrupuleusement respectée par Augustine.
La traction mécanique est précise, les attaques bien franches, la soufflerie discrète. Pour ces raisons, cet orgue bien entretenu a été choisi par le Conservatoire de Genève pour y faire passer ses examens et on y donne de nombreux concerts. La très petite taille et les matériaux de l’église limitant la réverbération naturelle, cette banque de sons relativement sèche correspond parfaitement à ce qu’on entend de l’instrument réel. La banque de sons est proposée dans deux versions: une version stéréo-mix conforme à l'instrument original et pour ceux qui ont assez de mémoire, une version surround à 4 canaux, avec réglages distincts du dosage des positions avant et arrière. Cette version surround peut être ouverte entièrement en 20 bits sur un ordinateur équipé de 16 Go de RAM (mais d'autres configurations sont possibles, par exemple les voies avant en 24 bits et les voies arrières en 16), Un fichier du tempérament original (fait par moi) est proposé. Des démos très intéressantes se trouvent sur le site de contrebombarde.
Le facteur ayant conditionné son autorisation de numériser l'instrument à l'exigence qu'aucun profit commercial n'en soit tiré, la banque de sons est proposée par une association suisse sans but lucratif (AOEV) crée spécialement à cette intention. Il s'agit d'un partagiciel (shareware), les dons volontaires n'étant destinés qu'à couvrir les frais de réalisation et la maintenance de l'orgue. Je vous engage à jouer le jeu: cet orgue le mérite... et Augustine également.
Plus de précisions sur la page de l'Association de l'Orgue Virtuel des Eaux-Vives dont je suis le porte-parole.
 


- Le 24 juin 2017 l'équipe de l'AOEV et Augustine vous offrent le petit orgue néo-baroque de Luins (canton de Vaud - Suisse), grâce à l'aide financière précieuse de nos donateurs, que nous remercions sincèrement. Ce modeste instrument de 12 jeux (sur 2 claviers et pédalier) se trouve dans une minuscule et très ancienne église, dans un site  calme et splendide, au milieu des vignobles dominant le Léman. Il a été construit en 1974 par les facteurs Armagni et Mingot (Lausanne). La précision de son mécanisme manuel, parfaitement entrenu ainsi qu'une acoustique modeste mais parfaite font merveille. Comme pour l'orgue Grenzing des Eaux-Vives, Augustine nous a aimablement offert de réaliser la banque de sons. La banque de sons est proposée comme celle des Eaux-Vives, sous forme partagiciel à 45 € et sous deux versions complètes: stéréo-mix et surround à 6 canaux ajustables. La version surround apporte beaucoup d'ampleur et de richesse sonore: une très intéressante banque de sons.
Pour tenir compte des souhaits émis par certains, Augustine a ajouté aux 12 jeux originaux, 9 autres jeux dérivés de ceux existants. L'instrument s'en trouve mieux équilibré et ouvert à un plus vaste répertoire. Les sonorités de l'orgue original sont parfaitement respectées et les extensions proposées par Augustine se fondent parfaitement avec les jeux originaux: de la belle ouvrage.
L'encombrement en mémoire de cette version stéréo-mix est de 4 Go en 16 bits et de 7 Go en 24 bits; il est toutefois possible de l'utiliser avec la version gratuite de Hauptwerk, en 16 bits, en ne chargeant que les 12 jeux d'origine (éventuellement avec ajout du principal de 4' au GO). Pour la version surround, comptez 17 Go en 24 bits ou 10 Go en 16 bits. C'est beaucoup, mais la version surround, même en 16 bits sonne mieux que la stéréo en 24 bits.  J'ai toutefois pu l'installer au complet avec les voies "near" et "far" en 20 bits et le reste en 16 bits: magnifique.
Plus de précisions sur la page "Luins" de l'Association de l'Orgue Virtuel des Eaux-Vives dont je suis le porte-parole.



- Les petits curieux avaient peut-être remarqué les 5 belles démos placés par Augustine sur le site de contrebombarde, sous le titre « AVO - Gelence » sans autre explication. S’ils les ont écoutées, ils ont entendu un splendide petit orgue baroque de 7 jeux, sur un seul clavier, d’inspiration très italienne avec un unique jeux de 8 pieds, très doux, sur lequel viennent s’empiler des petits jeux brillants, du 4 au 1 pied couronnés par une puissante mixture.
Il s’agit d’un orgue de 1755, récemment restauré, avec beaucoup de soin, se trouvant dans la délicieuse et minuscule église Saint-Imre de Gelence (Ghelința) en Transylvanie, réputée pour ses fresques du XIIIè siècle et son plafond peint, à caissons.
L'orgue a été construit par Johannes Baumgartner - un facteur allemand - vers 1750. Il ne reste pratiquement rien de ses oeuvres, qui se distinguent toutefois par ses sonorités précieuses. Laissé à l'abandon et complètement ruiné, cet instrument a été reconstitué à l'identique en 2011 sous la direction et le financement de David Homolya, un organiste hongrois vivant en Suisse (le lien permet de l'entendre jouant l'instrument original).
Cette banque de sons de Gelence est enfin proposée par Augustine, comme cadeau de Noël. C'est un modeste instrument de 7 jeux, sur un seul clavier, sans pédalier, mais auquel ses petits jeux et mixture apportent une étonnante richesse sonore et un esprit assez italien. Un jeu de Timpani fait entendre une sorte de roulement de timbale sur la note Ré.  Augustine en propose deux versions: une version strictement conforme à l'orgue original, sans pédalier, avec un clavier de 50 notes et une version étendue portée à 52 notes, avec 3 des jeux repris au pédalier et un second clavier strictement identique au premier, avec les mêmes jeux. Dans cette version étendue les deux claviers sont, en outre, coupés en basse et dessus et on y trouve un grande variété d'acouplements, ainsi que deux autres Timpani sur le Do et le Fa. Ainsi étendue, la banque de sons se prête à un plus vaste répertoire, sans perdre son âme puisque tous les jeux ajoutés sont empruntés aux jeux existants. La version originale est acceptée par Hauptwerk Free.
Le téléchargement de la banque de sons complète est possible, gratuiement, mais avec un appel à dons, même modestes, sur le site d'Augustine.



- On trouvait autrefois une banque de sons assez ancienne, encore plus difficile à dénicher: celle de l'église suédoise de Burea. Un instrument de 33 jeux sur 3 claviers et pédalier. La prise de sons était bonne mais cette banque de sons ne comportait aucune des fonctions récentes de Hauptwerk (lâchers et attaques multiples) et sa durée de réverbération était très courte (elle est pratiquement sèche). Par contre, outre son intérêt d'être gratuite, elle se logeait très facilement dans la version gratuite de Hauptwerk. Le lien a été supprimé, mais Augustine a repris les échantillons de cet orgue pour son "Large Swedish composite set" qui regroupe en une seule banque de sons les 3 orgues de Burea (le grand-orgue, l'orgue de  chœur et celui de la chapelle funèbre), ainsi que celui de l'église de Pitea;  chacun pouvant être installé séparément.

 



Il en existe aussi un version mini de l'orgue de Pitea pour iPhone équipé d'une interface MIDI, chez Markus Sigg; mais elle est payante (27,99€). Je ne l'ai pas testée.

 

* * * * *


- N'oublions pas non plus les compilations de démos gratuites de Sonus Paradisi dont cet éditeur s'est fait une spécialité et qui ont été décrites plus haut, avec les banques de sons de Sonus Paradisi. Elles sont l'occasion, pour qui dispose de mémoire suffisante et si possible d'au moins 3 claviers, d'avoir sans bourse délier des banques de sons somptueuses et fort bien faites. Mais il y a également chez Sonus Paradisi quelques belles banques de sons proposées en partagiciel:

• Sorti en mars 2014 par Sonus Paradisi, toujours aussi productif, la banque de sons de Kdousov, un modeste instrument attribué à Joseph Silberbauer vers 1787. Très proche dans sa disposition et ses sonorités de l'orgue de Rabštejn nad Střelou, cet orgue de 17 jeux, sur 2 claviers et pédalier, est typique des orgues de Bohème du XVIIIè siècle, avec des fonds doux et bien timbrés, presque romantiques, et des mixtures très brillantes. Sonus Paradisi dit, dans le forum de Hauptwerk, qu'il s'est efforcé de re-travailler le moins possible les échantillons enregistrés par lui, afin de conserver à l'instrument toute son authenticité et même ses imperfections; il a voulu, dit-il, qu'il sonne comme un vieil orgue. Faisant fi des modes, l'éditeur ne propose cette banque de sons qu'en mode réverbérant (wet) et à la résolution de 16 bits (mais il conseille toutefois de la charger en 20 bits pour un meilleur résultat).
Cette banque de sons ne comporte ni accouplement, ni tirasse. Il est toutefois facile de lui en ajouter en utilisant les possibilités offertes par Hauptwerk. Il suffit d'afficher les mini-palettes correspondantes pour disposer aussitôt de toute une variété d'accouplements.
Il est distribué de façon originale: librement téléchargeable, dans sa version complète, il affiche à l'écran, au dessus des claviers, un petit avertissement assez discret rappelant que cette banque de sons est en démonstration et n'a pas été achetée. Le payement, au demeurant assez modeste, permet le téléchargement d'un petit fichier qui fait disparaître cette mention. Sans être aussi importante que pour Rabštejn nad Střelou, sa réverbération est belle. La disposition des 3 buffets, assez éloignés de la console, engendre des effets de stéréo intéressants, au prix d'un mécanisme un peu bruyant. Il faut repérer la disposition des jeux, qui n'est pas évidente à première vue. Disposés de part et d'autre du clavier: les jeux du pédalier sont en bas, ceux du grand-orge au milieu et ceux du positif au dessus. Cette banque de sons est un peu trop grosse pour la version gratuite de Hauptwerk, sauf en renonçant à quelque chose. Je l'ai par exemple chargée entièrement sans problème, en 16 bits, avec une seule boucle et tous les lâchers (mais d'autres choix sont possibles). Ça passe mieux avec la version de base de Hauptwerk. Avec 16 Go, aucun problème pour un chargement intégral en 24 bits. Bref, une sympathique petite banque de sons à essayer absolument.




• Le petit instrument de St Carlo à Brescia (vers 1600) est d'un réalisme époustouflant. Il avait d'ailleurs fait l'objet, à sa sortie, d'un concours sur le forum de Hauptwerk, où il fallait trouver pour les mêmes morceaux quels étaient les enregistrements faits à partir de l'orgue original et ceux faits à partir de la banque de sons sous Hauptwerk: personne n'avait réussi le test complet! Cette banque de sons a été longuement librement téléchargeable, comme "partagiciel" sur le site de Sonus Paradisi. Elle ne l'est plus directement, mais le reste (en shareware) depuis le serveur de Milan Digital Audio, l'éditeur de Hauptwerk. L'éditeur s'est efforcé de faire une démonstration de son savoir-faire et cette démonstration est particulièrement brillante, mais au prix d'un bel encombrement en mémoire; n'envisagez pas trop de pouvoir la charger dans toute sa splendeur (et encore avec des limitations) avec moins de 4 Go de mémoire! Par contre, sur un Mac équipé de 8Go de RAM elle se charge sans difficulté. J'ai cependant pu l'ouvrir avec la version gratuite de Hauptwerk, partiellement en 16 bits (les jeux de 8 et 4 pieds) et le reste en 14 bits. La prise de sons est tellement belle que, même avec ces limitations, cette banque de sons reste magnifique. Bien entendu, elle se charge entièrement et sans problème avec 16 Go de RAM.
Il s'agit d'un instrument italien de 12 jeux, de l'époque baroque primitive, avec la disposition si particulière de son plein-jeu en "pyramide" et ses mutations aux très nombreuses reprises. La sonorité est éclatante, très riche, cuivrée, avec une longue réverbération, très présente. J'adore le petit jeu de Fiffaro, légèrement désaccordé et qui ne peut donc être utilisé qu'en même temps qu'un autre jeu de 8 pieds, si caractéristique des orgues italiennes, avec ses délicats battements. Un seul clavier et un pédalier suspendu court (mais avec 16 pied). Une autre particularité de cet orgue est la possibilité (qui existe dans l'instrument original) de préparer une combinaison de jeux à l'avance, que l'on appelle ou renvoit d'une pression du pied sur un bouton. Le mécanisme et la soufflerie sont particulièrement présents. Existe en versions 1 (sur demande) et 2 de Hauptwerk. La version standard simple lâché peut être chargée dans Hauptwerk 4.1 gratuit, par exemple de la façon suivante: tout en 16 bits sauf les Vigesima II, VI et IX, le pédalier et les bruits, qui seront en 14 bits



•En 2015 et pour les amoureux des orgues d'Italie, nous avons eu droit à la petite et peu coûteuse banque de sons de l'orgue de Greccio (petite cité connue pour avoir inventé, au XIIIè siècle, la première crèche de Noël vivante). Ce minuscule instrument à un seul clavier de 15 jeux (certains divisés ou limités à la partie aigüe du clavier) + une contrebasse de 16' au pédalier (accouplé en permanence) a été construit en 1831 par la société Alderano C. Spada e Figli puis restauré en 1985 par Piccinelli. La réverbération est brève mais suffisante et la banque de sons comporte 3 niveaux de lâchers. La banque de sons est proposée dans une version étendue, plus conforme aux exigences actuelles que l'instrument original. C'est simple, frais, agréable à entendre et (n'étant pas crypté) peut être chargé sans problème dans la version gratuite de Hauptwerk. Tout comme pour Kdousov, Sonus Paradisi a mis cette banque de sons en téléchargement gratuit, avec usage non limité dans le temps. Seul un petit panneau en haut de la console vous proposera l'achat, tant que vous ne l'aurez pas fait.



• début mars 2016 voici venir un joli petit orgue baroque de Bohème, celui de l'église de l'Assomption de Hradec Králové. Construit en 1765 par Josef Streussel puis restauré en 1999 par Ivan Červenka qui y a ajouté une gambe et un salicional, cet orgue de 22 jeux est très plaisant à jouer et entendre, avec ses beaux fonds bien timbrés, ses mixtures particulièrement brillantes (pas toujours très justes, mais Jiri Zurek dit qu'il a voulu préserver l'authenticité des timbres) et un pédalier puissant, quoique un peu court. L'orgue peut être utilisé par la version gratuite de Hauptwerk, mais uniquement s'il est chargé en 14 bits.
Comme les banques de sons précédentes de Kdousov et Greccio, celle-ci est proposée en partagiciel: le téléchargement complet est gratuit, l'utilisation est sans limite, mais il est conseillé de l'acheter (65€) si on en est satisfait. Une petite mise à jour fera alors disparaître la mention incitant à l'achat.

 

- Une autre banque de sons d'un grand intérêt, je le rappelle ici, est la version wet-distant de l'orgue de Bergen-op-zoom; distribuée sous forme de partagiciel, mais complète. Il serait dommage de passer à côté de cela, qui se trouve sous ce lien.



- Sonus Paradisi propose un splendide clavecin, copie moderne d'un instrument fait par le facteur Miekte à Berlin, vers 1710. Pour reproduire fidèlement les retards d'attaque des cordes placées au dessus des cordes principales, toutes les combinaisons ont fait l'objet d'enregistrements séparés, ce qui apporte un très grand réalisme. La démo qui était proposée à une certaine époque a été retirée, mais la banque de sons est toujours en vente et on peut la télécharger librement depuis le site web de MDA (c'est deuxième page en faisant défiler les instruments à l'aide des flèches). De tous le clavecins proposés pour Hauptwerk, j'estime que c'est le plus réussi. Mais n'espérez pas trop l'installer sur un ordinateur ayant moins de 4 Go de RAM! (quoique, en forçant un peu, on arrive à le faire avec 2 Go). En faisant bien attention, ce clavecin peut être chargé dans la version gratuite de Hauptwerk.



Particulièrement bien numérisé le petit positif tchèque du facteur contemporain Prib. Il est de style baroque, avec un clavier et cinq jeux seulement, mais s'agissant ici aussi d'une démonstration de son savoir-faire, l'éditeur a été généreux: très longs échantillons, de nombreuses boucles, des lâchés multiples, tous les bruits de mécanique et de soufflerie. Il est donné en deux versions: une version avec réverbération et une autre très sèche (les enregistrements ont alors été faits à la bouche de chaque tuyau puis replacés dans l'espace). La version sèche est particulièrement indiquée pour être utilisée comme petit orgue d'accompagnement dans une église ou un lieu à l'acoustique généreuse. J'aime beaucoup les sonorités et le réalisme de ce petit instrument,vendu très bon marché. mais librement téléchargeable cependant sur le site de MDA: partagiciel, comme semblent l'être devenus le clavecin Miekte et l'orgue de Brescia? Fonctionne parfaitement avec la version gratuite de Hauptwerk.


J'ai signalé plus haut l'arrangement fait par Augustine, de ce clavecin et de l'orgue de Oosterwijtwerd (chez Sygsoft), pour obtenir un instrument d'accompagnement ou de continuo.

* * * * *


- Chez Etcetera Pipe Organs et pas facile à dénicher, un instrument  composite créé à partir de  d’enregistrements faits dans 3 églises de Norvège: celle d’Afjord pour l’essentiel, complété par les orgues de Hommelvik et Alesund. C’est un instrument de style romantique de 30 jeux (dont un amusant glockenspiel) sur 2 claviers et pédalier, avec pas mal de possibilités mais une acoustique assez sèche. Du coup cette banque de sons est très bien acceptée par la version gratuite de Hauptwerk. Elle est gratuite mais une donation de 50$ est suggérée.


 


- Cadeau de Noël 2012 de l'éditeur Prospectum, un petit instrument portatif de 4 jeux divisés, pour un clavier de 56 notes mais sans pédalier, offert gratuitement au téléchargement: l'orgue Stocking Stuffer de Sainte Marie de Nordheim (Norvège). Cet orgue avait été numérisé par Prospectum pour faire des essais et, de ce fait, il est très proprement enregistré et réalisé. C'est une banque de sons qui peut avoir son utilité pour un accompagnement ou un continuo, voir en solo, car il sonne bien, est très peu réverbérant et fonctionne parfaitement avec la version gratuite de Hauptwerk.




Maltese Historic Pipes Organs
- Plusieurs amateurs éclairés, en Grèce et à Malte, sous la houlette de celui connu sous le pseudo "Montre8" (hélas décédé en octobre 2015) se sont lancés dans la numérisation des orgues maltais, au début pour divers logiciels de simulation tels que JOrgan, Kontakt 5, GrandOrgue et Aria, puis devant la demande ils ont tenté un essai pour Hauptwerk, avec l'orgue de l'église de l'Annonciation de Balzan. Ne maîtrisant pas encore bien les versions récentes de Hauptwerk, ils ont commencé par une banque de sons pour Hauptwerk 1, pouvant être importée dans Hauptwerk 4, mais déjà en 24 bits Une version plus moderne de cette banque de sons a suivi, cette fois spécifiquement pour Hauptwerk 4 et avec des lâchers multiples.
Il s'agit d'un petit instrument, typiquement italien, construit en 1827 par le facteur sicilien Felice Platana. Une douzaine de jeux (dont certains ne sont pas complets dans le grave) sur un clavier et un pédalier d'une octave et demi. Un ripieno doté d'une commande séparée peut être attribué à un second clavier, ce qui étend les possibilités de l'instrument en autorisant des dialogues piano/forte. La longue réverbération de l'église a été volontairement réduite de façon à obtenir une banque de sons presque sèche, mais qui sonne bien; elle a été rétablie dans la version pour Hauptwerk 4. La présentation, conforme aux standards de Hauptwerk 1, est spartiate mais suffisante. L'encombrement en mémoire étant très faible, cette petite banque de sons est utilisable avec la version gratuite de Hauptwerk (tout comme les deux versions, sèche et réverbérante, pour Hauptwerk 4). Attention, le téléchargement nécessite un compte Google et passe par un formulaire d'inscription et la réception d'un lien par email.
Dernières nouvelles: la version sèche pour Hauptwerk 4 est proposée au téléchargement depuis septembre 2014 et la version réverbérante depuis novembre 2014. Une belle prise de son dans une acoustique agréable mais, contrairement à la version pour JOrgan, cette banque de sons n'a pas été étendue; elle reste donc strictement conforme à l'instrument original.



Comme promis, une version étendue de l'orgue de Balzan vient d'être achevée, mais elle est réservée à quelques privilégiés et généreux (ou modestes) donateurs, dont je suis. Huit jeux au grand-orgue, six au positif et trois au pédalier. Cela reste limité mais offre beaucoup plus de possibilités que la version originale; d'autant plus que l'étendue des claviers a été portée à 61 notes et que celle du pédalier normalisée également. Deux pédales d'expression ont été rajoutées. Les noms de jeux originaux, typiquement italiens, ont été re-baptisés de façon plus conventionnelle (ce qui n'est pas grave en soi). Les tremblants automatiquement re-calculés par hauptwerk, ne sont pas exceptionnels, mais rien n'oblige. Plusieurs mois après sa réalisation, le site web indique que cette version étendue reste réservée à ceux qui ont fait un don: ils recevront en retour un lien de téléchargement. À bon entendeur... d'autant plus que cette version étendue de l'orgue de Balzan vaut très largement les quelques euro que vous pourriez y consacrer.
Ce petit instrument très réaliste, avec sa mécanique bruyante, ses timbres riches en aigus et son harmonisation parfois un peu approximative est un condensé d'Italie populaire: moi, il me fait penser aux films de Fellini. Il y a même la cloche de l'église! À découvrir absolument. Contrairement à la version originale, la version étendue ne passe pas en 16 bits dans Hauptwerk gratuit. Si vous y tenez, en 14 bits et le 16 pieds en mono, par exemple, c'est sans problème.



- Son éditeur, Panos K. Ghekas étant décédé prématurément en 2015, ses collaborateurs ont décidé d'achever la banque de son de l'orgue de Fontana (dans l'île de Gozo) qui était en préparation. La banque de sons de ce petit instrument de 10 jeux sur un clavier + P, construit en 1908 par l'atelier Laudani & Guidici (Palerme) est proposée, accompagnée d'une version étendue portée à 34 jeux, par interpolation des jeux existants, sur 2 claviers de 61 notes + pédalier de 30 notes. Elle existe au choix en version sèche ou réverbérante, soit pour GrandOrgue, soit pour Hauptwerk. Il y a même des versions JOrgan et Kontakt 5. Elle est proposée comme pour Balzan, soit en version originale gratuite, dont le lien est envoyé sur demande par email, soit pour les donateurs en version étendue de 34 jeux.
Comme la précédente c'est un concentré d'Italie populaire. Un instrument sonore, un peu approximatif, terriblement romantique et qui ne fait l'impasse ni sur une soufflerie bien présente (qui peut être désactivée), ni sur des bruits de traction un peu excessifs (çà se règle dans Hauptwerk). Mais le réalisme est au rendez-vous. La version originale, avec ses beaux jeux de fond (y compris l'invitable jeu ondulant) et une puissante trompette, tient à l'aise dans la version gratuite de Hauptwerk.
La version étendue est intéressante. Tout en conservant le côté typiquement italien de l'orgue ses échantillons bien re-travaillés et ré-harmonisés ont été débarassés de leur côté un peu aléatoire et l'instrument a pris une belle ampleur (j'ai d'ailleurs l'impression que l'acoustique a été revue en ce sens et que la réverbération est plus longue que dans l'original). Du coup les bruits de traction et de soufflerie passent mieux. L'orgue a toutefois conservé ses timbres et attaques très caractéristiques, qui font un peu penser à celles d'un clavecin,  et les jeux d'anches, toujours aussi puissants sont impressionnants. L'ajout de petits jeux (mutations et mixtures) permet d'aborder la musique baroque, qui passe bien. Bref l'instrument idéal (beaucoup plus que Balzan) pour la musique italienne, depuis Frescobaldi jusqu'aux grands romantiques. Ça vaut largement la petite donation suggérée.

 

- Le début de l'année nous apporte l'orgue de la basilique Saint-Pierre et Saint-Paul à Nadur (Gozo, Malte). Cet orgue a été construit en 1897 par le facteur Cav. Inzoli-Crema et restauré en 2002-2003 par Robert Buhagiar. En dépit d'une façade relativement étroite (car la place manquait) c'est déjà un bel instrument de style romantique mais qui, à la mode italienne, n'a qu'un seul clavier coupé: 12 jeux à la basse et 12 jeux (parfois différents) à l'aigu; plus 3 jeux au pédalier. Tirasse, tremblant, 5 combinaisons préparées, expression pour le jeu de Voix-humaine, octave pour l'aigu. Cela donne pas mal de possibilités.
L'impression est celle d'un orgue très romantique (les jeux de 8 pieds dominent largement) avec des timbres furieusement italiens. Assez déroutant pour les non spécialistes mais l'instrument est beau et intéressant, parfaitement enregistré et bien présenté. La banque de sons est un peu trop grosse pour pouvoir être ouverte, même en 14 bits, dans la version Free de Hauptwerk.
Comme les précédentes , elle est distribuée sur donations




- Silver Octopus nous offre également, pour Noël 2014, sa petite banque de sons gratuite: 7 jeux sur un clavier et un bourdon de 16 au pédalier. Il s'agit en fait d'une démo de sa série "Georgian" qui regroupe plusieurs banques de sons construites à partir d'échantillons sonores de provenances diverses (et non précisées). Ce petit instrument est d'une acoustique parfaitement sèche mais sonne bien et peut s'avérer utile pour l'étude ou l'accompagnement. La banque de son peut être obtenue en envoyant un email à l'éditeur. Son installation est un peu complexe: le fichier .rar s'installe sans problème mais l'orgue refuse de se charger, une fois installé. Il faut pour cela décompacter ledit fichier .rar à l'intérieur duquel se trouve un fichier de définition d'orgue (ODF) Georgian Series8 Dry.Organ_Hauptwerk_xml à recopier dans votre dossier "HauptwerkUserData/CustomOrganDefinitions" puis ouvrir avec le menu de Hauptwerk Design tools / Load custom organ ... Un fichier ODF définitif sera alors créé au bon endroit, permettant à l'avenir d'ouvrir la banque de sons, qui tient à l'aise dans la version gratuite de Hauptwerk. Un autre ODF autorise, selon le même procédé, l'accès à un clavier partagé. C'est un peu du bricolage, mais bon...

 

- Chez le nouvel éditeur Legro (anagramme inversé de Orgel): c'est un ravissant petit orgue de salon, très proche de celui de Bätz et de la même époque. L'orgue du facteur Onderhorst a été construit en 1762 pour un particulier d'Amsterdam et a subi divers déplacements avant de se trouver dans l'église de Bennekom après restauration très respecteuse  de la société Flentrop Orgelbouw. Il a été classé monument historique des Pays-Bas. Cet instrument n'ayant jamais été modifié jusque là on peut dire qu'il se trouve exactement dans l'état où il a été construit.
C'est un orgue à un seul clavier coupé de 51 notes auquel a été ajouté un petit pédalier de 18 notes accouplé en permanence aux notes les plus graves du clavier: Holpijp 8' (B/D), Prestant 8' (B/D), Flûte 4' (B/), Octave 2' (B/D), Quint 1 1/3 (Basse), Sequialtera 2 rangs (Dessus), tremblant. Un second clavier transpositeur amovible peut être placé au dessus du premier, passant du La3 412 Hz à 436 Hz. Le tempérament original est inclu.
L'impression est très agréable. Un instrument bien équilibré, très clair et qui sonne bien. Une modeste réverbération donne du relief aux timbres, mais il n'a pas été prévu de lâchers multiples. Tout amoureux ou simplement curieux de petit orgues anciens se doit d'avoir cette banque de sons dans sa collection.
Deux versions sont proposées, pour Hauptwerk (à partir de la 4.2) et pour GrandOrgue: une version originale et une version étendue à 2 claviers de 61 notes et un pédalier indépendant faite à partir des jeux originaux. Les deux versions peuvent être ouvertes aisément par la version d'évaluation gratuite de Hauptwerk. Les liens de téléchargement sont envoyés par l'éditeur, par requète sur son site. Pour répondre à une polémique soulevée sur le site américain de Hauptwerk, l'éditeur m'a précisé par mail que l'hébergement était assuré par le service néerlandais "We Transfer", considéré comme étant parfaitement fiable. La banque de sons est gratuite, mais les dons à la fondation "Les amis de l'orgue cabinet Onderhorst 1762" qui gère l'orgue, sont bienvenus.





- À toutes fins utiles, je signale une banque de sons composite, concoctée par Anton Heger et quelques uns de ses amis et qui a fait l'objet de cette publication dans le forum US de Hauptwerk. Elle fait appel aux démos gratuites de Rotterdam, Saint-Maximin, Kreszkow, Zwolle et une ancienne démo (V. 2.0) de Freiberg qui n'est plus proposée mais dont Sonus Paradis a autorisé la mise en ligne sur un compte Méga. Ce sont 61 jeux répartis sur 4 claviers + pédalier, avec effet surround pour ceux qui le peuvent. Il fait à cette banque de sons beaucoup de mémoire (8go minimum en 16 bits, stéréo, une seule boucle; c'est le strict minimum). Je n'ai pas eu l'occasion de la tester mais un correspondant me dit qu'elle est intéressante.

 

- Toujours à partir de démos gratuites de Sonus Paradisi, mais cette fois celles de Rotterdam et de Saint-Omer, nous trouvons une autre compilation gratuite appelée Romer: 46 jeux sur 3 claviers et pédalier. Cette page du forum de PCOrgan est en néerlandais et les lien de téléchargement sont presque en bas de la page. Je ne l'ai pas testée mais un correspondant me dit qu'elle est très difficile à mettre en place et qu'il a fini par y renoncer.


- Soni Musicæ, le site vannetais de Jean-Yves Garet (pas facile non plus à dénicher car, farouche partisan du logiciel GrandOrgue, c'est un peu un dissident du système Hauptwerk, qui fait tout pour qu'il ne soit jamais mentionné) vous avez plusieurs petites banques de sons gratuites de clavecins et épinettes et aussi un petit orgue d'études (et même le carillon de Gand!) qui sont loin d'être sans intérêt. Ce sont des banques de sons au format Hauptwerk 1 (qui peuvent donc être utilisée également avec GrandOrgue), bien faites et de qualité. Intéressant pour qui veut comparer les sonorités de clavecins de différentes écoles. Sur le site  Il s'agit pour l'essentiel de clavecins, de styles divers, intéressants à comparer. Mais vous y trouverez aussi pèle-mèle un orgue de salon, un carillon et même un accordéon diatonique! Ce sont des banques de sons déjà un peu anciennes, au format HW1 pouvant sans problème être importées dans Hauptwerk 4 où elles seront très à l'aise, même dans sa version gratuite. Vous  n'aurez pas la possibilité de modifier le tempérament, sauf à faire des conversions avec un utilitaire comme PipeTune, mais le réglage du diapason est possible. Plusieurs fichiers de définition sont offerts, selon votre configuration.


 

Casacota
- Gratuit également, cet agréable petit instrument de 10 jeux, sur 2 claviers (le clavier supérieur étant divisé) et pédalier, construit en 2002 par Gerhard Grenzing pour l'École Supérieure de Musique de Catalogne. Typiquement catalan mais sans les trompettes des orgues ibériques. Il a tout de même un hautbois expressif au positif. Le tremblant (probablement re-calculé par Hauptwerk)  est, à mon avis, un peu pénible. Cette banque de sons étant au format HW 1 elle n'a pas de lâchers multiples; ce qui n'est guère gênant dans la mesure où la prise de sons, faite en auditorium, est pratiquement sèche (mais elle supporte parfaitement une réverbération artificielle). Elle est indiquée, au demeurant, comme étant une version  béta et il est donc possible qu'une version définitive soit prévue pour Hauptwerk 4. Le téléchargement produit un fichier avec l'extension .rar qui doit être préalablement dé-compacté pour y trouver les fichiers d'importation .organ (pour HW et GO respectivement). S'ouvre sans le moindre problème dans la version gratuite de Hauptwerk.
Voulant faire bénéficier les organistes du monde entier de l'annonce de cette petite banque de sons, j'en avais signalé l'existence sur le forum du site US de Hauptwerk. Mon intervention a immédiatement été censurée et a disparu dans l'heure. Les éditeurs de Hauptwerk n'acceptent en effet dans leur forum aucune mention, même en passant, d'un autre logiciel que le leur. Mon texte était cependant très mesuré et ne mentionnait pas l'utilisation possible pour un logiciel concurrent, mais le fichier téléchargé comportant les installations pour Hauptwerk et GrandOrgue, sa simple existence a probablement été estimée insupportable par les modérateurs du forum.

 

Dans la même collection, gratuits et également aux format HW1 et GrandOrgue, trois petits instruments historiques se trouvant au Musée de la Musique de Barcelone:

- un Claviorgan (petit orgue sur un clavier et clavecin sur l'autre), construit en 1590 par Lorenz Hauslaib. Il a l'originalité d'un jeu d'anche (Realejos) pouvant être utilisé soit à découvert, soit dans un coffre en bois. Des timbres anciens et attachants, mais une présentation sommaire et une prise de sons très sèche.

 

- un clavecin d'un clavier construit à Hambourg en 1737 par Christian Zell, probablement un élève de Miekte. Même présentation et même acoustique sèche.



- Également au Musée de la Musique de Barcelone nous avons depuis la fin janvier 2016 un petit orgue portatif de processions aragonais. Cet instrument ancien (mais la date n'est pas précisée) et au coffre richement décoré, a la composition très typique des orgues espagnols et italiens: clavier divisé et jeux "pyramidaux", c'est à dire à partir d'une base, qui est ici un bourdon de 4 pieds, un étagement de mutations grâce auxquelles il est possible de construire une sorte de mixture plus ou moins complexe et fournie, en même temps qu'un crescendo de plus en plus brillant (et même agressif). Ce qui signifie que cet orgue s'adresse à un répertoire très ciblé, mais qu'il fait merveille dans les anciennes compositions espagnoles de la Renaissance. Étant destiné aux processions et, par conséquent, à être joué en plein air on l'a doté d'une pression du vent inhabituellement élevée; ce qui lui confère une grande puissance sonore (96,5 dB à 1 mètre et jusqu'à 110 dB à la place de l'organiste! un truc à devenir sourd très rapidement).
Cet instrument n'a, bien entendu qu'un seul clavier: 6 jeux à la main gauche et 7 à la main droite, plus de chaque côté un jeu appelé Xivarri qui ajoute du bruit aigu. Un bouton active le tutti. Le clavier a une disposition dite "courte"; autrement dit, il va du fa1 au mi 4 et les premières touches mi1, fa#1, sol#1 font entendre respectivement le do1, le ré1 et le mi1. Le format HW1 ne permetant pas le changement de tempérament, trois fichiers différents sont proposés au téléchargement: tempérament égal à 440; mésotonique à 440 (l'accord original de l'instrument) et mésotonique à 415. La banque de sons est malheureusement au format HW1, enregistrée en 16 bits et en mono très sec ce qui, même si la prise de sons est soignée, en limite tout de même un peu l'intérêt. C'est donc plus une intéressante curiosité pour connaisseurs et passionnés, qu'un orgue à utiliser tous les jours.


 

 - Toujours par Casacota, un petit orgue de cabinet construit par Josep Pujol vers 1765. 4 jeux seulement: un tapadet de 4 pied (activé en permanence, octace 2', dotzeba 1 2/3' et dissetena 1 3/5'. Cet orgue est couplé à un psaltérion (ça c'est original). Le site précise toutefois que les jeux de cette banque de sons sont reconstitués, l'instrument original étant muet actuellement. Les sons de l’orgue sont ceux du ClaviOrganum également publié par Casacota. Ceux du psaltérion proviennent de divers instruments du musée de Barcelone. Une restauration est envisagée.

 

- Début 2017, Casacota nous propose un nouvel instrument du Museu de la Música de Barcelona: le petit orgue construit en 1719, à Ségovie, par le facteur Manuel Perez Molero. C'est un modeste instrument à un clavier de 45 touches, coupé en basse et dessus. II s'agit d'un clavier dit "court"; autrement dit certaines touches noires peu usitées de la première octave sont remlplacées pr des notes plus graves: asses dérourant pour qui n'a pas l'habitude. À la basse 6 jeux auxquels a été ajouté par interpolation un Violón de 8 pieds et pour le dessus 7 jeux. C'est frais, précis, très espagnol et agréable à entendre. La réverbération est très courte, presque sèche. Comme les précédentes, cette banque de sons est proposée gratuitement au téléchargement, aux fomats MyOrgan, GrandOrgue et Hauptwerk 1; dans 3 tempéraments différents: original, mésotonique 415 Hz avec le 8 pieds supplémentaire, égal 440 Hz avec également ce 8 pieds.

 

- Juste pour Noël 2017 nous arrive, chez Casacota, l'orgue de l'église Santa Maria de Segueró; ou plus exactement une tentative de reconstitution de ce que cet instrument, construit vres 1800 et actuellement en ruines, avait dû être; car il n'en reste plus grand chose: quelques tuyaux de façade, un clavier plus ou moins édenté, les tirants dont il n'est plus possible de savoir précisément à quels jeux ils correspondaient, un abrégé déglingué et des vestiges du sommier et des soupapes. À partir de ces éléments et en utilisant des échantillons empruntés à d'autres instruments du même genre (en particuliers ceux de l'orgue construit par Molero et ceux d'un orgue virtuel espagnol de M. Barrero), Casacota s'est efforcé de nous construire une petite banque de sons relativement plausible dont le site de l'éditeur justifie certains choix.
L'orgue a un clavier de 4 octaves, coupé en basse et dessus, avec 8 jeux sur chaque partie et un petit pédalier à boutons, à la française, d'une octave avec tirasse. Les échantillons sont en 16 bits et l'acoustique est très sèche. La banque de sons est, comme toutes celles de Casacota aux formats Hauptwerk 1 et GrandOrgue et nous est proposée en deux versions: au tempérament égal et dans un tempérament mésotonique. Elles sont librement téléchargeables sur le site (Google Chrome recommandé). La composition, avec ses nazards de 12 et 17 pieds et sa mixture complexe est typique mais difficile à apprivoiser. C'est plus une curiosité pour connaisseurs ou passionés des orgues ibériques, qu'un orgue vraiment utilisable. Mais c'est gratuit.

 


En Afrique du Sud

La société Melotone Sound Production nous propose en ce début d'année 2016 la première banque de de sons d'un orgue situé sur le continent africain: celui de l'église réformée de tradition hollandaise du Linden Park à Johannesburg. Cet instrument de 1963 est, comme on peut l'imaginer, de style hollandais contemporain avec une touche d'influence française dans la composition de ses mixtures. Il offre, sur deux claviers + pédalier, 30 jeux avec une grande variété de tirasses et accouplements lui donnant la possibilité d'aborder un répertoire très vaste, même si sa vocation première est de faire entendre des chorals (d'où des compositions assez proches pour le grand-orgue et le positif, qui forment deux plans sonores parallèles mais d'intensité différente). Je n'ai à ce jour entendu que les démos figurant sur le site de contrebombarde. L'enregistrement est très propre, cela sonne bien, les mixtures et les anches sont brillantes. La réverbération est relativement courte mais bien servie par des lâchers multiples.
La banque de sons est proposée en 2 versions: sèche, réverbérante avec un prix spécial pour les deux. La nouveauté n'attirant guère les foules, l'éditeur a choisi de la diffuser en shareware (partagiciel), sur requête,  laissant à chacun la possibilité de s'acquitter des prix proposés, au demeurant fort modestes pour une banque de sons de cette taille. N'ayant pu trouver une photo de l'orgue, voici la console Hauptwerk, qui serait très réaliste selon l'éditeur.



*****
***
*


Banques de sons utilisables avec la version gratuite d'évaluation de Hauptwerk

Peu d'utilisateurs de Hauptewerk en ont conscience, mais il existe un assez grand nombre de banques de sons pouvant être utilisées, sans la moindre adaptation, avec la version d'évaluation gratuite de Hauptwerk. Étant assez souvent interrogé sur ce point, j'ai pensé qu'il serait utile d'en donner ici une liste, non exhaustive, à l'intention de toux ceux qui souhaiteraient se faire une opinion du logiciel avant l'achat éventuel d'une licence, en testant des instruments de meilleures qualité et plus variés que l'orgue de Ste Anne-Moseley.

Les banques de sons gratuites:
Tout d'abord l'ancêtre, chez Joseph Basquin: l'orgue de Romanwiller, dit "Jeux d'orgue 2". Basique mais efficace.
Puis chez Sigsoft, le petit orgue d'Oosterwijtwerd et un clavecin moderne.
Chez Augustine, la version originale de Gelence.
Chez Datzo, le petit orgue positif de Ott
Chez Nick Appleton, l'orgue australien de St Augustine's Neutral Bay, furieusement anglais
Par Melotone Sound Production, l'orgue composite dit "Brut-Leuchten" aussi basique que St Anne-Moseley mais assez complet et le petit orgue de l'église méthodiste de Prudhoe
Chez Virtual Organs NL, les orgues de Pekela et de Veendam ainsi que l'ancienne version de Wildervank
Chez Piotr Grabowsi il y a l'orgue de Walcker de l'auditorium Melcer, assez sec mais c'est un bel instrument néo-baroque, également l'orgue-coffre green-positiv et le joli petit romantique de Ledziny
Chez CLR Resources, la grosse démo de l'orgue Aeolian Skinner de Long Beach et celle de Beverly-Hills.
Autrefois chez Virtual Pipes NL mais toujours disponibles, les orgues de Pekela et de Veendam
Chez Cascota mais au format HW1 n'oubliez pas le Grenzing de l'école de musique de Catalogne. Ni d'ailleurs ses autres banques de sons, en particulier le petit orgue de Molero.
Chez Legro, les deux versions de l'orgue de salon d'Onderhorst
Chez Prospectum, le positif Stocking Stuffer de Nordheim
Chez Silver octopus, le petit Georgian
Chez Soni Musicae, toutes les banques de sons, dont de beaux clavecins
Enfin, vous avez un certain nombre de banques de sons limitées, proposées en démos par Sonus-Paradisi. Elles sont toutes de grande qualité et se trouvent généralement sous l'onglet "free stuff" du site (sinon voyez sur cette page, au chapitre correspondant à l'instrument qui vous intéresse). Elles ne passent toutes dans Hauptwerk gratuit - certaines sont énormes - mais vous pouvez essayer sans crainte: Smecno (un tres bel intrument de la fin de la Renaissance complet dans sa version originale, avant adjonction d'un positif néo-baroque moderne), mais sans les voies arrières (REAR)  tout comme le Dom Bedos de Rieti, Vélésovo, Saint-Maximin, Saint-Michel en Thièrache, Kiedrich, Ménestérol, Palma et le clavecin Ruckers.

Les banques de sons distribuées en partagiciel (shareware):
Chez Virtual Pipes vous trouverez l'orgue romantique de la Blasisukerk de Beckum
Chez Sonus Paradisi le joli petit italien de Greccio, le clavecin Miekte et le positif de Prib; encore qu'on puisse se poser la question de savoir si ces banques de sons sont commerciales (toujours proposées ainsi sur le site de Sonus Paradisi) gratuites (librement téléchargeables sur le site de MDA) ou shareware non avoué...
Chez Etcetera, le composite Jörgensen d'Afjord
Chez Maltese Historic Pipes Organs, les versions originales de Balzan et de Fontana

Les banques de sons commerciales (généralement à bas prix)
Il y a d'abord tous les petits instruments de Sygsoft: Eenum, Wirdum, Krewerd, Midwolde, Roeselare, l'orgue de choeur de Heusden
Chez Voxus, le petit bijou baroque de Gapinge
Chez Prospectum, le magnifique instrument d'Anloo (sec mais très complet)
Chez Augustine, l'orgue Luber de Császár (en version originale uniquement))
Chez Sonus Paradisi, l'orgue italo-slovène d'Izola. Également, le clavicorde.
Chez Exemplum Organum, l'orgue très inspiré par Cavaillé-Coll mais particulièrement sec, de Saint-Georges d'Oshawa
Chez Virtual Pipes NL, l'orgue de Grafhorst
Chez Vandenakker, la petite version (dite Free) de Mariënberg et le petit orgue de l'église de De Pollen
Chez aH Pipe Organs, l'orgue de Moerdijk
Chez OAM le Getano Callido de Boara Polesine
Chez Evensong l'orgue Schantz de la First Baptist Church de Riverside, sec mais à 3 claviers

Et au prix de quelques adaptations:
C'est à dire, soit ouvertes en 14 bits, soit en renonçant à quelques boucles ou lâchés, nous avons de bien belles banques de sons dont les plus remarquables sont:
- Chez Joseph Basquin, le Jean André Silbermann de Wasselonne "Jeux d'Orgue 3" (avec toutes les boucles pour l'ensemble des jeux et en limitant les lâchés aux 8 - 4 - 2 pieds, quintes, tierces et mixtures)
- Chez Prospectum, le Georg Silbermann de Zöblitz (avec toutes ses attaques, boucles et lâchés, à condition de charger tous les 16 pieds en mono)
- Chez Augustine la version stéréo-mix de l'orgue de Luins (en ne chargeant que les 12 jeux d'origine, éventuellement avec ajout du principal de 4' au GO)
- Chez Piotr Grabowski Strasburg, ouvert en 14 bits, avec toutes ses boucles mais sans les attaques et lâchés multiples.
Reportez-vous à mes commentaires pour chaque instrument. Lorsqu'il y a une possibilité d'utilisation avec Hauptwerk gratuit, testée par moi, je le signale.


Mises à jour récentes

- 25 juillet 2018 - une extension gratuite pour l'orgue d'Azzio
- 17 et 20 juin 2018 - Sortie de l'orgue de Strassburg (Piotr Grabowski)
- 5 avril 2018 - Sortie de l'orgue de Raszczyce (Piotr Grabowski)
- 4 mars 2018 - sortie de l'orgue de salon d'Onderhorst (Legro)
- 31 décembre 2017 - sortie de l'orgue de Friesach (Piotr Grabowski)
- 24 décembre 2017 - reconstitution de l'orgue de Santa Maria de Segueró (Casacota)
- 7 décembre 2017 - sortie de l'orgue de Gelence (Augustine)


Pour conclure:
Voilà. Il existe bien d'autres banques de sons pour Hauptwerk mais je me suis limité ici à celles dont je disposais ou que j'avais pu réellement tester à droite et à gauche. On ne peut pas tout avoir! Certaines sont à des prix qui dépassent largement mon budget, ou bien trop exigeantes en mémoire ou en matériel (orgues à 3 ou 4 claviers, encombrement en mémoire pouvant dépasser les 16 Go), ou encore sont des réalisations un peu anciennes et moins intéressantes sur le plan technique que les banques de sons récentes. Si je peux en acquérir et tester d'autres (ce que j'espère bien), je vous en ferai part ici même.

Je profite également de ce site pour vous engager à fréquenter les forums consacrés à l'orgue en général et à Hauptwerk en particulier. Il y bien entendu pour ceux qui maîtrisent l'anglais le forum du site officiel américain, qui est une mine de renseignements mais il ne faut pas négliger le forum français, ni celui très convivial de l'Orgue Libre, très suivi par un petit groupe de passionnés.

Retour en page 1